Listes électorales: le ministère public appelle à la lutte contre les infractions commises lors des inscriptions    Les partis politiques appelés à mettre fin à la charité électorale    Suède : le gouvernement Löfven emporté par une motion de censure    Yassir Maroc signe un accord de coopération avec Huawei    Saint-Gobain Développement Maroc devient Saint-Gobain Maroc    La Libye, calvaire pour les femmes sur le chemin de l'Europe    Corée du Nord: le représentant spécial des Etats-Unis propose une rencontre    Championnats panarabes d'athlétisme : suprématie marocaine avec 31 médailles    Selon le président du Barça, le projet de la Super Ligue est « toujours vivant »    Ousmane Dembélé forfait pour le reste de l'Euro    Bac 2021 : taux exceptionnel de réussite dans la région Dakhla-Oued Eddahab    Intelligence Artificielle: Al Akhawayn et l'Université Mohammed VI Polytechnique lancent un nouveau Master    Enseignement : Open Sky International arrive au Maroc    Eaux de baignade : 29 plages interdites cet été    Indice de démocratie : l'Algérie est un des pays dominés par des «régimes autoritaires»    Elections professionnelles : L'UMT confirme, le syndicat du PJD régresse    Guterres reconduit, les félicitations de Sa Majesté le Roi    Baisse des prix : La Santé publie une nouvelle liste de 46 médicaments    Livrée dans les délais prévus : La CMC de Souss-Massa ouvre ses portes en septembre prochain    Liga: le Rayo Vallecano retrouve la première division    Patrice Motsepe : Rendre la CAF plus compétitive et autosuffisante    Youssef Aït-Bennasser en discussions avec un club italien    Coupe de la CAF : le Raja de Casablanca et Pyramids se neutralisent    Tennis : La Tunisienne Ons Jabeur remporte son premier titre à Birmingham    Hôtellerie : Kenzi offre des réductions jusqu'à 30% pour tous les Marocains    Cours de change des devises étrangères contre le dirham    Marché des changes (10-16 juin): le dirham se renforce face à l'euro    Permis de conduire: tout ce qu'il faut savoir sur les changements en vue    France: trois blessés dans l'effondrement de deux immeubles    Prévisions météorologiques pour le lundi 21 juin 2021    Grève de la faim : l'administration pénitentiaire nie les allégations d'un détendu    Deux ex-policiers français rejugés pour le viol d'une Canadienne    Maroc-Espagne: Gonzalez Laya toujours confiante pour une sortie de crise    L'Opinion : Coup de semonce pour le PJD    La coopération militaire est «illimitée» et riche en opportunités    Régionales françaises : la droite s'accroche, la droite dure moins vigoureuse que prévu    ONU: adoption d'une résolution condamnant le putsch en Birmanie    Israël : feu vert à une commission d'enquête sur la tragédie du mont Meron    Covid-19: Hausse des cas attribués au variant Delta au Canada    Compteur coronavirus : 288 nouveaux cas, 9.375.240 personnes vaccinées    Une vitrine de la haute couture traditionnelle marocaine    La littérature, la catharsis, et l'essence de l'humanité    Parution de l'ouvrage «Histoires des Prophètes»    Exposition: danse avec le papier    Décédé à l'hôpital américain à Paris : Haj Brahim Id Hali Bicha, une icône du mécénat s'éteint    Abdoulaye Konaté, le croisé à angle droit    Amal Saqr fait des confidences sur sa vie privée (VIDEO)    L'Agadir d'Aït Kine à Tata : un grenier collectif symbolisant le riche patrimoine architectural de la région    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Théâtre Marocain : un essai du chercheur Omar Fertat
Publié dans MarocHebdo le 05 - 12 - 2018

C'est le fruit de dix ans de recherches menées par le chercheur marocain Omar Fertat sur le théâtre marocain et ses évolutions mais surtout ses emprunts au théâtre étranger dans les pièces et les spectacles adaptés les plus marquants du répertoire national.
Au bout d'une décennie, Omar Fertat a enfanté "Le théâtre marocain à l'épreuve du texte étranger", un ouvrage qui fera date, tant l'essai retrace l'histoire de l'adaptation de grandes oeuvres étrangères par des dramaturges marocains notoires mais aussi l'émergence d'une nouvelle génération qui professionnalise cet emprunt.
Une décennie de recherches durant laquelle ce maître de conférences à l'Université Bordeaux Montaigne, où il enseigne le théâtre et le cinéma arabes au Département des Etudes arabes, et directeur de la revue Horizons/Théâtre, a été amené à effectuer plusieurs séjours au Maroc pour participer à des manifestations autour du théâtre, dont «Tanger la spectaculaire», festival international dédié aux arts de la scène qu'organise annuellement le Centre International des Etudes Spectaculaires (ICPS), présidé par le professeur Khalid Amine, ainsi que des rencontres avec des dramaturges et adaptateurs de textes étrangers, dont particulièrement Mohamed Kaouti.
Défrichant des pans jusque-là inexplorés de l'histoire du théâtre au Maroc, l'auteur analyse trois moments charnières dans l'évolution de cette pratique interculturelle: traduction et adaptation: le temps de l'apprentissage; de l'adaptation à l'écriture: appropriation et dépassement; et de la transplantation à la nouvelle dramaturgie. L'emprunt au théâtre étranger au Maroc reste forcément lié à des hommes et des femmes de théâtre qui se sont illustrés dans une pratique particulière de la traduction ou de l'adaptation et/ou ont inventé de nouvelles approches du texte occidental.
Une évolution positive
Une partie importante de cet ouvrage est donc aussi consacrée à quelques-uns de ces faiseurs de théâtre, comme Mehdi Mnaïa, André Voisin, Abdessamad Kenfaoui, Ahmad Tayeb Al-Alj, Tayeb Saddiki, Mohamed Kaouti, Abdalmajid Elhaouasse, Asmaa Houri. «Je suis content de voir enfin paraître cet essai et de pouvoir le partager avec les chercheurs et les amoureux du quatrième art marocain car à ce jour, la thématique de l'ouvrage «la traduction et l'adaptation dans le théâtre marocain» n'a jamais fait l'objet d'une publication ni d'une recherche sérieuse. J'ai essayé d'esquisser une histoire marocaine de cette pratique interculturelle en mettant en lumière aussi bien les oeuvres majeures que les acteurs de cette formidable aventure tels Tayeb Saddiki, Ahmed al-Alj ou Mohamed Kaouti. Je remarque qu'il y a une évolution certaine du théâtre marocain marquée fortement par une nouvelle génération de lauréats de l'Institut supérieur d'art dramatique et d'animation culturelle (ISADAC) qui ont modernisé le théâtre marocain par des propositions esthétiques où le corps, la musique, la scénographie… jouent un rôle important», confie Omar Fertat.
L'écrivain et chercheur n'omet pas de souligner la présence et le rôle avant-gardiste joué par l'élément féminin dans cette évolution positive. Le livre parle aussi des nouvelles générations qui ont raflé presque tous les grands prix nationaux de ces dernières années et réussi à s'illustrer au niveau international, dont Asmaa Houri et Mohamed El Horr. Le livre est disponible sur plusieurs sites de vente tels Amazone.fr ou la Fnac ou même sur le site des Presses universitaires de Bordeaux. Il peut être, également, commandé dans les librairies marocaines. La première présentation du livre aura lieu le 6 décembre 2018 à l'ISADAC. La rencontre sera animée par l'ancien directeur de cette institution, Ahmed Messaia.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.