Parallèlement à la visite de Tebboune au Caire, l'ambassadeur d'Egypte à Rabat confirme le soutien de son pays à l'intégrité territoriale du Maroc    Nador : Les corps de trois enfants subsahariens retrouvés calcinés    Voitures électriques : le leader chinois Greenland Technology renforce sa présence au Maroc    CAN-2021: La CAF inflige des sanctions à des contrevenants    Météo : des averses orageuses localement fortes ce mardi et mercredi    Sous-variant BA.2 d'Omicron : Nouvel avis de tempête ou signe avant-coureur de la fin de la pandémie ?    Compétition intellectuelle : Coup d'envoi de l'opération Ingénieuses 2022    (Billet 658) – Quand Israël reconnaîtra-t-il la souveraineté marocaine sur le Sahara ?    France/Covid-19 : record de décès quotidiens à l'hôpital    Cours de change des devises étrangères contre le dirham du 25 janvier 2022    Historique des confrontations entre le Maroc et le Malawi    Le Burkina Faso sort le Gabon aux tirs au but    Covid-19: la pandémie a coûté 350 milliards d'euros à l'économie allemande    La diaspora marocaine fortement sollicitée lors de la Morocco Tech    Le Musée Bab El Oqla de Tétouan rouvre ses portes    Hassan Benjelloun porte l'histoire de «Jalal Eddine Al Roumi» au cinéma    «Harm Reduction : The Manifesto», en sortie américaine le 26 janvier avec le Washington Times    CAN 2021/8es : Le Maroc ne reculera devant rien face au Malawi    CAN2021 : Ce mardi, Sénégal-Cap Vert (17h) et Maroc-Malawi (20h)    Casablanca: un policier use de son arme de service pour interpeller un multirécidiviste dangereux    Bamako demande au Danemark de retirer «immédiatement» ses forces spéciales    Netflix déclenche une tempête en Egypte : Alcool, tromperies et homosexualité    Sites industriels pilotes : attribution de l'appel à partenariat relatif aux ZI de Had Soualem et Sahel Lakhyayta    Oujda : Aptiv démarre la construction d'une nouvelle usine de câblage automobile    Toutes les résolutions du Conseil de sécurité confirment l'implication directe de l'Algérie (politologue espagnol)    CAN 2021: une bousculade au stade d'Olembé à Yaoundé fait plusieurs morts    Maroc-Malawi: Halilhodzic est confiant avant le choc    L'ouverture des frontières demeure liée à la garantie des conditions nécessaires pour préserver la santé des visiteurs et des Marocains    M. Mayara met en exergue la profondeur des relations distinguées entre le Maroc et les Emirats Arabes Unis    La reprise du trafic à l'aéroport d'Istanbul retardée à cause de la neige    Sport scolaire: Programmation de 42 championnats nationaux durant l'année scolaire en cours    La Fondation Mohammed VI de Promotion des Œuvres Sociales de l'Education-Formation dresse son bilan 2021    Journée mondiale de l'éducation : Désarroi de l'enseignement face à la pandémie    Burkina Faso. L'Union Africaine appelle au dialogue    La Cour des comptes européenne appelle l'UE à mettre un coup d'accélérateur au déploiement de la 5G    Nasser Bourita : la révision de la carte consulaire du Royaume s'impose    L'ANCFCC tient son Conseil d'administration et affiche d'excellents résultats    CGEM : lancement de l'étude « Quelles transformations pour les ICC au Maroc ? »    Le ministère de l'Enseignement supérieur déterminé à promouvoir les valeurs d'intégrité dans les universités    Selon José Manuel Albares, une normalisation des relations entre le Maroc et l'Espagne est encore loin    Conseil de gouvernement : l'ordre du jour de la réunion du jeudi 27 janvier    Maroc/Météo: Chutes de neige et pluies annoncées ce mardi 25 janvier    Washington et Téhéran envisagent des négociations directes sur le nucléaire    « Espèce de connard »: Joe Biden insulte un journaliste    CAN 2021. Une bousculade avant le match Cameroun-Comores aurait fait plusieurs victimes [Vidéo]    Meknès : Restauration des mosaïques de Volubilis    Stof, la punk attitude comme manière de vivre...Un documentaire fort et percutant à (re)voir en Replay    « Les constellations de la Terre », le paysage plastique au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Tout benef pour le pays
Publié dans MarocHebdo le 08 - 10 - 2016

La veillée électorale du 7 au 8 octobre 2016, n'a pas été vaine. Elle a plutôt été haletante. De régions en circonscriptions, d'entretiens sur le terrain en débats sur le plateau, la couverture par les deux chaînes du service public a été parfaite. Comme prévu, les raisons sociales n'ont pas été en reste, il en pleuvait d'images, de déclarations et de vidéos. La tradition démocratique des grandes soirées électorales était bel et bien installée chez nous.
Ce deuxième scrutin sous l'empire de la constitution de 2011, avait une signification particulière. Il devait soit pousser les islamistes du PJD, au pouvoir depuis cinq ans, vers la sortie et par la force des urnes. Avec les remerciements chaleureux des électeurs. Soit les retenir pour un second mandat avec les félicitations appuyées de leurs militants. C'est cette dernière option qui a prévalu. Les plus indulgents disaient que le départ du PJD était dans les règles de la pratique politique, tellement le pouvoir use les formations et les personnes les plus endurcies.
Tandis que les plus intransigeants, pour des raisons qui sont les leurs, estimaient qu'une législature islamiste, pourquoi pas; par contre, deux législatures, bonjour les dégâts. Au fil des résultats partiels qui s'égrenaient, la tendance d'un PJD reconduit dans son leadership partisan, se précisait. C'est la volonté démocratique et la marque de souveraineté du peuple électeur qui se sont exprimées c'est surtout une bonne chose pour le Maroc. De par sa nature et son référentiel islamiste acquis au jeu démocratique, le PJD a permis de passer le gué du Printemps arabe, ce qui n'est pas rien. Il a ainsi payé les arriérés de ses attributs d'existence légale.
Le débarquer, en tordant le cou à la vérité des urnes, n'aurait pas été une bonne chose pour le Maroc, tant à notre rapport à la transition démocratique, qu'à l'image que nous aurions renvoyée à nos observateurs étrangers et autres évaluateurs de tout acabit qui avaient les yeux rivés sur nous, pour mieux nous attendre au tournant. Une perspective aux conséquences néfastes et durables que nous avons ainsi évitée.
Vu notre ancrage historique, nous sommes dans un pays régi par la longue durée; un pays où les petites continuités de conjoncture s'inscrivent dans les grandes, où le temps politique n'a d'autre choix que s'y faire. Bien qu'il ne soit pas un parti comme les autres, le PJD s'est normalisé au contact du pouvoir et de la chose nationale. Il s'est même bonifié.
Une évolution d'autant plus méritoire qu'il est venu de loin, au gré des événements qui ont émaillé son histoire. Après les attentats terroristes du 16 mai 2003, à Casablanca, d'aucuns l'avaient mis en point de mire, sous couvert d'une "responsabilité morale".
Si nous n'étions pas sous le règne du "raison garder", le PJD aurait disparu. À Maroc Hebdo, nous étions parmi les rares à l'avoir soutenu, à partir d'un questionnement de bon sens, en guise de titre de couverture, "À qui profite le crime?". Ce qui ne nous a pas empêchés de garder notre distance critique par rapport à certains faits et actes de son premier mandat. Il en sera de même pour le deuxième.
Quoi qu'on dise sur son paraître et ses dérapages de langage, pas toujours conformes à la solennité du pouvoir dont il est investi, Benkirane est devenu un homme d'Etat. Tout benef pour le pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.