CHAN (Maroc-Ouganda) / Ammouta : « Le match sera décisif pour les deux sélections »    Berrechid-Settat: accident de plus de 30 véhicules (vidéo)    Evolution du coronavirus au Maroc : 337 nouveaux cas, 466.626 au total, lundi 25 janvier 2021 à 18 heures    Journée internationale de l'éducation : l'UNESCO soutient l'employabilité dans le Maghreb    OCDE : le Maroc ne figure pas parmi les gros émetteurs de carbone    Forum de Davos : Le redressement de l'économie post-Covid en débat (vidéo)    L'OFI plaide pour des listes électorales égalitaires    Musées : La FNM lance un concours pour la création et la réalisation graphiques destinées à la refonte de son identité visuelle    Le rock maghrébin en concert à Meknès    "Communication de crise. Crise de communication", nouvel ouvrage de Mustapha Elouizi    Le souffle révolutionnaire donne un nouvel élan au cinéma soudanais    La Ligue arabe salue les accords auxquels les parties libyennes sont parvenues à Bouznika    L'Opinion : La Maison tranche...    La souveraineté du Maroc sur ses terres, cette indéniable réalité qui enrage la junte et ses marionnettes    Zakaria Aboub: Les Lionceaux de l'Atlas visent le podium à la CAN U20    Youssef En-Nesyri, au sommet de la Liga    L'OCK accroché par Wydad Témara    Un décret Royal relatif au statut particulier des internes des hôpitaux au menu du Conseil de gouvernement    Rabat : Une convention entre la Faculté de droit et le Parlement    «ISRAE, ELLE...», nouveau roman de Mohamed Ouissaden    Covid-19: Mobilisation des moyens appropriés pour réussir la campagne de vaccination    Le dirham se déprécie de 0,67% face à l' euro    Smartphones : Attention au hacking malveillant !    La Chine accorde un grand attachement envers l'Afrique    Navalny marque des points dans un combat à hauts risques avec le Kremlin    Quand Victor Hugo guerroie contre l'anankè    Bientôt un prix spécial du nom de feu Noureddine Saïl    Le frère de Maître Gims s'installe à Marrakech    Neta ElKayam « La musique ancienne judéo-marocaine est la voix du futur »    Gilles Devendeville : « Le Maroc n'a à souffrir de la comparaison avec aucun pays sur le plan du commerce »    La CGEM coopte la Fédération Marocaine de l'Externalisation des Services    Les Etats-Unis comptent s'appuyer sur les succès de la normalisation avec le Maroc dans les relations américano-israéliennes    Impôts: ce qui change pour les commerçants    Le trafic y afférent a grimpé de 20% en 2020: Tanger Med, 1er port à conteneurs de la Méditerranée    France : reprise des visas de regroupement familial    Air Arabia : nouvelle liaison internationale à partir de Nador    Dr Tayeb Hamdi : «les laboratoires privés ne peuvent pas détecter la nouvelle souche du coronavirus»    Vaccin AstraZeneca… ce qu'il faut savoir    La 30è édition du Rallye Aïcha des Gazelles reportée    Manchester United en huitièmes, Arsenal éliminé    Handball / Chili-Maroc (28-17) : Défaite inattendue ! A qui la faute ?    Maroc-Israël : un accord signé pour le lancement de vols directs entre les deux pays    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Algérie. Ça sent encore la naphtaline soviétique    Turquie-Grèce. Erdogan met de l'eau dans son vin    Sahara. L'Afrique du Sud toujours aussi hostile au Maroc    Cyclisme: La FRMC organise un stage de préparation à Benslimane    Manifs anti-couvre-feu : La Hollande s'enflamme (vidéos)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





PAS DE TVA SUR LES BOISSONS SUCREES
Publié dans MarocHebdo le 11 - 12 - 2018


Un dangereux jeu d'influence
Les puissants lobbies des industries du soda sont des plus actifs. Leur pression a fini par "convaincre" les Conseillers de renoncer à une TVA spéciale sur les boissons sucrées, un amendement apporté par leurs collègues de la première Chambre du Parlement.
Quel est le véritable poids des lobbies industriels, maintenant qu'ils ont «convaincu» les conseillers de la majorité, menés par le RNI, à renoncer à un amendement qui a un double objectif: préserver la santé publique et renflouer davantage les caisses de l'Etat par ces temps de crise? Il s'agit d'un amendement apporté par la commission des finances à la Chambre des représentants portant sur l'augmentation de 50% de la taxe intérieure de consommation (TIC), relatif particulièrement à une taxe spéciale de 70 dirhams l'hectolitre sur les boissons gazeuses et non gazeuses, contenant du sucre supérieur à 5 grammes dans 100 millilitres.
Les conseillers renoncent donc à cette TVA dite spécifique. Mais pas seulement. Ils renoncent également à l'augmentation de la TIC puisqu'elle pénaliserait le secteur. A ce propos, les «limonadiers» devaient payer, à partir de janvier 2019, 45 dirhams l'hectolitre au lieu de 30 dirhams actuellement. Finalement, le ministre des Finances a introduit une progressivité de 35 dirhams, 40 dirhams et 45 dirhams selon la teneur du sucre dans les boissons. Ce système sera également appliqué au nectar, dont la TIC devait passer de 10 à 15 dirhams l'hectolitre. Désormais, les opérateurs payeront 10 dirhams, 5 dirhams et 2 dirhams, selon le niveau du sucre. Ces amendements ont été acceptés par le ministre des Finances, Mohamed Benchaâboun. Ce dernier devra alors introduire ces amendements dans un nouveau projet gouvernemental pour éviter la susceptibilité des députés.
Lutte contre l'obésité
Si le fait que le lobbying des industriels du soda ait porté ses fruits auprès des conseillers était pour le moins attendu, l'on se demande si ceux-ci réussiront à rallier les députés à leur «cause». Car on sait que lors de la deuxième lecture du projet de loi de finances à la Chambre des représentants, les députés auront le dernier mot.
Si le rejet de l'amendement des Conseillers fait le bonheur de 6 grandes entreprises, dont des multinationales, employant près de 6.000 personnes, le raisonnement des députés et des professionnels de la santé est autre. Les députés se sont notamment basés sur un rapport publié en 2015 par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) faisant état de la nécessité de réduire l'apport en sucres ajoutés, surtout dans les boissons, afin de limiter les risques d'obésité, de diabète de type 2, de cancer de l'endomètre et de cancer du sein.
L'organisation onusienne est pour la surtaxation des boissons gazeuses avec comme objectif de réduire considérablement l'obésité dans le monde. Ses arguments sont plutôt très convaincants: pour cause de diabète, 12.000 morts sont à déplorer chaque année au Maroc. Mais ce qui est convaicant d'un point de vue sanitaire ne l'est forcément pas d'un point de vue purement économique. Les lobbiystes industriels le voient sous un autre angle, mercantile s'entend.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.