Luca De Meo, DG du Groupe Renault : La relation entre le Maroc et le Groupe est une "relation d'exception"    Marché boursier : Les levées de capitaux en actions en repli de 70% en 2020    Généralisation de la couverture médicale : L'UE accompagne le Maroc    JO-2020 : Le programme du vendredi 6 août 2021    JO de Tokyo/Athlétisme : Le Marocain Abdellatif Sadiki éliminé en demi-finale du 1.500 m    Covid-19 : Pfizer et BioNTech s'engagent à fournir leur vaccin au Maroc au cours de 2021    Casablanca : interpellation d'un individu pour son implication présumée dans un matricide    Covid-19 : Sur la 3ème dose du vaccin, l'OMS veut un moratoire    [ Interview avec Aziz El Fekkaki, président de l'Association des Jeunes du 21ème siècle ] L'application du NMD tributaire des mentalités des responsables    Emprunt national : toujours peu de visibilité sur la date de lancement    Voici la date et l'heure du match Raja-AS Rome    Les prix du pétrole en chute    Automobile : le secteur reprend des couleurs en juillet    Corruption : Extradition des Emirats Arabes Unis vers l'Algérie d'un ancien PDG de Sonatrach    Covid-19 : Un nouveau protocole de prise en charge des malades    BCG et tuberculose : Centenaire du doyen des vaccins encore d'actualité    Technopark Casablanca lance une opération de vaccination massive    Mesures de restrictions : Suspense sur la rentrée scolaire    Covid-19: du changement dans le protocole thérapeutique national    Affaire Pegasus : la CNDP entre en jeu    Maroc-Algérie : l'eurodéputé Andrea Cozzolino prend fait et cause pour le discours d'apaisement du roi Mohammed VI    HCP. Radioscopie de l'emploi au second trimestre 2021    Europa Oil & Gas : "de ressources potentielles et non de réserves prouvées" tempère ONHYM    La France promet 100 millions d'euros d'aide en faveur du Liban    Le légendaire gardien de but Ahmed Belkorchi n'est plus    Afghanistan : Les attaques se multiplient à Kaboul, les Talibans revendiquent    Chambres professionnelles : Défis et enjeux d'un scrutin d'une conjoncture particulière    Records du monde ou dopage technologique...    Regragui se rapproche, Chaabani s'éloigne    Le pdt de la délégation Maghreb au PE salue un geste Royal hautement généreux en direction de l'Algérie (Vidéo)    Fin du « potentiel détournement » d'un pétrolier britannique    Affaire Pegasus : la CNDP se saisit du dossier    «Prisonnière du silence» remporte le grand prix    Lucien Amiel, doyen des galeristes marocains, n'est plus    JO-2020/Athlétisme: le Kényan Emmanuel Korir champion olympique du 800 m    Issa Hayatou sanctionné par la FIFA    Affaire Pegasus : La riposte marocaine se poursuit    Législatives: El Othmani se présentera dans la circonscription de Rabat-Océan    En Algérie, «le meilleur système de santé au Maghreb et en Afrique» s'effondre    Covid-19 : le théâtre national Mohammed V procède à un arrêt provisoire ses activités    Mohamed Amine Kihal ou la prédilection pour les rôles à dimension psychologique    Question de littérature : Les nouveaux auteurs sont-ils sous le seuil de la pauvreté littéraire ?    Armement : Le Maroc s'apprête à acquérir 22 hélicoptères d'attaque turcs    ONU : Les accusations généralisées contre les travailleurs humanitaires au Tigray sont "injustes"    Visa for Movie Rabat: Une énième manifestation artistique reportée    Parution. Le Manifeste: un voyage au bout des risques    Liban : un enfant sur trois traumatisé un an après l'explosion, selon l'ONU    Visite guidée: voyage au cœur du Marrakech de l'art (Partie II)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'effigie qui fait rage UN POÈTE CHEZ LES HOMMES
Publié dans MarocHebdo le 16 - 03 - 2001


La saga des stars du dessin animé Pokémon continue
L'effigie qui fait rage
À la veille de Achoura, la ruée des enfants sur les objets à l'effigie des stars
du dessin animé «Pokémon» atteint des summums. Entré au Maroc au milieu
de l'année dernière, ce phénomène universel s'y est propagé comme
une traînée de poudre. Voyage dans un univers virtuel qui fait la fortune
très réelle des concepteurs japonais.
• Le Pokémon compte actuellement 150 personnages et, ce nombre est appelé
à doubler.
Il est 6 heures du matin. Pour Bouchra, une institutrice mère de deux enfants, ce n'est pas encore l'heure du réveil, mais depuis près de trois mois les horaires ont changé. Ses enfants Ahmed et Diyaâ se lèvent à cette heure matinale pour suivre les péripéties animées des Pokémon sur la chaîne satellite MBC (Middle East Broadcast Channel).
Bouchra, de son côté, doit préparer le petit-déjeuner et les cartables des enfants. «Au début cela m'a un peu gênée, mais je m'y suis habituée. Parfois, il m'arrive de suivre des épisodes avec eux et je trouve au moins ces dessins animés non violents», déclare Bouchra. Le cas de Bouchra, vécu dans la sérénité est moins douloureux que celui de Latifa. «Nous avons un fille unique qui est une fan des Pokémon et nous dépensons en moyenne entre 30 et 100 dirhams par semaine pour acheter des masques, des cartes et des vêtements signés pokémon. Et si nous avons le malheur de refuser, elle éclate en sanglots», affirme-t-elle.
Fidélité
Les usines d'habillement, de jouets et les imprimeries qui ont trouvé là un filon inépuisable, du moins pour un long moment, produisent à tour de bras. Le marché est actuellement inondé de produits dérivés. Masques, poupées, ballons, pogs (des médaillons des personnages du Pokémon), pokédex (un recueil des cartes des héros) sont devenus prisés par les commerçants qui trouvent là un produit porteur.
Le Pokémon est initialement un jeu conçu par un jeune informaticien japonais de 25 ans de la firme Nintendo dénommé Satoshi Tajiri. Existant sur la console de jeu Gameboy à partir de 1997, il ne tarde pas à devenir une série télévisée en septembre 1999.
Le principe du jeu est simple. Il faut rechercher les Pokémon, les dresser à affronter des rivaux avec des personnages aux pouvoirs surnaturels. Les personnages les plus «sympathiques» sont Sacha, un petit garçon de 10 ans qui parcourt le monde en quête de pokémons pour devenir maître-Pokémon et Pikachu, un Pokémon lui-même ami fidèle de Sacha.
À ce propos, Rachid, un jeune cadre raconte une histoire hilarante. «J'attendais le train à la gare quand j'ai vu deux gamins traverser la voie ferrée tout en inspectant les coins et les recoins. Arrivé à ma hauteur, l'un d'entre eux a demandé à son compagnon qui était en train de fouiller un buisson s'il avait trouvé un Pokémon», certifie-t-il. Dans l'imaginaire des enfants, la frontière entre le réel et le mythique est ténue. Le Pokémon compte actuellement 150 personnages et, selon des sites web spécialisés, ce nombre est appelé à doubler.
En effet, en 2001 sortira «Pokémon or et argent» sur la console de jeux Gameboy color, avec environ 200 figures supplémentaires.
Les parents qui croient avoir affaire à un engouement de courte durée devront s'accommoder du phénomène Pokémon qui va prendre encore ses quartiers pour une année, sinon plus, dans l'imaginaire de leurs enfants. Il vaudra mieux faire contre mauvaise fortune bon cœur.
Anthologie de Omar Mounir sur Ben Brahim, poète marocain maudit
UN POÈTE CHEZ LES HOMMES
Ecrire sur un poète maudit est un acte courageux, il demande de l'auteur de la passion et de la distance à la fois.
Le Poète de Marrakech souffrira-t-il éternellement d'avoir courtisé le Pacha El Glaoui? Omar Mounir qui nous présente El Houari Mohamed Ben Brahim Assarraj, a simplement été un courtisan, bien que Abdelkrim Ghallab aurait noté, selon lui, que le Poète avait écrit 30 poèmes à la gloire du Pacha de Marrakech, qui a pactisé avec les autorités coloniales contre dix seulement sur le roi Mohammed V.
Calcul d'apothicaire, Abdel-krim Ghallab lui-même reconnaît que Ben Brahim, le poète, a simplement prêté allégeance au prince le plus fort du moment.
Omar Mounir aime le poète de Marrakech, il écrit : "Individu inclassable, inconstant en qui les nationalistes voyaient un traître et les Français un nationaliste, l'homme de la rue le voyait âlim, les oulamas le voyaient voyou".
L'homme qui vit le jour à Marrakech où il vécut pendant la première partie du XXème siècle, était originaire de Houara dans le sud marocain, il avait donc toutes les chances d'être un Berbère.
Un Berbère qu'il compare à Verlaine et à Rimbaud, aussi maudit et dissolu qu'eux. Et aussi génial.
D'origine très modeste, il put faire de brillantes et longues études, avant de devenir, pour une brève période, professeur d'université puis journaliste.
Omar Mounir a écrit cette anthologie pour en faire la première à franchir les rives de la Méditerranée pour le présenter au public français et francophone.
Elle n'est pas qu'un aperçu sur sa vie et son œuvre, mais un regard sur cette vie, un témoignage et un présent de saveurs et de parfums. Les saveurs et les parfums d'une poésie exceptionnelle, essence d'un être hors du commun. o
A.S.
Le Poète de Marrakech, Omar Mounir.
Editions La Porte.
Rabat, 2001.