Selon « Enjeux stratégiques », la communauté mondiale condamne fermement l'enrôlement d'enfants soldats par le polisario    Témara : Coup d'envoi d'un projet sur le renforcement des capacités des femmes    CAN. Lions de l'Atlas: Bounou de retour, Fajr et Hakimi toujours absents    Coronavirus/Maroc : 88 nouveaux cas admis en REA en 24H    Le Maroc réitère sa solidarité totale avec les Emirats Arabes Unis suite à l'attaque des Houthis contre Abou Dhabi    Climat : Des jeunes leaders marocains à l'honneur dans le cadre d'une campagne lancée par l'ONU    Mali: Un militaire français tué dans une attaque contre un camp de l'opération Barkhane à Gao    Essaouira : Le programme complémentaire de réhabilitation de Mogador, objet d'une visite ministérielle    Crise ukrainienne : Evacuation des familles du personnel de l'ambassade US en Ukraine    Images animées : Après 35 ans de gloire, le GIF est ringardisé    Italie: Berlusconi renonce à briguer la présidence    Alger au fond de l'isolement!    Cameroun: Au moins 16 morts dans un incendie "accidentel" dans une discothèque de Yaoundé    La femme marocaine traditionnelle à l'honneur    Omicron : Voici la partie du corps où le variant frappe en premier    Le Maroc, premier pays de destination de l'émigration française en Afrique    Eliminatoires Mondial Costa Rica : Les sélections féminines marocaine et sénégalaise font match nul    Club des Avocats au Maroc : Plainte déposée contre Hafid Derradji    Tayeb Hamdi : Le sous variant BA.2 d'Omicron nécessite plus de vigilance que d'inquiétude    Covid: Record quotidien d'infections en Russie pour le troisième jour consécutif    Le lac Aguelmam Azegza près de Khénifra accueille la 5e édition du «Ice Swim in Morocco»    Invité d'Info Soir, Rachid Benzine dit tout sur son nouveau livre « Voyage au bout de l'enfance » (Vidéo)    Températures prévues pour le lundi 24 janvier 2022    Casablanca : Le centre de santé Oum Keltoum-Al Walaa inauguré    Remontada spectaculaire des Rojiblancos face à Valence    BAM: Les indicateurs hebdomadaires en 5 points clés    Halilhodžić : le match contre la RD Congo, ce sera du 50-50    CAN 2021 : 12 cas positifs au Covid-19 dans la sélection des Comores    Covid-19: Pékin dépiste un quartier entier, à deux semaines des JO-2022    Covid-19: le sous variant BA.2 nécessite plus de vigilance que d'inquiétude (expert)    Togo. La charte des partis politiques change    Sahara marocain: le SG de l'ONU réaffirme la centralité du processus politique onusien    Magazine : Saïd Afifi, âme de déconstruction massive    L'Humeur : Quand échoppe trouve carouble à son battant    Open d'Australie: Nadal trop fort pour Mannarino (VIDEO)    Novak Djokovic veut jouer l'Open d'Australie en 2023    Les Etats arabes du Golfe cherchent à « restaurer la confiance » avec le Liban m    Une ONG américaine dénonce l'utilisation des enfants-soldats dans les camps de Tindouf    Législatives à Chypre-Nord sur fond de crise économique    Manger ou se chauffer ? Le choix cornélien de Britanniques face à l'envolée des prix    Maroc/Météo : temps assez froid et faibles pluies par endroits ce dimanche 23 janvier    Aéroport de Zagora : hausse de 180% du trafic passagers en 2021    La ville de Casablanca s'associe à la campagne "Informer les femmes, transformer les vies"    Sahara. Guterres: « Il est dans l'intérêt de tous de résoudre une fois pour toutes ce différend »    Le bureau du Cercle d'Amitié Maroc-Israël reçu par la présidente de la commune de Casablanca    L'humoriste Hamza Filali a célébré son mariage (VIDÉO)    The Voice : Le rappeur maroco-néerlandais Ali B accusé d'agressions sexuelles    Brésil: les défilés du carnaval de Rio de Janeiro reportés en avril pour cause de pandémie (officiel)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La plus ancienne ADN fossile en Afrique retrouvée dans la grotte des Pigeons au Maroc
Publié dans MarocHebdo le 16 - 03 - 2018

L'ADN fossile découvert dans la grotte des Pigeons à Taforalt devra aider à reconstituer le patrimoine génétique d'une population africaine, qui a donné naissance à toute l'humanité, a indiqué vendredi à Rabat, Abdeljalil Bouzouggar, enseignant chercheur à l'Institut National des Sciences de l'Archéologie et du Patrimoine et directeur du Laboratoire « Sources alternatives de l'Histoire du Maroc ». Cette découverte est historique, étant donné que c'est pour la première fois, qu'une ADN fossile aussi ancienne soit retrouvée en Afrique, a souligné M. Bouzouggar précisant que l'ADN détecté au Malawi en 2017 date de 8100 ans, alors que les traces recelées à la grotte des Pigeons remontent à 15000 ans, faisant de cette région du Royaume un espace important de l'Histoire biologique de l'Homme.
Les recherches ont débuté en 2003, mais les archéologues n'ont trouvé à cette époque aucun fossile se prêtant à ce type d'analyses (ADN fossile), a fait remarquer l'archéologue, faisant savoir que ce n'est qu'à partir de 2010 que des squelettes humains en bon état ont été découverts, ce qui a permis aux généticiens et archéologues de procéder aux prélèvements génétiques et d'extraire cet ADN fossile, qui s'est avéré après les analyses être la plus ancienne trace génétique connue en Afrique.
S'agissant de la morphologie de l'Homo-sapiens dont les traces d'ADN ont été retrouvées à la grotte de Pigeons à Taforalt, M.Bouzouggar a relevé que ce dernier a des caractéristiques similaires à l'homme actuel, seulement qu'il est plus robuste avec une large stature.
Evoquant l'environnement dans lequel évoluait l'homo- sapiens, le professeur a fait remarquer que la période durant laquelle a vécu cette population (soit avant 15.000 ans), a été marquée notamment par la fin d'une dure crise d'aridité en Afrique et le début de certaines précipitations.
« L'homo-sapiens était un génie qui a pu trouver de bonnes solutions à cette crise climatique, a souligné le professeur d'archéologie, notant que l'homme actuel a beaucoup à apprendre de cette population et de son savoir-faire en matière de lutte contre les changements climatiques.
« Cette grotte rassemble les superlatifs sans exagération aucune », s'est-il réjoui, précisant que c'est dans ce même lieu que les traces de la première opération chirurgicale au monde ont été retrouvées, ainsi que la première marque de la sédentarisation, où l'homme a commencé la pratique des activités agropastorales.
De même, cette grotte a été le lieu où ont été divulguées les plus anciennes parures dans le monde qui datent de plus de 100.000 ans, a-t-il poursuivi, tout en assurant que cette dernière découverte constitue un pas géant dans l'histoire de la génétique.
Ces avancées génétiques sont à même d'aider la médecine moderne à connaitre l'origine de certaines maladies, ce qui lui permettra de mieux les soigner et de proposer des remèdes adaptés, a-t-il dit.
A propos des projets à venir, M. Bouzouggar a fait savoir que la deuxième étape portera sur l'ensemble de l'Afrique du nord en vue d'établir le séquençage du gêne-homme africain, le but étant de tracer l'Histoire biologique.
L'archéologie ne fait pas uniquement référence au passé, elle permet aussi à l'Homme d'améliorer la qualité de sa vie en tirant profit des savoirs et savoirs faire de ses ancêtres, a -t-il conclu.
Le Ministère de la Culture et de la Communication avait annoncé, jeudi, dans un communiqué la découverte par une équipe internationale d'archéologues et de généticiens, dans la grotte des Pigeons à Taforalt au Maroc oriental, les plus anciennes traces d'ADN d'un Homo sapiens en Afrique, datées de 15000 ans.
Les résultats de la découverte de cette équipe, dirigée par Abdeljalil Bouzouggar et Saïd Amzazi, de l'Institut National des Sciences de l'Archéologie et du Patrimoine à Rabat et de l'Université Mohammed V à Rabat et par Johannes Krause et Choongwon Jeong, de l'Institut Max Planck des Sciences de l'Histoire de l'Homme à Jena en Allemagne, en collaboration avec des chercheurs de l'Université Mohammed 1er à Oujda, de l'Université d'Oxford, du Musée d'Histoire Naturelle à Londres et de l'Institut Max Planck d'Anthropologie Evolutive à Leipzig en Allemagne, ont démontré des liens anciens d'une part avec l'Afrique subsaharienne et surtout l'Afrique de l'Ouest et d'autre part avec le Proche Orient.
Les membres de l'équipe scientifique ont analysé l'ADN extrait de neuf squelettes humains découverts dans la grotte des Pigeons à Taforalt en utilisant un séquençage et des méthodes d'analyse avancées ayant permis d'obtenir des données mitochondriales de sept individus et l'analyse approfondie du génome de cinq autres individus fossiles.
Propos recueillis par Zineb JANATI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.