Coronavirus : nouveau paquet européen d'assistance pour soutenir les groupes vulnérables en Afrique du Nord    Votre e-magazine Challenge N°750 du vendredi 03 juillet 2020    Voici le nouveau premier ministre de France    France: Jean Castex Premier ministre à la place d'Edouard Philippe    Enseignement à distance: ce qu'en pensent les candidats au bac (VIDEO)    Bac à Casablanca: la belle initiative du caïd de Sbata (VIDEO)    La finale de la Coupe du Portugal de football n'aura pas lieu à Lisbonne    A la demande du gouvernement, RAM devra céder 20 appareils et donc réduire ses effectifs du tiers    ONCF: 350.000 voyageurs depuis l'annonce du déconfinement    Compétences numériques : Microsoft et LinkedIn soutiennent le retour à l'emploi    Démission du gouvernement français: ce que l'on sait    Coronavirus au Maroc-Situation à 10h: 246 nouveaux cas, 13.215 au total    Casablanca : Les épreuves du Bac sous haute sécurité sanitaire    Ouvertures des frontières: L'Espagne reste fermée aux Marocains, Algériens et Chinois    Laâyoune : Près de 12 tonnes de drogue incinérées    Fès: drame évité de justesse à l'ancienne médina    Forum Sino-Arabe : une alliance stratégique renforcée    Devises vs Dirham: les cours de change de ce vendredi 3 juillet    Tawtik.ma : Plus de 400.000 opérations gérées annuellement sur la plateforme    Edouard Philippe présente sa démission    Remaniement : le Premier ministre français Édouard Philippe démissionne, son remplaçant désigné dans quelques heures    Un PJDiste ose : « Les Amazighs et les Juifs marocains d'Israël sont des traitres »    Interview – NoboxLab: Une startup tangéroise qui promeut la formation à distance    Edito : Bac    Mohamed Ziane écope d'une année de suspension d'exercice de la fonction    Musées: Le ministère de la Culture appuie la FNM    Et si Casablanca retrouvait son statut de «ville monde»?    Le Maroc réitère sa demande à Amnesty international    Plan israélien d'annexion : le groupe arabe auprès de l'Unesco, présidé par le Maroc, vent debout contre le projet    Le CSPJ plaide pour la préservation de l'indépendance de la justice    Installation à Lima du groupe d'amitié parlementaire Pérou-Maroc    Aymane Mourid signe à Leganés jusqu'en 2024    Championnat national virtuel de muai-thaï    L'appel de la Palestine à la communauté internationale pour contrecarrer l'arbitraire israélien    Le WAC se prépare à défendre son titre    Amekraz/CNSS. Il y'a encore plus grave    Après l'allégement des mesures de confinement, la reprise des tournages fait face à une série de difficultés    Nouvelles "mesures de résistance" en faveur du cinéma    Cinq œuvres de réalisateurs marocains subventionnées par Doha Film Institute    Driss Lachguar préside vendredi et samedi trois réunions régionales    Lions de l'Atlas. Chadli pour succéder à Revel ?    Les allégations des adversaires de l'intégrité territoriale du Royaume mises à nu    Détournement de l'aide par le polisario et l'Algérie: le Parlement européen se saisit officiellement de l'affaire    Officiel: Achraf Hakimi rejoint l'Inter    Le beau message de Bachir Abdou à Saad Lamjarred (PHOTO)    « Folle de lui » de TiiwTiiw & LACRIM enflamme la toile    Ali Essafi et Tala Hadid rejoignent l'Académie des Oscars    Liga: un Marocain signe à Leganés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Colère transatlantique de Trump
Publié dans MarocHebdo le 21 - 12 - 2018


Les USA ne veulent plus de la Minurso
Sachant que les Etats Unis sont les premiers pourvoyeurs de fonds de la Minurso, les jours de celle-ci seraient comptés. Le choix de Trump devrait être du côté de la vérité historique et du bon sens.
Depuis l'arrivée au pouvoir de Donald Trump, on attendait la réaction de la Maison Blanche, directement par lui-même ou par le personnel du carré proche des prises de décision. La plus récente a eu lieu le vendredi 14 décembre 2018. Lors d'une réunion restreinte autour du président, le conseiller de celui-ci pour les questions de sécurité, John Bolton, a fait un exposé sur le rôle militaire, diplomatique et financier des Etats Unis dans les zones de tension à travers le monde. Une nouvelle stratégie est en train d'être mise en place.
Il s'agit de raccourcir et d'alléger la présence américaine dans ces régions et de rationaliser la contribution des Etats Unis, dans le sens d'une baisse. Le conflit autour du Sahara marocain n'y a pas échappé. Le conseiller est allé droit au but. Il estime que les USA héritent de la plus forte participation, à travers le budget de la Minurso, établi à 52.519.000 dollars, contre 40 millions de dollars en 2007. La tendance à la hausse est évidente. Et cela pour rien, avoue le conseiller dans un long soupir. La question du Sahara en est l'illustration patente.
En 27 ans on n'a pas avancé d'un pouce. Donald Trump voudrait renverser la vapeur. Moins de présence et de dépenses. Une déduction du pur pragmatisme anglo-saxon. Et le nouveau président proclame que l'Amérique ne financera plus des dossiers qui moisissent, des situations qui perdurent et des casernements reconductibles à perpétuité. Expressément visée, la Minurso est ouvertement appelée à plier bagages. D'ailleurs, elle doit trouver un autre lieu de conflit et de résidence dès l'expiration de son safari, réduit à six mois, qui prend fin le 30 avril 2019, comme l'a voulu le président américain.
La menace plane sur l'avenir immédiat de la Minurso. Une chose est sûre, Donald Trump ne s'embarrasse pas de circonvolutions du langage diplomatique. Son approche sur l'enlisement manifeste de la Minurso n'est pas loin des conclusions tirées par le Maroc. À titre de rappel, le Maroc avait expulsé en 2016, 80 fonctionnaires de la Minurso convaincus d'intelligence avec une partie du conflit au détriment de l'autre. Les exclus avaient finalement été autorisés par l'employeur onusien pour reprendre du service ailleurs, sans parti-pris. Valeur 2018, parmi les 483 effectifs déployés on ne compte que 20 militaires et 231 membres du personnel civil, entre autres observateurs (209), 2 policiers, 7 officiers d'état-major et 14 volontaires. D'un point de vue profane, ce décompte laisse perplexe. Que peut une poignée de pacifistes en uniforme chargée de maintenir la paix? Pas grand chose. Les exemples de ce genre de situation ont profondément marqué les années 1990.
Il reste la question sur le pourquoi de cette stérilité des émissaires civils et militaires de l'ONU, face au dossier du Sahara marocain! Il a été suffisamment rappelé que dans ce conflit de ni guerre-ni paix, il n'y a que deux protagonistes, pas 36, l'Algérie et le Maroc. On en est là dans ce feuilleton interminable qui a rarement appuyé sur la pédale pour avancer.
Le coup de frein de Trump réussira- t-il à le mettre en mouvement dans un délai de six mois? Pourquoi pas, si l'unique sortie par une solution de droit et de bon sens est adoptée. Celle du projet marocain d'autonomie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.