Maroc: l'Aïd Al Adha aura bien lieu cette année    MRE: ouverture des frontières aériennes et maritimes à partir du 14 juillet    Côte d'Ivoire : mort du premier ministre et candidat à la présidentielle Amadou Gon Coulibaly    Météo: jusqu'à 46 degrés ce jeudi au Maroc    Casablanca: le courant électrique totalement rétabli (Lydec)    Projet de loi de finances rectificative : quoi de neuf sur le volet fiscal ?    164 nouveaux cas de Covid-19 au Maroc: près des 2/3 dans la région de Casa    Ouverture des frontières à partir du 14 juillet pour les citoyens marocains et les résidents étrangers au Royaume    Coronavirus : 3212 cas actifs mercredi 8 juillet à 18 heures    Les ménages incertains et très inquiets    Elections 2021: Réunion entre l'Intérieur et les partis    Serie A: Ibracadabra renverse la Vieille Dame    Assilah respire un air artistique estival!    L'identité, selon Descombes    Premier League: Arsenal et Leicester se quittent sur un nul    Infos Covid-19/Maroc: le ministère a fait une annonce    Détournement d'aides dans les camps de Tindouf: la responsabilité de l'Algérie est entière    Liga : Valence souffle, l'Atlético freiné par le Celta    Le dissident algérien Karim Tabbou appelle à s'engager dans un «vrai» processus politique    Alerte Météo : la canicule se poursuit au Maroc    Le Parlement marocain exige des excuses d'Amnesty    US Round Up du mercredi 8 juillet – PPP, Banques, Eglises, Texas, Harry et William    Hamza El Fadly « L'argent, la cause de tous les problèmes »    Fermeture des frontières : Plus de 45.000 MRE ont regagné leur pays de résidence    Covid-19 : La CAF et ses partenaires se réunissent pour la sécurité sanitaire en Afrique    Théâtre d'enfant : Un art à exercer professionnellement selon El Houcine Essekkaki    Casablanca: incendie spectaculaire dans une décharge (VIDEO)    Loubna Abidar critiquée par un avocat égyptien (VIDEO)    Vivo Energy Maroc élargit son soutien à tout son écosystème    Spécial 40ème jour du décès d'Abderrahmane El Youssoufi : Je ne regrette aucun engagement    Vacances. Voici les plages où il ne faut pas se baigner    Retour sur le passé : Brides de ma vie relatée à M'Barek Bouderka    «Casablanca confinée», se livre à Pedro Orihuela    Milouda Chahid: «Je me suis réinventée par la peinture»    Ventes de voitures neuves : Baisse de 43,3% à fin juin 2020    BCIJ : Démantèlement d'une cellule terroriste à Nador    Enseignement: L'e-learning en voie d'institutionnalisation au Maroc dès la rentrée prochaine    Joe Biden promet que les États-Unis réintégreront l'OMS s'il est élu    Amekraz contre attaque. La CNSS inspecte Driss Lachgar    4 terroristes présumés arrêtés à Nador    Parcours exceptionnel d'un homme si exceptionnel    Les USA se retirent officiellement de l'OMS    Si Abderrahmane et Marie-Hélène El Youssoufi ont fêté avec le TAS un sacre attendu depuis 80 ans    Spécial 40ème jour du décès d'Abderrahmane El Youssoufi : La culture, une source d'intérêt majeure pour El Youssoufi    Tensions sino-américaines en mer de Chine    Le président brésilien annonce sa contamination au Covid-19    Le Marocain Aziz Krir remporte le titre    Côte d'Ivoire : Drogba brigue le poste de président de la FIF    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Mamounia menacée de privatisation
Publié dans MarocHebdo le 07 - 11 - 2018


Un lieu mythique à vendre
Plus qu'un palace confortable, La Mamounia est un espace chargé d'histoire. Tombera-t-il dans l'escarcelle d'un milliardaire en mal d'exotisme haut de gamme?
Le Maroc serait-il en train de vendre ses bijoux de famille? La Mamounia fait partie de la dernière charrette d'établissements publics, mais néanmoins privatisables. Sont appelés à la barre des entreprises qui n'ont pu être vendues tels le CIH bank, le complexe textile de Fès (Cotef), Charbon et bois de Casablanca (Sococharbo), entre autres. La nouvelle d'une privatisation imminente a été relayée par des confrères de la presse écrite ou électronique. Dans quelle mesure cette cession sera-t-elle conduite jusqu'à son terme envers et contre les réactions d'une solide appartenance au même espace avec tout ce que celui-ci représente?
Historicité à plusieurs facettes
Les documents révélateurs ne disent pas à quelle hauteur se fera la privatisation, totale ou partielle! Le but étant de renflouer les caisses de l'Etat d'un apport frais de 5 à 6 milliards de dirhams. La finalité est de réduire le déficit budgétaire ou, pour le moins, de le maintenir à 3% et pas plus. La Mamounia ne devrait pas s'inscrire dans cette équation économistique, voire strictement financière, pour la ville et pour le Maroc. Qui dit Marrakech, dit La Mamounia. Chaque Marrakchi de souche, en fait chaque Marocain aux quatre points cardinaux du pays, sait que la Mamounia est plus qu'un palace; une oeuvre architecturale qui tient de l'identité de la ville et de son histoire. Bien entendu, après le minaret de la Koutoubia accessible du regard dans un rayon de plusieurs kilomètres.
La Mamounia est partie prenante de cette historicité à plusieurs facettes et à travers les âges. Comment en est-on arrivé à mettre en vente un édifice témoin d'une succession d'époques aux niveaux national et au delà! Ce qui aurait conduit à cette décision limite, dans ce cas particulier, serait, précisément, l'aura de La Mamounia à travers le monde.
Les cercles diplomatiques des plus illustres en visite au Maroc, espèrent être logés à La Mamounia et pas ailleurs. Ce qui alourdit une facture forcément salée. Le budget de fonctionnement aussi. En définitive, cette éminente parcelle de notre mémoire collective est victime de son succès et de sa perception comme un lieu mythique et confortable.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.