L'Egypte réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    L'usine de câblage automobile d'Oujda générera 3.500 emplois pour la région    « Mon Maroc », un livre hommage au secteur touristique    Les médias espagnols évoquent les couacs de l'approvisionnement en gaz algérien    Averses orageuses localement fortes mardi et mercredi dans plusieurs provinces du Royaume    Inezgane : Trois individus, dont deux policiers, déférés devant le parquet pour escroquerie et complicité    CAN-2021: La CAF inflige des sanctions à des contrevenants    Liga : Un charter spécial pour les 4 Brésiliens du Real    Le partenariat de l'Université du Real Madrid    Les médias espagnols évoquent des perturbations d'approvisionnement en gaz algérien    Le Liban et le FMI entament des pourparlers sur un plan de sauvetage de l'économie du pays    France/Covid-19 : record de décès quotidiens à l'hôpital    Greenland Technology renforce sa présence au Maroc    (Billet 658) – Quand Israël reconnaîtra-t-il la souveraineté marocaine sur le Sahara ?    Le Musée Bab El Oqla de Tétouan rouvre ses portes    Hassan Benjelloun porte l'histoire de «Jalal Eddine Al Roumi» au cinéma    «Harm Reduction : The Manifesto», en sortie américaine le 26 janvier avec le Washington Times    CAN2021 : Ce mardi, Sénégal-Cap Vert (17h) et Maroc-Malawi (20h)    Maroc-Israël: les ambassadeurs des deux pays à Mexico saluent les progrès réalisés depuis la reprise des relations    CAN 2021/8es : Le Maroc ne reculera devant rien face au Malawi    Netflix déclenche une tempête en Egypte : Alcool, tromperies et homosexualité    Sites industriels pilotes : attribution de l'appel à partenariat relatif aux ZI de Had Soualem et Sahel Lakhyayta    Bourse. Mutandis augmente son capital    Ordre national des pharmaciens: quelles nouveautés dans le nouveau statut ?    Nasser Bourita : la révision de la carte consulaire du Royaume s'impose    CAN 2021: une bousculade au stade d'Olembé à Yaoundé fait plusieurs morts    Maroc-Malawi: Halilhodzic est confiant avant le choc    L'ouverture des frontières demeure liée à la garantie des conditions nécessaires pour préserver la santé des visiteurs et des Marocains    Toutes les résolutions du Conseil de sécurité confirment l'implication directe de l'Algérie (politologue espagnol)    Sport scolaire: Programmation de 42 championnats nationaux durant l'année scolaire en cours    9 millions de personnes risquent de perdre leur pass vaccinal le 15 février, rappelle Véran    La Fondation Mohammed VI de Promotion des Œuvres Sociales de l'Education-Formation dresse son bilan 2021    Covid en milieu scolaire : 5.802 cas déclarés, 196 écoles et 495 classes fermées du 17 au 22 janvier    Journée mondiale de l'éducation : Désarroi de l'enseignement face à la pandémie    M. Mayara met en exergue la profondeur des relations distinguées entre le Maroc et les Emirats Arabes Unis    La reprise du trafic à l'aéroport d'Istanbul retardée à cause de la neige    Burkina Faso. L'Union Africaine appelle au dialogue    L'ANCFCC tient son Conseil d'administration et affiche d'excellents résultats    CGEM : lancement de l'étude « Quelles transformations pour les ICC au Maroc ? »    Le ministère de l'Enseignement supérieur déterminé à promouvoir les valeurs d'intégrité dans les universités    Selon José Manuel Albares, une normalisation des relations entre le Maroc et l'Espagne est encore loin    Washington et Téhéran envisagent des négociations directes sur le nucléaire    « Espèce de connard »: Joe Biden insulte un journaliste    Maroc-Allemagne : L'ambassadrice de retour à Berlin, un message pour l'Espagne    CAN 2021. Une bousculade avant le match Cameroun-Comores aurait fait plusieurs victimes [Vidéo]    Meknès : Restauration des mosaïques de Volubilis    Stof, la punk attitude comme manière de vivre...Un documentaire fort et percutant à (re)voir en Replay    « Les constellations de la Terre », le paysage plastique au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Mort du général El Kadiri, figure amblématique des FAR
Publié dans MarocHebdo le 23 - 11 - 2017


ADIEU, MON GENERAL
Le parcours du général El Kadiri est un modèle du genre, qui mérite d'être rappelé, pour l'Histoire.
Le décès d'un grand chef militaire est toujours durement ressenti par ses compagnons d'armes. La mort du général de corps d'armée Abdelhak El Kadiri, le mardi 21 novembre 2017, à Rabat, après une longue maladie, est de cet ordre. Il était l'exemple même de l'officier supérieur, autant par ses compétences professionnelles que par ses qualités humaines.
On le voyait aux côtés de S.M. Hassan II, un peu en retrait comme il se doit, lors des déplacements du défunt roi à l'étranger. Pieux, l'homme était d'une discrétion absolue, depuis toujours. Cette marque distinctive n'était pas dictée que par sa fonction de patron de la Direction générale des études et de la documentation (DGED), c'était un trait de caractère qui l'a accompagné tout au long de son itinéraire dans l'armée et à travers toutes les responsabilités qu'il a assumées. Une modestie naturelle qui lui a permis de gagner la sympathie, la confiance et le respect de ses collaborateurs les plus proches; ainsi que de solides amitiés dans la société civile.
C'est avec la même facilité de contact qu'il allait à la rencontre des partis de l'opposition, Istiqlal et USFP, principalement. Paradoxalement, les périodes de crispation politique, à l'intérieur comme à l'extérieur, rendaient le dialogue encore plus nécessaire. Le général El Kadiri y allait avec les mêmes dispositions d'écoute; avec la même volonté de recherche d'un terrain minimum d'entente. Il jouait ainsi, avec beaucoup d'allant, l'émissaire du Palais auprès de la classe politique issue du Mouvement national. À l'étranger, il maintenait le contact au pire des relations avec des pays d'Europe, d'Afrique et du Maghreb; particulièrement avec l'Algérie, pour ne pas la nommer.
Le parcours du général El Kadiri est un modèle du genre, qui mérite d'être rappelé, pour l'Histoire et pour les générations futures. Ce natif d'El Jadida, le 13 janvier 1937, jeune bachelier de 18 ans a d'emblée choisi la carrière militaire en s'engageant dans les FAR. Il fera les écoles les plus prestigieuses et les plus rigoureuses en matière de formation militaire pour de futurs officiers, Saint-Cyr et l'Ecole de guerre de Paris. Rien que cette filière est une marque de qualité professionnelle. Ces deux institutions ont eu pour élèves les chefs historiques des armées de France et de pays francophones.
Une fois dans les rangs, de retour au pays, le général El Kadiri gravit tous les échelons, par sa propre capacité de commandement et d'exécution. Il n'a jamais rechigné devant les missions les plus délicates qui lui étaient confiées; et Dieu, sait s'il y en avait.
Le règne de Hassan II n'était pas de tout repos, surtout pour ses proches collaborateurs. Le général El Kadiri en faisait partie. Le patriotisme chevillé au corps, il avait pour priorité permanente sa contribution à la défense de l'intégrité territoriale et de la stabilité politique du pays.
Son accès direct au Roi, sans autre intermédiaire de l'étiquette protocolaire, ne lui donnait pas une quelconque forme de griserie du pouvoir. Il ne s'en gargarisait pas, quelle que soit la circonstance; ce qui donnait de la crédibilité et de la consistance à son propos. Quand le général El Kadiri échangeait un brin de discussion dans les cérémonies où il choisissait de se rendre, l'entourage tendait l'oreille. Mais c'était généralement peine perdue. La rigueur militaire, ajoutée aux impératifs de la sécurité extérieure dont il avait la charge entre 1983 et 2001, reprenaient vite le dessus.
Et pourtant, toutes ces raideurs propres à un corps de métier et qui ressemblaient à des réflexes conditionnés, n'étaient qu'apparence. L'homme était un érudit, d'esprit ouvert et de posture joviale. Il appréciait la fréquentation des intellectuels et des artistes. Un milieu où la réflexion et le rêve s'invitent sans préséance de protocole ou contrainte de langage.
C'était certainement le meilleur moyen de prendre du recul, pour mieux affronter les obligations qui étaient les siennes. S.M. Mohammed VI, qui avait beaucoup de considération pour le général El Kadiri, le nomma en 2001 au poste d'inspecteur général des FAR, la plus haute responsabilité au sein de l'institution militaire marocaine. Poste qu'il a occupé jusqu'en 2004, couronnant ainsi une brillante carrière au service de la nation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.