Abdelaziz Bouteflika enfin convoqué par la justice    Un collectif dénonce l'intensification de la répression par "un régime algérien dans l'impasse"    Le Groupe arabe à l'ONU loue le rôle du Comité Al Qods    Le Maroc réitère son soutien indéfectible aux droits du peuple palestinien    L'avenir du Real Madrid    Indépendance de la justice marocaine : La lettre virulente de Tamek au professeur J. Waterbury    Participation du Maroc à la Conférence mondiale de l'UNESCO sur l'EDD    Londres se défend d'avoir tardé à agir face au variant indien    Jack Lang: Puisse l'exemple Royal entraîner d'autres pays à faire preuve de vraie solidarité    Barça : Xavi pour remplacer Ronald Koeman ?    Mohamed Salah Tamek dénonce l'ingérence de John Waterbury dans des affaires portées devant la justice marocaine    Irlande du Nord : Edwin Poots à la tête du Parti Démocratique Unioniste    Hausse de l'IPC dans les principales villes de la région    Détails de la transformation de FinanceCom en O Capital Group    Le HUSA victorieux, la RSB en chute libre    L'Atlético se rapproche du sacre, le Real garde l'espoir    Le Raja arrache le nul face à Orlando Pirates    Des cérémonies célébrant un évènement majeur    Les souks hebdomadaires en milieu rural ont besoin d'être développés    Abdellatif Hammouchi inaugure le club équestre de la Sûreté Nationale à Kénitra    Jacek Oalczak nommé PDG    Une occasion de se remémorer leurs sacrifices et leur dévouement pour la défense de la sécurité du pays et des citoyens    Le café des Oudayas fait peau neuve !    La culture hispanique vue par la bande dessinée et de l'illustration    L'Art moderne & Contemporain marocain à Paris    Abdellatif Hammouchi inaugure de nouvelles infrastructures sécuritaires    Evolution du coronavirus au Maroc : 79 nouveaux cas, 515.023 au total, lundi 17 mai 2021 à 16 heures    Décès de l'acteur marocain Hammadi Ammor, 90 ans : Un immense artiste s'en va    Assurances: les primes émises en hausse de 3,3% à fin mars (ACAPS)    Célébration du 200ème anniversaire de la Légation américaine de Tanger    Aide humanitaire aux Palestiniens: Le Maroc fidèle à ses engagements    La loi N°56.20 offrira un nouveau cadre juridique à la création de musées, avec un label officiel (FNM)    Visas Schengen: les conditions imposées par l'Espagne    Evénements de Cheikh Jarrah: Le silence complice de la communauté internationale    Abdelfattah El Belamachi: "Le Maroc donne à l'Espagne, à l'Allemagne et à l'UE plus qu'il n'en reçoit"    ONMT : 3 partenariats conclus à Dubaï    RAM: Abdelhamid Addou élu au Conseil des Gouverneurs de l'IATA    Coronavirus : Sanofi lancera fin mai la production de son vaccin    65ème anniversaire de la DGSN : Fière chandelle aux agents de la Sûreté nationale dans ce contexte de la Covid    Zidane, entraineur du Real de Madrid, en colère : « Je ne dirai jamais cela à mes joueurs ! »    Abdou Diop: « Le marché de l'audit évolue pour répondre aux besoins et attentes des clients »    Echange de données bancaires : La loi bloquée au Parlement ?    Un Technopark à Fès pour consolider l'attractivité économique de la région    Défaite de Chelsea en finale de la FA Cup : Pour Tuchel, Ziyech responsable !    Fin du rêve européen pour Selim Amallah et Mehdi Carcela    Gaza: au moins 42 Palestiniens tués dans les raids israéliens, plus lourd bilan quotidien depuis lundi (ministère)    L'acteur marocain Hammadi Ammor n'est plus    Walid Halimi rend hommage au célèbre Tony Allen    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lancement d'un programme de lutte contre le piratage BOUFFEE D'AIR Création de pépinières d'entreprises à travers le Royaume
POUR QUE BOURGEONNENT LES PROJETS ------------------------------------------------------------------------ TEXTILE ET
Publié dans MarocHebdo le 16 - 04 - 1999


ECO Par Kamal BENBRAHIM
Lancement d'un programme de lutte contre le piratage
AUX GRANDS MAUX, LES GRANDS REMÈDES
La situation est très préoccupante au Maroc. Les développeurs de logiciels ne savent plus a quel saint se vouer pour mettre un terme à la frénésie des graveurs. Selon les statistiques, près de 3 logiciels utilisés sur 4 sont des copies pirates. Une donne qui constitue un véritable frein au développement du secteur informatique marocain.
Business software alliance (BSA), une association internationale d'éditeurs de logiciels active dans 65 pays, a décidé de mettre en place un programme de lutte contre le piratage de logiciels.
Les six éditeurs de logiciels membres de BSA au Maroc (Adobe, Apple, Attachmate, Autodesk, Corel et Microsoft) ont chargé l'association de mener des actions en vue d'informer et de sensibiliser les professionnels de l'informatique, les utilisateurs et les pouvoirs publics, d'entreprendre des actions de contrôle et des actions judiciaires à l'encontre des revendeurs et des utilisateurs de copies pirates et enfin d'inciter et aider les pouvoirs publics à mettre en place le cadre légal indispensable au renforcement de la protection des logiciels au Maroc.
Didier Cocherel, directeur général d'Adobe systems pour la France, l'Afrique et le Moyen Orient et vice porte-parole de BSA a développé la stratégie de l'association lors d'une rencontre avec la presse jeudi 8 avril, en marge du salon Sit' Expo 99.
Les chiffres qu'il a communiqués sont inquiétants. Le taux de piratage en 1997 au Maroc a atteint 72% pour les membres de BSA. La perte en chiffre d'affaires pour les éditeurs de logiciels avoisine les 45 millions de Dh.
Dans cet environnement, BSA va initier une démarche basée sur l'information au sujet de la loi et sur les risques encourus par les contrefacteurs.
L'association diffusera gratuitement des brochures d'information, participera à des séminaires et salons et lancera une campagne de communication presse.
Dans le volet des actions judiciaires, BSA fera rédiger par des avocats des lettres de mise en demeure à l'adresse des contrefacteurs ou revendeurs de produits pirates, procèdera à des contrôles surprises chez les revendeurs et dans les entreprises et estera en justice.
Contrefaçon
De son côté, Ahmed Lamarti, président de la commission de l'Agriculture et des Affaires économiques à la chambre des conseillers a fait état du dépôt au parlement en novembre dernier d'une proposition de loi modifiant le dahir de 1970 sur le droit d'auteur. cette proposition de loi qui vise à mettre la législation marocaine en conformité avec les traités internationaux, notamment les accords de l'OMC, sera discutée au cours de l'actuelle session parlementaire.
Programme de formation qualifiante pour les jeunes diplômés
BOUFFEE D'AIR
La signature d'une convention cadre pour la mise en uvre d'un programme de formation qualifiante au profit des jeunes diplômés est une bouffée d'air pour de nombreux diplômés dont la formation est déphasée par rapport aux exigences du marché de l'emploi.
Une convention-cadre pour la mise en uvre d'un programme de formation qualifiante au profit des jeunes diplômés a été signée lundi 12 avril à Rabat par MM. Khalid Alioua, ministre du Développement social, de la Solidarité, de l'Emploi et de la Formation professionnelle et Najib Zerouali, ministre de l'Enseignement supérieur, de la Formation des cadres et de la Recherche.
Le programme portera sur la formation qualifiante de jeunes diplômés dans les filières qui offrent un fort potentiel d'emploi et son exécution sera assurée par les établissements universitaires et de formation des cadres relevant du ministère de l'Enseignement supérieur, de la Formation des cadres et de la Recherche scientifique.
Modules
La première tranche du programme profitera à 1560 jeunes diplômés qui sont des primo-demandeurs d'emploi depuis plus de 12 mois et titulaires d'une licence ou d'un diplôme d'études supérieures (DES) ou d'un diplôme équivalent. Il s'agit de dispenser aux jeunes bénéficiaires une formation sous forme de modules cibles dans des filières répondant aux besoins du marché de travail, sur une durée ne dépassant pas dix mois, dont deux mois seront consacrés à des stages en entreprise. Ces stages seront organisés en étroite collaboration avec les Centres d'information et d'orientation pour l'emploi (CIOPE) concerné. Ils doivent obligatoirement comporter une période d'au moins un mois programmé à la fin de la formation et durant lequel le bénéficiaire sera placé par le CIOPE en stage de formation-insertion.
Les bénéficiaires du programme seront repartis en groupes de 24 jeunes diplômés, avec un coût de formation estimé à 600.000 Dh, soit 25.000 Dh par jeune diplômé pour un volume horaire de quelque 860 heures par filière.
À l'issue de leur formation, les bénéficiaires se verront remettre une attestation mentionnant les compétences acquises.
Création de pépinières d'entreprises à travers le Royaume
POUR QUE BOURGEONNENT LES PROJETS
Le ministère de l'Industrie, du Commerce et de l'Artisanat vient d'initier un programme de réalisation de pépinières d'entreprises à travers les différentes régions du Royaume, dans le cadre de la mise en uvre du Fonds pour la promotion de l'emploi des jeunes.
Le programme, destiné à pallier le chômage des jeunes diplômés, notamment en milieu rural, consiste à mettre à la disposition des jeunes promoteurs des locaux dotés de tous les réseaux d'équipement nécessaires à la bonne marche de leurs activités, comme l'eau potable, l'électricité, le téléphone, l'assainissement, la voirie, etc..
Ces pépinières profiteront aux " jeunes promoteurs éligibles " ayant entre 20 et 45 ans et disposant d'une formation universitaire ou professionnelle.
Elles seront réalisées dans le cadre d'un partenariat avec les collectivités locales et les associations de développement régionales.
La priorité sera cependant donnée aux activités industrielles ou aux services liés à l'industrie, compte tenu du rôle de ces activités dans la création d'emplois.
Facilités
Concrètement, le département de l'Industrie accordera au partenaire local choisi, le financement nécessaire pour la construction des locaux. Ce dernier, devra s'engager à mettre à la disposition du projet un terrain de 1,5 à 2 ha sur lequel seront construits les locaux. Il devra également prendre en charge tous les réseaux d'équipement hors site et in site du terrain choisi.
Une fois réalisés, ces locaux deviendront sa propriété et il aura à charge de les gérer.
Ces facilités ne devraient cependant pas être prétexte à une paresse assistée. Les services du département de l'Industrie préviennent que l'incubation des projets au sein de la pépinière ne devra pas excéder 23 mois, les entrepreneurs ayant toujours la possibilité de prorogations pour les projets nécessitant une durée plus importante.
À l'issue de cette période, les projets en question pourraient être implantés dans des zones industrielles sur des superficies plus grandes, en concordance avec leur taille et leurs ambitions.
Dispositions
À ce jour, les conventions de partenariat concernant vingt pépinières d'entreprises ont été signées avec des partenaires locaux. La première opération à voir le jour sera la pépinière d'entreprises d'El Jadida, réalisée en partenariat avec la municipalité de la ville. La structure a été construite sur une superficie couverte de 7.200 m2, au sein de l'actuelle zone industrielle d'El Jadida. Un emplacement idéal qui lui permet de bénéficier de la proximité des industries existantes, toujours en quête de sous-traitants locaux. En attendant, les 49 locaux de la pépinière seront loués aux jeunes promoteurs à des prix inférieurs à ceux du marché.
Les pépinières seront donc bientôt en place dans les principales villes du Royaume, reste que les projets bourgeonnent.
TEXTILE ET HABILLEMENT
L'Industrie marocaine du textile et de l'habillement a conforté cette année sa position sur le marché de l'Union Européenne, avec un chiffre d'affaires de 24 milliards de Dh et 40% de parts de marché. Dans ce segment, particulièrement le marché féminin, le Maroc est le premier fournisseur de la France devant la Chine et la Tunisie. Le Royaume est également seizième fournisseur du marché communautaire. Cependant, au niveau du marché masculin français, le Maroc est deuxième derrière la Tunisie et devant la Chine.
INTRODUCTIONS EN BOURSE
Auto Nejma, distributeur exclusif au Maroc des marques Mercedes, Daewoo, SsangYong et Samsung, a lancé du 12 au 16 avril une offre de vente publique (OVP) portant sur 20% de son capital. L'offre porte sur 258.400 actions qui seront cédées au prix unitaire de 178 Dh, dont 52.000 par augmentation de capital de cette entreprise forte de 30 années d'expertise dans l'automobile. Le groupe Afriquia, a également annoncé une prochaine OVP sur 20% du capital de sa filiale Afriquia gaz, à la suite d'une augmentation de capital. Dans ce cadre, 412.500 actions seront cédées au prix unitaire de 185 Dh.
COOPERATION ET CONVENTIONS
Le Maroc et la Belgique ont signé mardi 13 avril deux conventions de coopération bilatérale concernant l'encouragement et la protection des investissements et le transfèrement des détenus. Le Premier ministre belge, Jean-Luc Dehaen en visite officielle de 24 heures au Royaume a fait part du "vif intérêt" des opérateurs belges pour investir davantage au Maroc.
Reste, a-t-il dit, à accélérer la ratification de certaines conventions bilatérales, notamment celle de 1994 qui prévoit le développement de la coopération commerciale et technique.
Au cours de ses entretiens avec Abderrahmane Youssoufi, le chef du gouvernement belge est longuement revenu sur la consolidation du cadre juridique de la coopération bilatérale.
PRATIQUES IMMORALES
La Ligue nationale de protection du consommateur (LNPC) s'est dite " indignée et choquée " par les affaires relatives à l'écoulement sur le marché de denrées impropres à la consommation. Un communiqué de la ligue, faisant suite à la publication d'articles de presse sur l'écoulement d'abats de bourriques provenant du parc zoologique de Temara, appelle les "différents services concernés à prendre leurs responsabilités " face à ces pratiques qualifiées d'"immorales et condamnables aussi bien par l'éthique et la religion que par l'esprit de citoyenneté ".
EURO OBLIGATAIRE
Le Maroc a lancé le 22 mars 1999 son premier emprunt obligataire en Euro d'un montant de 138,7 millions d'Euros, dont le produit a servi au remboursement anticipé d'un montant équivalent de dettes onéreuses assorties d'un taux d'intérêt de 9%. Selon un communiqué du ministère de l'Economie et des Finances, le règlement des fonds a eu lieu le 9 avril 1999. L'emprunt, d'une durée de 5 ans, porte un taux d'intérêt de 3,95% et bénéficie de la garantie de l'Agence française de développement (AFD), accordée dans le cadre de l'accord bilatéral entre la France et le Maroc. La garantie de l'AFD porte sur 100% du principal et 50% des intérêts. L'emprunt a été placé à 51% en France, à 26 % au Royaume Uni, à 15% au Benelux, à 5 % en Suisse et à 3% en Italie.
DE LA BETTERAVE AU SUCRE
Le Maroc est en train de développer un programme de création variétale de betterave à sucre, qui permettra la mise sur le marché des premières semences multigermes en 2002, selon un rapport de synthèse du plan national semencier (PNS). Entamé en 1997, le plan prévoit qu'à l'horizon 2020, le Royaume pourra produire quelque 50% de ses besoins en semences de betteraves à sucre, soit 5000 qx. Actuellement, la totalité des besoins nationaux est importée par la Sonacos pour une valeur globale moyenne de 80 millions de dirhams.