John Bolton : «Joe Biden restera attaché à la reconnaissance par les Etats-Unis de la souveraineté marocaine sur le Sahara»    La généralisation de la protection sociale, «une révolution en douceur» (expert indonésien)    Football : douze grands clubs européens lancent la «Super League», un projet qui déchaîne les passions    Météo Maroc: le temps prévu lundi 19 avril 2021    Afghanistan: Joe Biden siffle la fin de la partie    Patrimoine: Lancement d'un programme de sensibilisation autour des valeurs historiques de Rabat    Errachidia : Mise en échec d'une tentative de trafic international de drogue    Youssef En-Nesyri vers un transfert record pour le club du FC Séville    Covid-19: Vaccinations, infections, décès...les chiffres officiels de ce dimanche    Déraillement d'un train en Egypte : Au moins 11 morts et près de 100 blessés (nouveau bilan)    Covid-19 : la moitié des adultes américains a reçu au moins une dose d'un vaccin    Création d'un institut de formation professionnelle    Chelsea et Tuchel en finale grâce à Ziyech!    Le Raja s'offre le MAT, le HUSA s'incline face à la RSB    Le FMI félicite le Maroc    La conjoncture et l'enjeu    El Otmani: une «illustration des contours de la politique sociale de SM le Roi»    Reportage// Ramadan : Je ne sais pas lire l'arabe, comment avoir un contact avec le Saint Coran ?    Le journal égyptien «Al Ahram» met en lumière sur les traditions du Ramadan au Maroc    Kafala: Le procureur général appelle à une intervention positive    Santé : le Maroc va ouvrir ses portes aux médecins étrangers    Le livre. Demain l'âge d'or de Jacque Heitz (suite)    Le livreur algérien de Deliveroo qui refusait de servir des clients juifs a été expulsé vers son pays    Les dates des premières élections fixées    Ancienne médina de Rabat: Une offre abondante et diversifiée pour le Ramadan    Phosphates : un think tank américain appelle à l'annulation des droits d'importations imposés au Maroc    Rachid El Ouali s'exprime sur sa première expérience en tant que réalisateur de sitcom dans Info Soir (Vidéo)    Le match fou du PSG contre Saint-Etienne (VIDEO)    Arrivée à Beyrouth du 2ème lot des aides alimentaires marocaines au Liban    Nucléaire iranien : Des avancées malgré la difficulté des négociations    Maroc : Réunion ce mardi 20 avril du Conseil de gouvernement    Revalorisation : La grogne monte chez les agents de la protection civile en Algérie    Sarah & Ismael: quand la passion guide!    Maroc/Trésor : Déficit budgétaire de 7,3 MMDH à fin mars 2021    Covid-19 : personnes porteuses de maladies chroniques, comment se faire vacciner    Ramadan: Une véritable aubaine pour l'activité commerciale à Souk « Tlat » d'Al Hoceima    Colombie : au moins 14 rebelles et un militaire tués lors de combats    Le profond malaise qui demeure entre la France et l'Algérie s'exaspère    The Legal 500 consacre plusieurs bureaux d'avocats marocains    URGENT ..Foot: la direction du Bayern « désapprouve » l'annonce par Flick de son départ    AMIC : Les levées de fonds pourraient atteindre 2,9 MMDH en 2021    Finale de la Coupe du Roi : Le Real félicite le Barça après son 31ème sacre    OCS-RCOZ (2-1) : Les Messfiouis maîtres chez eux !    Casablanca: le musée "Docteur Leila Mezian Benjelloun", prêt ''dans un peu plus de deux ans''    Culture : Le Programme des éliminatoires de la 2è édition de la Ligue Nationale d'Improvisation Théâtrale Nojoum    Rencontre: Exploratrice, conteuse...    Ramadan: Driss Roukh critiqué à cause de Mouna Fettou et Dounia Boutazout (PHOTO)    Don Royal: Arrivée à Beyrouth du premier lot des aides alimentaires pour le Liban    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La chaise du concierge de Bahaa Trabelsi
Publié dans MarocHebdo le 04 - 05 - 2017

Dans La Chaise du concierge (édition le Fennec), primé récemment par le prix littéraire le Sofitel Tour blanche, Bahaa Trabelsi assoit le décor dans une société marocaine entre deux chaises. Une première, celle (c'est plutôt un fauteuil bien confortable) dévolue à une élite francophone qui affiche ses lumières, des idées progressistes et modernistes faisant la promotion des libertés individuelles, de l'égalité homme/femme et la défense des minorités religieuses et sexuelles. Et l'autre chaise où siège un Maroc profond, conservateur, inculte, pauvre et proie facile aux idées extrémistes.
Ce sont deux mondes qui se livrent, dans ce livre, une guerre sans merci.
Passions, violences, amours
Bahaa Trabelsi, journaliste de métier, plante ce décor en usant de l'actualité nationale et internationale et de ses sujets. On cite en vrac: moudawana, attentats de Paris, burkini, voile, réforme du code pénal marocain, propos saillants des ministres du gouvernement Benkirane, scandales sexuels, problèmes des petites bonnes…
L'écriture de Trabelsi est fluide. Se permettant des digressions, des descriptions façon reportages, elle entretient le suspense. Les personnages principaux campent chacun un rôle bien défini, chacun se réservant un chapitre où il parle à la première personne pour mieux cerner ses tournants et son monde. L'assassin, le concierge, monsieur tout le monde traque ses victimes, "des mécréants", pour les tuer au nom de la religion. L'héroïne, Rita, est une journaliste naïve, idéaliste, qui mène l'enquête pour son journal. Cette féministe militante finit étrangement par avoir une histoire d'amour avec Abid le flic. Symbole du pouvoir, de la domination et de la virilité, ce commissaire alcoolique et dépressif chapeaute l'enquête policière.
L'Haj, lui aussi policier, incarne la sagesse. Dinia, la fille de l'héroïne, a fait ses études en France, pays des droits de l'homme. Elle est inscrite dans l'action et représente la relève du Maroc, elle qui pioche dans les deux pays les éléments qui font son identité: valeurs de l'avenir, ouverture.
Ce sont là autant d'ingrédients pour ficeler une bonne trame avec le dosage nécessaire en passions, violences, amours, joies… Mais aussi pour distiller les messages, les slogans qui animent l'auteure.
En cela, le roman La Chaise du concierge est résolument celui d'une écrivaine qui affiche sans fard son engagement. Résultat: soit on partage les valeurs de Bahaa Trabelsi, sa foi et on ne lâche plus le roman qu'après l'avoir lu, soit on n'est pas concerné par ce combat très tranché et on ferme le livre à la première page. C'est cash, l'on aime ou l'on n'aime pas.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.