Météo: le temps qu'il fera ce vendredi    Exclusif/«J'ai résisté pendant 12 ans pour Oued Chbika»    PLF: Benchaâboun rattrapé par l'article 9    Compétitivité    Déontologie, éthique... les recettes pour dépasser la crise    Education: C'est la cata…    Domaine public: Nouvelle descente à Oulfa    Un Monde Fou    Offensive culturelle du Royaume-Uni au Maroc    Les échanges commerciaux et les investissements au centre des entretiens El Otmani-Pompeo    La Fondation Esprit de Fès balise l'avenir    France: La grève du 5 décembre prend une allure de révolte    Présidentielles algériennes: Débat télévisé entre les cinq candidats    Le Raja acculé à l'exploit au stade des Martyrs à Kinshasa    Tirage au sort de la Coupe Mohammed VI A la portée pour le Raja, compliqué pour l'OCS    Le secrétaire général de l'UMA rend hommage à S.M le Roi    Ouverture à Tanger du 2ème Forum sur le rôle des zones franches et industrielles    L'APEBI appelle à la mise en place d'une gouvernance numérique regroupant l'ensemble des grands ministères    Les disparités régionales ont diminué ces dernières années, selon El Othmani    L'éducation à la petite enfance se porte bien, mais …    Après avoir relevé différents dysfonctionnements, le Bureau politique de l'USFP appelle à une réunion urgente de la majorité    Les camps de Tindouf mis sur la sellette par le Canada    L'orchestre de l'opéra national du pays de Galles enchante le public rbati    "Abidat Rma" font le show à New Delhi    Le FIFM rend hommage à Mouna Fettou    Marrakech-Safi: Une production d'olives estimée à 223.000 tonnes    Création du "Club de Casablanca" de l'Africa Security Forum    Nador: Saisie de plus de cinq tonnes de chira    Le sélectionneur national des Emirats arabes unis, Bert Van Marwijk, limogé    Hawaï: Un marin tue 2 personnes sur la base de Pearl Harbor et se suicide    Colombie: Plusieurs milliers de manifestants contre le gouvernement d'Ivan Duque    Dakhla : Les nageurs marocains dominent la 5ème édition du «Morocco Swim Trek»    Tirage au sort : Argentine-Chili en ouverture de la Copa America 2020    «Quand la question minière se pose, la sécurité se pose inéluctablement»    Fédération royale marocaine de football : La programmation des matchs du championnat Pro au cœur de la réunion du comité directeur    Vague de Froid et Santé: Comment se mieux se protéger?    «Nos budgets pour le cinéma sont faibles»    Avis aux touristes de Paris: Pour les monuments, revenez demain... peut-être !    JO Pékin-2022: Les organisateurs cherchent 39.000 bénévoles    Perception Politique Solidaire    Le doyen de la chanson marocaine    Un voyage musical à la quête des racines    Chutes de neige et pluies : Alerte orange dans plusieurs régions    Deux séances plénières consacrées au vote    Lutte antiterroriste : Une cellule partisane de «Daech» démantelée    Grèves en France : Royal Air Maroc met en garde ses clients    La résilience de l'agriculture paysanne face aux changements climatiques    Le retour de Hakimi au Real est décidé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Barrer la route à l'émigration clandestine
Publié dans MarocHebdo le 25 - 12 - 2018


L'UE accorde 148 millions euros au royaume
L'Union européenne annonce une hausse de son aide au Maroc pour lutter contre la migration irrégulière et la pression sur les frontières avec le vieux Continent.
On dirait que l'appel du wali Khalid Zerouali, directeur de l'immigration et de la surveillance des frontières au ministère de l'Intérieur, à un appui budgétaire face au regain de pression sur la route migratoire ouest-européenne, a été bien entendu par des pays européens qui veulent une migration choisie et refusent une migration pêle-mêle.
En tout cas, il n'y a que lui qui soit au fait des pressions migratoires quotidiennes que subissent les frontières marocaines avec les présides occupés Sebta et Mélilia et au nord du Royaume, notamment à Tanger. L'image choquante de jeunes et adolescents (voire des enfants) se cachant dans des remorques ou camions ou cherchant à traverser le détroit à la nage, est parlante pour dire le malaise socio-économique du pays mais elle traduit aussi et surtout la pression que subissent les forces de l'ordre marocaines aux frontières. L'Union européenne a donc annoncé vouloir intensifier son soutien au Royaume en matière de surveillance des frontières et de lutte contre la migration irrégulière. Dans un communiqué diffusé le 14 décembre 2018, la Commission européenne a déclaré qu'une aide supplémentaire de 148 millions d'euros sera apportée au Maroc, au titre du fonds fiduciaire d'urgence pour l'Afrique pour l'année 2018.
Cette nouvelle enveloppe budgétaire sera répartie sur plusieurs volets. 70 millions seront alloués à un programme récemment adopté qui vise à «aider le Maroc» dans sa lutte contre le trafic de migrants et la traite d'êtres humains, au moyen, notamment, d'une gestion des frontières renforcée. L'UE prévoit aussi de consacrer 30 millions d'euros pour aider les «services marocains de contrôle aux frontières et les instances associées à protéger les migrants vulnérables, à combattre la migration irrégulière et à démanteler les réseaux criminels transfrontières ».
Les vraies attentes de l'Europe
Aussi, un plan d'aide d'un montant de 40 millions d'euros sera destiné à «mettre au point son système de gestion des frontières, ainsi qu'un programme supplémentaire de 8 millions d'euros visant à aider le Maroc à renforcer encore ses politiques dans le domaine de la gouvernance des migrations au niveau régional».
Johannes Hahn, commissaire chargé de la politique européenne de voisinage et des négociations d'élargissement, explique que cette coopération va au-delà: «Nous nous employons à renforcer notre partenariat par le développement socio-économique, la décentralisation et l'intégration des jeunes, au profit des citoyens marocains et européens ». Des propos qui montrent les vraies attentes de l'Union européenne, qui cherche à tout prix à juguler une migration en hausse et dont le coût en termes d'appui en sécurité sociale commence à déranger les politiques économiques de plusieurs pays européens.
Ces pays veulent stopper les migrants africains et syriens alors qu'ils n'arrivent pas à freiner la migration d'Européens tels les Grecs et les Roumains au nom d'une libre circulation des personnes qui constitue le socle de l'Union européenne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.