Le roi adresse ses condoléances aux membres de la famille d'Yves Coppens    Coronavirus au Maroc: 3.235 contaminations ce samedi, plus de 100 cas graves    USA: Biden signe une loi historique pour restreindre l'accès aux armes à feu    Maroc : Les e-visas au grand bonheur des professionnels du tourisme    Manuel Albares : La position de l'Espagne sur le Sahara "très claire" et "souveraine"    Maroc. Smeia dévoile en avant-première la nouvelle Série 7 et le X7    African Lion : l'hôpital militaire de campagne prend soin des habitants de Taliouine    Assaut à Melilla/Nador: Pedro Sanchez accuse les "mafias" de trafic d'êtres humains    Mali: l'armée annonce avoir «neutralisé» plus de soixante djihadistes    FRMF: plusieurs joueurs du WAC et du Raja lourdement sanctionnés    Tirage des éliminatoires / CAN de Beach Soccer 2022 : Le Maroc affronte la Côte d'Ivoire    Equipe nationale : Coach Vahid, de plus en plus, sur un siège éjectable!    Hakim Ziyech aurait choisi sa prochaine destination    L'ONCF déploie son plan Eté 2022    Mohamed Mehdi Bensaid testé positif au covid-19    Saad Lamjarred enflamme un mariage en Egypte (VIDEO)    Yassine Esqalli : né d'une simple curiosité, le voyage de 50 mille km parcouru à...vélo    Appel à la mobilisation pour accompagner le retour des MRE    L'international marocain Zakaria Aboukhlal signe à Toulouse    La junte algérienne vit mal la participation tunisienne à l'exercice «African Lion 2022»    ONMT. Le «Light Tour» fait sensation à Sao Paulo    Mme Akharbach : Les doubles standars contribuent à « antagoniser les opinions publiques »    Latifa Akherbach : «Les doubles standards antagonisent les opinions publiques et renforcent l'incompréhension entre les sociétés»    Températures prévues pour le dimanche 26 juin 2022    Maroc-Algérie : Omar Hilale saisit le Conseil de sécurité et le SG de l'ONU    Fusillade à Oslo: la police enquête sur un « acte terroriste »    Le jeune pianiste marocain Marouan Benabdallah anime avec brio un concert à Rome    Sécurité alimentaire mondiale : lettre ouverte des Ambassadeurs et Chefs de mission près le Royaume du Maroc    Insolite : un Marocain de 68 ans fait Amsterdam-Dakar à vélo !    Maroc : des instigateurs d'un vaste réseau d'immigration clandestine arrêtés    L'aéroport Mohammed V de Casablanca dans le Top-5 des aéroports «les plus améliorés» au monde    Fouzi Lekjaa réélu à la tête de la FRMF pour un troisième mandat    CA de l'Agence Maroc PME: Hausse importante des réalisations 2021    USA: Biden fustige la décision de la Cour suprême sur le droit à l'avortement    Paris : Ouverture du 17e Salon de l'immobilier marocain «SMAP Immo»    Irlande : L'histoire du Maroc présentée dans la cathédrale Christ Church de Dublin    Lutte anti-terroriste: La coopération entre le Maroc et les Nations Unies "forte et fructueuse"    La météo pour ce samedi 25 juin 2022    Assaut de clandestins subsahariens sur Mellilia: le bilan s'alourdit    Classement 2022 des World Airport Awards : L'aéroport Med V de Casablanca au Top 5    Les jeunes astronomes à l'honneur lors de la 10e édition du festival d'astronomie d'Ifrane    C'est parti pour la première édition de l'évènement « Anfa Park en fête » (VIDEO)    Seul le courage paiera [Par Jamal Berraoui]    Soirée à Dublin sous le signe de la culture et de l'histoire du Maroc    Ouverture à Rabat du Bureau de formation de l'ONU contre le terrorisme    Hilale saisit le Conseil de sécurité et le SG de l'ONU sur les silences, les mensonges et les obstructions de l'Algérie    Nuit des musées et des espaces culturels : C'est parti pour la première édition !    Le Maroc propose d'installer une usine d'engrais au Guatemala    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le Parti national génération indépendance voit le jour
Publié dans MarocHebdo le 17 - 12 - 1999


NOUVEAUX REPÈRES
Le PNGI entend affirmer sa détermination à contribuer, sans relâche, à la consolidation de la démocratie et à l'approfondissement de l'Etat de droit, conformément à la constitution et aux lois en vigueur.
Les citoyens ont le droit de s'organiser en associations. Les partis politiques contribuent à l'encadrement de la population. Les principes constitutionnels sont bien clairs. Ils le sont davantage quand on sait que la même constitution interdit formellement le parti unique.
Tout le monde donc peut aisément constituer son propre parti tant qu'il n'enfreint pas les lois en vigueur. Mais la loi tolère-t-elle un parti basé sur des critères d'âge et de professions ? Là réside un véritable débat pour faire le distinguo entre parti politique et syndicat.
Pourquoi ces préliminaires ? La réponse est simple : au mois de novembre dernier, a été annoncée la création d'un parti pour jeunes. Plutôt pour la génération Indépendance. L'idée peut paraître normale. Ordinaire. Des jeunes qui ne s'identifient à aucun parti existant ont décidé de se prendre politiquement en charge. Ils créent le plus normalement du monde leur formation politique. Mais, il y a tout de même un hic. Un parti politique c'est un programme à mettre en uvre. Des idées à défendre. Ce n'est pas une caste où l'on peut s'enfermer. Le PNGI, Parti national de la génération indépendance, ou tout simplement Génération Indépendance, veut en fait pallier un manque. Celui d'une formation politique en mesure de répondre aux exigences des nouvelles générations. C'est dire qu'à nouvelle génération, nouveau parti. Drôle de vision de la chose politique. Mais passons. Le nouveau parti dont le secrétaire général est Omar Benslimane qui publiait une revue sous le nom L'Evénement, et fils par ailleurs de l'ambassadeur du Maroc à Tunis, Abdelkader Benslimane, a pour le moment son siège au Twin Center, les deux tours jumelles de Casablanca. Ce n'est pas peu pour un début. Une simple coïncidence peut être quand on sait que les dirigeants du parti sont des jeunes entrepreneurs ayant élu domicile dans ce nouveau centre d'affaires.
Civisme
Que veulent ces jeunes et leur parti ? "Le PNGI entend affirmer sa détermination à contribuer, sans relâche, à la consolidation de la démocratie et à l'approfondissement de l'Etat de droit, conformément à la constitution et aux lois en vigueur.
Il réitère son attachement aux institutions supérieures de la nation et déclare s'inscrire en droite ligne de toute action patriote et citoyenne tendant à initier des réformes tous azimuts ayant pour souci majeur la modernisation de la vie publique et le renforcement des liens séculaires unissant le peuple à la Couronne. " Jusque-là, rien de bien particulier. Toutes les forces politiques se disent déterminées à uvrer pour les mêmes choses.
Le PNGI qui considère que des progrès significatifs ont été accomplis sur le plan politique est déterminé à ne ménager aucun effort pour aider notamment au développement du pays, conscient qu'il est de la prééminence des facteurs économiques à l'heure de la globalisation des échanges, ajoute le parti dans son communiqué. Autre idée élaborée par le PNGI. L'éducation. "La base de toute politique quelle qu'elle soit est bien évidemment le niveau et la performance de son système éducatif. Génération Indépendance incrimine le système d'éducation actuel qu'elle accuse de tous les maux. L'Etat en continuant à se désengager, devrait encourager l'école privée sans faillir à sa mission de contrôle pour que celle-ci réponde aux critères retenus par un consensus national sur les choix fondamentaux, et ne soient pas de simples affaires commerciales qui profitent vilement de la défaillance du système public." Et le parti de mettre l'accent sur la réhabilitation de l'école publique. Il s'agit d'une nécessité stratégique, " et le système payant tiendrait compte des possibilités matérielles des différentes couches sociales, et laisser jouer une certaine péréquation qui permettrait aux enfants d'origine humble de profiter des installations publiques au même titre que les nantis ".
Particularités
Ces généralités étant dites, on est bien en droit de se demander sur ce qui fera la différence entre le PNGI, qui entend défendre les idéaux libéraux, et les autres formations libérales marocaines ?
La différence, on la retrouve dans une note de présentation du parti. Il en ressort que ce nouveau parti se place en bonne position par rapport aux autres quant à ses connaissances en matière de nouvelles technologies et nouveaux modes de communication. En un mot, et pour faire plaisir à nos congénères du PNGI, on peut dire qu'il s'agit d'un parti ''in''. Branché, diront d'autres mais c'est du pareil au même Certes, la loi n'interdit pas la formation de partis politiques tant qu'ils reconnaissent les fondements de l'Etat. Soit. Mais un parti politique n'est pas non plus un syndicat qui lui peut se contenter d'une catégorie socio-professionnelle. Le PNGI, non seulement se limite dans une tranche d'âge, mais aussi insinue une appartenance à une catégorie de jeunes entrepreneurs ''branchés''.