TGV. Khlie lève le voile sur la grille tarifaire    PLF 2019 : La chambre des représentants adopte le projet de loi    Al Boraq atteint 357km/h et entre dans le Top 10 mondial de la vitesse    11 personnes inculpées dans le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi    Benatia : Gagner pour ne pas jouer la survie au Malawi    Crédit agricole du Maroc. Démarrage de la 5e session d'éducation financière    Maroc-Algérie. Guerre de lobbying à Washington    Le groupe OCP reçoit la médaille d'or HSE à Pékin    Immigration irrégulière. L'Espagne interdit les go-fast    Finale de la Coupe du Trône / WAF-RSB : Qui aura le dernier mot ?    Lo Celso restera sûrement à Betis    Lancement de l'opération Riaya en faveur des zones touchées par la vague de froid    Signature d'une convention et suivi de plusieurs projets : Aziz Akhannouch au chevet de l'Oriental    Spotify : Le service de streaming musical arrive au Maroc    Santé. Le secteur attend un traitement de choc    Le Maroc nommé président de l'Observatoire Africain de Sécurité Routière    Mohammed VI-B bientôt dans l'espace    USA/UE: La coopération réglementaire au menu des discussions    Esbroufe    Un show pour valoriser les inventeurs arabes    Bachir Demnati: Un oublié de l'histoire de l'art au Maroc    Démissions en série du gouvernement Theresa May    Ligue des Nations : Löw promet de poursuivre le rajeunissement de la Mannschaft    N'Golo Kanté, salarié "normal", a renoncé à un montage offshore    Prisme tactique : Trois pistes pour conjurer le sort    Fayez al-Sarraj fustige l'hypocrisie européenne sur les migrants    News    Organisation d'une journée "Jeunes leaders marocains" à la Faculté d'Aïn Sbaâ    Mohamed Benabdelkader : L'administration, pilier de tout développement économique    Driss Lachguar reçoit une délégation de l'OSPAA    Le développement humain au Maroc est loin d'être satisfaisant : Le classement PNUD en dit long    Rencontre sur le judaïsme marocain : "Marocains juifs, des destins contrariés" projeté à Marrakech    Présentation à Rabat de la pièce de théâtre chorégraphique "Les hommes meurent mais ne tombent pas"    Création de trois prix régionaux de littérature dédiés à l'enfant    L'ATTRAIT DE LA METROPOLE    Deux fonctionnaires de police impliqués dans une affaire de corruption à Rabat    Theresa May lutte pour sa survie sur le Brexit    Co-produit par la chaîne 2M et réalisé par Hind Bensari : Le documentaire «We Could Be Heroes» en avant-première à Casablanca    Khashoggi : Le procureur saoudien dédouane le prince héritier    Evénement biennal organisé par l'association Racines : Les états généraux de la culture font escale à Tiznit    Des réunions entre députés marocains et européens pour renforcer les relations    1er Forum africain de la sécurité routière. Vivo Energy partenaire    Plus de 2 millions de Marocains sont diabétiques    El Khalfi : Vers une refonte du financement public des associations    INDH : 46 millions de DH mobilisés pour la province de Laâyoune    L'écrivain El Miloudi Chaghmoum va à la rencontre des prisonniers de Kénitra    Commémoration du 63ème anniversaire des Trois glorieuses    La maladie de Parkinson au cœur d'une journée organisée par le ministère chargé des MRE et des Affaires de la migration    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





QU'ELLE EST BELLE MA PREFECTURE
Balade dans le quartier du Mechouar, un îlot épargné dans l'enfer casablancais
Publié dans MarocHebdo le 01 - 11 - 1997

Il n'a rien de différent des hommes qu'il sert, matin et soir, depuis plus de 30 ans. Si ce n'est sa façon de vous servir votre petite tasse de café sec, sans le moindre verre d'eau. Infatigable, visage ridé, regard malin, il semble avoir lancé un défi au temps. &laqno; Ici, j'ai vu défiler tous les genres de clients. Des célébrités comme des citoyens anonymes, des gens riches et hautains et des gens humbles. Ici, J'ai tout vu sauf le temps qui passait »
Lui, c'est Allal. Ici, c'est le café de L'Atlas, ouvert en 1952, dans le quartier des Habous, circonscription et préfecture du Mechouar. Un quartier chargé d'histoire dans une préfecture sans histoire. Quiétude assurée.
Avec un territoire de 47 hectares, la Préfecture du Mechouar est la plus petite du Maroc. C'est aussi la moins peuplée. Le recensement de 1994 a donné 2115 femmes et 1841 hommes, soit 808 ménages et un total de 3956 habitants dont 17 étrangers.
Le Méchouar à Casablanca
Les ménages, en majorité, issus de vieilles familles casablancaises dont les grands-parents, les pères, les fils, et les filles aussi, ont marqué l'histoire de leur quartier, de leur ville, ou de leur pays, chacun et chacune selon son savoir-faire, sa manière.
Galerie
Benaboud le Âalem, Moulay Mouh, un ancien collecteur de fonds pour la lutte de libération de l'Algérie et du Maroc, Mamoun le plombier, Zniber le médecin, puis ambassadeur. Aziza et Zoubida Mikou les brodeuses traditionnelles, Tatom le footballeur, Kabbaj le pilote, Laâroussi le publicitaire, et même notre confrère Bargache, entre autre acteur, cuisinier et animateur. Une véritable galerie de personnages.
&laqno;Je suis fier d'être né, et de grandir ici parmi tous ces gens. Ça me fait de la peine de penser qu'un jour, je dois fonder une famille à l'extérieur de ces murs» nous confie Aziz, un jeune habitant de la rue Ahl Fass.
Non loin de là, la rue Fkih Al Gabbass abrite depuis 1938 la pâtisserie de feu Haj Abderrahmane Bennis réputée pour ses briwates, ces célèbres cornes de gazelle et bien d'autres gourmandises encore.
Le four de Haddouch, en face, dit aussi &laqno;Four des goums», sent encore les grillades au feu de bois.
Naissance
&laqno;Bien loger la population autochtone qui vivait dans des noualas en roseaux ou dans des maisons faites de caisses et de bidons de pétrole écrasés » tel était le vu des trois hommes qui ont lancé la construction de ce quartier, pendant le protectorat.
Mais le maître d'uvre de ce chantier fut M. Prost, présenté comme l'un des plus grands urbanistes de son temps, aidé de ses collaborateurs. M. Cadet en particulier.
Tous les deux avaient du mal à mettre de l'ordre en pensant à l'avenir de l'ossature de Casablanca, &laqno;gênés» en cela par l'acte d'Algésiras qui permettait à tout étranger de construire à sa guise. Heureusement, nous a-t-on confié, Lyautey avait eu le courage de soutenir Prost dans son projet.
En véritable architecte, c'est-à-dire en chef de chantier, Cadet concrétisa le rêve des hommes qui désiraient &laqno;découvrir une vraie Suisse avec ses chalets, une vraie Venise avec ses gondoles et un vrai Maroc avec ses Koubbas et des ruelles blanches, des jardins croulant sous les fleurs» .
C'est ainsi qu'a pris forme le quartier des Habous puis la Mahkama de Casablanca qui fait office de préfecture du Mechouar où siège actuellement le gouverneur.
Le décret du 24 mai 1994, modifiant et complétant le Dahir du 2 décembre relatif à la division administrative du Royaume a donné naissance à la préfecture du Mechouar, jusque-là bachaouia, relevant de la préfecture de Derb Sultan El Fida.
Un siège dont la première pierre fut posée par feu Mohammed V, le 22 mai 1941. Avec 6 salles d'audience et 64 grandes salles et bureaux divers, cet édifice, dont la surface totale s'étend sur 6 200 m2 fût réalisé avec des matériaux traditionnels de grande facture. Des pierres dures de Benslimane, des marbres de l'Oued Yquem, du bois de cèdre des forêts d'Itzer, près de Midelt, du plâtre sculpté cuit dans les fours d'Asni. Quant aux verrous et aux clous en fer forgé, ils sont l'uvre de ferronniers casablancais et fassis. Un espace qui laissent pantois les 6000 touristes étrangers qui le visitent chaque mois.
Traditions
La préfecture du Mechouar abrite la mosquée Mohammadi et son minaret serein et majestueux, la Zaouïa Tijania, lieu de culte des compagnons du précepteur cheikh Ahmed Tijani.
L'éminent professeur Abdelhadi Boutaleb ouvrit la première librairie de la place, Dar Al Kitab, bien avant Dar Takafa et Dar Al Ouloum sur le boulevard Victor Hugo
C'est d'ailleurs sur ce même boulevard que l'on peut voir l'une des plus belles maisons de jeunes du Maroc. Une deuxième ouvrira ses portes prochainement.
C'est dans la Halle aux olives que l'on peut acheter toutes sortes d'huiles végétales, du miel pur et bien sûr des olives.
Les 31 magasins de Bayyada, premier centre du commerce des ufs en gros au Maroc, liquident le plus gros de leurs marchandises tôt le matin.
Non loin de là, la minoterie moud, chaque mois, 21 mille quintaux de céréales. Les argentiers, les marchands d'articles d'artisanat et les brocanteurs, de l'autre côté, attendent avec impatience les touristes étrangers qui se font malheureusement de plus en plus rares depuis plus de sept ans.
Des hommes, des monuments, leurs mémoires et leurs histoires défilent simplement sur le rythme figé de cet espace qui a son temps à lui..