Quand Ben Bella reconnaissait la souveraineté du Maroc sur le Sahara oriental    Météo au Maroc: les prévisions du vendredi 19 août    Houcine Ammouta de retour sur le banc du WAC de Casablanca    CAN U23 – Maroc 2023 : Résultats du tirage au sort    Benkirane : «Les déclarations de Raisouni ne reflètent pas les positions du PJD»    Incendie de forêt près de M'diq: l'OCI soutient le Maroc    Rabat: terrible accident près du complexe Moulay Abdellah    Météo: températures en hausse ce vendredi au Maroc    Rentrée scolaire 2022/23: Les prix des manuels scolaires inchangés    فيروس كورونا : 79 إصابة جديدة ولا وفيات في 24 ساعة الأخيرة    Le nouveau nez de l'actrice marocaine Hasnae Moumni divise la Toile (PHOTO)    De la Révolution du Roi et du peuple à la Fête de la jeunesse    L'animation, une industrie naissante au Maroc    L'amazighe est-il véritablement une priorité dans le PLF ?    Affaire Pegasus. Un ancien ministre marocain met en exergue le silence de Forbidden Stories, Amnesty, Le Monde et El Pais    Sahara : Le Pérou décide de retirer sa reconnaissance au Polisario    Covid-19: 79 nouveaux cas et 97 guérisons en 24H    Pénurie des cartables au Maroc ? Le ministère rassure    Le Maroc fournit 50% des besoins de l'Espagne en tomates    Medium : « Le Maroc peut-il jouer un rôle plus important au Moyen-Orient via les accords d'Abraham ? »    Stade Brestois : ambiance bon enfant entre Achraf Dari et Youcef Belaïli    Orages en France: trois morts en Corse    Heureux événement dans la famille Batma (PHOTO)    Sahara: un éditorialiste colombien critique le revirement de Gustavo Petro    Italie : Un festival rend hommage à Rahhal Amarri, décédé en sauvant deux enfants de la noyade    Un ministre israélien salue le rôle du Maroc dans le rapprochement entre Israël et les Palestiniens    Emirates modernise sa flotte pour plusieurs milliards de dollars    Maroc : Un jeune enfant meurt à la frontière avec Melilla    Le Barça et le Man. City en mission humanitaire : Xavi contre Gaudriola mercredi prochain au Camp Nou    Constructeurs automobiles. Quels sont ceux qui seront présents au Mondial de l'Auto de Paris ?    Frais de scolarité : l'angoisse de fin de vacances    France-Afrique, le non-retour    Trois diplomates marocains en Colombie victimes d'un vol après avoir été drogués    Droits humains, l'autre axe de coopération entre Rabat et Washington    Le kickboxing et le judo marocains décrochent cinq médailles de bronze    Ukraine / Zaporijia : L'OTAN réclame une "inspection" urgente de l'AIEA    Tournoi international d'Autriche maintenu : L'équipe nationale A' s'est envolée pour Vienne    Moyens de paiement : Le Maroc, pays le plus dépendant du cash au monde    Eté 2022 : Essaouira bat tous ses records d'affluence    Walid Regragui prépare sa liste élargie. Ziyech, Adli et autres Lions pressentis    «Tagzzayt» ou «La mémoire du corps», un nouveau documentaire sur les tatouages    Les Mosaïques du Nord sont de retour pour leur deuxième édition    La 11ème édition du 19 au 23 octobre prochain    La Bourse de Casablanca débute dans le vert    Algérie : le bilan des incendies dans plusieurs villes monte à 26 morts, l'incurie des autorités dénoncée    Visas Schengen refusés : la fédération des droits des consommateurs réclame le remboursement    L'USAID fournit 68 millions $ au PAM pour l'achat, le transport et le stockage de blé ukrainien    La forteresse « Casa del Mar »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



ZAINAB FASIKI, une féministe qui milite par le crayon
Publié dans MarocHebdo le 14 - 04 - 2017

Elle progresse indolore au milieu d'une centaine d'hommes dans ce chantier à Casablanca où elle poursuit son stage de fin d'études en génie mécanique. Les traits marqués de son mascara, son rouge à lèvres, les ondes de son fard à joues soulignent sa figure de femme toujours coquette défiant du regard ses collègues hommes. Ils la narguent comme une extraterrestre venue d'une autre planète: Venus.
Drôle de personnage, cette Zainab Fasiki. On la dirait tout droit sortie d'une BD. Pourtant, des BD, c'est elle qui en crée depuis qu'elle a atterri de Fès en 2016 à Casablanca. Avant de pouvoir publier réguliè- rement ses planches sur les réseaux so- ciaux, cette autodidacte a manié le crayon depuis ses 4 ans. A 14 ans, elle découvre la tablette graphique et se familiarise avec ses logiciels en s'aidant des nombreux tutoriaux disponibles sur le net.
A une période, elle était fan inconditionnel de mangas au point de suivre 3 années de cours de japonais. La fièvre lui passera au profit de celle des comics Marvell et compagnie.
Aujourd'hui, du haut de ses 22 ans, Zainab Fasiki est une des rares bédéistes femmes reconnues par ses pairs. En effet, c'est au contact des artistes professionnels du collectif casablancais Skef-kef, premier fanzine marocain sous licence ouverte, que Zainab se réalise pleinement.
A Skef-kef, tout le monde la qualifie d'indignée. «Elle cherche toujours la petite bête. Qu'importe la thématique abordée, elle trouve toujours le moyen de bifurquer pour nous parler (et dessiner) d'égalité homme/femme, harcèlement sexuel, voile, épanouissement de la femme, domination, théorie du genre…», la décrit un camarade du collectif.
Zainab revendique avec acharnement son féminisme. Ses planches grouillent de «sur-femmes» marocaines en caftan futuriste, provocatrices, fatales… Elle les sublime, dévoile leurs courbes, les dénude. Toutes y passent, de son héroïne Super Khadija aux pouvoirs surhumains, à la voilée, la brune, la rousse, la blonde, passant par la femme enceinte, ou encore la femme atteinte de vitiligo fière avec sa peau tachetée. «Respect pour toutes les formes de beauté !» est sa devise. «Je choisis de dessiner les femmes nues car j'ai toujours voulu inviter le public arabe à accepter le corps féminin comme une partie de cet univers et non pas comme un objet sexuel», confie-t-elle.
Une bédéiste autodidacte
Et d'ajouter: «La femme arabe doit arracher sa liberté pour s'exprimer sans avoir peur de la réaction d'une société machiste qui nous impose les limites à ne pas dépasser».
Et des obstacles dressés par les hommes, Zainab en a connu. «Nous en rencontrons partout, ne serait-ce qu'au sein de nos familles. Par exemple, j'ai eu du mal à convaincre mon père de poursuivre mes études loin de la maison, d'habiter en internat… Ceci, juste parce que je suis née femme!», déplore-t-elle.
Mais, à force de persévérance, cette pas- sionnée d'électronique autant que de BD a fini par faire accepter à son entourage sa passion et son désir d'affranchissement. Aujourd'hui, elle rencontre plein d'artistes de par le monde et est régulièrement primée pour son travail.
Mais, plus que tout, son projet phare est actuellement sa BD Omor. Il s'agit de 70 pages dessinées de manière décalée autour du vécu quotidien des Marocaines et femmes arabes dans les espaces publics ou les institutions. Pour ce faire, la bédéiste cherche des sponsors pour financer les workshops et ateliers que nécessitera ce nouveau défi. Un chantier fait que de femmes, pour les femmes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.