"Allayla Sahratena": Du gharnati au Chaâbi, une belle soirée musicale vous attend samedi à 23h00    Maroc/Israël : Une conférence de haut niveau à l'ONU, sur la sécurité alimentaire et l'agriculture innovante    Sahara marocain : Le Conseil de sécurité condamne le blocage à Guergarate    Maroc Telecom réalise un chiffre d'affaires de 8,9 MMDH au au premier trimestre de 2021    Commission interministérielle : Un approvisionnement abondant durant le Ramadan    Le DG de la SFI réitère son soutien à la dynamique du secteur privé marocain    Une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux fait réagir Afriquia    Maroc Telecom: Le nombre de clients en hausse de 6,8%    Look et Forme : Prendre soin de ses dents    McDonald's Maroc relance l'opération #Mta7dine    Inzegan : un incendie ravage dix magasins dans deux souk    Discrimination juridique envers les enfants nés hors mariage    Le président du Sénat mexicain salue la qualité des relations entre Mexico et Rabat    Chelsea: Ziyech encensé par son coéquipier    L'hospitalisation du chef des séparatistes en Espagne vue par un politologue    Checkinfo: «Les usagers constateront rapidement une diminution du nombre d'impayés»    Sahara Marocain : Réactions aux consultations semestrielles du Conseil de Sécurité (vidéo)    Reportage/Tourisme : L'ONMT dévoile son nouveau plan pour la promotion de la destination Maroc    L'Institut CDG entame son cycle de webinaires pour la saison 2021 [Vidéo]    Sahel : de no man's land à no man's power    2020, année la plus chaude jamais enregistrée en Europe    Mohammédia : Interpellation de deux Subsahariens pour faux et usage de faux    Direction de l'éducation d'Ain Chock : Convention pour promouvoir l'apprentissage du français et de l'anglais    Covid-19: la Tunisie franchit la barre des 10.000 décès    Secousse tellurique de 4,4 degrés au large d'Essaouira (Bulletin)    Maroc/Météo: Temps nuageux ce vendredi 23 avril    Interview avec Safaa Baraka, réalisatrice    La Liga présente son dictionnaire espagnol-arabe de football    Laila Aziz, la styliste marocaine qui habille les stars hollywoodiennes (Forbes)    Sommet sur le climat : le chef de l'ONU appelle à l'action (Vidéo)    Sahara : El Pais met en exergue la victoire diplomatique du Maroc en Amérique Latine    La RSB éliminée, le Raja en douceur    Des appels à changer « véritablement » l'Amérique    En-Nesyri relance FC Séville dans la lutte pour le titre    Le Wydad décroche son billet pour les quarts de finale    «Les femmes du pavillon J» élu meilleur long-métrage    Une exposition célèbre la calligraphie arabe    Le Maroc perd l'une de ses plus belles plumes    La question sociale est irrémédiablement au cœur du projet sociétal de l'USFP    Super Ligue. Pour le patron de l'UEFA, les demies de C1 ne sont pas menacées    Kate Winslet se confie sur les débuts de sa fille Mia Threapleton en tant qu'actrice    Etat islamique : prison à vie pour l'auteur d'un attentat manqué à Manhattan    Le champ miné du Sahel    Foot européen : Nasser Al-Khelaïfi élu président de l'Association européenne des clubs    Urgent : Brahim Ghali, président de la rasd, hospitalisé en Espagne    Fouzi Lekjaa : "Prochain défi, la qualification pour la Coupe du monde"    Infosoir/ Entretien avec Soumaya Akaâboune, actrice émérite et star du feuilleton "Bab Lbhar" (vidéo)    Brexit : le Parlement européen se prononcera le 27 avril sur l'accord commercial UE-Royaume-Uni    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'importation des RDF d'Italie, effectuée conformément à la loi sur la gestion des déchets et à la convention de Bâle
Publié dans MarocHebdo le 11 - 07 - 2016

L'importation des RDF (refuse Derived Fuel) de la région Pescara, en Italie, a été réalisée conformément aux dispositions de la loi N 28-00 relative à la gestion des déchets et à leur élimination et à la convention de Bâle sur le contrôle des mouvements transfrontières de déchets dangereux et de leur élimination, dont le Maroc est signataire, a assuré, lundi à Rabat, le ministère délégué chargé de l'Environnement.
L'importation des RDF de la région Pescara a été effectuée conformément aux dispositions de la loi N 28-00 relative à la gestion des déchets et à leur élimination, notamment son article 43 qui autorise l'importation de ce type de déchets non dangereux en vue de leur recyclage ou de leur valorisation, et celles de la Convention de Bâle, dont le Maroc est signataire depuis 1995, selon un communiqué du ministère délégué, rendu public à l'occasion d'une conférence de presse donnée à Rabat pour mettre la lumière sur la polémique suscitée suite à l'importation par le Maroc de 2.500 tonnes de Combustibles solides de récupération (CSR).
« Les RDF importés ont été soumis à des analyses de leur composition par un laboratoire international agrée et ce avant et après leur arrivée », relève le communiqué, précisant que ces dernières analyses sont en cours.
« Dans le cas où ces analyses seraient non conformes aux normes en vigueur ou dépasseraient les valeurs déclarées par l'importateur, l'autorisation d'incinération ne sera pas délivrée au cimentier par le ministère délégué chargé de l'Environnement et les RDF objet d'importation seront immédiatement réexpédiés au pays d'origine aux frais du cimentier », ajoute la même source.
« Dans le cas où ces analyses seraient conformes, un test de contrôle des émissions atmosphériques lors de leur incinération sera effectué pour vérifier le respect des normes des émissions atmosphériques en vigueur », note le communiqué, indiquant que le contrôle des émissions sera réalisé, par le cimentier en présence et avec le suivi de la police de l'environnement, du laboratoire national de l'environnement et du laboratoire public d'essais et d'études (LPEE).
Le ministère tient fermement à préciser que les produits importés de la province de Pescara, en Italie, « ne sont pas des déchets au sens classique du terme, mais des RDF (combustibles solides de récupération) », des produits composés de papier, carton, textile, bois et plastique traités, déshumidifiés et mélangés dans des proportions permettant l'augmentation de leur pouvoir calorifique.
Ces combustibles sont produits par des usines agréés aux normes européennes et sont destinés, vue leur capacité calorifique importante, à la valorisation énergétique dans les usines d'incinération ou de co-incinération et ce, conformément aux exigences de classification et selon les termes de la norme NF-EN-15359.
Cette opération de mouvement transfrontalier « n'est pas la première de son genre », relève le document, soulignant que le Maroc importe en moyenne 450.000 tonnes par an de produits de recyclage des déchets. Ces opérations s'effectuent suivant la convention de Bâle autorisant le transfert des déchets banals et interdisant le transfert des déchets dangereux des pays développés vers les pays en développement.
Dans le cadre de sa stratégie nationale de développement durable, le Maroc vise le développement d'une économie circulaire, notant que de nombreuses filières de valorisation de déchets sont mises en place ou sont en cours de développement par les opérateurs privés, en partenariat avec le ministère délégué chargé de l'Environnement, le ministère de l'Intérieur et celui du Commerce, de l'industrie, de l'investissement et de l'économie numérique.
Le Maroc s'est engagé dans la promotion de la valorisation « matière » et « énergétique » des déchets. Les RDF, faisant partie de la deuxième catégorie de valorisation, permettent au Maroc de réduire ses émissions de gaz à effet de serre (GES) et le coût de la facture énergétique ainsi que de sa dépendance aux énergies fossiles (qui est actuellement de 96 pc).
En effet, l'incinération des RDF est moins polluante que celle des combustibles fossiles et génère beaucoup moins d'émissions de GES.
C'est ainsi que le gouvernement promeut le développement d'une expertise nationale et incite les industriels nationaux à investir dans le secteur de valorisation des déchets, précise le communiqué, signalant que le gouvernement et les collectivités territoriales encouragent, à ce propos, les industriels du ciment à mettre à niveau leurs installations d'incinération afin de pouvoir traiter les RDF conformément aux lois en vigueur et aux normes européennes. A titre d'exemple, en Europe, la quantité de ces combustibles utilisées a atteint 20 millions de tonnes rien qu'en 2015.
Cette opération d'utilisation des RDF comme combustible de substitution s'inscrit dans le cadre des engagements pris par le Maroc à l'international (NDC), afin de minimiser ses émissions de gaz à effet de serre, en l'occurrence celles liées à la gestion des déchets et de réduire au strict minimum la proportion de déchets ultimes (destinés à l'enfouissement), ajoute le ministère.
Le Maroc, dans le cadre de sa stratégie de développement durable, est en train de bâtir un modèle de transition énergétique ayant au coeur de ses priorités, la protection de la santé du citoyen et la préservation de son environnement, souligne la même source.
Le ministère délégué chargé de l'Environnement « réitère son ferme engagement à ne ménager aucun effort pour protéger la santé publique et contrecarrer toute action pouvant nuire à l'environnement », fait savoir le communiqué, assurant que « les services du ministère se tiennent à la disposition de toute partie souhaitant plus d'éclaircissements à ce sujet, en toute objectivité et transparence ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.