الحكومة تقرر إلغاء إلزامية اختبار PCR للدخول إلى المغرب    A Buffalo, Biden dénonce « le poison » du suprémacisme blanc    Le roi félicite le nouveau président somalien    Covid-19: Annulation de la condition du test PCR pour accéder au territoire national    Interpellation du suspect impliqué dans le vol sous la menace de l'arme blanche d'une agence bancaire à Casablanca    Après 2 ans d'absence, le festival Jazzablanca fait peau neuve à Anfa Park    Alerte météo: il va faire chaud dans plusieurs villes du Maroc    Dacia Maroc dévoile la Sandero Streetway Artway    Officialisation de l'amazigh: l'IRCAM et la Chambre des conseillers s'associent    Toyota affiche un bénéfice record de 36% en 2021    Les Palestiniens attachés à l'espoir légitime d'instaurer un Etat indépendant    Le Hassania d'Agadir et l'Olympic de Safi se neutralisent    L'équipe nationale marocaine B remporte 9 médailles, dont une en or    L'Espagnole Nuria Parrizas Diaz en huitièmes de finale    Tournée de DYnamic et DJ Snoop au Maroc    Jihane Bougrine chante « Rahat El Bal »    Cinéma d'animation : quels rôles pour les pouvoirs publics ?    Zapatero soutient Pedro Sachez et appuie la position de son pays sur le Sahara marocain    Le ministre gambien des Affaires étrangères réaffirme le soutien ferme de son pays à la marocanité du Sahara    Les relations avec le Maroc sont « absolument importantes et stratégiques », affirme Grande-Marlaska    France : Elisabeth Borne à la tête de Matignon    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 17 mai 2022 à 15H00    L'hypertension artérielle, une maladie mortelle et silencieuse    Police efficace et citoyenne    Le legs abrahamique au cœur de l'unité et de la modernité de notre société    Les retenues des barrages à usage agricole enregistrent un déficit de 2 milliards de m3    New-York : le Maroc prend part au Forum d'examen des migrations internationales    Les députés européens interpellés sur les violations systématiques des droits humains dans les camps de Tindouf    Réouverture des frontières de Ceuta et Melilla dans la joie après plus de 2 ans de fermeture    L'Académie du Maroc lance officiellement sa Chaire des littératures et des arts africains    Marrakech / "Reg'Art Surréel" : Une invitation à réfléchir sur la complexité de la réalité    Rabat : Hommage à feue Haja Hamdaouia le 28 mai, au Théâtre National Mohammed V    Les recettes touristiques en hausse de 80% à fin mars    Environ 800.000 agriculteurs inscrits à la sécurité sociale (M. Sadiki)    Finales de la CAF et de la Ligue des Champions : La Confédération confirme officiellement les dates, les horaires et les stades d'accueil    Meeting international Mohammed VI: Rendez-vous du gotha mondial de l'athlétisme    Manchester United : Marco Van Basten suggère à Erik Ten Hag de signer Hakim Ziyech    17e anniversaire de l'INDH : la phase III vise l'inclusion des jeunes    Défense nationale : Nouvelles orientations pour relever les défis du 21ème siècle    Les dirigeants du Raja jettent l'éponge    L'OCP affiche une performance solide à T1 2022    Fez Smart Factory: Son rôle débattu à l'Université Euromed    On connaît (déjà) la date de l'Aïd al-Adha 2022 au Maroc    Justice pénale : Le Maroc à la première vice-présidence de la 31ème session de la CCPCJ    La météo pour ce mardi 17 mai 2022    Lions de l'Atlas : Hakim Ziyech aurait refusé de rencontrer Vahid Halilhodzic    Irak: plus de 2 000 personnes hospitalisées à la suite d'une tempête de poussière    Washington rétablit une présence militaire en Somalie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Théâtre Marocain : un essai du chercheur Omar Fertat
Publié dans MarocHebdo le 05 - 12 - 2018

C'est le fruit de dix ans de recherches menées par le chercheur marocain Omar Fertat sur le théâtre marocain et ses évolutions mais surtout ses emprunts au théâtre étranger dans les pièces et les spectacles adaptés les plus marquants du répertoire national.
Au bout d'une décennie, Omar Fertat a enfanté "Le théâtre marocain à l'épreuve du texte étranger", un ouvrage qui fera date, tant l'essai retrace l'histoire de l'adaptation de grandes oeuvres étrangères par des dramaturges marocains notoires mais aussi l'émergence d'une nouvelle génération qui professionnalise cet emprunt.
Une décennie de recherches durant laquelle ce maître de conférences à l'Université Bordeaux Montaigne, où il enseigne le théâtre et le cinéma arabes au Département des Etudes arabes, et directeur de la revue Horizons/Théâtre, a été amené à effectuer plusieurs séjours au Maroc pour participer à des manifestations autour du théâtre, dont «Tanger la spectaculaire», festival international dédié aux arts de la scène qu'organise annuellement le Centre International des Etudes Spectaculaires (ICPS), présidé par le professeur Khalid Amine, ainsi que des rencontres avec des dramaturges et adaptateurs de textes étrangers, dont particulièrement Mohamed Kaouti.
Défrichant des pans jusque-là inexplorés de l'histoire du théâtre au Maroc, l'auteur analyse trois moments charnières dans l'évolution de cette pratique interculturelle: traduction et adaptation: le temps de l'apprentissage; de l'adaptation à l'écriture: appropriation et dépassement; et de la transplantation à la nouvelle dramaturgie. L'emprunt au théâtre étranger au Maroc reste forcément lié à des hommes et des femmes de théâtre qui se sont illustrés dans une pratique particulière de la traduction ou de l'adaptation et/ou ont inventé de nouvelles approches du texte occidental.
Une évolution positive
Une partie importante de cet ouvrage est donc aussi consacrée à quelques-uns de ces faiseurs de théâtre, comme Mehdi Mnaïa, André Voisin, Abdessamad Kenfaoui, Ahmad Tayeb Al-Alj, Tayeb Saddiki, Mohamed Kaouti, Abdalmajid Elhaouasse, Asmaa Houri. «Je suis content de voir enfin paraître cet essai et de pouvoir le partager avec les chercheurs et les amoureux du quatrième art marocain car à ce jour, la thématique de l'ouvrage «la traduction et l'adaptation dans le théâtre marocain» n'a jamais fait l'objet d'une publication ni d'une recherche sérieuse. J'ai essayé d'esquisser une histoire marocaine de cette pratique interculturelle en mettant en lumière aussi bien les oeuvres majeures que les acteurs de cette formidable aventure tels Tayeb Saddiki, Ahmed al-Alj ou Mohamed Kaouti. Je remarque qu'il y a une évolution certaine du théâtre marocain marquée fortement par une nouvelle génération de lauréats de l'Institut supérieur d'art dramatique et d'animation culturelle (ISADAC) qui ont modernisé le théâtre marocain par des propositions esthétiques où le corps, la musique, la scénographie… jouent un rôle important», confie Omar Fertat.
L'écrivain et chercheur n'omet pas de souligner la présence et le rôle avant-gardiste joué par l'élément féminin dans cette évolution positive. Le livre parle aussi des nouvelles générations qui ont raflé presque tous les grands prix nationaux de ces dernières années et réussi à s'illustrer au niveau international, dont Asmaa Houri et Mohamed El Horr. Le livre est disponible sur plusieurs sites de vente tels Amazone.fr ou la Fnac ou même sur le site des Presses universitaires de Bordeaux. Il peut être, également, commandé dans les librairies marocaines. La première présentation du livre aura lieu le 6 décembre 2018 à l'ISADAC. La rencontre sera animée par l'ancien directeur de cette institution, Ahmed Messaia.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.