S.M le Roi préside la cérémonie de lancement du projet de généralisation de la protection sociale    Légère hausse de l'IPC à Oujda en février dernier    L'AMMC vise la notice d'information relative au programme de rachat des actions d'Itissalat Al-Maghrib    Au Liban, ils ont survécu à la guerre civile mais sont terrassés par la crise    Ligue des champions. La campagne se poursuit pour City et le Real    Paris SG, tout pour aller au bout !    Botola Pro D1 : Le Raja et la RSB appelés à secouer le cocotier    Tennis : À l'ACSA... Inès, la confirmation, et Réda, la révélation ! M.BELAOULA    Covid-19 au Maroc : 596 nouveaux cas en 24 heures    Piratage de 19 millions de comptes Facebook au Maroc    Délais de paiement: les TPE lourdement impactées    La Comader réfute les allégations sur la qualité du blé    13.850 bénéficiaires de l'Opération Ramadan 1442    Maintien de la fermeture des salles de cinéma au Maroc    Tout faire pour développer le sens artistique et culturel des élèves    "Echos de la mémoire sur les montagnes du Rif", de Fatiha Saidi    Le message du roi Mohammed VI au roi des Belges    Suivez en direct la conférence de presse de BAM sur le lancement du Service de Centralisation des Chèques Irréguliers    CERI Sciences Po veut penser autrement le Maroc    Antony Blinken en Afghanistan pour discuter du retrait des troupes américaines d'ici le 11 septembre    LEGISLATIVES 2021: L'USFP, toujours aussi moribond    Ahmed Reda Chami: Le visage du renouveau de l'USFP    WAC-MCO: le pactole pour les joueurs oujdis en cas de victoire    Hyundai Maroc : commercialisation amorcée pour le nouveau Tucson    Couvre-feu ramadanesque: Casablanca comme vous ne l'avez jamais vue (VIDEO)    Sahara Marocain : Une fois de plus, Paris joue l'ambiguïté    USA / Affaire Daunte Wright : la policière impliquée est inculpée d'homicide involontaire    Abdellatif Hammouchi, l'oeil qui veille sur le Maroc    Des averses orageuses et de fortes rafales de vent attendues jeudi    OMS : Septième semaine consécutive d'augmentation des contaminations dans le monde    Justice : Recomposition des commissions permanentes du CSPJ    La vigilance au quotidien, au maroc et à l'étranger    L'Union africaine veut créer cinq pôles de fabrication de vaccins sur le continent    Maroc/Accidents de la route: 12 morts et 2.355 blessés en périmètre urbain la semaine dernière    Le Festival du rire de Casablanca du 15 au 18 avril    Khalid Chihab crée un instrument Ade musique combinant l'Oud et l'Outar    Le Street Art pour embellir la médina d'Oujda    Algérie : dégradation de l'état de santé de 23 détenus, en grève de la faim depuis 9 jours    12ème journée de la Botola Pro D1 inwi : Wydad-Mouloudia Oujda : Un match au sommet    Sahara marocain: L'ambassadeur du Maroc à Moscou s'entretient avec le vice-ministre russe des AE    Assurance maladie obligatoire: 3 conventions-cadres signées devant SM Mohammed VI (reportage)    Dakhla : Le RNI lance Ramadaniyat Al Ahrar    MMA: troisième confrontation entre McGregor et Poirier à Las vegas    Algériens bloqués à Roissy, en France : le régime d'Alger accusé de «cruauté et d'inhumanité»    Ligue des champions: Le Real disputera sa 9ème demi-finale sur les 11 dernières    Météo: encore de la pluie ce jeudi 15 avril au Maroc    Ramadan : les bus de Casablanca adaptent leurs horaires    L'ICESCO lance la 2è édition de ses programmes ramadanesques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une humoriste qui fait le portrait de la société marocaine
Publié dans MarocHebdo le 09 - 05 - 2017

Asmaa El Arabi, 24 ans, nouvelle coqueluche des réseaux sociaux
Asmaa El Arabi est la nouvelle coqueluche des réseaux sociaux. Sur sa page Facebook «The Tberguig», cette jeune humoriste partage ses vidéos, imitations de personnages-clichés purement marocains. On a droit à Latifa Faqass, «Licence en hchouma, doctorat en swab et coach en tbaakik », à Fatna, la femme de ménage employée dans une famille aisée. Les caricatures subtiles de la jeunesse dorée de la métropole ne sont pas en reste. La maman hésitante entre tradition et modernité, la fonctionnaire, la voyante hyper connectée, le taximan casablancais qui vous conduit là où il veut, l'hôtesse de l'air d'une compagnie nationale qui vous accueille au bord du Boeing comme s'il s'agissait de son avion... Tout y passe, toutes les classes, du plus riche au plus démuni. A chaque portrait, la grimace, le petit accessoire et le langage qui vont avec. Avant les vidéos, Asmae a commencé par l'écriture, en collaborant avec des journaux comme La Nouvelle Tribune. Elle continue d'écrire aujourd'hui, notamment pour Grazia.
Ce qui l'inspire dans ses écrits comme dans ses sketchs? «La rue, l'humain. Les gens qui m'entourent. Je les affectionne autant que les personnages que j'incarne», dit-elle. En effet, les mimiques, les imitations d'Asmaa, bien que révélatrices des contradictions de la société marocaine, restent touchantes, bienveillantes. Loin de toute méchanceté gratuite, elles émanent d'un sens aigue de l'observation, d'un véritable amour et intérêt pour l'autre. D'ailleurs bien qu'elle habite à Paris, elle confie «hanter les rues de Casa, même de l'autre côté de la Méditerranée». Et pour cause, comme elle le dit elle-même, «j'ai un amour inconditionnel pour mon pays, et la proximité humaine exceptionnelle qui y règne. Et ce, même en étant allée au bout du monde».
Humour à la marocaine
C'est en mimant sur Snapchat, un simple «hmmm téléphonique» authentiquement marocain, que Asmaa El Arabi a fait le ses premières vidéos virales sur le net. Aujourd'hui, elles sont partagées par milliers sur les réseaux sociaux. «The Tberguig» compte ainsi près de 52.000 fans sur Facebook, et de 7.000 sur Instagram. Son style est régulièrement comparé par ses admirateurs à celui de Gad Elmaleh et Hanane El Fadili, deux figures de l'humour à la marocaine. Mais force est de l'avouer, Asmaa se distingue. Elle se présente ainsi: «24 ans, née le 4 novembre, signe astro-illogique, Scorpion, mais en moins messmoum». Les jeux de mots, l'autodérision représentent chez elle une nature. «Le Rire est une quasi panacée. Rire de tout soigne et je dois dire que c'est en moi, dans la famille, depuis toujours», explique ce talent qui a plus d'une corde à son arc.
Outre les vidéos et l'écriture, notre jeune artiste collabore aussi avec différentes marques sur différents projets en parallèle entre Casablanca et Paris. Elle fait aussi ses premiers pas sur la scène. Elle s'est ainsi produite au Studio des Arts de Casablanca le vendredi 13 Janvier 2017, en première partie du chercheur Idriss Aberkane, qui venait y faire une conférence sur l'enseignement.
Mais faire rire est loin d'être pour l'instant le métier de Asmaa. Cette lauréate du Lycée Lyautey est actuellement en fin de cursus dans une Ecole de commerce en Finance d'entreprise à Paris. Elle se prépare ainsi à une carrière bien cadrée avec la scène qui n'est toujours pas loin. «Je commence à écrire au fur et à mesure des opportunités qui se présentent à moi. Ce qui est certain, c'est qu'il n'y aura pas que «One» sur scène, je veux que ce soit un Derb Omar de personnages… Si Dieu le veut, always..», lance Asmaa à propos d'un éventuel prochain spectacle. Ce qui est encore plus sûr, c'est que notre jeune humoriste se fraye son bonhomme de chemin, avec brio et bonheur


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.