Maroc. Radisson Hotel Group ouvre quatre nouvelles plateformes hôtelières    Monétique: le CMI affiche des chiffres records pour le mois de juillet    Liban : l'UE est prête à imposer des sanctions pour peser sur la formation d'un gouvernement    En Algérie, deux superstructures sécuritaires à couteaux tirés pour s'emparer des leviers du régime    JO 2020. Les Marocains El Guesse et Oussama qualifiés pour les demi-finales du 800 m    JO-2020: Le programme du dimanche 1er août    Covid-19. Les vaccins, une voie à la fois sûre et fiable vers l'immunité    GB: les femmes enceintes fortement encouragées à se faire vacciner, face au variant Delta    Hausse de 4,1% du crédit bancaire en juin (BAM)    Levée des subventions sur le gaz butane, le sucre et la farine: ce qu'il en est vraiment    Conjoncture économique: les prévisions du HCP pour 2021 et 2022    Le Maroc s'inscrit, conformément à ses priorités, dans une perspective diplomatique multilatérale (ambassadeur)    Causalités foireuses et jugement médiatique orienté    Etats-Unis : les déclarations d'impôts de Trump doivent être transmises au Congrès    Libye : de retour, le fils de Kadhafi songe à se présenter à la présidentielle    Elections : L'Istiqlal déterminé à renforcer la position des Chambres de Commerce, d'Industrie et des Services    Le Président du Parlement arabe salue les réalisations accomplies par le Maroc sous le leadership du Roi Mohammed VI    Finale de la Coupe du Trône de basketball (2020-2021) : Le FUS Rabat remporte le titre face au Kawkab Marrakech    Au sujet des paris sportifs... L'ITIA et la FRMT suspendent à vie Mohamed Hirs et 35 000 $ d'amende !    Fête du trône : les vœux de Justin Trudeau    En Algérie, le scandale de faux comptes de désinformation liés au régime    Al Haouz: Fermeture d'un établissement hôtelier pour violation des mesures sanitaires    Covid-19. Le ministère de la Santé lance un appel à éviter les centres de vaccination à grande affluence    Covid-19 : Les objectifs de vaccination sont loin d'être atteints (OMS)    Maroc/Météo:Temps chaud, ce samedi 31 juillet    Pays-Bas : découverte d'un grand laboratoire de drogues de synthèse    Covid-19 au Maroc. Port du masque: les autorités serrent la vis    CEA-ONU : Les Initiatives Royales pour la promotion de la condition de la femme, saluées par Vera Songwe    La sélection nationale de Breakdance se prépare à Ifrane au Championnat du monde    Tunisie : le président Kaïs Saïed confie le portefeuille de l'intérieur à Ridha Gharsallaoui    Le président russe félicite SM le Roi à l'occasion de la Fête du Trône    BCP : Un Produit net bancaire de 10,2 milliards DH à fin juin    ONCF. De bonnes performances et une nouvelle feuille de route à l'horizon    JO 2020. Les Marocains El Bakkali et Tindouft qualifiés pour la finale du 3 000 m steeple    Banques participatives/ BAM : les dépôts à vue collectés grimpent de 49% en 2020    Tunisie : L'hôpital de campagne marocain à Manouba opérationnel    Marocanité du Sahara : Une reconnaissance américaine historique    Slalom Kayak aux J.O de Tokyo : Le Marocain Mathis Saoudi perd en demi-finale    Basket-ball : La finale féminine de la Coupe du Trône reportée à cause de la Covid-19    "Allayla Sahratena": Une soirée spéciale fête du Trône, samedi à 21h45    Yassine Saibi, la musique dans la peau    Pegasus, médiatus, propagus    "Réduction des risques... le Manifeste" : un ouvrage qui décortique les urgences du monde en temps de pandémie    Lever de rideau sur le 22è Festival international de luth    Art contemporain : La Fondation nationale des musées met en avant la jeune scène artistique    "Nektachfou Bladna"-Replay: Visiter le Maroc autrement avec les artistes    Fête du Trône : «Nehzzo lwan dyialna !», l'appel pour exprimer la fierté du pays    Maroc : découvertes de vestiges archéologiques majeurs à Casablanca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le maitre incontesté de l'Audimat
Publié dans MarocHebdo le 03 - 04 - 2017

Rachid Allali, animateur de Rachid Show et Fort Boyard sur la chaine 2M
"La recette de mon succès? C'est simple! Pour réussir dans la vie, deux éléments sont indispensables. Le premier est le travail dur et sérieux, le second consiste à aimer ce que l'on fait. Peu importe le domaine". Pour Rachid Allali, le succès n'est plus un rêve lointain. C'est une réalité qu'il façonne, vit et entretient depuis quelques années déjà. Le jeune animateur de 34 ans est actuellement l'une des stars de la télévision au Maroc, si ce n'est la plus grande star. Ses émissions, à leur tête Rachid Show, diffusée sur la chaine 2M, cartonnent. Le talk-show, dont la quatrième saison a été lancée en novembre 2016, explose les compteurs de l'audimat. Le 27 mars 2017, Marocmétrie, spécialiste de la mesure d'audience, révèle que Rachid Show est le programme le plus regardé sur la télévision marocaine. Rien d'étonnant sachant que l'animateur arrive à fidéliser des millions de téléspectateurs chaque semaine autour de son son émission. Un an auparavant, 8 millions de Marocains ont regardé l'épisode où Rachid Allali a accueilli la diva populaire marocaine Najat Aatabou. Un chiffre historique difficile à battre.
"Le public veut ça"
Il faut dire que le natif de Casablanca, et plus précisément le quartier de Bourgogne, où il vit toujours, connaît très bien les exigences du public. «J'essaie d'avoir un maximum de diversité au niveau de mes invités». Outre les artistes et autres célébrités disposant d'un grand parcours ou ayant démontré leur talent, Rachid Allali exploite parfaitement l'importance grandissante des réseaux sociaux et des stars qui y fleurissent. «Des fois j'opte pour des invités qui ne sont pas forcément appréciés par la majorité du public, mais qui défraient la chronique et suscitent la curiosité. Ainsi, j'essaie de transférer, à travers mon émission, les reproches ou les critiques des téléspectateurs à l'encontre de ces invités».
Et les critiques, Rachid Allali en subit plus que ses invités les plus controversés. Largement plus. Le public se souvient toujours de l'altercation «virtuelle» entre l'animateur et l'acteur marocain Mohamed Choubi. Ce dernier avait alors puisé dans un vocabulaire acerbe, voire insultant, pour attaquer Rachid Allali. Certes, les détracteurs de l'animateur sont souvent moins violents, mais sont tout de même nombreux.
Accepter les critiques
«Quand on ne reçoit pas de critiques, cela veut dire qu'on n'a pas réussi. Qu'on n'a pas marqué les esprits, qu'on n'a pas imposé sa touche et sa façon de faire», nous explique Rachid, non sans fierté. La télé, c'est une logique. «Si les gens te critiquent, cela veut dire qu'ils te suivent. Je trouve du plaisir à recevoir les remarques des autres concernant les différents aspects de mon émission. C'est une chose très positive», poursuit-il, avec le même sourire qu'il arbore depuis le début de notre rencontre.
Outre le contenu et le choix des invités, certaines voix dénoncent «l'incompétence» de la vedette du petit écran et s'étonnent de son ascension fulgurante dans le monde de l'animation. Si l'intéressé lui-même avoue ne jamais avoir songé à faire carrière dans ce domaine dans un premier temps, il revient tout de même sur la naissance de son penchant à aller vers le public. En 1999, Rachid, encore adolescent, commence à faire du théâtre au lycée sur conseil d'un ami. Il franchit un cap par la suite en s'aventurant sur le terrain du théâtre professionnel avec feu Tayib Seddiki. Il intègre par la suite une formation dans le journalisme et l'animation.
En 2004, Rachid Allali rejoint 2M. Un véritable tournant dans sa vie. Il commence à forger son image auprès du public à travers l'émission de divertissement pour enfants Alam Farid, aux côtés de deux autres jeunes figures, Ali Bouguema et Hicham Mesrar. Après cette première expérience, Rachid Allali anime plusieurs émissions de caméra cachée. Et, en 2013, la carrière de Rachid Allali décolle pour de bon avec le lancement de Rachid Show.
Evolution permanente
L'effet de cette expérience cumulée se ressent d'ailleurs sur l'évolution de Rachid Show depuis son lancement pour la première fois en novembre 2013. Son présentateur lui-même l'avoue. «Quand je revois les premiers épisodes, des fois j'en rigole. Je me dis que la qualité du travail était vraiment inférieure. Les débuts sont toujours compliqués. Depuis, l'émission ne cesse de se réinventer. C'est une évolution positive. J'essaie de tout améliorer, à commencer par moi même ». Le fond et la forme ont connu des opérations de lifting successives. Chaque saison apporte son lot de nouveautés. La quatrième saison, actuellement en diffusion, a gagné en maturité par rapport aux trois premières. L'émission s'articule désormais autour de thèmes plus structurés, sans oublier aussi la métamorphose complète du décor. Cela a permis ainsi de dépasser le taux d'audience réalisé en2015, qui frôlait déjà les 6 millions de téléspectateurs par épisode. «La nouvelle rubrique où je reçois des enfants connaît un succès retentissent. C'est la rubrique la plus visualisée sur Youtube parmi toutes rubriques de la quatrième saison», affirme notre interlocuteur, dont les ambitions sont encore plus grandes.
En plus de Rachid Show, il présente depuis février 2015 Jazirat Al Kanz, une version marocaine à très grand succès de la célèbre émission française Fort Boyard. Ses taux d'audience n'ont rien à envier au talk-show. Cette réussite devra être mise à l'épreuve en dehors du petit écran. Le jeune animateur prévoit une tournée à travers le Maroc pour donner une série de spectacles baptisés Rachi Show Kids et destinée aux enfants, à travers le Maroc. Il compte également se lancer dans le cinéma très prochainement, avec le même désir. Être à la hauteur des attentes du large public.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.