Laenser en embuscade    En toute logique, Bank Al-Maghrib maintient son taux directeur à 2,25%    Transavia relance Paris-Dakhla avec l'ONMT en marge du salon IFTM Top Resa    Casablanca : «Maintenant ou Jamel» en octobre    France : L'hypnose à la place de l'anesthésie pour une opération du cœur    Mode: Michael Kors rachète Versace    A partir de décembre, le ballon d'or se conjuguera au féminin    Dialogue social: Le CESE recommande une approche de consensus au-delà de la négociation    SM le Roi félicite le Serviteur des deux Lieux Saints de l'Islam    Les fondateurs d'Instagram démissionnent    Adhésion à la CEDEAO: Le Maroc est-il allé trop vite?    Coupes d'Afrique: Le Raja seul représentant du Maroc    Sommet de la paix Nelson Mandela: Mohammed VI rappelle l'esprit anti-séparatiste de Madiba    IRAN: La journée nationale des forces armées endeuillée…    Tanger : Première opération chirurgicale de valvulopathie mitrale et aortique    Taroudant : Une enquête sur l'incendie du poste ONEE    Les joies de la lettre inspirante    Maria Berasarte « Je suis dans une quête permanente de soi » (Interview)    Tanjazz 2018. Clap de fin ensoleillé !    Justice constitutionnelle. La haute Cour et l'Académie du Maroc déclinent leur vision    BTP : Les détails du contrat programme    L'ANRT ouvre la 3ème session de formation sur le protocole DNSSEC    Qui dit mieux… , Reports, encore et toujours    Championnat arabe des clubs : Match nul du WAC face à Al Ahli Tripoli (1-1)    Couverture sanitaire. Plus de 200.000 dossiers déposés pas les imams    Darija : Grand oral pour Amzazi    Maroc-OMS : La santé mentale au menu des entretiens de M. Doukkali à New York    La lutte contre la toxicomanie s'organise à Tétouan    Les 11è MEDays du 7au 10 novembre prochains à Tanger    Engrais. OCP rachète 20% de Fertinagro Bieotech    ONU : Le Maroc défend ses positions et intensifie ses actions diplomatiques    RDC-Ebola : Déjà 100 morts !    Casablanca : Des conducteurs de taxis transportent gracieusement des malades    Les industriels confiants au 3e trimestre    Journée culturelle pour célébrer l'histoire en partage France-Maroc    Driss Lachguar préside la session du Conseil de l'Union arabe de la jeunesse socialiste    L'armée birmane hausse le ton contre l'ONU    L'Aquarius privé de pavillon    Lancement d'une nouvelle plateforme éducative arabophone    Operation Smile Morocco et l'OCP signent une mission humanitaire dentaire à El Jadida    Divers    L'OCK assure l'essentiel face au CRA    Concours officiel de saut d'obstacles    News    Le blogueur Mahmoud Zeidane jeté dans les geôles du Polisario    C'est parti pour la 12ème édition du Festival international du film de femmes de Salé    Participation marocaine au Festival international "Samae" d'inchad et de musique sacrée du Caire    Clôture à Rabat du premier atelier d'initiation au dessin de mode    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Oumaya Naamane Guessous: Le taux de divorce au Maroc est normal
Publié dans MarocHebdo le 20 - 06 - 2018

Que pensez-vous du chiffre avancé par l'associaion Chaml concernant le nombre de cas de divorce, qui s'élèverait à 277 par jour?
D'abord, je reste sceptique par rapport aux chiffres. C'est certes un chiffre vendeur pour attiser la curiosité de tout un chacun, mais il faut rester prudent et ne pas alarmer les Marocains. Je me fierais plutôt au pourcentage ayant trait aux cas de divorce s'il est en un. Mais d'après le dernier chiffre du HCP, qui me paraît plus crédible, il est de 12%. Rien d'alarmant car il correspond à peu près à la norme mondiale. Donc non, il n'y a pas plus de cas de divorces au Maroc qu'ailleurs. Certes, si l'on exprime ce chiffre en jour il peut paraître important. Mais on est dans une société qui évolue, le nombre de divorce va en augmentant, et je pense qu'il est appelé à être plus lourd dans les années à venir.
En quoi la société d'aujourd'hui est différence de celle d'hier? Pourquoi encourage- t-elle le divorce?
Si tel est le cas, c'est qu'il y a une conscientisation par rapport au statut de la femme en tant que telle, une émancipation donc de la femme doublée d'une indépendance morale et financière qui fait à ce qu'elle n'accepte plus le joug qui pesait sur la femme d'avant. Une femme à la merci de son homme, condamnée à rester sous sa prise pour assurer son vivre et son couvert. Aussi, sur le plan moral, il n'était pas de bonne grâce qu'une femme divorce. La divorcée a longtemps porté une image dégradante. Considérée comme un danger pour les autres, pour le dit équilibre de la société. Ce n'est désormais plus le cas. Ou bien, disons que le cas est moins prenant. Les femmes d'aujourd'hui s'assument. Elles ont choisi leurs libertés et font fi des on dit.
Donc nous sommes plutôt en présence d'une société qui tend de plus en plus pour l'individualisme?
Oui. Je vais vous dire. Si le divorce d'avant se faisait plus difficilement que dans les temps courants, c'est que la mariage était plutôt une affaire de familles plutôt qu'une affaire d'individus. Les jeunes d'aujourd'hui sont plus à même de porter le choix qu'il jugent bon sur tel ou tel compagnon de vie. Le poids des traditions a moins d'emprise sur eux que dans les temps éculés. Donc, oui pour une société de plus en plus individualiste, mais je pense que le mariage demeurera chose sacrée, qui a lieu d'être dans une société qui se veut bien portante. Le concubinage étant interdit par la loi, le mariage reste une constante.
Est-ce que de la même façon que le regard porté sur la femme divorcée a changé, il en va de même pour les enfants issus d'un divorce?
D'abord, il faut savoir qu'un enfant a besoin de sécurité. Un enfant dont les parents divorcent connaît un choc affectif. Chose à ne pas mésestimer. Dans ce cas, un suivi est de rigueur. Pour ce qui est du regard de la société porté sur l'enfant issu d'un ménage éclaté, il a certes changé. Il peut toujours être hélé, comme il a pu l'être, «fils ou fille de la divorcée», mais la marche de la société permet de mieux intégrer de tels cas, de mieux les digérer. Nous sommes en phase d'une société nouvelle!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.