Coronavirus : le Maroc s'engage sur le plan africain en mettant à contribution son expérience et expertise    UNAF U21 : les lionnes de l'Atlas s'acharnent sur l'Algérie (2-0)    Barça: le quadruplé retentissant de Messi face à Eibar (VIDEO)    Al-Kass Cup: l'Académie Mohammed VI s'incline face au Real Madrid (VIDEO)    PAM : le 25ème Conseil national du PAM aura lieu le 7 mars    Des installations du tramway de Casablanca sérieusement endommagées (PHOTOS)    Hamza monbb : des aveux mettent à mal les soeurs Batma    Tragique accident entre Marrakech et Imintanoute    Australie : le Maroc à l'honneur au Festival multiculturel de Canberra    Mutandis Auto réduit ses parts dans Immorente Invest    Paradis fiscaux: le Maroc peut mieux faire    Coronavirus : Les 167 Marocains rapatriés de Wuhan quittent l'hôpital    Un conseiller du PJD arrêté à la frontière pour faux et usage de faux    Lourde sanction contre les supporters de Dortmund    PAM : des dirigeants du parti refusent de participer au bureau politique formé par Abdellatif Ouahbi    Crédit du Maroc dresse le bilan de son plan stratégique CAP 2020    Blocage de l'adoption du code pénal, la sèche mise au point de Ben Abdelkader    Mehdi Lahlou : les banques islamiques ne sont aucunement différentes des banques classiques    Un nouveau "portefeuille pédagogique" pour lutter contre la violence en milieu scolaire    Fès: une ressortissante étrangère agressée sur la voie publique    Une voiture interceptée à l'entrée de Salé    Equipementiers Une 4e usine pour TE Connectivity    L'autre guerre    Les Panafricaines alertent sur l'urgence climatique    Top mondial YouTube: Zouhair Bahaoui cartonne avec son nouveau clip (VIDEO)    Azilal : le parc jurassique ouvrira ses portes fin mars    Le Maroc prêt à apporter au Qatar tous les moyens humains et logistiques pour réussir le Mondial-2022 de football    Le mouvement de contestation populaire né il y a un an en Algérie cherche son second souffle    L'Allemagne renforce les mesures de sécurité après l'attentat raciste de Hanau    Dans le bagage des candidats à la Maison Blanche il y a aussi… des casseroles    Tout comme le patrimoine marocain en général : La judaica marocaine a souffert du pillage à travers le temps    Le Maroc, terre d'un patrimoine ancestral : Les trésors juifs de Casablanca    Adieu Abdeslam Alla    Le HCP note une baisse de 0,1% de l'indice des prix à la consommation    La déconstruction d'un mythe    U.E: Les «villes libres» réclament des subventions…    ONU : Omar Hilale briefe le Conseil de sécurité sur sa visite en RCA    Le coronavirus pourrait coûter jusqu'à 30 milliards de dollars au secteur aérien    Mohamed Benchaâboun: « Tous les indicateurs montrent que la dette marocaine est soutenable »    L'ambassadrice des Pays-Bas se félicite de l'intégration des MRE dans la société néérlandaise    Appel à la consécration d'une justice citoyenne    La Commission de la programmation n'en fait qu'à sa tête    Divers sportifs    Achraf Hakimi et son retour au Real Madrid    La Commission européenne salue les efforts du Royaume en matière de réformes fiscales    L'industrie du cinéma a été plus inclusive en 2019 que lors de la décennie précédente    Le CCM dévoile les jurys du 21ème Festival national du film de Tanger    L'espoir du rap Pop Smoke abattu chez lui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les clients de tous les risques
Publié dans MarocHebdo le 29 - 01 - 2019


ENDETTEMENT DES PROMOTEURS IMMOBILIERS
Après que la banque centrale ait contraint les banques à provisionner les encours douteux, le spectre des impayés liés au crédit immobilier plane de nouveau sur le secteur bancaire.
Stocks invendus, chantiers à l'arrêt, retards dans la livraison de nombreux projets dans les grandes villes… L'immobilier bat de l'aile au Maroc. Pour éviter de tomber dans de nouveaux dossiers de créances en souffrance, les banques exigent désormais des promoteurs immobiliers un apport conséquent du montant total d'investissement. Mais, malgré cette prudence, l'encours des crédits aux promoteurs immobiliers montre des impayés et des retards importants. Un risque qui pèse sur le secteur bancaire malgré toutes les précautions prises et exigées par la banque centrale consistant à provisionner les encours douteux et ceux présentant un risque d'insolvabilité.
L'agence de notation américaine Standard & Poor's, dans sa récente note sur les perspectives des banques dans la région MENA+- Turquie, assure que «le secteur bancaire marocain reste confronté à une forte exposition aux risques du marché immobilier commercial. Ceci est reflété par les développeurs surendettés qui font face à une diminution des transactions immobilières».
Créances en souffrance
Pour l'agence de notation bien cotée auprès des investisseurs étrangers, Standard & Poor's, les efforts en cours de la banque centrale du Maroc (BAM) pour harmoniser la classification des prêts et l'augmentation des provisions générales peuvent entraîner une baisse des indicateurs de qualité des actifs des banques marocaines. L'agence fait référence à la nouvelle mouture de la circulaire 19/G sur la classification des créances et le provisionnement, qui vise à pousser les banques à une analyse plus rigoureuse du risque et une meilleure sélection des dossiers. BAM a donc introduit une nouvelle catégorie de créances dites sensibles, soit les crédits d'au moins 20 millions de dirhams d'encours dont les bénéficiaires montrent des signes d'incapacité de remboursement à court et à moyen termes. Or, ce genre de dossiers se multiplie dans les portefeuilles des banques.
Les changements dans la circulaire visent une harmonisation et une transition vers les dispositions de la norme financière et comptable internationale IFRS 9, devenue obligatoire au niveau international dans les bilans des banques et dont la principale nouveauté est que les crédits sains doivent être provisionnés.
Dans les créances en souffrance globales des entreprises, quelle est la part des grandes entreprises? Car, depuis 5 ans, les PME souffrent du ratio risque bancaire, devenu serré avec les nouvelles règles prudentielles de Bâle III dont les conséquences ont été patentes sur le financement des entreprises immobilières.
Depuis l'émergence de la crise économique lors du 3e trimestre 2008, les banques marocaines, qui prêtaient jusqu'à 70% du montant d'investissement dans le projet, ne dépassent pas aujourd'hui les 30%. Trésorerie à sec, les promoteurs obligent leurs clients à verser plusieurs acomptes. Malgré cela, ils n'arrivent pas à faire face aux échéances des crédits anciens et actuels. La résultante: des projets à l'arrêt et des clients qui se proclament victimes du retard de la livraison de leurs biens immobiliers.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.