Maroc: l'Aïd Al Adha aura bien lieu cette année    MRE: ouverture des frontières aériennes et maritimes à partir du 14 juillet    Côte d'Ivoire : mort du premier ministre et candidat à la présidentielle Amadou Gon Coulibaly    Météo: jusqu'à 46 degrés ce jeudi au Maroc    Casablanca: le courant électrique totalement rétabli (Lydec)    Projet de loi de finances rectificative : quoi de neuf sur le volet fiscal ?    164 nouveaux cas de Covid-19 au Maroc: près des 2/3 dans la région de Casa    Ouverture des frontières à partir du 14 juillet pour les citoyens marocains et les résidents étrangers au Royaume    Coronavirus : 3212 cas actifs mercredi 8 juillet à 18 heures    Les ménages incertains et très inquiets    Elections 2021: Réunion entre l'Intérieur et les partis    Serie A: Ibracadabra renverse la Vieille Dame    Assilah respire un air artistique estival!    L'identité, selon Descombes    Premier League: Arsenal et Leicester se quittent sur un nul    Infos Covid-19/Maroc: le ministère a fait une annonce    Détournement d'aides dans les camps de Tindouf: la responsabilité de l'Algérie est entière    Liga : Valence souffle, l'Atlético freiné par le Celta    Le dissident algérien Karim Tabbou appelle à s'engager dans un «vrai» processus politique    Alerte Météo : la canicule se poursuit au Maroc    Le Parlement marocain exige des excuses d'Amnesty    US Round Up du mercredi 8 juillet – PPP, Banques, Eglises, Texas, Harry et William    Hamza El Fadly « L'argent, la cause de tous les problèmes »    Fermeture des frontières : Plus de 45.000 MRE ont regagné leur pays de résidence    Covid-19 : La CAF et ses partenaires se réunissent pour la sécurité sanitaire en Afrique    Théâtre d'enfant : Un art à exercer professionnellement selon El Houcine Essekkaki    Casablanca: incendie spectaculaire dans une décharge (VIDEO)    Loubna Abidar critiquée par un avocat égyptien (VIDEO)    Vivo Energy Maroc élargit son soutien à tout son écosystème    Spécial 40ème jour du décès d'Abderrahmane El Youssoufi : Je ne regrette aucun engagement    Vacances. Voici les plages où il ne faut pas se baigner    Retour sur le passé : Brides de ma vie relatée à M'Barek Bouderka    «Casablanca confinée», se livre à Pedro Orihuela    Milouda Chahid: «Je me suis réinventée par la peinture»    Ventes de voitures neuves : Baisse de 43,3% à fin juin 2020    BCIJ : Démantèlement d'une cellule terroriste à Nador    Enseignement: L'e-learning en voie d'institutionnalisation au Maroc dès la rentrée prochaine    Joe Biden promet que les États-Unis réintégreront l'OMS s'il est élu    Amekraz contre attaque. La CNSS inspecte Driss Lachgar    4 terroristes présumés arrêtés à Nador    Parcours exceptionnel d'un homme si exceptionnel    Les USA se retirent officiellement de l'OMS    Si Abderrahmane et Marie-Hélène El Youssoufi ont fêté avec le TAS un sacre attendu depuis 80 ans    Spécial 40ème jour du décès d'Abderrahmane El Youssoufi : La culture, une source d'intérêt majeure pour El Youssoufi    Tensions sino-américaines en mer de Chine    Le président brésilien annonce sa contamination au Covid-19    Le Marocain Aziz Krir remporte le titre    Côte d'Ivoire : Drogba brigue le poste de président de la FIF    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





LA POULE AUX ŒUFS D'OR
Publié dans MarocHebdo le 31 - 01 - 2019

« le prof miracle » est à la tête d'un réseau de garage-classe.
Les environnements les plus critiques et les situations les plus insupportables, on peut s'en offusquer au plus haut degré d'indignation. Mais tant qu'il est possible, pourquoi ne pas faire pire, en tirer profit, au détriment de tous? C'est précisément à ce cheminement primaire, mais combien lucratif que Mehdi Meniar, appelé «le prof miracle» s'est employé. Il a choisi un créneau de très forte demande, les heures supplémentaires pour les élèves, abusivement dit de renforcement. Un fourre-tout où l'on fait plus de bourrage de crâne que d'initiation à la réflexion critique. Mehdi Meniar a fait mouche. Son projet est parti en flèche. C'est l'enseignant par qui la réussite scolaire est garantie, depuis les petites classes du primaire au sésame d'un baccalauréat agrémenté d'une très forte moyenne.
Ce pot aux roses, qui sent mauvais, a finalement été démantelé, le jeudi 24 janvier 2019, par le ministère de l'Education nationale. Dans leur naïveté absolue, les parents ne demandent pas plus que de se décharger du fardeau de la scolarité de leur progéniture. De tous les établissements d'enseignement public de Casablanca et d'ailleurs, on vient vers «le prof miracle». Pour y avoir accès, il suffit d'alléger sa bourse de 250 à 500 dirhams mensuels. Ce tarif peut paraître abordable pour les parents payeurs. Pour M. Meniar, c'est carrément la poule aux oeufs d'or. Comme d'habitude dans pareille aventure à partir de peu, c'est dans les quartiers populaires qu'il trouve le plus de répondants. Il s'y incruste. Son projet a non seulement pris racine, mais il se trouve à l'étroit et ne demande qu'à s'agrandir sur d'autres espaces nationaux.
Il va jusqu'à louer des garages et des appartements d'une exiguïté extrême pour répondre à la demande. En somme, l'enseignement privé dans sa facette la plus négative. L'inquiétude des enfants et la détresse des parents exploités jusqu'à la moelle. Puisque l'affaire a le vent en poupe, pourquoi ne pas s'exporter ailleurs? Toujours à l'affût d'ouvertures prometteuses, M Meniar ouvre des succursales un peu partout au gré de la surface du grand Casablanca. Il devient, à petit frais, une sorte de magnat d'un enseignement privé à la baisse en terme de contenu et de qualité de transmission du savoir. Le «prof miracle» n'a pas lancé son commerce dans la clandestinité. Rien qu'une dizaine d'enfants par séance, cela fait du bruit et attire l'attention du côté d'un garage que l'on croyait réservé aux fabriques clandestines de textiles ou comme souk de moutons de l'aid el kebir.
Ceci pour dire que l'activité de Meniar était de notoriété publique. «Le prof miracle» a toujours donné l'impression d'être un peu trop sûr de son fait, particulièrement dans son rapport avec son administration de tutelle. Un détail de taille dont il n'a pas trouvé nécessaire de s'acquitter pendant des années. À quel prix! Comment peut-on passer sous silence une énormité pareille? Troublant. Mehdi Meniar n'est même pas un «moul choukara» (un investisseur reconnu comme tel). La choukara, il n'y en avait pas. Il l'a construite chemin faisant en exploitant les failles du système éducatif. Encore mieux, lui et ses semblables à la prospérité démonstrative, n'ont aucun intérêt à ce que l'enseignement public change pour le mieux. Effectivement, il n'a pas changé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.