Coronavirus : le Maroc s'engage sur le plan africain en mettant à contribution son expérience et expertise    UNAF U21 : les lionnes de l'Atlas s'acharnent sur l'Algérie (2-0)    Barça: le quadruplé retentissant de Messi face à Eibar (VIDEO)    Al-Kass Cup: l'Académie Mohammed VI s'incline face au Real Madrid (VIDEO)    PAM : le 25ème Conseil national du PAM aura lieu le 7 mars    Des installations du tramway de Casablanca sérieusement endommagées (PHOTOS)    Hamza monbb : des aveux mettent à mal les soeurs Batma    Tragique accident entre Marrakech et Imintanoute    Australie : le Maroc à l'honneur au Festival multiculturel de Canberra    Mutandis Auto réduit ses parts dans Immorente Invest    Paradis fiscaux: le Maroc peut mieux faire    Coronavirus : Les 167 Marocains rapatriés de Wuhan quittent l'hôpital    Un conseiller du PJD arrêté à la frontière pour faux et usage de faux    Lourde sanction contre les supporters de Dortmund    PAM : des dirigeants du parti refusent de participer au bureau politique formé par Abdellatif Ouahbi    Crédit du Maroc dresse le bilan de son plan stratégique CAP 2020    Blocage de l'adoption du code pénal, la sèche mise au point de Ben Abdelkader    Mehdi Lahlou : les banques islamiques ne sont aucunement différentes des banques classiques    Un nouveau "portefeuille pédagogique" pour lutter contre la violence en milieu scolaire    Fès: une ressortissante étrangère agressée sur la voie publique    Une voiture interceptée à l'entrée de Salé    Equipementiers Une 4e usine pour TE Connectivity    L'autre guerre    Les Panafricaines alertent sur l'urgence climatique    Top mondial YouTube: Zouhair Bahaoui cartonne avec son nouveau clip (VIDEO)    Azilal : le parc jurassique ouvrira ses portes fin mars    Le Maroc prêt à apporter au Qatar tous les moyens humains et logistiques pour réussir le Mondial-2022 de football    Le mouvement de contestation populaire né il y a un an en Algérie cherche son second souffle    L'Allemagne renforce les mesures de sécurité après l'attentat raciste de Hanau    Dans le bagage des candidats à la Maison Blanche il y a aussi… des casseroles    Tout comme le patrimoine marocain en général : La judaica marocaine a souffert du pillage à travers le temps    Le Maroc, terre d'un patrimoine ancestral : Les trésors juifs de Casablanca    Adieu Abdeslam Alla    Le HCP note une baisse de 0,1% de l'indice des prix à la consommation    La déconstruction d'un mythe    U.E: Les «villes libres» réclament des subventions…    ONU : Omar Hilale briefe le Conseil de sécurité sur sa visite en RCA    Le coronavirus pourrait coûter jusqu'à 30 milliards de dollars au secteur aérien    Mohamed Benchaâboun: « Tous les indicateurs montrent que la dette marocaine est soutenable »    L'ambassadrice des Pays-Bas se félicite de l'intégration des MRE dans la société néérlandaise    Appel à la consécration d'une justice citoyenne    La Commission de la programmation n'en fait qu'à sa tête    Divers sportifs    Achraf Hakimi et son retour au Real Madrid    La Commission européenne salue les efforts du Royaume en matière de réformes fiscales    L'industrie du cinéma a été plus inclusive en 2019 que lors de la décennie précédente    Le CCM dévoile les jurys du 21ème Festival national du film de Tanger    L'espoir du rap Pop Smoke abattu chez lui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Interview de Kamal Oudrhiri, responsable du département d'études planétaires à la NASA
Publié dans MarocHebdo le 25 - 12 - 2018

« Le problème n'est pas d'aller sur Mars, mais d'en revenir »
Dans cette interview exclusive, le scientifique marocain Kamal Oudrhri revient pour Maroc Hebdo sur la mission récemment menée par la NASA sur Mars.
La sonde InSight a réussi à se poser, le 26 novembre 2018, sur Mars après plus de six mois de voyage à travers l'espace. Une grande nouvelle dans le domaine de l'exploration spatiale, n'est-ce pas?
Absolument. Surtout, il faut mesurer la difficulté de la chose. Valeur aujourd'hui, seule une mission sur trois visant à atterrir sur Mars réussit. C'est un taux très faible. Nous étions donc un peu sur les nerfs, même si, de par l'expérience que nous avons acquise, nous étions en même temps confiants. Comme vous devez le savoir, la NASA a réussi sept fois à faire atterrir des sondes spatiales sur Mars, et InSight est donc la huitième. A titre de comparaison, d'autres agences spatiales n'ont jamais réussi à faire atterrir ne serait-ce qu'une seule sonde. Aussi, à titre personnel, Insight est ma quatrième mission après Spirit et Opportunity, en 2004, et Curiosity, en 2012.
Pourquoi faire atterrir une sonde sur Mars est-il si difficile?
Ce qu'il faut d'abord savoir, c'est que pour atterrir nos sondes utilisent des parachutes. Or, sur Mars, l'ouverture de ces parachutes peut être gênée par les changements au niveau de l'atmosphère, qui a souvent tendance à devenir dense en raison des grains de sable qui vont être transportés depuis le sol par les vents. Le problème est que le déclenchement de ces vents est difficile à prévoir, en ce qu'ils sont brusques, et donc tous nos calculs peuvent tomber à l'eau, en conséquence de quoi la mission elle-même peut tomber à l'eau. Nous devons donc être les plus précis possible, et d'ailleurs nos calculs se font au centième de seconde près. J'ajouterai aussi que lorsqu'une sonde aborde Mars, elle fait en moyenne une vitesse de 20.000 km/h, et elle doit passer, en environ 7 minutes, de cette vitesse à celle de zéro, au risque de s'écraser. Là encore, il faut faire des calculs pour que les parachutes se déclenchent au bon moment.
C'est quoi le secret de la NASA pour relever autant de défis à la fois?
Il n'y a pas vraiment de secret. Notre force, c'est le travail de longue haleine, mais aussi l'esprit d'équipe. A la NASA, nous avons tous conscience de converger vers un seul et même objectif, d'appartenir à une seule et même famille. Il y a par ailleurs aussi la question du transfert du savoir-faire. Lorsqu'une personne acquiert de l'expérience, elle fait en sorte que les jeunes générations en bénéficient, car il y a des choses qui, comme vous le savez, ne s'apprennent pas à l'université. J'avais, par exemple, jusqu'à récemment sous ma direction une femme âgée de plus de 80 ans qui continuait de mettre la main à la pâte pour aider. C'était la doyenne de la NASA. C'est ce qui nous manque parfois par ailleurs au Maroc, hélas.
Vous suivez toujours ce qui se passe au Maroc?
Oui, et je vais même vous faire une confidence: chaque année, mes vacances, c'est au Maroc que je les passe. Le Maroc, je l'ai dans le sang, c'est mon pays. Même si cela fait plusieurs années que je n'y vis plus, je continue de l'aimer avec la même force.
Il y a plusieurs jeunes Marocains qui, comme vous, se distinguent dans le domaine scientifique au sein de prestigieuses institutions. Qu'en pensez-vous?
Cela fait forcément chaud au coeur. La jeunesse marocaine est pleine de potentiels. Pourquoi pas, demain, imaginer d'autres Marocains travailler à la NASA et faire un meilleur parcours que moi? C'est en tout cas mon voeu le plus cher. Mais, pour ce faire, il faut beaucoup de travail et d'abnégation. C'est mon principal message à notre jeunesse: qu'elle n'abandonne pas et qu'elle ne croie pas que tout s'acquiert en un claquement de doigts. Pour faire partie des meilleurs, il faut faire comme les meilleurs, c'est-à-dire donner le meilleur de soi-même.
Beaucoup de Marocains se sont portés volontaires pour la mission que la NASA compte mener pour envoyer des hommes sur Mars. Qu'est-ce que cela vous inspire?
Ce serait un motif de fierté pour moi que de voir que le premier homme sur Mars soit Marocain, mais vous savez, le problème n'est pas tant d'aller sur Mars que de pouvoir en retourner. Plus sérieusement, nous n'avons, pour l'heure, pas encore pu développer la technologie à même de nous permettre de décoller de Mars, comme ce que nous faisons d'ailleurs pour aller dans l'espace. Si donc quelqu'un s'y retrouve, c'est pour la vie. Personnellement, cette perspective ne m'enchante guère (rires).
Y a-t-il une possibilité que la vie existe sur Mars?
C'est justement un des objectifs de la mission InSight que de pouvoir répondre à cette question. Celle-ci est dotée d'outils à même de nous permettre de mieux étudier son sous-sol. Ce que nous savons pour l'heure, c'est qu'il y a eu de l'eau sur Mars, littéralement des océans qui, sans qu'on puisse bien l'expliquer, ont disparu. De l'eau, c'est donc la possibilité de l'existence de la vie.
Cela fait une vingtaine d'années que vous travaillez à la NASA. Que vous a appris cette expérience?
Surtout, être humble. Vous prenez conscience de votre insignifiance au regard de la taille de l'univers, et ceci vous apprend à relativiser davantage votre vie et vos priorités. Vous m'avez tout à l'heure posé la question sur la possibilité d'aller sur Mars, moi j'encouragerais davantage qu'on puisse retourner sur la lune. A titre personnel, j'aimerais bien que plus d'humains aient l'opportunité de voir leur planète depuis l'espace car à mon sens, cela leur permettrait de mieux apprécier la beauté de la Terre et ainsi penser à la préserver.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.