Un Monde Fou    Développement durable: «L'Etat doit donner l'exemple»    Marrakech: Les bénévoles Jood dans la rue avec les sans-abri    Théâtre: Quand le couple se remet en question    Migration : L'Espagne demande à l'UE de débloquer les 140 millions d'euros promis au Maroc    Terminal 1 : 7 millions de passagers de plus pour l'aéroport Mohammed V    Le Roi félicite Nordine Oubaali pour avoir remporter le championnat du monde WBC    La Chambre des représentants annule les dettes des collectivités locales contractées avant 2000    Insolite : Pires que des cochons    Le Forum de Davos s'ouvre sous le signe du risque politique et économique    Theresa May compte retourner discuter du Brexit à Bruxelles    Le Royaume met en avant ses nombreux atouts touristiques à Madrid    Kalou : La réattribution de la CAN 2023 à la Côte d'Ivoire n'est pas une si mauvaise nouvelle    Liverpool : Klopp cherche des solutions en défense    Raja-ASFAR, un classique sous le signe de l'équilibre    Benslimane enregistre un total de 93 mille ha emblavés en céréales d'automne    L'ONMT présente son plan d'action digital pour 2019    Facebook annonce investir 300 millions de dollars dans le journalisme    Divers    WhatsApp limite le partage de messages pour lutter contre « l'infox »    Le dirham se déprécie par rapport à l'euro et vis-à-vis du dollar    Les péripéties d'une histoire sans issue    A Cuba, les tubes de Michael Jackson version salsa    "L'Afrique du rire" fait escale à Rabat et Casablanca    Oscars 2019 : les nominations dévoilées    L'International Crisis Group s'intéresse à l'Afrique    RC Lens : Achraf Bencharki, l'homme du match face à Nancy (sondage)    Times Higher Education 2019 : 3 universités marocaines dans le TOP 1000    C.Ronaldo condamné à une peine de prison ferme    Art et musique inaugurent 2019 à l'Institut Cervantès de Casablanca    Le 2ème Festival «Afrique du Rire» fait escale à Rabat et Casablanca    «Le stade de football, nouvelle arène politique…»    Nespresso inaugure son premier concept de boutique en Afrique    L'accord avec le fisc divise les commerçants    Peine de mort : La mobilisation continue    L'Europe ambitionne une mission lunaire avant 2025    Le Conseil de gouvernement discutera de la modalité d'application du service militaire    Le chaud et le froid pour le foot national    Le «Mono-dame» théâtral sur les planches de la ville ocre    Oxfam: Entre riches et pauvres, les inégalités s'emballent    Décès du prétendant au trône de France Henri d'Orléans    Macron et Merkel tentent de braver l'euroscepticisme ambiant    ONU: De nombreux risques pèsent sur l'économie mondiale    El Khalfi: 1.20 MMDH pour lutter contre les disparités territoriales    Rencontres africaines d'intelligence économique à Dakhla en juin prochain    Les dirigeants historiques de l'USFP et les causes nationales    Les défis du féminisme africain    L'ouverture de l'école sur son environnement en débat à Khouribga    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





BENATIQ: « La migration est un facteur d'enrichissement »
Publié dans MarocHebdo le 18 - 12 - 2018

Tous ceux qui ont pris part au forum de Marrakech sont unanimes sur le fait que la migration ne doit pas être considérée comme un problème.
Le forum mondial sur sur la migration et le développement a tenu toutes ses promesses de par la qualité des débats et la diversité des intervenants. Quelle lecture en faites-vous?
La ville de Marrakech restera dans les annales du monde comme étant la ville qui a posé les jalons d'un débat international fécond et sans complexe sur la question de l'immigration dans toutes ses dimensions. Des centaines d'intervenants, hommes politiques, du monde de l'économie et des finances, des acteurs de la société civile venus de pays aussi bien riches que pauvres ont pu échanger entre eux sur tous les thèmes liés à la migration.
Marrakech restera donc dans les annales pour une deuxième raison, c'est que le Maroc a pu exposer sa vision et son approche des questions migratoires. Et, sur bien des points, notre pays est en avance puisqu'il avait de son propre chef initié depuis voilà cinq ans une nouvelle politique dédiée aux migrants. Et dont l'objectif est de leur permettre des conditions de vie décente. Tous ceux qui ont pris part au forum sont unanimes sur le fait que la migration ne doit pas être considérée comme un problème, mais plutôt comme un facteur d'enrichissement mutuel. C'est cela qui fonde d'ailleurs la politique marocaine en la matière.
Il y a certains pays ou certains milieux qui restent sceptiques…
Il s'agit d'une dynamique mondiale qui est en marche. C'est cela l'essentiel. Et puis, n'oubliez pas que ce phénomène constitue l'une des problématiques les plus complexes du 21è siècle. Ce sont 258 millions de migrants qui vivent à l'extérieur de leurs pays d'origine, soit 3% de la population mondiale, et contribuent à la dynamisation de l'économie mondiale (soit 9% du PIB au monde). Cette tendance, il ne faut pas l'oublier non plus, est à la hausse avec tout ce que cette donnée signifie.
La politique nationale de l'immigration intègre une donnée fondamentale, à savoir que les migrations font partie intégrante de la mondialisation, reliant entre elles les sociétés d'une même région et d'une région à l'autre et faisant de tous les pays des pays d'origine, de transit et de destination.
L'Afrique est accusée comme principal émetteur de migrants. Qu'en est-il réellement?
L'Afrique n'est pas le principal émetteur de migrants dans le monde. Mais, au-delà des chiffres, il y a des politiques à mettre en oeuvre. Il faut une coopération accrue pour répondre aux besoins des migrants en situation de vulnérabilité et résoudre les problèmes qui se posent. C'est dans ce sens que l'on peut créer des conditions qui permettent aux communautés et aux individus de vivre en sécurité et dans la dignité dans leur propre pays.
Pour sa part, et grâce à la vision royale, le Maroc est convaincu, aujourd'hui plus que jamais, de la nécessité de passer à une gestion continentale du dossier de la migration, après avoir réussi la gestion nationale de cette question. Cette vision présentée, dans l'agenda royal adressé aux participants au 30è Sommet de l'Union africaine (UA), le 29 janvier 2018, a été proactive et clairvoyante. En effet, comme je l'ai rappelé mercredi 5 décembre à l'ouverture du forum qui a précédé la conférence intergouvernementale, la gestion de la migration doit être consensuelle en prenant en considération que la migration, qui constitue un levier de développement, ne peut être gérée que dans le cadre d'une coopération Sud-Sud et afro-africaine.
La migration aide à construire un esprit de solidarité entre les pays africains. Le Royaume propose également la création d'un Observatoire africain de la migration en tant que mécanisme scientifique d'accompagnement de ce phénomène, et qui ouvre la voie à la réflexion et aux actions proactives compte tenu de la complexité de cette question.
Où en est la politique marocaine de migration?
Le Maroc était d'abord un pays émetteur d'émigrés. Ils sont maintenant quelque 5 millions de MRE, dont des dizaines de milliers occupant des postes de décision. Pour les accompagner, notre pays s'est doté depuis longtemps, d'une approche spécifique. Mais, depuis quelques années, le Maroc est devenu un pays d'accueil de migrants.
Pour cela, notre pays a adopté une politique novatrice il y a cinq ans visant à régulariser les migrants clandestins et à leur offrir le meilleur cadre de vie possible avec la scolarisation de les enfants et l'accès aux soins et au logement social. Le Forum tenu du 5 au 7 décembre à Marrakech a été une opportunité pour renforcer la coopération entre les pays, étant donné que la gestion de la migration est un phénomène universel qui concerne tous les pays et continents sans exception.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.