Bras de fer autour de Mellilia    La HACA sévit contre les dérapages : Carton rouge pour Radio Mars    Projet de loi organique sur la grève. L'impasse !    Procédure pénale. Aujjar livre sa copie    Sacré Maroc (12)    Habib El Malki invité à participer à la réunion de l'Assemblée parlementaire du Commonwealth    Le premier vice-président de la Chambre des conseillers décoré    Le Maroc primé à Libreville pour ses efforts en faveur de l'autonomisation de la femme    Maroc : 74% des ménages équipés en accès internet    Compact II : La CGEM et le MCA-Morocco main dans la main    Enquête L'Economiste-Sunergia/Petits équipements collectifs: Les chiffres montrent une nouvelle piste pour l'inclusion    Trésor: 4,6 milliards de DH de dividendes à fin juin    Al Omrane et le CNRST s'allient pour promouvoir la recherche en matière d'habitat    Commission des investissements : 9 projets à l'étude pour 5 MMDH    Hausse historique de 26,54% :Transport aérien : Plus de deux millions de passagers en juin    Les aviculteurs font leur bilan dans le cadre du Plan Maroc Vert    Trump se défend de tout racisme, silence des leaders républicains    Ursula von der Leyen verdit son discours pour convaincre le Parlement européen    La géopolitique du Maroc dans un nouvel ordre mondial en crise    L'Egypte expulse des supporters algériens après la demi-finale de la CAN    Au moins 180 morts de la mousson en Asie du Sud    Une délégation d'éminents hommes d'affaires africains en visite au Maroc    PSA augmente de 4,7% sa part de marché au Maroc    France. 282 personnes interpellées après la victoire de l'Algérie    L'organisation des Jeux Africains est un défi pour le Maroc, dixit Talbi Alami    Achraf Bencherki rejoint le Zamalek    La décision du TAS avant la fin du mois en cours    La FRMF dément la démission de Hervé Renard    Karaté. Le Maroc champion d'Afrique    L'Algérie mobilise 28 avions pour la finale    Un ancien footballeur sud-africain tué par balles    Football marocain : Les vraies questions à poser sur ce sport-passion    La loi-cadre de l'enseignement adoptée en commission parlementaire    Des braqueurs de camions sous les verrous    La plage Ba Kassem à Tanger hisse le Pavillon bleu pour la septième année consécutive    Lutte contre le sida en 2018: Ombres et lumière    Enquête L'Economiste-Sunergia/Petits équipements collectifs: A 33 contre 28, les jeux arrivent devant les espaces verts    Résultats du Bac: Nouveau record!    Le Groupe scolaire Jacques Chirac homologué    Rendez-vous, ce soir, avec l'éclipse lunaire    Fès : Plaidoyer pour la promotion de la diversité culturelle    Il était une fois Hassan Megri    L'actrice Lashana Lynch va devenir l'agent 007 mais James Bond reste un homme    De l'urgence d'un plan «Maroc Culture»    The «Morocco Corner» s'invite chez les Vikings    Vers la création d'une Caisse sociale pour les auteurs    Farid Chamekh : "Il faut s'inspirer de tout, sans plagier bien sûr"    Le Maroc, invité d'honneur de la Foire internationale du livre de Bruxelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





4 ans après le massacre de Charlie Hebdo, les caricaturistes évitent de rire sur l'Islam
Publié dans MarocHebdo le 18 - 01 - 2019

Les dessinateurs de presse sont conscients plus que jamais qu'un coup de crayon dosé en humour anti-islam peut leur coûter la vie.
Quatre ans après la tuerie qui a décimé en janvier 2015 le journal satirique Charlie Hebdo, faisant 11 morts, la situation de la liberté d'expression reste encore très sensible et la méfiance semble bien plus grande qu'avant par rapport à l'humour et à la satire. L'impression qui règne au sein des journaux satiriques depuis cet horrible attentat, est qu'ils suivent une ligne éditoriale exigée par les islamistes. C'est-à-dire que les symboles de l'islam ne sont plus dessinés et que le flambeau de la liberté absolue n'est plus de mise.
Les dessinateurs de presse sont conscients plus que jamais qu'un coup de crayon dosé en humour anti-islam peut leur coûter la vie. L'offense à la religion quoique humoristiquement exprimée, est synonyme de troubles et d'insécurité et peut entraîner harcèlements judiciaires, agressions, voire assassinats: les pressions se multiplient à l'encontre d'une profession clairement menacée. Et même si le droit international couvre les caricaturistes, garantissant la diffusion d'informations susceptibles de choquer ou d'outrager, la caricature jugée insultante pour l'islam, fait souvent l'objet de censure politique.
Et c'est dans ce contexte que depuis l'attentat, plusieurs piliers de Charlie Hebdo sont partis: Certains, pour des raisons personnelles, ne veulent plus être pourchassés, menacés ou tués. D'autres ont contesté la ligne éditoriale et réclamé un nouveau statut pour le journal. Mais de nouveaux dessinateurs ont rejoint l'équipe sans pour cela oser une quelconque outrance à l'égard de l'islam, préférant user d'autres formes de critiques qui épargnent les symboles de l'islam en se concentrant plutôt sur certaines pratiques et rites musulmans qui intriguent le monde occidental en général.
Dire aussi que quatre ans après le massacre de Charlie visant à faire régner l'autocensure par la peur, le journal ne cesse d'essuyer des critiques comme si une bonne partie de l'élite française, tout en condamnant les coupables, met en cause la responsabilité des victimes. Cela n'est pas du goût de Reporters sans frontières et des associations de dessinateurs de presse, dont Cartooning for Peace, qui ont choisi le 4ème anniversaire de la tuerie de Charlie pour dresser le portrait de caricaturistes, qui par leurs dessins, ont été licenciés, arrêtés, emprisonnés ou menacés de mort. C'est le cas des plusieurs dessinateurs, notamment du monde arabe (algériens, égyptiens, syriens et autres..), qui publient des caricatures jugées insultantes pour les chefs d'Etat et entourages…
Ces caricaturistes sont interdits de dénoncer ces hommes qui, préoccupés par de violentes luttes de pouvoir, confisquent la volonté de leurs citoyens en faisant régner le doute et l'incertitude dans leur pays. Accusés d'atteinte aux sommités de l'Etat, ces caricaturistes sont souvent condamnés à des années de prison dans des procès absurdes et incompréhensibles qui suscitent colère et indignation au sein des organisations internationales des droits de l'homme.
Pour mémoriser ce 4ème anniversaire du massacre de Charlie Hebdo, l'association Cartooning for Peace, qui regroupe des dessinateurs de presse de plus de 40 pays, a organisé du 7 au 13 janvier 2019, une exposition de plus de 200 dessins présentés par 18 dessinateurs, 10 pays, 5 continents. Objectif: enrichir le dialogue sur la liberté d'expression et la reconnaissance du travail journalistique des dessinateurs de presse. L'association compte aujourd'hui 138 dessinateurs de 42 nationalités et organise des expositions et rencontres à travers le monde entier.
Son président, Plantu, caricaturiste au journal Le Monde, vient de publier un livre sur l'avenir du dessin de presse vu par le monde musulman, intitulé 10 bonnes raisons de ne pas se faire sauter (édition le Seuil), un ouvrage hors normes où l'auteur estime que la caricature n'a pas pour fonction de démontrer mais d'illustrer spontanément le présent. Elle tend moins à convaincre qu'à émouvoir, provoquer, révolter, faire rire ou sourire. Elle peut aussi servir à «créer des ponts» dans ce contexte tendu.
PAR AHMED ELMIDAOUI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.