Libération de dix humanitaires au Niger après deux semaines de captivité    Le roi Mohammed VI a écrit au président biélorusse    Facebook : Les Arabes se déchaînent sur les homosexuels    US Round Up du vendredi 3 juillet – Bill de Blasio, Shana Moakler, Mike Pence, CBO, Miami    Votre e-magazine Challenge N°750 du vendredi 03 juillet 2020    France: Jean Castex Premier ministre à la place d'Edouard Philippe    Coronavirus : nouveau paquet européen d'assistance pour soutenir les groupes vulnérables en Afrique du Nord    Bac à Casablanca: la belle initiative du caïd de Sbata (VIDEO)    La finale de la Coupe du Portugal de football n'aura pas lieu à Lisbonne    A la demande du gouvernement, RAM devra céder 20 appareils et donc réduire ses effectifs du tiers    ONCF: 350.000 voyageurs depuis l'annonce du déconfinement    Compétences numériques : Microsoft et LinkedIn soutiennent le retour à l'emploi    Bac au Maroc: l'épreuve d'arabe a fuité sur Facebook    Coronavirus au Maroc-Situation à 10h: 246 nouveaux cas, 13.215 au total    Casablanca : Les épreuves du Bac sous haute sécurité sanitaire    Ouvertures des frontières: L'Espagne reste fermée aux Marocains, Algériens et Chinois    Laâyoune : Près de 12 tonnes de drogue incinérées    Fès: drame évité de justesse à l'ancienne médina    Tawtik.ma : Plus de 400.000 opérations gérées annuellement sur la plateforme    Remaniement : le Premier ministre français Édouard Philippe démissionne, son remplaçant désigné dans quelques heures    Un PJDiste ose : « Les Amazighs et les Juifs marocains d'Israël sont des traitres »    Interview – NoboxLab: Une startup tangéroise qui promeut la formation à distance    Forum Sino-Arabe : une alliance stratégique renforcée    Devises vs Dirham: les cours de change de ce vendredi 3 juillet    Mohamed Ziane écope d'une année de suspension d'exercice de la fonction    Musées: Le ministère de la Culture appuie la FNM    Et si Casablanca retrouvait son statut de «ville monde»?    Le Maroc réitère sa demande à Amnesty international    Plan israélien d'annexion : le groupe arabe auprès de l'Unesco, présidé par le Maroc, vent debout contre le projet    Installation à Lima du groupe d'amitié parlementaire Pérou-Maroc    Le CSPJ plaide pour la préservation de l'indépendance de la justice    Aymane Mourid signe à Leganés jusqu'en 2024    Championnat national virtuel de muai-thaï    L'appel de la Palestine à la communauté internationale pour contrecarrer l'arbitraire israélien    Le WAC se prépare à défendre son titre    Après l'allégement des mesures de confinement, la reprise des tournages fait face à une série de difficultés    Nouvelles "mesures de résistance" en faveur du cinéma    Cinq œuvres de réalisateurs marocains subventionnées par Doha Film Institute    Les allégations des adversaires de l'intégrité territoriale du Royaume mises à nu    Lions de l'Atlas. Chadli pour succéder à Revel ?    Driss Lachguar préside vendredi et samedi trois réunions régionales    Détournement de l'aide par le polisario et l'Algérie: le Parlement européen se saisit officiellement de l'affaire    Officiel: Achraf Hakimi rejoint l'Inter    Le beau message de Bachir Abdou à Saad Lamjarred (PHOTO)    « Folle de lui » de TiiwTiiw & LACRIM enflamme la toile    Ali Essafi et Tala Hadid rejoignent l'Académie des Oscars    Liga: un Marocain signe à Leganés    Visite de soutien et de solidarité du Premier secrétaire à l'Ambassadeur de Palestine à Rabat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





NOTRE AMI ALI BONGO
Publié dans MarocHebdo le 10 - 01 - 2019

Tout comme le Maroc, la France ne pourrait dans aucun cas de figure laisser le Gabon à la dérive.
Une tentative de coup d'Etat, sous la conduite d'une poignée de militaires, c'est plutôt banal en Afrique. Mais pas au Gabon, pays africain jusqu'à nouvel ordre géographique. C'est la première fois que ce petit pays connaît ce genre de tourmente, depuis son indépendance en 1960. Dans la nuit du 6 au 7 janvier 2019, les habitants du boulevard Triomphe qui mène aux sièges de la radio et de la télévision, dans la capitale Libreville, sont réveillés par des coups de feu. Un groupe de militaires, pas plus d'une dizaine, vient de faire irruption dans les studios des deux moyens de communication. L'accès à internet est devenu impossible.
Le lieutenant Ondo Obiang Kelly, commandant adjoint de la Garde républicaine, s'adresse au peuple pour annoncer la prise du pouvoir par l'armée. Apparemment, il serait très peu suivi. Le mouvement insurrectionnel que le jeune lieutenant voulait lancer a tourné court. Deux de ses compagnons d'infortune sont tués; les autres désarmés et arrêtés.
Pourquoi ce projet de renversement du pouvoir en place dans un pays jusqu'ici stable et paisible, deux denrées politiques qui ont toujours été rares en Afrique? La cause directe semble d'emblée liée à l'état de santé du président Ali Bongo, effectivement malade et soigné au Maroc. Il n'a pas mis les pieds dans son pays depuis deux mois et demi. Une situation d'exception qui semble avoir aiguisé quelques appétits à l'affût.
L'autre raison, beaucoup moins conjoncturelle, celle-là, est en rapport avec les moyens naturels dont dispose ce pays. Certes, le Gabon est un petit pays par sa superficie, un peu plus de 270 mille km2 pour pas plus de 1.811.079 habitants. Ce petit pays est riche par les minerais et les sources énergétiques qu'il possède; pétrole, gaz, uranium, en plus du bois prélevé sur les forêts denses qui couvrent le pays. Il est donc quasi normal que le Gabon soit envié et convoité. Du coup, il n'est également pas étonnant que la nouvelle d'une tentative de coup d'Etat ait provoqué une rapide et vive réaction un peu partout dans le monde. De Washington à Paris, en passant par Addis Abeba, où siège l'Union africaine. Comme pour dire que dans les relations internationales, plus qu'ailleurs, on ne prête qu'aux riches.
C'est connu, le Gabon est l'un des principaux alliés africains du Maroc. Et ce, depuis Omar Bongo, père décédé de l'actuel président après un long règne de 41 ans. Entre Omar Bongo et le Roi Hassan II, les liens d'amitié étaient indéfectibles. Des liens perpétués et consolidés par leurs successeurs S.M. Mohammed VI et le président Ali Bongo. Et qui donnent lieu à une coopération intense dans tous les domaines entre Rabat et Liberville. Démonstration a été faite de la solidité de cette alliance, tout au long des péripéties qu'a connues la question du Sahara marocain; ainsi que le contexte du retour du Maroc aux instances de l'UA. Un hasard, comme il n'en existe pas beaucoup dans ce domaine, le fait que le président gabonais soit en convalescence au Maroc à ce moment précis.
La machine à spéculation a fonctionné à fond. Les réseaux sociaux d'ici et d'ailleurs ne se sont pas privés. Rien qu'à voir sa position sur une carte, le Gabon n'est pas vraiment à envier. Sa stabilité n'a pas cessé de dépendre de la bonne volonté de ses voisins et de la disponibilité de ses alliés. Par ses ressources propres et sa position géostratégique, le Gabon est un pays qui intéresse les grandes puissances.
Tout comme le Maroc, la France ne pourrait dans aucun cas de figure laisser le Gabon à la dérive. En plus des échanges aux intérêts mutuels bien compris, le Gabon représente un porte parole de choix de la francophonie. Les secteurs d'intervention se croisent et se complètent. La présence militaire aussi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.