Casablanca: le courant électrique totalement rétabli (Lydec)    MRE: ouverture des frontières aériennes et maritimes à partir du 14 juillet    Projet de loi de finances rectificative : quoi de neuf sur le volet fiscal ?    164 nouveaux cas de Covid-19 au Maroc: près des 2/3 dans la région de Casa    Ouverture des frontières à partir du 14 juillet pour les citoyens marocains et les résidents étrangers au Royaume    Les ménages incertains et très inquiets    Elections 2021: Réunion entre l'Intérieur et les partis    Coronavirus : 3212 cas actifs mercredi 8 juillet à 18 heures    Serie A: Ibracadabra renverse la Vieille Dame    Assilah respire un air artistique estival!    L'identité, selon Descombes    Liga : Valence souffle, l'Atlético freiné par le Celta    Infos Covid-19/Maroc: le ministère a fait une annonce    Premier League: Arsenal et Leicester se quittent sur un nul    Détournement d'aides dans les camps de Tindouf: la responsabilité de l'Algérie est entière    Le dissident algérien Karim Tabbou appelle à s'engager dans un «vrai» processus politique    Le Parlement marocain exige des excuses d'Amnesty    Alerte Météo : la canicule se poursuit au Maroc    Le Maroc, l'un des pays les mieux placés pour affronter une crise sanitaire selon la BAD    US Round Up du mercredi 8 juillet – PPP, Banques, Eglises, Texas, Harry et William    Hamza El Fadly « L'argent, la cause de tous les problèmes »    Fermeture des frontières : Plus de 45.000 MRE ont regagné leur pays de résidence    Covid-19 : La CAF et ses partenaires se réunissent pour la sécurité sanitaire en Afrique    Théâtre d'enfant : Un art à exercer professionnellement selon El Houcine Essekkaki    Casablanca: incendie spectaculaire dans une décharge (VIDEO)    Bac 2020: l'épreuve de maths provoque une hystérie collective (VIDEOS)    Loubna Abidar critiquée par un avocat égyptien (VIDEO)    Retour sur le passé : Brides de ma vie relatée à M'Barek Bouderka    Vivo Energy Maroc élargit son soutien à tout son écosystème    Vacances. Voici les plages où il ne faut pas se baigner    Spécial 40ème jour du décès d'Abderrahmane El Youssoufi : Je ne regrette aucun engagement    «Casablanca confinée», se livre à Pedro Orihuela    Milouda Chahid: «Je me suis réinventée par la peinture»    Ventes de voitures neuves : Baisse de 43,3% à fin juin 2020    Enseignement: L'e-learning en voie d'institutionnalisation au Maroc dès la rentrée prochaine    Joe Biden promet que les États-Unis réintégreront l'OMS s'il est élu    BCIJ : Démantèlement d'une cellule terroriste à Nador    Le retrait américain de l'OMS prendra effet dans une année    Amekraz contre attaque. La CNSS inspecte Driss Lachgar    4 terroristes présumés arrêtés à Nador    Parcours exceptionnel d'un homme si exceptionnel    Les USA se retirent officiellement de l'OMS    Si Abderrahmane et Marie-Hélène El Youssoufi ont fêté avec le TAS un sacre attendu depuis 80 ans    Spécial 40ème jour du décès d'Abderrahmane El Youssoufi : La culture, une source d'intérêt majeure pour El Youssoufi    Tensions sino-américaines en mer de Chine    Le président brésilien annonce sa contamination au Covid-19    Le Marocain Aziz Krir remporte le titre    Côte d'Ivoire : Drogba brigue le poste de président de la FIF    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ADDITION DE L'ADDICTION
Publié dans MarocHebdo le 10 - 01 - 2019

AUCUNE STRUCTURE PSYCHIATRIQUE ADEQUATE N'EST PREVUE POUR LES CONSOMMATEURS DES PSYCHOTROPES.
Le Maroc est-il en bonne santé? Il ne s'agit ni de thermomètre politique, ni de tablettes chiffrées à caractère économique. D'autres registres d'intervention s'en dédouanent volontiers, sans pour autant en avoir l'exclusivité. Il est question dans ce propos de santé physique et mentale; et de ses répercussions à dimensions multiples. Un réseau associatif, qui a choisi pour thème de militance le droit à la santé, le droit à la vie, vient de réaliser une sorte de check-up axé sur la pathologie médicale de la société marocaine. En clair, une classification des maladies les plus répandues dans nos villes et campagnes. Il en ressort un tableau bien fourni où les troubles psychologiques, voire psychiatriques, trônent en tête de ce classement. On y reviendra après un regard rapide sur les autres atteintes à l'équilibre sanitaire de la personne.
Plus de 18% des Marocains sont porteurs de maladies chroniques; soit 6 millions 120 mille directement concernés dans une population de 34 millions d'âmes statistiquement avérées. Rien que ce décompte maladif et global renseigne déjà sur l'étendue du mal. C'est d'autant plus inquiétant que la population référence de l'échantillonnage n'a pris en compte que les âgés de 18 ans, pas plus. Autrement dit, la fleur de l'âge porteuse de tous les espoirs d'un lendemain meilleur; ne serait pas physiquement saine. Ils sont 1 million de Marocains à être diabétiques, dont 15 mille enfants. De même que 52 mille de nos compatriotes sont porteurs d'un cancer.
La liste n'est évidemment pas exhaustive. On touche le sommet avec les addictions. La gamme est tristement riche et variée. Elle a du mal à être couverte par des formules lapidaires tels les troubles de la personnalité, le comportement anti-social, ou le manque de remords qui peut susciter des actes criminels. Les médicaments généralement prescrits par les psychiatres et les psychologues sont connus sous le vocable de psychotropes. Une substance à haute teneur d'accoutumance. Lorsqu'on se hasarde à s'y essayer, on ne peut plus s'en passer. Le piège se referme. Le paradis promis se transforme en descente aux enfers. Ces comprimés diaboliques ne sont pas livrés que par les pharmaciens sur présentation d'une ordonnance médicale. Ils le sont aussi et surtout quasiment sur le trottoir, devant les collèges et les lycées. Les dealers professionnels ne se cachent même plus. La tranche d'âge ciblée est de plus en plus jeune. Une déperdition scolaire d'un autre type. L'effet de ces capsules sur le système nerveux est ravageur.
Aucune structure publique adéquate n'est prévue pour désintoxiquer les victimes. Ces dernières sont pratiquement livrées à elles même. À Casablanca par exemple, l'unique centre spécialisé n'est accessible qu'au prix de 500 dirhams -jour. Les internés sont libres de partir ou de rester sans un minimum de contrainte. Quant au fameux pavillon 36 psychiatrique de l'hôpital Ibnou Rochd, on en sort dans un état pire qu'à l'admission. Reste le filet familial de solidarité et de sauvetage. Ce filet-là est usé et épuisé. La facture de cette médication totalement importée est salée. Elle revient à plus de 70 milliards. La mafia marocaine a ainsi trouvé un véritable filon. Elle n'est pas prête à lâcher le morceau.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.