Libération de dix humanitaires au Niger après deux semaines de captivité    Le roi Mohammed VI a écrit au président biélorusse    Facebook : Les Arabes se déchaînent sur les homosexuels    US Round Up du vendredi 3 juillet – Bill de Blasio, Shana Moakler, Mike Pence, CBO, Miami    Votre e-magazine Challenge N°750 du vendredi 03 juillet 2020    France: Jean Castex Premier ministre à la place d'Edouard Philippe    Coronavirus : nouveau paquet européen d'assistance pour soutenir les groupes vulnérables en Afrique du Nord    Bac à Casablanca: la belle initiative du caïd de Sbata (VIDEO)    La finale de la Coupe du Portugal de football n'aura pas lieu à Lisbonne    A la demande du gouvernement, RAM devra céder 20 appareils et donc réduire ses effectifs du tiers    ONCF: 350.000 voyageurs depuis l'annonce du déconfinement    Compétences numériques : Microsoft et LinkedIn soutiennent le retour à l'emploi    Bac au Maroc: l'épreuve d'arabe a fuité sur Facebook    Coronavirus au Maroc-Situation à 10h: 246 nouveaux cas, 13.215 au total    Casablanca : Les épreuves du Bac sous haute sécurité sanitaire    Ouvertures des frontières: L'Espagne reste fermée aux Marocains, Algériens et Chinois    Laâyoune : Près de 12 tonnes de drogue incinérées    Fès: drame évité de justesse à l'ancienne médina    Tawtik.ma : Plus de 400.000 opérations gérées annuellement sur la plateforme    Remaniement : le Premier ministre français Édouard Philippe démissionne, son remplaçant désigné dans quelques heures    Un PJDiste ose : « Les Amazighs et les Juifs marocains d'Israël sont des traitres »    Interview – NoboxLab: Une startup tangéroise qui promeut la formation à distance    Forum Sino-Arabe : une alliance stratégique renforcée    Devises vs Dirham: les cours de change de ce vendredi 3 juillet    Mohamed Ziane écope d'une année de suspension d'exercice de la fonction    Musées: Le ministère de la Culture appuie la FNM    Et si Casablanca retrouvait son statut de «ville monde»?    Le Maroc réitère sa demande à Amnesty international    Plan israélien d'annexion : le groupe arabe auprès de l'Unesco, présidé par le Maroc, vent debout contre le projet    Installation à Lima du groupe d'amitié parlementaire Pérou-Maroc    Le CSPJ plaide pour la préservation de l'indépendance de la justice    Aymane Mourid signe à Leganés jusqu'en 2024    Championnat national virtuel de muai-thaï    L'appel de la Palestine à la communauté internationale pour contrecarrer l'arbitraire israélien    Le WAC se prépare à défendre son titre    Après l'allégement des mesures de confinement, la reprise des tournages fait face à une série de difficultés    Nouvelles "mesures de résistance" en faveur du cinéma    Cinq œuvres de réalisateurs marocains subventionnées par Doha Film Institute    Les allégations des adversaires de l'intégrité territoriale du Royaume mises à nu    Lions de l'Atlas. Chadli pour succéder à Revel ?    Driss Lachguar préside vendredi et samedi trois réunions régionales    Détournement de l'aide par le polisario et l'Algérie: le Parlement européen se saisit officiellement de l'affaire    Officiel: Achraf Hakimi rejoint l'Inter    Le beau message de Bachir Abdou à Saad Lamjarred (PHOTO)    « Folle de lui » de TiiwTiiw & LACRIM enflamme la toile    Ali Essafi et Tala Hadid rejoignent l'Académie des Oscars    Liga: un Marocain signe à Leganés    Visite de soutien et de solidarité du Premier secrétaire à l'Ambassadeur de Palestine à Rabat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les Français ont mal à la France
Publié dans MarocHebdo le 19 - 12 - 2018


LES "GILETS JAUNES" PARALYSENT L'HEXAGONE
Magasins saccagés, voitures brûlées et affrontements violents avec les forces de l'ordre. Un soulèvement qui ressemble à un projet d'insurrection nationale. Le taux d'encadrement des mouvements sociaux par les partis politiques sont faibles en France comme au Maroc.
Depuis les élections présidentielles et législatives de 2017, la France semblait couler des jours pacifiques tel un long fleuve tranquille. Ce n'était que le calme qui précède la tempête. La France est dans la rue. La grogne couvait en silence. C'était juste des complaintes qui accompagnaient l'apéro, une baguette sous le bras. Cette image d'Epinal de la France profonde à la Marcel Pagnol a suspendu ses airs de bon vivre pour rallier l'agglomération la plus proche et participer à la grande manif. Il suffisait de se procurer un gilet jaune, signe de ralliement simple et efficace pour en faire partie de plein droit. Qu'est-ce qui a fait bouger la France des villes et des campagnes à ce point de mobilisation?
Au commencement était la hausse des prix du carburant, en partie due au contexte international; mais aussi à l'augmentation de la fiscalité de ce produit névralgique, fixée par l'Etat. En un an, le prix d'un litre de diesel a augmenté de 20% et celui de l'essence de 14%. Naturellement, ce sont les professionnels du transport routier qui se sont manifestés les premiers, parce que les plus pénalisés. Mais aussi le commun des consommateurs.
Mesures de rattrapage
En fait, tous les Français qui possèdent une voiture. Progressivement, le cercle des manifestants s'était agrandi. Tous les porteurs de revendications jugées légitimes, souvent à bon escient, étaient dans les rangs. Des casseurs aguerris ou simplement désespérés s'y sont engouffrés. Saccages des magasins, voitures brûlées et affrontements violents avec les forces de l'ordre. L'image d'une France en révolte.
On a coutume de dire que les Français aiment manifester, à tort ou à raison. Les râleurs inconsolables sont constamment volontaires. Cette fois-ci, c'est réellement la France qui a mal à la France. Les amis d'Emmanuel Macron, président de la république, s'en sont aperçus juste avant que l'ensemble du pays n'entre en insurrection. Des mesures de rattrapage sont prises. Annulation de la hausse du carburant; une rallonge de 100 euros pour le smig et une série de défiscalisations sur les salaires.
Comme d'habitude, certains événementiels made in France renvoient à un parallèle avec le Maroc. Ce mouvement de contestation qui relève de la désobéissance civile, à l'échelle nationale, est-il possible au Maroc? Les ingrédients déclencheurs sont presque analogues, sans être forcément les mêmes. En plus des questions conjoncturelles relatives à la relation salaires-pouvoir d'achat, un autre paramètre est à relever, le taux d'encadrement des mouvements sociaux par les partis politiques et les syndicats. Il est désespérément faible, à la fois en France et au Maroc.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.