Vidéo -Macron annonce une hausse de 100 euros en faveur des « smicards »    Société Générale, s'adapter aux nouveaux comportements des clients    Digitalisation bancaire : Sommaire de notre spécial    Vidéo-Bourita: « Le Pacte mondial sur les migrations est un acte de souveraineté »    Blocage à Paris-Nanterre contre la hausse des frais pour les non-Européens    Botola Maroc Telecom : Une reprise difficile pour le Raja    CR7 défie Messi !    Finances publiques. Comment en finir avec les inégalités sociales ?    Clôture du 17ème Festival international du film de Marrakech : L'Afrique aux alentours du palmarès    Décès à Marrakech du chanteur Hamid Zahir    Conférence de Marrakech sur la migration.. Que dit la lettre royale lue par El Othmani?    Dédié à la sécurité et à la sûreté : Le Maroc abrite la première édition de l'Asec Expo 2019    Doing Business : Le Maroc vise le top 50    Sahara : Une deuxième table ronde à Genève au 1er trimestre 2019    Lutte contre le diabète : La Fondation Mohammed VI lance une campagne de dépistage    Environnement – Pays à risque climatique dans le monde : Le Maroc 124ème    Société civile, secteur privé… de vrais engagements pour l'action?    Cycle des grands interprètes : Célimène Daudet en tournée dans plusieurs villes    "Gilets jaunes": Vers une baisse des taxes pour apaiser le mouvement?    Fès : Arrestation de deux individus en possession de 5.330 comprimés d'ecstasy    Les bonbonnes de gaz turques arrivent au Maroc    Les pays du Golfe tiennent toujours à leur partenariat avec le Maroc    La communauté juive célèbre la hiloula à Taroudant    FIFM. Coup de maître !    «Regarde-moi», l'autisme autrement    Botola Maroc Télécom: Victoire du Wydad de Casablanca face à l'AS FAR    Africa Forum 2018 : Le Maroc a développé un modèle de coopération intégré et multidimensionnel    Le Pacte mondial sur les migrations, un document fondamental pour une meilleure gestion de la question migratoire    Raja: Les conditions de Garrido pour renouveler son contrat    «Le cinéma est une forme d'art très démocratique»    La Marine royale porte assistance à 72 candidats à la migration clandestine    Trafic international de cocaïne : Un nouveau coup de filet du BCIJ    Trafic international de drogue et de psychotropes : Arrestation à Casablanca d'une Brésilienne en possession de 610 grammes de cocaïne    Développement en Afrique. L'analyse de la DEPF    Journal d'un enfant cireur: «A l'origine de mon calvaire, un échec scolaire»    Déclaration finale de la Conférence parlementaire organisée à l'occasion de l'adoption du Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières    Après une mobilisation des "Gilets jaunes" en léger recul, l'attente d'annonces de Macron    Washington accuse Moscou d'avoir aidé à mettre en scène une attaque chimique en Syrie    Le Congo candidat pour l'organisation de la CAN 2019    Divers    Le Barça roi du derby    Divers    Le Pacte mondial sur la migration, une réponse commune à un défi global    Sur le plateau de France 24, Cheikh Amar était aussi serein que les membres de la délégation marocaine à Genève    "Variety" souligne l'accès grandissant des productions marocaines à l'international    Patrick Terhechte : La 17ème édition du FIFM a été "très réussie" à tous les niveaux    Le message de remerciement et d'engagement de Driss Lachguar, Premier secrétaire de l'USFP et directeur général du Conseil d'administration de "Al Ittihad Presse"    BCIJ: Saisie d'une tonne de cocaïne fortement dosée et arrestation de 7 personnes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Oumaya Naamane Guessous: Le taux de divorce au Maroc est normal
Publié dans MarocHebdo le 20 - 06 - 2018

Que pensez-vous du chiffre avancé par l'associaion Chaml concernant le nombre de cas de divorce, qui s'élèverait à 277 par jour?
D'abord, je reste sceptique par rapport aux chiffres. C'est certes un chiffre vendeur pour attiser la curiosité de tout un chacun, mais il faut rester prudent et ne pas alarmer les Marocains. Je me fierais plutôt au pourcentage ayant trait aux cas de divorce s'il est en un. Mais d'après le dernier chiffre du HCP, qui me paraît plus crédible, il est de 12%. Rien d'alarmant car il correspond à peu près à la norme mondiale. Donc non, il n'y a pas plus de cas de divorces au Maroc qu'ailleurs. Certes, si l'on exprime ce chiffre en jour il peut paraître important. Mais on est dans une société qui évolue, le nombre de divorce va en augmentant, et je pense qu'il est appelé à être plus lourd dans les années à venir.
En quoi la société d'aujourd'hui est différence de celle d'hier? Pourquoi encourage- t-elle le divorce?
Si tel est le cas, c'est qu'il y a une conscientisation par rapport au statut de la femme en tant que telle, une émancipation donc de la femme doublée d'une indépendance morale et financière qui fait à ce qu'elle n'accepte plus le joug qui pesait sur la femme d'avant. Une femme à la merci de son homme, condamnée à rester sous sa prise pour assurer son vivre et son couvert. Aussi, sur le plan moral, il n'était pas de bonne grâce qu'une femme divorce. La divorcée a longtemps porté une image dégradante. Considérée comme un danger pour les autres, pour le dit équilibre de la société. Ce n'est désormais plus le cas. Ou bien, disons que le cas est moins prenant. Les femmes d'aujourd'hui s'assument. Elles ont choisi leurs libertés et font fi des on dit.
Donc nous sommes plutôt en présence d'une société qui tend de plus en plus pour l'individualisme?
Oui. Je vais vous dire. Si le divorce d'avant se faisait plus difficilement que dans les temps courants, c'est que la mariage était plutôt une affaire de familles plutôt qu'une affaire d'individus. Les jeunes d'aujourd'hui sont plus à même de porter le choix qu'il jugent bon sur tel ou tel compagnon de vie. Le poids des traditions a moins d'emprise sur eux que dans les temps éculés. Donc, oui pour une société de plus en plus individualiste, mais je pense que le mariage demeurera chose sacrée, qui a lieu d'être dans une société qui se veut bien portante. Le concubinage étant interdit par la loi, le mariage reste une constante.
Est-ce que de la même façon que le regard porté sur la femme divorcée a changé, il en va de même pour les enfants issus d'un divorce?
D'abord, il faut savoir qu'un enfant a besoin de sécurité. Un enfant dont les parents divorcent connaît un choc affectif. Chose à ne pas mésestimer. Dans ce cas, un suivi est de rigueur. Pour ce qui est du regard de la société porté sur l'enfant issu d'un ménage éclaté, il a certes changé. Il peut toujours être hélé, comme il a pu l'être, «fils ou fille de la divorcée», mais la marche de la société permet de mieux intégrer de tels cas, de mieux les digérer. Nous sommes en phase d'une société nouvelle!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.