Le Maroc a toujours soutenu les initiatives de l'UA visant l'industrialisation et l'intégration économique de l'Afrique    Tenue du Conseil d'Administration de L'ANCFCC    Industrie : Les bonnes perspectives de Ryad Mezzour pour 2022    L'usine de câblage automobile d'Oujda générera 3.500 emplois pour la région    Coupe d'Afrique des nations : La CAF inflige des sanctions à des contrevenants    Maroc – Malawi : Composition probable des Lions de l'Atlas    Le gouvernement attaché à la mise en œuvre du caractère officiel de la langue amazighe    L'Egypte réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    « Mon Maroc », un livre hommage au secteur touristique    Maroc : Averses orageuses localement fortes mardi et mercredi dans plusieurs provinces    Trois individus, dont deux policiers, déférés devant le parquet pour escroquerie à Inezgane    Les médias espagnols évoquent les couacs de l'approvisionnement en gaz algérien    Les médias espagnols évoquent des perturbations d'approvisionnement en gaz algérien    Le Liban et le FMI entament des pourparlers sur un plan de sauvetage de l'économie du pays    Liga : Un charter spécial pour les 4 Brésiliens du Real    (Billet 658) – Quand Israël reconnaîtra-t-il la souveraineté marocaine sur le Sahara ?    France/Covid-19 : record de décès quotidiens à l'hôpital    Le Musée Bab El Oqla de Tétouan rouvre ses portes    Hassan Benjelloun porte l'histoire de «Jalal Eddine Al Roumi» au cinéma    «Harm Reduction : The Manifesto», en sortie américaine le 26 janvier avec le Washington Times    Maroc-Israël: les ambassadeurs des deux pays à Mexico saluent les progrès réalisés depuis la reprise des relations    CAN 2021/8es : Le Maroc ne reculera devant rien face au Malawi    CAN2021 : Ce mardi, Sénégal-Cap Vert (17h) et Maroc-Malawi (20h)    Netflix déclenche une tempête en Egypte : Alcool, tromperies et homosexualité    L'ouverture des frontières demeure liée à la garantie des conditions nécessaires pour préserver la santé des visiteurs et des Marocains    Toutes les résolutions du Conseil de sécurité confirment l'implication directe de l'Algérie (politologue espagnol)    CAN 2021: une bousculade au stade d'Olembé à Yaoundé fait plusieurs morts    Maroc-Malawi: Halilhodzic est confiant avant le choc    M. Mayara met en exergue la profondeur des relations distinguées entre le Maroc et les Emirats Arabes Unis    Nasser Bourita : la révision de la carte consulaire du Royaume s'impose    Sport scolaire: Programmation de 42 championnats nationaux durant l'année scolaire en cours    9 millions de personnes risquent de perdre leur pass vaccinal le 15 février, rappelle Véran    La Fondation Mohammed VI de Promotion des Œuvres Sociales de l'Education-Formation dresse son bilan 2021    Covid en milieu scolaire : 5.802 cas déclarés, 196 écoles et 495 classes fermées du 17 au 22 janvier    Journée mondiale de l'éducation : Désarroi de l'enseignement face à la pandémie    La reprise du trafic à l'aéroport d'Istanbul retardée à cause de la neige    Burkina Faso. L'Union Africaine appelle au dialogue    Sites industriels pilotes : attribution de l'appel à partenariat relatif aux ZI de Had Soualem et Sahel Lakhyayta    Bourse. Mutandis augmente son capital    Ordre national des pharmaciens: quelles nouveautés dans le nouveau statut ?    CGEM : lancement de l'étude « Quelles transformations pour les ICC au Maroc ? »    Le ministère de l'Enseignement supérieur déterminé à promouvoir les valeurs d'intégrité dans les universités    « Espèce de connard »: Joe Biden insulte un journaliste    Washington et Téhéran envisagent des négociations directes sur le nucléaire    Maroc-Allemagne : L'ambassadrice de retour à Berlin, un message pour l'Espagne    CAN 2021. Une bousculade avant le match Cameroun-Comores aurait fait plusieurs victimes [Vidéo]    Meknès : Restauration des mosaïques de Volubilis    « Les constellations de la Terre », le paysage plastique au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les Marocains méritent mieux
Publié dans MarocHebdo le 22 - 09 - 2016


LEGISLATIVES DU 7 OCTOBRE 2016
La campagne électorale officielle n'avait même pas encore commencé que nous savions déjà à quoi nous attendre au lendemain du 7 octobre 2016. Dans une émission de télévision, consacrée aux élections, Ilias El Omary, secrétaire général du PAM, a déclaré, mardi 20 septembre 2016, que si son parti remportait les législatives en jeu, il n'inviterait pas le PJD à faire partie de sa coalition gouvernementale. Voilà une déclaration que son vis-à-vis islamiste, Abdelilah Benkirane, signerait des deux mains parce qu'il ferait de même.
Ce duel de poids lourds semble avoir clos les débats. Il n'y a même plus d'enjeu, puisque les jeux sont faits. Et si l'on ne voulait ni de l'un, ni de l'autre de ces deux protagonistes qui se suffisent à eux-mêmes? Impossible, le menu du jour est ainsi fixé, il n'y a pas de choix à la carte. De quoi couper l'appétit électoral. Nous n'avons donc d'autre option qu'un Benkirane 2 porté par une conjoncture providentielle en 2011, usé par les décisions qu'il a dû prendre durant son mandat; ou un Omary, hier encore inconnu au bataillon.
C'est à se demander si les Marocains, avec l'ampleur des problèmes auxquels ils font face, ne méritaient pas une offre un peu plus étoffée; pas uniquement pour la parade électorale, juste pour sacrifier au passage obligé du suffrage universel; mais pour de bon. Le Maroc d'aujourd'hui où les urgences économiques et sociales ne peuvent plus attendre, peut-il s'offrir cinq années qui risquent d'être blanches en terme de résultat? Ceci, dans la moins alarmiste des configurations de demain. Car, ça pouvait être pire.
Durant la précédente législature, les Marocains ont eu le loisir d'apprendre à leurs dépens que les formules incantatoires et les réparties parlementaires de bas niveau ne sont pas la solution à leurs problèmes, pas plus qu'elles ne peuvent cacher éternellement leur désarroi. Tout ce qu'on leur promet c'est qu'avec la votation actuelle, tout ou presque va changer dans leurs conditions d'existence et leur vision des lendemains qui chantent. La carte RAMED sera opératoire sans bakchich pour l'accès à de vrais soins de santé; l'école publique produira moins d'illettrés et les universités moins de chômeurs; dans le logement social, il y aura un peu moins de carton-pâte et un peu plus de ciment; il n'y aura plus de contrées oubliées et coupées du monde faute d'équipements de base, etc. Les candidats savent que ce discours ne prend plus. Ils commencent par s'en défendre, avant d'y succomber.
Si la démocratie n'est rien d'autre que ce genre de répétition sisyphéen, alors tant pis pour la démocratie. À moins que l'on puisse dissoudre le peuple électeur qui vote mal ou qui ne vote pas du tout. Cette désaffection de la chose publique a produit un profil de société où règnent le solipsisme absolu; le chacun-pour-soi total et le désir de s'en sortir seul, dans le meilleur des cas avec les siens, quels qu'en soient le prix et les dégâts pour les autres. La monarchie, telle qu'elle est personnifiée par S.M. Mohammed VI, constitue un socle de protection et une voie de recours. Elle est parvenue, avec toute la relativité requise par rapport à l'ampleur de la tâche, à assurer une condition première: la sécurité des personnes et des biens et une forme de stabilité incarnée par une représentation physique de l'Etat par le roi. Ce qui est une prouesse dans le monde actuel sur lequel nous avons toujours été ouverts.
Quant à la stabilité politique à caractère partisan, elle pourrait être rompue au cas où ni le PJD ni le PAM n'arriveraient à rassembler une majorité parlementaire. Ce genre de crise gouvernementale, l'Italie et la Grèce l'ont vécu, l'Espagne le vit toujours. L'absence de gouvernement n'a pas empêché le pays de fonctionner quasi normalement. Ce serait peut-être là une bonne chose pour nous. On vivra enfin dans une démocratie à l'épreuve d'elle-même et sommée de dégager les meilleurs parmi ses animateurs attitrés


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.