Sahara marocain. Coup d'envoi d'une deuxième table ronde à Genève    HCP : Evolution du taux de la fécondité au Maroc    El Othmani : La gratuité de l'enseignement, maintenue et affirmée    Jeux mondiaux 2019 de Special Olympics : Le Maroc déccroche 34 médailles dont 12 en or.    Interpellée pour "intention de s'adonner à la prostitution"... Le cri de colère d'une Marocaine à Jakarta    Chez les dentistes, un projet de loi fait jaser    Conférence-Débat: La place des femmes dans l'espace public    Les AREF comptent licencié les enseignants contractuels pour abandon de poste    Paradis fiscaux : Jouahri exprime sa colère vis-à-vis du maintien du Maroc par l'UE sur la liste grise    Colloque international de Rabat : Réflexions sur la pensée de Khatibi    Tennis : Grand Prix Hassan II du 7 au 14 avril à Marrakech    Communiqué du BP du PPS    Fusillade d'Utrecht : Le suspect va comparaître pour homicides « terroristes »    Brexit: May demande un report à des Européens « fatigués » de la saga    La diaspora invitée à contribuer au développement de leur pays d'origine    Motor Village et Marokoto, partenaires de la Raquette d'Or de Mohammedia    3è Festival «Les Océanes» à Essaouira : Le surf et la protection du littoral à l'honneur    Mujer : Tout un numéro réservé au Maroc !    Le ver dans le fruit !    Centres hospitaliers universitaires. Opération sauvetage en marche?    Italie : 51 enfants pris en otage, échappent au drame de justesse    Vidéo de l'attentat de Christchurch : Facebook s'explique    Flexibilité du DH: L'élargissement de la bande pas pour demain    Le détenteur de Sapress prend le contrôle de Sochepress    La journée mondiale de la poésie célébrée à la Villa des arts de Rabat    AFMA: Résultat net consolidé en baisse de 15% en 2018    Préscolaire    Projection du documentaire "A Thousand girls like me" qui ouvre le débat sur l'inceste    Le PSG obtient gain de cause devant le TAS    Les enjeux de la dernière journée des éliminatoires de la CAN 2019    La jeunesse face à la classe politique    La Commission interministérielle spécialisée examine le plan de mise en œuvre de la déconcentration administrative    Radio Medi1 : Guergarate et Nouadhibou sur la fréquence 99.8    Organisation de la Femme Istiqlalienne    Haute commission mixte entre le Maroc et le Rwanda    Etudiants et professionnels de Santé défilent contre Bouteflika à Alger    Brigitte Bardot pète les plombs    Prochaine tenue du Forum national du handicap    Syrie    Finances publiques. Une guide pour la programmation triennale    Edito : L'eau    Centrale Danone lance une nouvelle gamme de lait : «Centrale Ta9alid Bladi»    Le Onze national à Lilongwe en vue de peaufiner les ultimes réglages    Insolite : Promotion mensongère    Quand la langue de Molière nous rapproche et nous unit    "L'Algérie.. La crise du régime et l'illusion de l'Etat" nouvel ouvrage de Mohammed Benhamou    Les Lions se préparent pour leurs prochaines échéances    Trois clubs marocains au tirage des coupes africaines    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Risque de licenciement pour Yatim
Publié dans MarocHebdo le 13 - 12 - 2018

UN GOUVERNEMENT BRESILIEN SANS MINISTRE DU TRAVAIL. POURQUOI PAS AU MAROC?
Rien ne nous met en comparaison avec le Brésil. L'océan Atlantique et bien d'autres choses nous séparent. Et voilà qu'un factuel politique nous rapproche au point que dans ce Brésil lointain certaines décisions éminemment politiques et sociales nous interpellent.
Les faits: Le nouveau président brésilien, Jair Bolsonaro, fraîchement élu au nom de l'extrême-droite brésilienne, vient de former un gouvernement qui reflète le vote populaire aux dernières présidentielles. Tous les départements y sont représentés à l'exception du ministère du travail, dans un exécutif taillé à la pointure du nouvel homme fort du paysage politique brésilien.
L'argument d'une réduction du nombre de ministres est un peu court. Il faut dire que la décision de M. Bolsonaro est du genre osé dans un pays qui compte 13 millions de chômeurs et 43% d'économie informelle. Avouez qu'à partir de ces données premières et essentielles, il y a matière à puiser quelques transpositions de notre fonctionnement institutionnel et, surtout, du rendement escompté. L'unité de mesure est toute simple. En quoi tous les départements ministériels représentés au gouvernement répondent-ils aux questionnements et aux attentes pressantes du public? L'obligation de résultat est fortement marquée par un déficit flagrant. Chacun y est allé par une argumentation qui rejette la responsabilité sur l'autre.
La mise en congé, dernièrement, de certains ministres participe de cette exigence de comptes rendus en rapport avec la vocation de leurs départements et de leur capacité de communication. Tous les ministrabilisés ne sont pas à mettre dans le même sac. Il y en a qui brillent plus que d'autres par une discrétion qui frise le mutisme. À ce titre, la palme d'or revient sans contexte au ministre du travail. Mohamed Yatim, actuellement en charge d'un secteur stratégique et vital, n'a pratiquement jamais adressé la parole au grand public, les yeux dans les yeux. À l'exception d'un bref propos déclaratoire et rituel lors du premier mai, les apparitions de M. Yatim à la télévision ou dans la presse sont d'une parcimonie au compte-gouttes. C'est à croire que M. Yatim n'a pas encore intégré l'idée que sa fonction ne tourne pas exclusivement autour de l'axe central de la fête du travail. Compte tenu de ce qui précède, il y a lieu de reproduire l'expérience brésilienne, à savoir la suppression pure et simple du ministère du travail.
En quoi cela se fera-t-il sentir dans la gestion gouvernementale de la chose publique? Juste une absence sans aucun impact sur le quotidien politique du pays. Une chose est certaine, M. Yatim est tout sauf un exemple de communication. L'une des rares fois où il a fait parler de lui, c'est à partir d'une histoire matrimoniale qui relève de sa vie privée à respecter en toute circonstance. Et pourtant, il avait tout loisir d'intervenir dans ce dialogue social sans fin et sans accord avec les antagonistes. Après la primeur du Chef du gouvernement, M. Yatim se devait d'apporter les éclaircissements nécessaires. Il ne l'a pas fait pour des raisons qui ne tiennent qu'à lui, par delà d'éventuelles consignes de mutisme de son parti. Après tout, il est payé pour ça. Une solution à la brésilienne, dans un cadre de refonte du gouvernement, ne serait pas superflue


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.