Coronavirus : Kia Maroc se mobilise pour sa clientèle    Othman Ferdaous nommé ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports    Les universités diffusent des cours à la radio    Un appel à projets R&D national contre le Covid-19    Decathlon: La vente des masques Easybreath bloquée au Maroc aussi    Covid19: Tétouan passe aux services en ligne    S.M le ROI reçoit Amzazi et El Firdaouss    Lorie donne de surprenants conseils pour supporter le confinement en couple    Rejouer ou pas, le foot italien se déchire    Le Crédit Agricole du Maroc accompagne les Ramedistes pour faire aboutir le dispositif de soutien aux populations vulnérables    SM le Roi exonère des droits de bail les locataires des locaux des Habous    Amrani appelle à une solidarité africaine renouvelée    Lévinas, le visage, l'humanité    La pandémie du Covid- 19 vue par deux économistes    Appel de la présidence du Ministère public à l'application stricte des dispositions sur le port du masque    S.M le Roi reçoit Saaid Amzazi et Othman El Firdaous    Driss Lachguar, lors de la rencontre virtuelle organisée par la Fondation Lafqui Titouani    La croissance nationale devrait enregistrer une régression de 1,8% au deuxième trimestre    La SERMP se réorganise pour la fabrication de respirateurs 100% marocains    Baisse de la croissance et de 11,6 points du taux de couverture    L'enseignement à distance à l'ère du coronavirus    Vibrant hommage aux professionnels de santé    Les marchés calent, inquiets face au coronavirus et à son impact économique    L'Europe ne s'entend pas sur la riposte économique à l'épidémie    Dr Souad Jamaï: «ce que le confinement a changé dans ma vie?»    Les confessions de Benatia sur son passage à l'AS Rome    5 millions de masques produits par jour dès mardi prochain    Entreprises en difficulté : Le report des cotisations CNSS du 1er mars au 30 juin activé    Les Marocains bloqués à l'étranger sollicitent l'intervention du Roi    La culture, un réconfort en crise en période d'anxiété    A l'heure de la pandémie, la Pologne adopte le vote par correspondance…    Le Wisconsin vote en pleine pandémie    Aicha Lablak: «La priorité aux questions en liaison avec l'état d'urgence sanitaire»    Coronavirus : Le Maroc prélève 3 milliards de dollars de sa Ligne de précaution auprès du FMI    Un concours à distance pour dénicher les jeunes talents de Taroudant et Tata    Confinement : l'Institut du monde arabe se virtualise et lance #LImaALaMaison    Mobilité, logements et restauration assurés : Une chaîne de solidarité au profit du corps médical de Marrakech    Une œuvre conçue en plein confinement : «Guelssou feddar», un nouveau single de la chanteuse Bouchra    L'engouement culturel à l'ère du confinement    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Football : Les clubs marocains dans le flou total    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lait Modilac: Retiré du marché Marocain après La France et la Tunisie
Publié dans MarocHebdo le 05 - 02 - 2019


Du lait pour bébés contaminé
Suite à la découverte de quatre cas de bébés français touchés par la salmonellose après avoir pris le lait Modilac, le Maroc a ordonné le retrait de ce produit du marché.
Vendredi 25 janvier 2019, le ministère de la santé marocain réagit «par précaution» au scandale qui fait les choux gras de la presse depuis quelques jours dans l'Hexagone. Le lait pour bébés de marque Modilac, produit par le laboratoire espagnol Ordesa, est contaminé. Et ils sont six sous-marques de Modilac qui sont retirées du marché: «Modilac 1er âge lait», «Modilac 2eme âge lait», «Modilac 1 cs lait», «Modilac 2 cs âge lait», «Modilac AR lait» et «Pre-Modilac».
Par précaution, le Maroc ordonne le rappel de ce lait infantile Modilac. Par précaution aussi, il a rappelé le lait infantile de marque française Lactalis il y a un an pratiquement. Au moment où, en réponse à une urgence sanitaire, la France, la Tunisie et l'Algérie l'on déjà fait.
Absence de contrôle
Lactalis puis Modilac, on dirait que les laits infantiles commercialisés au Maroc sont tous potentiellement contaminés, sauf preuve du contraire, puisqu'aucun laboratoire qui vend une marque au Maroc ne dispose d'un document d'analyse attestant de son innocuité.
Pire, quand on voit que certaines marques de lait infantile sont vendues dans des supermarchés, sans le moindre contrôle. Même les services de la Douane, qui en font une prouesse de renflouer les caisses de l'Etat par les impôts indirects, ne se donnent la peine d'analyser des produits alimentaires dont la consommation peut s'avérer fatale pour les Marocains, encore plus lorsqu'il s'agit de bébés ou d'enfants fragiles. Et pourtant, en France, le mot d'ordre est le scandale de contamination par des salmonelles, découvertes dans des selles de quatre nourrissons de moins de deux ans en France ayant été hospitalisés. La salmonellose est en fait une intoxication alimentaire qui peut provoquer vomissements, fièvre et diarrhée. Dans les différents points de vente du Royaume, les produits Modilac sont distribués par le laboratoire pharmaceutique marocain Maphar. Ce dernier a ainsi procédé, la semaine dernière, au rappel de six sousmarques de Modilac, notamment ceux à base de protéines de riz.
Le laboratoire pharmaceutique Maphar ne le produit pas. Il l'importe de l'usine en Espagne et le distribue. Mais à ce jour, il ignore si des enfants ont déjà consommé lesdits produits ou s'ils représentent des symptômes. En attendant de trouver une alternative, le gouvernement français propose une solution aux parents: ils peuvent «préparer les biberons avec le lait qu'ils possèdent, en faisant bouillir le lait pendant 2 minutes puis en le laissant refroidir avant de le verser dans le biberon».
Au Maroc, le ministère de la Santé n'a pas pris cette mesure de précaution visant à donner une alternative aux parents désemparés après la découverte de la contamination par la salmonelle de deux grandes marques. Un manque de réaction à mettre au passif du département d'Anas Doukkali.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.