Brahim Ghali, accusé de crimes contre l'humanité, appelle ses partisans «à poursuivre leur combat contre le Maroc»    Casablanca : un inspecteur de police contraint d'utiliser son arme pour interpeller un multirécidiviste dangereux    Driouch : une secousse tellurique de magnitude 4,1 degrés    L'arganier présente une forte plasticité écologique et climatique (Spécialiste )    Météo Maroc: temps assez stable sur une majeure partie du pays ce vendredi    Conflit israélo-palestinien : la session du Conseil de sécurité de l'ONU sera tenue dimanche    Célébration du 65ème anniversaire de la création des Forces Armées Royales (FAR)    Coupes de la CAF : Missions périlleuses pour le WAC et le Raja en déplacement    Israël-Palestine: L'ONU déplore l'impact "dévastateur" du conflit sur les enfants    France/Covid: Les députés valident une rallonge budgétaire de 7,2 mds d'euros    Nouvelle destination probable pour Mohamed Ihattaren    Le Maroc réitère son rejet des mesures israéliennes affectant le statut juridique d'Al-Qods    Driss Lachguar: L'USFP est depuis toujours un parti responsable qui place les intérêts du pays avant les siens    Le FEC ouvre une ligne de crédit de 2,2 MMDH pour la région de Fès-Meknès    Les cours mondiaux des produits alimentaires poursuivent leur envolée    La SNRT a affiché une tendance haussière pendant le Ramadan    "La femme dans le cinéma marocain, devant et derrière la caméra": L'hommage mérité aux comédiennes et cinéastes marocaines    La Londonienne Dua Lipa sacrée " meilleure chanteuse " aux Brit Awards    L'événement culturel «Mois du patrimoine 2021» en mode virtuel à Dakhla    Fermeture des salles de cinéma : Les exploitants lancent un appel au ministre El Ferdaous    Ce vendredi à 19h00, le WAC face au Mouloudia d'Alger : Le Wydad en mission pour assurer le retour    Livre. Danse avec les riches    Foot africain : Hector Cuper sélectionneur de la RDC    Equipe nationale : Deux matches de préparation en juin prochain    Corruption: La loi n°19-46 publiée au B.O    La Russie veut franchir un nouvel cap dans sa reconquête de l'espace    Coronavirus au Maroc: 238 nouveaux cas et 513 guérisons en 24H    60 ans des relations diplomatiques entre le Maroc et le Chili: Riche programmation culturelle dans les universités chiliennes    La prestation d'Amine Harit contre le Herta Berlin    En Espagne, appels à empêcher Brahim Ghali de fuir le pays et que des mesures soient prises à cet effet    L'encours des bons du Trésor devrait s'établir à 617,5 MMDH au 19 mai    UEFA : La finale de la Ligue des champions déplacée d'Istanbul à Porto    Migration : La CEA se penche sur la reconnaissance des compétences africaines au Maroc    Marché des changes : le dirham se déprécie de 0,33% face à l'euro    Huawei : le Maroc favorable pour accélérer le développement de l'école numérique    Agressions israéliennes contre les Palestiniens : La Chine appelle l'Etat hébreu à la retenue    Madaëf Eco6-Tamuda Bay: le CRI, l'APDN et Madaëf s'allient    Botola Pro: résultats, classement et buteur / 16ème journée    Prime 4-Replay: Voici le montant remporté par l'équipe de Hassan FOULANE...    SM le Roi, Amir Al-Mouminine, accomplit la prière de l'Aïd Al-Fitr    BVC : la confiance envers les actions à un plus haut    Météo/Maroc: temps généralement stable ce jeudi 13 mai    Des couleurs à retrouver pour la couture traditionnelle    Message de Mahmoud Abbas au roi Mohammed VI    Le Gabon veut intégrer le Commonwealth    M'Barek Bouderka relate l'histoire étonnante d'un jeune résistant (VIDEO)    Laâyoune: La désalinisation pour assurer l'essor de la région    «Aywad»: un hymne à la vie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





TROIS MILITANTS ET UN FKIH
Publié dans MarocHebdo le 01 - 12 - 2000

Mohamed Aït Kaddour, Mohamed Benyahia et Mohamed Lakhssassi
Hormis les principaux dirigeants de l'UNFP mis en équation politico-militaire par Fkih Basri dans sa lettre, trois autres personnes sont citées: Mohamed Lakhssassi, Mohamed Aït Kaddour et Mohamed Benyahia. Ce sont des militants socialistes de toujours qui ont, chacun dans des circonstances particulières de son parcours d'opposant et d'exilé, fréquenté le Fkih et même un peu pratiqué. Quand ils réagissent à ses coups politiques, ils savent donc de qui ils parlent. Contactés par la rédaction de MHI, ils ont livré leurs sentiments sur les rôles que leur attribue le Fkih dans ses projets de partenariat politique avec les putschistes du 16 août 1972, et dans les événements de mars 1973. Tous les trois considèrent que les propos du Fkih tenus à leur égard, dans sa lettre, ne sont que tissus de mensonges et affabulations.
• Mohamed Aït Kaddour, membre du Comité central de l'USFP.
Aït Kaddour, lui, avait publié une série d'articles, il y a deux ans, dans Al Ahdat Al Maghribia où il dévoilait des aspects de la personnalité du Fkih que peu de gens connaissaient. Des révélations qui avaient fait sensation, malheureusement l'auteur a arrêté au bout du troisième épisode ce qui promettait d'être un feuilleton truculent. Aït Kaddour était effectivement directeur du port de Kénitra en 1972. Il s'est exilé peu de temps après. Mais de là à l'impliquer dans le putsch du 16 août 1972 ou dans les événements du 3 mars 1973, il y a plus qu'un pas que seul l'intéressé pourrait ou ne pourrait pas franchir. Or, Aït Kaddour persiste et réfute.
• Mohamed Benyahia, conseiller du Premier ministre.
Mohamed Benyahia est présenté par le Fkih comme le grand planificateur des événements du 3 mars 1973. Une pâle opération de guérilla montagnarde du côté de Moulay Bouazza. Benyahia assure que son nom n'a jamais été cité ni par les accusés, ni par la gendarmerie, lors du procès de cette affaire. Il accuse le Fkih de se poser en procureur-instructeur pour refaire ce procès.
Exil
La seule fois, rappelle Benyahia, où il a été condamné, ce fut au procès de Marrakech en 1970, par contumace. Il a d'ailleurs, dit-il, été gracié par feu S.M Hassan II, en mai 1973, deux mois à peine après les escarmouches de Moulay Bouazza. Mohamed Benyahia choisira de rester en exil volontaire en France, en compagnie de Abderrahmane Youssoufi, avec qui il rentrera au Maroc en 1979. À son retour, il dirigera la rédaction de l'organe de l'USFP, "Al Mouharrir", jusqu'en 1980. Le quotidien est interdit au lendemain des émeutes du 20 juin 1981, à Casablanca et Mohamedia, particulièrement. Benyahia crée alors son propre journal, Al Balagh, un hebdomadaire qui sortira de 1981 à 1985.
Baroudeurs
Benyahia rappelle un fait relatif aux événements du 3 mars 1973 et qui renseigne sur la réalité de ses rapports avec Fkih Bassri. Pour éloigner toute confusion avec l'UNFP, Benyahia baptisa les acteurs de la guérilla de Moulay Bouaza, "le mouvement pour la libération du Maroc". Un titre pompeux bien au dessus des moyens des malheureux baroudeurs. Cette initiative a provoqué le courroux du Fkih qui, lui, voulait entretenir l'amalgame. Il exclue sur le champ Benyahia de la section de l'UNFP de Paris.
• Mohamed Lakhssassi, ancien député, professeur à l'Université.
Mohamed Lakhssassi est une figure emblématique du mouvement étudiant et de la jeunesse de l'UNFP, dans les années 60 et le début des années 70. Membre du comité exécutif, puis président de l'UNEM en 1969-70, Lakhssassi a vu la répression policière de très près, avant d'être embrigadé pour un service militaire punitif de un an et demi. Mohamed Lakhssassi a eu à côtoyer Fkih Basri en exil, ce n'est pas pour autant qu'il est près d'avaler tout ce que celui-ci lui impute. Pendant son long séjour en France, Lakhssassi a eu surtout à s'occuper des relations extérieures de l'USFP, particulièrement avec les pays arabes.
Un domaine où il était très actif, aux côtés de Abderrahmane Youssoufi, d'ailleurs. Rentré au Maroc, il est élu député, en 1983, et assure un cours d'histoire à la faculté des lettres de Rabat. Fonction qu'il occupe toujours à côté de ses responsabilités à l'USFP.
Pour Mohamed Lakhssassi, la publication de la lettre du Fkih par "Le Journal", fait partie d'une vaste opération attentatoire aux institutions du pays, à son image de par le monde et à ses valeurs spirituelles et culturelles. La phase de redressement politique entreprise par le Maroc depuis l'avènement de l'alternance, dit-il, gêne des milieux étrangers, dont quelques lobbies sionistes que la position courageuse de S.M Mohamed VI et de son gouvernement dérange.