Edito : Contractuels instrumentalisés    Les contractuels instrumentalisés par Al Adl wal Ihssane et Annahj Addimocrati    Séisme politico- économique    Accès à l'eau. Comment Lydec déploie son réseau    L'entrée au capital de CFC de la région de Casablanca-Settat est actée    La CGEM tient son Conseil d'administration    inwi, meilleur réseau internet mobile pour la 2ème année consécutive    Réunions de haut niveau pour Benchaaboun à Bruxelles    Chine: Une explosion massive dans une usine chimique fait 47 morts    Azemmour : Arrestation d'une Française faisant l'objet d'un mandat d'arrêt international pour homicide involontaire    HPS Switch accompagne l'APEP avec son activité de switching mobile    Sahara marocain-Genève II : Kohler garde espoir    Un Monde Fou    Forum Crans Montana: L'Afrique doit bâtir l'avenir de sa jeunesse    Musiques sacrées: La 25e édition met Fès à la confluence des cultures    Première rencontre régionale sur le commerce à Agadir    fin de la première journée de la 2e table ronde de Genève    La lutte menée par le Maroc contre le trafic de migrants louée par le ministre espagnol de l'Intérieur    Participation marocaine à la Conférence de l'ONU sur la coopération Sud-Sud    Un carnage évité de justesse pour 51 collégiens pris en otage dans un bus à Milan    Journée mondiale de la météorologie    Driss Lachguar reçoit Nabil Chaath    Le match contre le Malawi, un sérieux test pour les prétendants à la liste définitive de Renard    Le RTCMA fin prêt pour accueillir la 35ème édition du GP Hassan II de tennis    Divers sportifs    Special Olympics 2019 47 médailles pour le Maroc dont 12 en or    Les industriels partagés à propos de l'évolution de leur production au premier trimestre    Ces célébrités ont touché le fond : Heather Locklear    Divers    L'aéroport Mohammed V considéré comme l'un des meilleurs en Afrique    "Indigo" de Salma Bargach, un film marocain de classe mondiale    Ouverture officielle à Rabat des Journées de la Francophonie    L'artiste peintre Afif Bennani expose ses oeuvres à Montréal    LdC : 20 000 euros d'amende pour Ronaldo    El Othmani : La gratuité de l'enseignement, maintenue et affirmée    Interpellée pour "intention de s'adonner à la prostitution"... Le cri de colère d'une Marocaine à Jakarta    Conférence-Débat: La place des femmes dans l'espace public    Colloque international de Rabat : Réflexions sur la pensée de Khatibi    «Sound of Berberia» : à la recherche de véritables sonorités amazighes    Tennis : Grand Prix Hassan II du 7 au 14 avril à Marrakech    Fusillade d'Utrecht : Le suspect va comparaître pour homicides « terroristes »    Motor Village et Marokoto, partenaires de la Raquette d'Or de Mohammedia    La journée mondiale de la poésie célébrée à la Villa des arts de Rabat    Préscolaire    Les Lions sans Ziyech, Belhanda et Amrabet incertains, place aux Botolistes…    Projection du documentaire "A Thousand girls like me" qui ouvre le débat sur l'inceste    Prochaine tenue du Forum national du handicap    Le Ministère de la Santé propose plusieurs mesures pour une meilleure gouvernance des CHU    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Oumaya Naamane Guessous: Le taux de divorce au Maroc est normal
Publié dans MarocHebdo le 20 - 06 - 2018

Que pensez-vous du chiffre avancé par l'associaion Chaml concernant le nombre de cas de divorce, qui s'élèverait à 277 par jour?
D'abord, je reste sceptique par rapport aux chiffres. C'est certes un chiffre vendeur pour attiser la curiosité de tout un chacun, mais il faut rester prudent et ne pas alarmer les Marocains. Je me fierais plutôt au pourcentage ayant trait aux cas de divorce s'il est en un. Mais d'après le dernier chiffre du HCP, qui me paraît plus crédible, il est de 12%. Rien d'alarmant car il correspond à peu près à la norme mondiale. Donc non, il n'y a pas plus de cas de divorces au Maroc qu'ailleurs. Certes, si l'on exprime ce chiffre en jour il peut paraître important. Mais on est dans une société qui évolue, le nombre de divorce va en augmentant, et je pense qu'il est appelé à être plus lourd dans les années à venir.
En quoi la société d'aujourd'hui est différence de celle d'hier? Pourquoi encourage- t-elle le divorce?
Si tel est le cas, c'est qu'il y a une conscientisation par rapport au statut de la femme en tant que telle, une émancipation donc de la femme doublée d'une indépendance morale et financière qui fait à ce qu'elle n'accepte plus le joug qui pesait sur la femme d'avant. Une femme à la merci de son homme, condamnée à rester sous sa prise pour assurer son vivre et son couvert. Aussi, sur le plan moral, il n'était pas de bonne grâce qu'une femme divorce. La divorcée a longtemps porté une image dégradante. Considérée comme un danger pour les autres, pour le dit équilibre de la société. Ce n'est désormais plus le cas. Ou bien, disons que le cas est moins prenant. Les femmes d'aujourd'hui s'assument. Elles ont choisi leurs libertés et font fi des on dit.
Donc nous sommes plutôt en présence d'une société qui tend de plus en plus pour l'individualisme?
Oui. Je vais vous dire. Si le divorce d'avant se faisait plus difficilement que dans les temps courants, c'est que la mariage était plutôt une affaire de familles plutôt qu'une affaire d'individus. Les jeunes d'aujourd'hui sont plus à même de porter le choix qu'il jugent bon sur tel ou tel compagnon de vie. Le poids des traditions a moins d'emprise sur eux que dans les temps éculés. Donc, oui pour une société de plus en plus individualiste, mais je pense que le mariage demeurera chose sacrée, qui a lieu d'être dans une société qui se veut bien portante. Le concubinage étant interdit par la loi, le mariage reste une constante.
Est-ce que de la même façon que le regard porté sur la femme divorcée a changé, il en va de même pour les enfants issus d'un divorce?
D'abord, il faut savoir qu'un enfant a besoin de sécurité. Un enfant dont les parents divorcent connaît un choc affectif. Chose à ne pas mésestimer. Dans ce cas, un suivi est de rigueur. Pour ce qui est du regard de la société porté sur l'enfant issu d'un ménage éclaté, il a certes changé. Il peut toujours être hélé, comme il a pu l'être, «fils ou fille de la divorcée», mais la marche de la société permet de mieux intégrer de tels cas, de mieux les digérer. Nous sommes en phase d'une société nouvelle!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.