Un bilan positif malgré les contraintes    Un programme de résidence pour artistes en Italie    Casablanca-Settat: Concours de photographie ouvert et gratuit    Tétouan abrite l'université d'été des jeunes MRE    Les Bleus champions du monde font un retour triomphal en France    Vers une réconciliation entre Moscou et Washington ?    Réouverture de l'ambassade d'Erythrée en Ethiopie    Benguerir : Quatre trafiquants de drogue condamnés à 5 ans de prison chacun    Le Roi Mohammed VI félicite le Président Macron après la victoire des Bleus    L'UE rejette la demande américaine d'isoler l'Iran    Natation: pépinière de champions    SM le Roi félicite Macron après la victoire de l'équipe de France au mondial 2018    Maroc-UE : Les tomates sahraouies sont bien marocaines, dixit Bruxelles    Vidéo-Enseignement: De quels acquis parle-t-on ?    BMCE Bank of Africa membre fondateur de l'Association bancaire Sino-Arabe    Le Maroc et le Thaïlande accordent leurs violons    Une correction boursière exagérée ?    Renault signe un premier semestre record    Nouvel ouvrage d'Amadou Ba: «L'empereur Peulh du Maaçina»    CDM 2018 : Modrić élu meilleur joueur du Mondial    Zakaria Rdif désigné gagnant de la catégorie Humour du concours Orange Talents    Convention de jumelage entre les villes d'Oujda et d'Al Qods    Tiznit, capitale de la joaillerie blanche!    «Ecrans Noirs» : La RAM transporteur officiel de l'édition 2018    Le Maroc présent au 1er Festival du cinéma international du Panama    Ould Abdel Aziz refait des siennes    Création du front national pour sauver la Samir    Italie : Les 450 migrants ont tous débarqué    Growth is returning but delays and blockages persist    Rapport de l'OCDE: Accélération de la transformation numérique de l'administration public    Confédération générale des entreprises du Maroc : Le nouveau bureau constitué    Euromoney Awards for Excellence 2018 : Attijariwafa bank doublement récompensé !    France : Lendemain de fête    Une médaille d'or et 2 de bronze pour le Maroc    Parlement : Les axes de la fin de la session    Amitié, confiance et ambition, l'alliage inaltérable de la relation entre la France et le Maroc    Festival du Raï d'Oujda: une pipinière pour les jeunes talents    Tanger Med : Saisie de plus de 1,34 MDH de marchandises de contrebande    OCDE évalue le système éducatif au Maroc    Migration : Le Pacte mondial signé en décembre à Marrakech    Chikaya.ma : Plus de 37.000 réclamations à ce jour !    Le RNI se concentre sur les priorités et ignore les escarmouches politiciennes    La RATP célèbre aussi la victoire des Bleus    Bilan satisfaisant de l'an I du Compact II    Rente sportive    Espagne : 330 migrants secourus au large des côtes andalouses    L'espace Schengen "commence à disparaître"    Tanger Med : La traque à la contrebande continue    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Oumaya Naamane Guessous: Le taux de divorce au Maroc est normal
Publié dans MarocHebdo le 20 - 06 - 2018

Que pensez-vous du chiffre avancé par l'associaion Chaml concernant le nombre de cas de divorce, qui s'élèverait à 277 par jour?
D'abord, je reste sceptique par rapport aux chiffres. C'est certes un chiffre vendeur pour attiser la curiosité de tout un chacun, mais il faut rester prudent et ne pas alarmer les Marocains. Je me fierais plutôt au pourcentage ayant trait aux cas de divorce s'il est en un. Mais d'après le dernier chiffre du HCP, qui me paraît plus crédible, il est de 12%. Rien d'alarmant car il correspond à peu près à la norme mondiale. Donc non, il n'y a pas plus de cas de divorces au Maroc qu'ailleurs. Certes, si l'on exprime ce chiffre en jour il peut paraître important. Mais on est dans une société qui évolue, le nombre de divorce va en augmentant, et je pense qu'il est appelé à être plus lourd dans les années à venir.
En quoi la société d'aujourd'hui est différence de celle d'hier? Pourquoi encourage- t-elle le divorce?
Si tel est le cas, c'est qu'il y a une conscientisation par rapport au statut de la femme en tant que telle, une émancipation donc de la femme doublée d'une indépendance morale et financière qui fait à ce qu'elle n'accepte plus le joug qui pesait sur la femme d'avant. Une femme à la merci de son homme, condamnée à rester sous sa prise pour assurer son vivre et son couvert. Aussi, sur le plan moral, il n'était pas de bonne grâce qu'une femme divorce. La divorcée a longtemps porté une image dégradante. Considérée comme un danger pour les autres, pour le dit équilibre de la société. Ce n'est désormais plus le cas. Ou bien, disons que le cas est moins prenant. Les femmes d'aujourd'hui s'assument. Elles ont choisi leurs libertés et font fi des on dit.
Donc nous sommes plutôt en présence d'une société qui tend de plus en plus pour l'individualisme?
Oui. Je vais vous dire. Si le divorce d'avant se faisait plus difficilement que dans les temps courants, c'est que la mariage était plutôt une affaire de familles plutôt qu'une affaire d'individus. Les jeunes d'aujourd'hui sont plus à même de porter le choix qu'il jugent bon sur tel ou tel compagnon de vie. Le poids des traditions a moins d'emprise sur eux que dans les temps éculés. Donc, oui pour une société de plus en plus individualiste, mais je pense que le mariage demeurera chose sacrée, qui a lieu d'être dans une société qui se veut bien portante. Le concubinage étant interdit par la loi, le mariage reste une constante.
Est-ce que de la même façon que le regard porté sur la femme divorcée a changé, il en va de même pour les enfants issus d'un divorce?
D'abord, il faut savoir qu'un enfant a besoin de sécurité. Un enfant dont les parents divorcent connaît un choc affectif. Chose à ne pas mésestimer. Dans ce cas, un suivi est de rigueur. Pour ce qui est du regard de la société porté sur l'enfant issu d'un ménage éclaté, il a certes changé. Il peut toujours être hélé, comme il a pu l'être, «fils ou fille de la divorcée», mais la marche de la société permet de mieux intégrer de tels cas, de mieux les digérer. Nous sommes en phase d'une société nouvelle!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.