Voici le temps qu'il fera ce lundi    Pour les joueurs, un été intense avant une année dense    Idiotorial : L'ovalie a son virus    "Jemâa El Fna en live" Quand les artistes de la place subjuguent le public par des spectacles virtuels à distance    L'Oriental fashion show, une édition digitale inédite    Les Instituts Cervantès au Maroc lancent la seconde partie du cycle du cinéma en ligne "Clásicos contigo"    L'ambassadeur de Chine à Rabat salue l'initiative Royale en faveur des pays africains    La responsabilité de l'Algérie dans les violations des droits de l'Homme dans les camps de Tindouf établie à l'ONU    Le WAC et le Raja pas du tout tentés pas des matches au stade Père Jégo    Les marchands non financiers anticipent une diminution de leur activité    Rapatriement de 290 Marocains bloqués au Canada    Le Maroc accueillera le premier Canopy by Hilton en Afrique du Nord    Le Parlement et le HCP renforcent leur coopération    L'Algérie veut que se tienne des élections en Libye    Safi en quarantaine : Le spectre du reconfinement plane sur d'autres cités    Coronavirus dans le monde : zones reconfinées en Espagne, le Maroc enregistre son bilan le plus lourd depuis mars    Macron s'exprimera à l'occasion du 14 juillet, une première    Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil dans le meilleur des PJD    Fraude aux cotisations sociales : la scandaleuse vidéo d'Amekraz qui aggrave son cas    Chelsea, Manchester United et Arsenal victorieux    Rapatriement des Marocains bloqués en Turquie : 2 nouveaux vols et 230 citoyens transportés samedi    Castex et Macron mettent les «bouchées doubles»    Hong Kong: c entre Londres et Pékin    NordinAmrabat testé positif au Coronavirus !    Raja Jeddaoui, la star du 7e art arabe n'est plus    Phraséologie humaniste, Horreur impérialiste    Grosse chaleur du dimanche à mardi dans plusieurs provinces du Royaume    Coronavirus : la région de Marrakech-Safi est la plus touchée ce dimanche    Serie A: large succès de la Juventus et de l'AC Milan    Tarik Haddi, nouveau président de l'AMIC    Des ministres gaffeurs!    Nabil Benabdallah: «Se départir des velléités colonialistes»    L'ANP et l'AFD pour un développement durable et compétitif des ports    Casablanca: placé en garde à vue, il meurt après un malaise    La Fédération appelle à des assises nationales sur la presse et les médias    Covid-19 : l'actrice égyptienne Raja Al Jadawi n'est plus    Un organisme de l'ONU établit la responsabilité de l'Etat algérien dans les camps de Tindouf    Message du roi Mohammed VI au président de l'Algérie    Radouane Amine : « Nous défendons la thèse mettant l'humain au centre de tout modèle de développement »    Comment Royal Air Maroc se prépare à l'austérité    Ragaa El-Guiddawi emportée par le Coronavirus    Un organisme de l'ONU pointe la responsabilité du régime algérien dans les violations des droits de l'homme aux camps de Tindouf    PJD: le communiqué de la honte    Patriotisme fiscal : l'urgence d'un élan patriotique dans le domaine de l'impôt    Le trauma colonial algérien encore vivace, le président Tebboune réclame des excuses françaises    Fête de l'indépendance des USA: Le Roi Mohammed VI félicite le président Trump    Danemark : La Petite Sirène de Copenhague vandalisée et accusée de racisme    «L'art pour l'espoir»: 27 regards à l'ère de la pandémie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le divorce au Maroc
Publié dans MarocHebdo le 27 - 11 - 2018


Menace sur la famille
Hausse alarmante des séparations conjugales. Risque permanent de désintégration de la famille. Mariage de plus en plus tardif. La cause dans les conditions de vie.
Il est communément admis que la solidité de la cellule familiale participe d'une stabilité certaine du tissu social. Or, la famille n'a jamais été autant sujette à caution, soumise à des pressions souvent insoutenables, dans tous les espaces géographiques. La mondialisation a fait un rabotage par le bas pour tenter d'effacer les nuances de spécificité culturelle. Le Maroc n'y a pas échappé. Preuve en a été fournie par le Réseau marocain de la médiation familiale (CHAML) dans une enquête récente sur les divorces au Maroc, au titre de l'année 2018. La hausse vertigineuse des séparations conjugales a été constatée.
Les statistiques sont alarmantes. Le nombre de cas a plus que doublé en cinq ans. Il est passé de 40.000 en 2013 à plus de 100.000 en 2017. Comme pour mieux ressortir la gravité de ce chiffre, l'association a fait un report sur les mois, les jours et les heures. Cela donne 8.333 divorces par mois; 277 par jour et 11,5 par heure.
Dans le même ordre de préoccupation, il a été relevé que les tribunaux marocains ont enregistré plus de 35.000 dossiers relatifs à des retards ou des refus de paiement de la pension. Les réseaux marocains tels CHAML et Family médiation sont parfaitement conscients de la portée de leur action résumée dans la triptyque «un réseau fort, une médiation efficace, une famille sûre». Une profession de foi qui a du mal à résister aux 8.000 cas à traiter par les associations, avec les moyens du bord. La présidente de CHAML, Asmaa El Mouadden, est la première à en faire le constat. Lorsqu'on rapproche cette réalité à d'autres données chiffrées sur le même sujet de préoccupation, celui-ci prend encore plus d'ampleur. Il s'agit de l'âge du mariage. Il est de plus en plus tardif. Pas moins de 31 ans pour les hommes et 26,6 ans pour les femmes. Ce ne sont que des moyennes; quant à la réalité sans ambages, elle est plus facile à constater, plus dure à vivre.
Filet de sauvetage
Il n'y a pas longtemps, des filles pas encore mariées à plus de 20 ans étaient considérées comme des «vieilles filles» (bayrat). Dans ce genre de situation, ce sont encore une fois les filles et pas du tout les garçons, qui sont mises à l'index par la société. La condition féminine en prend un coup à partir d'un réflexe conditionné complètement intégré par les modes de réaction sociétaux.
La structure familiale est dans le point de mire. Elle est doublement attaquée par le mariage tardif à l'amont et la tendance à la désintégration, suite au divorce, à l'aval. Que dit l'enquête sur les causes de l'un et de l'autre de ces deux mouvements qui convergent vers le déclin de la famille? La famille, majoritairement la référence, en terme de règle de conduite, elle l'est de moins en moins. La famille, filet de sauvetage, en cas de besoin pressant; elle ne l'est presque plus.
Si l'on peaufine un peu plus, histoire de faire docte; dans tous les cas de figure, l'appartenance de classe reste l'élément déterminant pour se marier comme pour divorcer. Ce ne sont pas là que des facteurs relevant de la géographie ou d'un ethnicisme facile et suranné. La vérité toute crue est qu'il est difficile de se marier en étant chômeur endurci. Il en va de même pour le divorce qui peut être perçu comme un allègement d'une situation de précarité durable.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.