Sécurité routière : 550 nouveaux radars seront installés prochainement    Maroc Telecom. Les réalisations 2018 supérieures aux objectifs annoncés    Plus de 600 coureurs participent à la 2e édition de l'Eco-Trail    « Logintek Settat » à l'ordre du jour du prochain Conseil de gouvernement    CIMR : Le nombre d'adhérents a enregistré une hausse de 2 %    Vidéo – Algérie : Mouvements de protestations contre un cinquième mandat de Bouteflika    Sahara. Un nouveau revers pour les séparatistes    Flash hebdomadaire    Saison culturelle France-Maroc 2019 : Focus sur l'innovation et les arts virtuels    Conférence internationale de Varsovie. Jazouli expose la vision du Maroc    Botola Maroc Telecom : Le MAT stoppe l'IRT dans son élan    Beach-soccer : L'équipe nationale en stage de préparation à Casablanca    Lutte contre la corruption. La CNAC dresse son bilan    Table ronde sur «La biodiversité au Maroc: de la connaissance à la gouvernance»    Zoulikha Bouabdellah : « J'aime opposer les idées pour unifier ! »    Al Akhawayn. La cérémonie de clôture du projet MENARA à Rabat    PSA au Maroc. 700 millions d'euros en sourcing    Kevin-Prince Boateng cambriolé en plein match !    Réchauffement climatique : 61 % des marocains n'en ont jamais entendu parler    Accrochage entre l'armée indienne et les insurgés au Cachemire : 9 morts    L'employabilité des jeunes    Hydrocarbures : Lahcen Daoudi veut parvenir à une solution « acceptable par toutes les parties »    Nouveau record pour le SIEL : plus de 550.000 visiteurs    Rebel Spirit ou quand l'esprit libre de l'art urbain sublime Rabat !    Des partis australiens visés par un piratage commis par un « agent étatique »    Terres soulaliyates : La réforme en marche    Météo : Nouvelle vague de froid jusqu'à mercredi    Météo : Chutes de neige et temps froid dans plusieurs régions    Sommet de crise de l'Eglise catholique minée par les scandales sexuels    La Corée du Nord à « un tournant », disent ses médias avant le sommet    Rachid Talbi Alami lors d'une journée d'étude à Salé : «La formation, axe fondamental de la stratégie nationale du sport»    Hydrocarbures. Le Conseil de la concurrence prend de court le gouvernement    Aujjar : «La mise en œuvre du caractère officiel de l'amazigh ne doit pas faire l'objet de manœuvres politiciennes»    Divers    Ligue 1 : Marseille reprend des couleurs Monaco sort de la zone rouge    Appel à la protection des zones humides de la région Laâyoune-Sakia El Hamra    Divers    Driss Lachguar appelle à l'adoption d'un nouveau contrat social    Luis Rubiales : Peu de pays de par le monde disposent d'installations sportives comme celles du Maroc    Atlas Pro tour 2019 : Victoire de Duncan et distinction de Marjane    Mohamed Mouhib lors d'une rencontre organisée par la section locale du parti à Sidi Bernoussi    Un colloque national met la lumière sur les nouveautés de la loi de Finances    Une fusillade près de Chicago fait cinq morts    Bouillon de culture    "Nulle part loin de toi" de Mamoun Lahbabi    SIEL-2019 : Remise du Prix national de la lecture    MSC2019: L'Alliance Iran-Qatar mise en relief à Munich    La C.I.J. juge recevable la demande de l'Iran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





QU'ELLE EST BELLE MA PREFECTURE
Balade dans le quartier du Mechouar, un îlot épargné dans l'enfer casablancais
Publié dans MarocHebdo le 01 - 11 - 1997

Il n'a rien de différent des hommes qu'il sert, matin et soir, depuis plus de 30 ans. Si ce n'est sa façon de vous servir votre petite tasse de café sec, sans le moindre verre d'eau. Infatigable, visage ridé, regard malin, il semble avoir lancé un défi au temps. &laqno; Ici, j'ai vu défiler tous les genres de clients. Des célébrités comme des citoyens anonymes, des gens riches et hautains et des gens humbles. Ici, J'ai tout vu sauf le temps qui passait »
Lui, c'est Allal. Ici, c'est le café de L'Atlas, ouvert en 1952, dans le quartier des Habous, circonscription et préfecture du Mechouar. Un quartier chargé d'histoire dans une préfecture sans histoire. Quiétude assurée.
Avec un territoire de 47 hectares, la Préfecture du Mechouar est la plus petite du Maroc. C'est aussi la moins peuplée. Le recensement de 1994 a donné 2115 femmes et 1841 hommes, soit 808 ménages et un total de 3956 habitants dont 17 étrangers.
Le Méchouar à Casablanca
Les ménages, en majorité, issus de vieilles familles casablancaises dont les grands-parents, les pères, les fils, et les filles aussi, ont marqué l'histoire de leur quartier, de leur ville, ou de leur pays, chacun et chacune selon son savoir-faire, sa manière.
Galerie
Benaboud le Âalem, Moulay Mouh, un ancien collecteur de fonds pour la lutte de libération de l'Algérie et du Maroc, Mamoun le plombier, Zniber le médecin, puis ambassadeur. Aziza et Zoubida Mikou les brodeuses traditionnelles, Tatom le footballeur, Kabbaj le pilote, Laâroussi le publicitaire, et même notre confrère Bargache, entre autre acteur, cuisinier et animateur. Une véritable galerie de personnages.
&laqno;Je suis fier d'être né, et de grandir ici parmi tous ces gens. Ça me fait de la peine de penser qu'un jour, je dois fonder une famille à l'extérieur de ces murs» nous confie Aziz, un jeune habitant de la rue Ahl Fass.
Non loin de là, la rue Fkih Al Gabbass abrite depuis 1938 la pâtisserie de feu Haj Abderrahmane Bennis réputée pour ses briwates, ces célèbres cornes de gazelle et bien d'autres gourmandises encore.
Le four de Haddouch, en face, dit aussi &laqno;Four des goums», sent encore les grillades au feu de bois.
Naissance
&laqno;Bien loger la population autochtone qui vivait dans des noualas en roseaux ou dans des maisons faites de caisses et de bidons de pétrole écrasés » tel était le vu des trois hommes qui ont lancé la construction de ce quartier, pendant le protectorat.
Mais le maître d'uvre de ce chantier fut M. Prost, présenté comme l'un des plus grands urbanistes de son temps, aidé de ses collaborateurs. M. Cadet en particulier.
Tous les deux avaient du mal à mettre de l'ordre en pensant à l'avenir de l'ossature de Casablanca, &laqno;gênés» en cela par l'acte d'Algésiras qui permettait à tout étranger de construire à sa guise. Heureusement, nous a-t-on confié, Lyautey avait eu le courage de soutenir Prost dans son projet.
En véritable architecte, c'est-à-dire en chef de chantier, Cadet concrétisa le rêve des hommes qui désiraient &laqno;découvrir une vraie Suisse avec ses chalets, une vraie Venise avec ses gondoles et un vrai Maroc avec ses Koubbas et des ruelles blanches, des jardins croulant sous les fleurs» .
C'est ainsi qu'a pris forme le quartier des Habous puis la Mahkama de Casablanca qui fait office de préfecture du Mechouar où siège actuellement le gouverneur.
Le décret du 24 mai 1994, modifiant et complétant le Dahir du 2 décembre relatif à la division administrative du Royaume a donné naissance à la préfecture du Mechouar, jusque-là bachaouia, relevant de la préfecture de Derb Sultan El Fida.
Un siège dont la première pierre fut posée par feu Mohammed V, le 22 mai 1941. Avec 6 salles d'audience et 64 grandes salles et bureaux divers, cet édifice, dont la surface totale s'étend sur 6 200 m2 fût réalisé avec des matériaux traditionnels de grande facture. Des pierres dures de Benslimane, des marbres de l'Oued Yquem, du bois de cèdre des forêts d'Itzer, près de Midelt, du plâtre sculpté cuit dans les fours d'Asni. Quant aux verrous et aux clous en fer forgé, ils sont l'uvre de ferronniers casablancais et fassis. Un espace qui laissent pantois les 6000 touristes étrangers qui le visitent chaque mois.
Traditions
La préfecture du Mechouar abrite la mosquée Mohammadi et son minaret serein et majestueux, la Zaouïa Tijania, lieu de culte des compagnons du précepteur cheikh Ahmed Tijani.
L'éminent professeur Abdelhadi Boutaleb ouvrit la première librairie de la place, Dar Al Kitab, bien avant Dar Takafa et Dar Al Ouloum sur le boulevard Victor Hugo
C'est d'ailleurs sur ce même boulevard que l'on peut voir l'une des plus belles maisons de jeunes du Maroc. Une deuxième ouvrira ses portes prochainement.
C'est dans la Halle aux olives que l'on peut acheter toutes sortes d'huiles végétales, du miel pur et bien sûr des olives.
Les 31 magasins de Bayyada, premier centre du commerce des ufs en gros au Maroc, liquident le plus gros de leurs marchandises tôt le matin.
Non loin de là, la minoterie moud, chaque mois, 21 mille quintaux de céréales. Les argentiers, les marchands d'articles d'artisanat et les brocanteurs, de l'autre côté, attendent avec impatience les touristes étrangers qui se font malheureusement de plus en plus rares depuis plus de sept ans.
Des hommes, des monuments, leurs mémoires et leurs histoires défilent simplement sur le rythme figé de cet espace qui a son temps à lui..