ADM: Démarrage des travaux d'élargissement des derniers lots de deux autoroutes    Secousse tellurique de magnitude 4,7 degrés au large de la province de Laâyoune    CAN 2021 : Vahid Halilhodzic tacle gentiment la CAF    Maroc/Covid-19 : 18 décès et 7.756 nouvelles infections recensés en 24h    Maroc/Covid-19 : le point sur la campagne nationale de vaccination à date du 18 janvier 2022    Résidence culturelle : appel à projets 2022 sur le fait religieux    La mère de Gad El Maleh va livrer du couscous marocain dans le monde entier    Dominic Cummings, l'ex-éminence grise devenu l'ennemi juré de Boris Johnson    HCP: une majorité gouvernementale hégémonique implique une dynamique des réformes    Azrou : Arrestation d'un individu en état d'ivresse, ayant provoqué un accident    Gabon – Maroc : Janny Sikazwe, officiel de la VAR    Tarfaya: 45 candidats à l'immigration sauvés par la Marine    M. Daki: La justice numérique, un des piliers de la réforme globale du système judiciaire    Covid-19. Omicron représente 95% des cas positifs au Maroc [Ministère de la Santé]    Paiement en commun : La ZLECAF esquisse les contours de la monnaie unique    Maroc-Espagne : les mots insuffisants de Pedro Sánchez    Commerce international : un partenariat CGEM-ADII pour l'accompagnement des entreprises    Cristiano Ronaldo remporte un « Prix spécial » de la Fifa pour son record de buts en sélection    Un nouveau ferry en partance de Tanger Med vers Marseille programmé ce 24 janvier    Le Parlement européen a une nouvelle présidente : La Maltaise Roberta Metsola    Un autre club de Serie A sur les traces de Sofyan Amrabat    CAN 2021 / Programme de ce mardi : Quatre matches décisifs pour la hiérarchie et la qualification    Pour Eric Zemmour, «c'est le pétrole que la France a trouvé en Algérie qui permet de nourrir sa population de 40 millions»    Plus de 4 700 signatures pour une pétition contre le maintien du couple Filali en France    L'Ambassadeure de l'UE présente ses lettres de créances au Souverain    Le Maroc un des leaders mondiaux en matière d'hydrogène vert    Sécurité routière: NARSA dévoile son plan national de contrôle (2022-2024)    Covid-19 : Le pic épidémique aura lieu vers fin janvier, selon Mustapha Naji    Maroc : Liberté provisoire pour la militante Fatima Zohra Ould Belaid    Tourisme : Le gouvernement accorde un montant de 2MMDH pour soutenir le secteur    Sahara : Washington réitère son soutien à l'envoyé onusien de Mistura    L'importance du tourisme pour le redressement économique en 2022 : l'essentiel du rapport de l'ONU    « La musulmanité face à l'islamisme : le nouveau défi de la République »    Une nouvelle ligne ferroviaire entre la Tanzanie et le Burundi    Une tempête de neige balaie le Canada    Météo: les températures baissent au Maroc, les détails par villes    Météo Maroc: temps assez froid ce mardi 18 janvier 2022    Conseil de gouvernement : la marque «Morocco Tech», en tête de l'ordre du jour    Tempête sur la côte Est américaine: plus de 200.000 foyers sans électricité    Le MEF obtient la certification TIer III d'Uptime Institute pour son DataCenter    Mehdi Bensaid déterminé à promouvoir le théâtre et le cinéma au Maroc    Peu de réussites, beaucoup de fustrations: un an de mandat Biden    CAN 2022: Sofiane Alakouch seul manquant à l'entraînement des Lions de l'Atlas avant le Gabon    Une anti-IVG favorite pour la présidence du Parlement européen    A la galerie casablancaise A2 : Patrick Lowie et Bilal Faris exposent leurs sculptures oniriques avec «Agitateurs»    Maroc: 150 nouvelles salles de cinéma verront le jour    Cinéma : Les salles de l'IF Maroc proposent une sélection des meilleurs films 2021-2022    Hamid Douieb expose ses œuvres récentes à Marrakech    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La finance islamique prendra-t-elle son envol?
Publié dans MarocHebdo le 09 - 11 - 2021

Peu de temps après leur lancement, les banques participatives n'ont pas suscité un fort engouement de la part des Marocains. La situation a empiré avec la crise du Covid-19. Mais, selon Bank Al Maghreb, les choses commencent à changer en 2021 avec des performances plus ou moins favorables.
Serait-ce un regain d'activité pour les banques participatives? C'est probablement le cas de le dire. Après un début trébuchant pendant lequel ces filiales des banques conventionnelles n'ont pas pu gagner la confiance des Marocains, il semblerait que les choses commencent progressivement à changer. Ainsi, selon Bank Al Maghreb, qui vient de rendre publiques les nouvelles statistiques monétaires du mois de septembre 2021, les financements accordés par les banques participatives ont augmenté, en glissement annuel, de plus de 52%, à plus de 18 milliards de dirhams en septembre 2021.
La «Mourabaha immobilière» est, de loin, selon les spécialistes, le produit le plus commercialisé par les banques participatives, avec une part supérieur à 80% du total des financements octroyés. Le financement à la consommation vient en deuxième position, avec plus d'un milliard de dirhams (28%), tandis que le financement à l'équipement se chiffre à 1,3 milliard de dirhams, affichant par conséquent une progression supérieure à 100% sur l'année.
Complexité des procédures
Parallèlement, les engagements des banques participatives se sont élevés à environ 6,32 milliards de dirhams auprès des banques et ce, sous forme principalement de refinancement à travers le produit de «Wakala bil Istithmar» et de dépôts à vue reçus des banques mères. La «Wakala Bil Istithmar», pour ceux qui ne connaissent pas le jargon de la finance islamique, c'est un contrat signé entre la banque participative et la banque conventionnelle, aux termes duquel la banque conventionnelle alimente la banque participative en cash, pour satisfaire les demandes de financements.
En revanche, d'autres banques participatives peinent à trouver un juste équilibre entre le refinancement, qui est généralement de court terme, et le financement qui, lui, est de long terme, limitant par conséquent leur capacité à distribuer des crédits à leur clientèle. Les comptes chèques et comptes courants ont, quant à eux, augmenté de 42%, à 4,8 milliards de dirhams, alors que les dépôts d'investissement ont atteint 1,57 milliard de dirhams.
Mais en dépit de ces chiffres plus globalement satisfaisants, il est certain que les banques participatives n'ont pas encore reçu cet accueil chaleureux et massif de la population marocaine. Les banquiers s'attendaient, en effet, à la veille de leur lancement officiel, à un engouement fort des Marocains.
Or, ce ne fut pas le cas. Complexité des procédures, durée raccourcie des crédits et traitements fastidieux, les critiques à leur égard sont nombreuses. Mais l'avenir est annoncé pour rose pour ces nouvelles entités, qui constituent toujours des solutions alternatives pour les personnes qui cherchent des financements conformes à la loi islamique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.