L'OMS appelle à l'interdiction des tests de virginité    DGSN : La vidéo de tentative de viol qui circule sur les réseaux remonte à 2016    Tariq Ramadan reconnait avoir eu des rapports sexuels avec deux plaignantes    Retrait américain d'un traité nucléaire : John Bolton à Moscou pour explications    Italie : Rome maintient son budget mais promet à l'UE de contenir la dette    Nouveau modèle du développement : Résultats du brainstorming de Skhirat (Document)    Khashoggi : Ankara parle d'un meurtre « planifié », la presse implique MBS    Le Maroc décide l'expulsion des migrants stoppés devant Melilla    Télémédecine : Lancement des premières activités de téléconsultations    Andalousies Atlantiques. Raymonde El Bidaouia et Hajja El Hamdaouia en "cœur" à Essaouira    Régions. L'Etat tient ses promesses    IAM: la Data accélère la croissance    Sanchez, VRP du Maroc auprès de l'UE    Botola Maroc Telecom D1 : L'Ittihad de Tanger tarde à décoller    Partenariat : CFC signe un protocole d'accord avec Shanghai    Attijariwafa bank : Deux nouveaux Espaces Libre service Bancaire à Agadir et Tiznit    Tennis de table : Le Maroc au 30e Championnat arabe prévu du 2 au 8 novembre à Tunis    Météo : Temps passagèrement stable dès mardi    Real Madrid / Lopetegui: « Je serai encore l'entraîneur demain »    Coin de l'expert    Tourisme. L'embellie pour Tanger-Tétouan-Al Hoceima    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Meknès    Inondations dans l'Aude : 200 millions d'euros de dégâts    Transformation numérique : L'industrie 4.0 en débat à l'Ecole Centrale Casablanca    Le prince Moulay El Hassan préside la cérémonie de remise des prix SM le Roi Mohammed VI de saut d'obstacles    Le Wydad de Casablanca s'imposé à domicile face au Mouloudia d'Oujda    Culture et identité : quels défis à relever?    « Visa for Music » dévoile la sélection officielle    Abdelwahab Doukkali expose ses «génies» à Bab Rouah    Edito : Exercice particulier    Le conseil communal de Mohammedia destitue son président PJD    Tanger Med : Plusieurs opérations de trafic de produits de luxe avortées    Pour avoir provoqué un accident de la route en état d'ébriété : Un brigadier-chef placé en garde à vue à Béni Mellal    Mouhcine Malzi, artiste jusqu'aux tripes    Ramed. 2019, l'année de la fin des galères ?    Kamal Lahlou : La participation du Maroc aux JOJ à Buenos Aires a été très honorable    Des Centres de santé défaillants    Divers    Séminaire international sur le rôle des Parlements et des CES d'Afrique face aux défis de la migration    News    Tenue à Asunción de la première session des consultations politiques Maroc-Paraguay    La Russie réitère sa volonté d'approfondir sa coopération avec le Maroc    Le choc OCK-Raja débouche sur un nul    Jack Lang : Ceux qui ont suscité la polémique contre l'enseignement de l'arabe sont en vérité des xénophobes et leurs arguments sont absurdes    Le conte populaire marocain, un patrimoine humain authentique et millénaire au bord de l'extinction    La rareté du lectorat pèse lourdement sur la chaîne du livre    L'Affaire Khashoggi et la main de Washington…    Malgré les aveux saoudiens, Trump et l'UE réclament plus de détails sur le meurtre de Khashoggi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Headbang Lullaby, de Hicham Lasry, dans les salles
Publié dans MarocHebdo le 13 - 12 - 2017


Comme un jeu vidéo
Le film Headbang Lullaby, de Hicham Lasry, projeté pour la première fois au festival de Rennes le 14 février 2017, a remporté le prix spécial du jury lors du festival de Tétouan de cette année.
D'abord un film dynamique qui soutire au spectateur sa passivité habituelle. Car ici, du fait de la caméra branchée sans repli sur les pas de l'action, l'on se croirait presque aux commandes. Oui, comme qui dirait un jeu vidéo... une technique qui accroche. Autre chose serait la lumière à la couleur plutôt chaude, allant du clair-obsur au vif, tantôt discrète tantôt ravageuse, appuyant les détails d'une scène et pas d'une autre, pouvant faire une richesse d'une pauvreté achevée puis une convivialité d'un décor des plus farouches. Oui, on peut parler d'un art de faire ... comme quoi il ne suffit pas de transposer ou même de créer le réel, mais de le soigner. Il est question de façon ... et Headbang Lullaby en est l'adepte. Passée la technique, le verbe se veut autant assidu que l'image. Le juste qu'il faut, voilà! Sachant créer la surprise et le rire, il repousse ainsi tout le superflu.
Quant à l'histoire, elle est atypique, on y entend le discours de feu Hassan II à la radio ... ce qui est d'une rareté dans un métrage, et quel discours? Celui qui a fait suite à «l'émeute de la baguette» de 1981 à Casablanca «Est-ce que les Marocains sont devenus légers?», entonne la radio, pour reprendre «Je dis aux professeurs qu'ils sont identifiés ... c'est bien eux qui poussent les étudiants à la révolte». Une période noire de l'histoire du Maroc qui fait le leimotiv du film. C'est lors des émeutes en question qu'un policier du nom de Daoud reçut un coup sur la tête, de là il finit le visage paralysé, puis inexpressif.
Le roi est passé …
Le comique ici modère le tragique pour un tout sauf ennuyeux. Car on le voit ici même demander l'adresse d'un fleuriste à son confrère. Ça nous dit du décalé du film. Jamais une sans deux, car parallèlement au discours royal, l'on retrouve le football, ou la coupe du monde de 1986 qui opposa le Maroc au Portugal. Le football Comme deuxième devise. Ainsi, le roi, puis le foot, comme deux sacralités, chacune à sa manière, font la trame du film. Le film relève entre autres ce transvasement permanent du Makhzen dans la personne de tout agent d'autorité, en l'occurrence Daoud, son auxiliaire et jusqu'au Mokkadem du quartier. Il en est à la fois le symbole et le garant.
Un cas psychologique digne d'intérêt, car comment peut-on être à la fois muni d'une grande réserve de servilité, puis d'une autre, faite d'acharnement et de mauvaise autorité? C'est l'image d'un Maroc clivé entre ceux qui gardent une dent contre un Makhzen qui a emprisonné les leurs lors des manifs, puis d'autres, heureux comme tout, et qui font le pied de grue devant le passage du roi.
Un passage qui d'ailleurs prend en otage le film et sur toute la ligne. Aussi le téléspectateur, à fortiori marocain, sait que du moment que le roi n'est pas passé, le film ne touchera pas. Daoud, assigné donc au pont qui donne sur le passage en question, connait avec les siens tout un tas de péripéties. En gros, on l'a compris, c'est toute une vie avant que le roi passe.
Hicham Aboumerrouane


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.