Pegasus, médiatus, propagus    Evolution du coronavirus au Maroc. 8995 nouveaux cas, 606.871 au total, jeudi 29 juillet 2021 à 16 heures    Vaccination anti-Covid: Des équipes médicales militaires appuient les efforts du ministère de la Santé    Le Malawi ouvre un consulat à Laâyoune    FEC-AFD: un prêt de 200 millions d'euros pour appuyer la convergence et la résilience des territoires du Royaume    Fête du Trône : Grâce Royale au profit de 1.243 personnes    Tunisie : Saïed veut récupérer 13,5 milliards de dinars « pillés aux Tunisiens »    Climat : le Royaume-Uni risque de dépasser les 40°C en été, selon un rapport local    SM le Roi adresse samedi un discours à la Nation à l'occasion de la Fête du Trône    Double meurtre à Casablanca : un multirécidiviste arrêté    L'Opinion : 22 ans d'activisme Royal multidimensionnel    Au Gabon, le parc d'Ivindo classé au Patrimoine mondial de l'Unesco    "Réduction des risques... le Manifeste" : un ouvrage qui décortique les urgences du monde en temps de pandémie    Le Maroc, un allié important de l'UE dans la lutte contre le crime transfrontalier (Ambassadeur de l'UE)    Casablanca. Decathlon inaugure son plus grand magasin en Afrique    Arrestation en Grèce d'un Marocain affilié à Daech    Nos Voeux    Sport national: Des performances en dents de scie    Les Marocains Assmaa Niang (judo) et Abderrahim Moum (haltérophilie) éliminés d'entrée    Acteurs de l'affichage publicitaire urbain. une citoyenneté chevillée à l'âme    Automobile. Les exportations à leur meilleur niveau    Mi-2021, les investissements étrangers sont restés importants au Maroc    Attijariwafa bank élue «Meilleure banque au Maroc en 2021» par Euromoney    Signature de deux accords de partenariat pour promouvoir les droits des personnes en situation de handicap    Covid-19 : l'Algérie à court d'oxygène, le régime pointé du doigt    Génocide : l'enquête en Espagne contre Brahim Ghali classée sans suite pour cause de prescription    Lever de rideau sur le 22è Festival international de luth    Elections générales 2021 : La HACA présente aux opérateurs audiovisuels ses recommandations    Position américaine sur le Sahara: le gros mensonge de l'APS !    JO-2020: vingt athlètes recalés après avoir échoué aux standards des contrôles antidopage (AIU)    La CAF sanctionne financièrement Al Ahly (8000 dollars)    L'hôpital de campagne du Royaume à Manouba opérationnel : Un signal fort de l'amitié maroco-tunisienne    Officiel : Yair Lapid inaugurera la mission israélienne au Maroc en août    Une provocation algérienne irrite les internautes    Art contemporain : La Fondation nationale des musées met en avant la jeune scène artistique    La CGEM tient son Conseil d'administration et son Conseil national de l'entreprise    Tunisie : le patron de la chaîne nationale démis de ses fonctions    CAN-2021 : le tirage au sort reporté au 17 août à Yaoundé    Transfert : Malongo, 3ème meilleur transfert financier dans l'Histoire du football national    Les confessions de Faouzi Benzarti après la fin de la saison : « L'angle de vision du responsable technique est différent de celui des autres »    "Nektachfou Bladna"-Replay: Visiter le Maroc autrement avec les artistes    Décompensation du sucre et de la farine dès 2022    Covid-19 : Une augmentation de 50% des contaminations chaque semaine    Fête du Trône : «Nehzzo lwan dyialna !», l'appel pour exprimer la fierté du pays    Le plus ancien Acheuléen de l'Afrique du Nord découvert à Casablanca    Scène artistique actuelle : La FNM présente ses acquisitions en partenariat avec le ministère de tutelle    JO-2020 : Les Marocains Assmaa Niang (judo) et Abderrahim Moum (haltérophilie) éliminés    Maroc : découvertes de vestiges archéologiques majeurs à Casablanca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



LA REGLE ET L´EXCEPTION
Grâce royale en faveur des condamnés de l'assainissement
Publié dans MarocHebdo le 18 - 10 - 1997

Le chapitre de l'assainissement douloureux est clos. Une amnistie transparente et claire vient d'embrasser le domaine des affaires qui dans notre pays a souvent été obscur et opaque.
Les Benaberrazik, les Chétrit, les Bentaleb, les Amor, les Benchekroun, les Hokaïmi, les Lahlou et autres vont retrouver une certaine sérénité sur la base d'une décision Royale. Au-delà des personnes, et de leurs misères nous sommes en présence, par ce geste du Souverain, d'une relance saine et ambitieuse, de l'économie marocaine. À condition que les droits et les devoirs des uns et des autres soient pleinement assumés. La responsabilité ne se négocie pas.
La grâce du 16 octobre 1997 devra être perçue comme un acte magnanime et bienveillant de SM le Roi.
Pour tourner la page des blessures d'une opération qui tendait avant tout - par l'exemple - à faire valoir la primauté de la loi et de l'Etat sur des pratiques économiques déviantes. La relance de l'économie passe par cet acte hautement symbolique et pédagogique.
&laqno;S.Mle Roi Hassan II, que Dieu le préserve, a bien voulu ordonner une grâce totale au profit des personnes traduites devant les tribunaux du Royaume pour des affaires de contrebande.
Cette mesure concerne les personnes en détention et celles en état de liberté». C'est par un communiqué court et explicite que le cabinet royal a annoncé, le jeudi 16 octobre 1997, l'amnistie des condamnés de la campagne d'assainissement. Personne n'a oublié qu'en janvier 1996 le monde des affaires marocain était en émoi car quelques uns de ses représentants, parfois les plus illustres, ont eu maille à partir avec la justice à cause de leur lecture trop &laqno;libérale» des lois régissant le commerce et les procédures douanières.
Choc
Arrestations en cascades, procès spectaculaires, condamnations à la fermeté exceptionnelle. L'Etat s'était réveillé, peut- être brutalement, et a fait entendre sa musique assainissante à une communauté des affaires assoupie par des habitudes parfois peu orthodoxes. Un choc.
Les critiques avaient porté sur le fond et la forme de cette campagne de mise à niveau atypique, musclée et avant l'heure. Côté patronat, la réaction ne s'est pas fait attendre. On ne change pas les règles du jeu sans prévenir les protagonistes.
Dans un Etat de droit, l'Etat punit en mettant les formes requises et universellement admises par une pratique des droits de l'homme assidue et infaillible. Côté opinion publique, un autre son de cloche. Au &laqno;tous coupables» du plus grand nombre s'ajoutaient des appréciations plus ou moins nuancées. &laqno; Les nantis règlent leurs affaires» ou &laqno;le temps de l'impunité et des parapluies politiques est bien terminé, il faut bien donner l'exemple». On trouve là tous les ingrédients d'une polémique nationale qui a finalement bien eu lieu.
Talent
Le pays a eu pendant longtemps une propension à la répression politique. Des familles entières souvent pauvres ont payé leur dû à cette déviation des pouvoirs politiques. Les années de plomb. L'assainissement a montré que la répression de transgressions économiques et financières - cette fois-ci des pratiques illégales - pouvait prendre une plus grande envergure. Le bâton avait changé de destinataires. Ce n'était plus les mêmes.
Mais c'était sans compter avec les alliances et les forces de lobbying qui allaient donner la pleine mesure de leur talent. Il est vrai que depuis la campagne d'assainissement les milieux d'affaires marocains s'étaient braqués. Ce n'étaient pas encore la grève de l'investissement et le chantage à l'emploi, mais cela leur ressemblait presque.
Clarté
Un Etat moderne et une économie émergente, comme on le dit, ne peuvent s'accommoder durablement d'une crise avec les milieux d'affaires et les investisseurs. Pour le développement du pays il faut être deux. Encore faut-il que les règles de conduite soient claires de part et d'autres.
À ce niveau là ,nos problèmes sont nombreux et connus. Que ce soit au sujet de l'administration et ses îlots rétrogrades et corrompus. Que ce soit au niveau de notre patronat et son incapacité chronique à honorer ses obligations fiscales et sociales. Que ce soit au niveau de notre justice, sans moyens et dont les personnels sont livrés pieds et poings liés au parquet - et ses orientations- et à eux-mêmes. Ce diagnostic est aujourd'hui partagé par tous, et nous l'acceptons même des organisations internationales.
Mansuétude
S.M. le Roi, en garant de la cohésion nationale, a bien voulu tourner la page. Clore ce chapitre nourri de malentendus, de ressentiments et d'aigreur. Une grâce royale n'est pas une absolution. Elle n'est pas non plus un droit que l'on peut revendiquer. Elle n'est pas non plus une négation de décisions de justice.
C'est une décision, certes aux conséquence judiciaires, mais trempée dans un droit supérieur à tout et à tous, et imposable à tout et à tous. Elle relève strictement de la mansuétude du Souverain, dans sa volonté de préservation des intérêts de la nation.
Mieux. Le fait que la grâce royale soit concomitante avec le report du décret relatif à la mise à niveau des bilans est chargé de sens. S.M. le Roi a voulu, lors du conseil des ministres du jeudi 16 octobre, que la mise à niveau des bilans qui s'apparente dans sa phase de lancement à une amnistie fiscale soit nourrie par un débat parlementaire pluraliste et démocratique.
Elle engagera ainsi toutes les forces politiques du pays. Elle aura alors plus de force, plus d'ambition et constituera une véritable rupture par rapport aux pratiques du passé.
Tous ces gestes royaux, mis en perspective, produisent une philosophie cohérente et anticipatrice. Assainir pour l'exemple et pour la primauté de l'Etat et de la loi. Gracier pour le pardon et la réconciliation des forces vives de la nation.
Réconciliation
Mettre à niveau les entreprises pour un avenir économique meilleur dans le cadre d'un Etat de droit qui doit aussi devenir économique financier et fiscal. Tout cela comporte des droit des devoirs.
Après l'amnistie politique, large et généreuse, du 8 juillet 1994, la grâce royale économique, clémente et bienveillante, du 16 octobre 1997 boucle la boucle.
Privilège
La Maison-Maroc est aujourd'hui propre. Elle peut prétendre à toutes les ambitions, si les différents acteurs de la vie publique marocaine veulent bien se conformer à un formalisme démocratique porteur de progrès. L'avenir ne traite ni avec les vainqueurs conjoncturels ni avec les vaincus de circonstance, il traite avec une nation unie, responsable et surtout solidaire. Avec un Etat moderne, impartial qui privilégie l'égalité des chances contre le népotisme et les alliances captives. Qui récompense l'effort contre la médiocratie et les passe-droits. Il n' y a que ceux qui ne veulent jamais comprendre qui croiront que le geste du Souverain les consolide dans une forme d'impunité qui est susceptible de ruiner les efforts de tous pour un avenir meilleur.
Le Maroc, fort de ses valeurs monarchiques séculaires, est aujourd'hui un pays ancré dans la modernité. Cela nous le devons à S.M. le Roi Hassan II, que Dieu lui prête longue vie.