Changement de modèle ?    Le HCP appelle les entreprises à s'adapter à la situation    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Journée internationale du sport : TIBU Maroc annonce plusieurs actions    Coronavirus : 973 infractions en matière des prix et de qualité des produits alimentaires relevées du 1er mars au 5 avril    Le Maroc humaniste!    Ramédistes et salariés affiliés à la CNSS – Attijariwafa bank : Les démarches à suivre pour bénéficier des aides financières    Société Générale Maroc : Un résultat net consolidé en hausse de 8,44% en 2019    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Le top 10 des meilleurs buteurs de l'histoire de la LDC    8.612 personnes arrêtées et soumises aux enquêtes judiciaires    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Coronavirus : Crédit Agricole du Maroc lance une radio interne    «La situation épidémiologique est maîtrisée pour le moment mais deux semaines cruciales nous attendent»    Les agents de propreté: nos protecteurs jetés en pâture    BAD: «Ce n'est pas le moment de la distanciation budgétaire»    Les masques distribués en épicerie et en grande surface au prix de 0,8 DH l'unité    Coronavirus : mobilisation des représentations consulaires du Maroc en France    Abdelkader Retnani : «Les éditeurs sont en confinement total, soit à l'arrêt à 80% du secteur»    Elisabeth II appelle à la résilience: «Nous vaincrons»    Quelle leçon nous apprend l'Histoire!    «La lecture, mon échappatoire!»    Football : Les clubs marocains dans le flou total    Post-coronavirus : les professionnels du BTP se penchent sur l'élaboration d'un plan de relance    Algérie : un journaliste condamné à 8 mois de prison pour « contrebande »    Réunion, lundi, du conseil de gouvernement    Les sept consignes de Benchaâboun    Midelt : un député pjdiste roule sans assurance et viole l'état d'urgence sanitaire    Liverpool met une partie de ses salariés en chômage partiel    Le nouveau coronavirus exacerbe encore les inégalités aux Etats-Unis    «La crise provoquée par la pandémie apporte un désaveu cinglant aux apôtres du Capital»    Le Maroc de tous les espoirs!    Covid-19 et injustices meublent le quotidien des camps de Tindouf    Assistance aux familles de nos compatriotes décédés en France et en Belgique    Mesures pour la protection des magistrats et des justiciables    Prise en charge officielle des frais d'inhumation des MRE en situation précaire    Campagne d'hébergement des SDF à Khénifra    Grâce Royale au profit de 5.654 détenus    Hakimi au Real Madrid jusqu'en 2023    Report du Trophée Hassan II et de la Coupe Lalla Meryem de golf    Un concours à distance pour dénicher les jeunes talents    Disney repousse la sortie des prochains Marvel    "La révolte des secrets", nouvel ouvrage de Rachida Belkacem    Les séries du ramadan à l'arrêt à cause du coronavirus    Le musicien marocain avait contracté le Covid-19 : Décès à Paris de Marcel Botbol    Nouveau modèle de développement : La Commission spéciale et le ministère de l'éducation donnent la parole aux lycéens    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les bons arbitrages Refoulement prémédité L'éducation classique à jour Faire sauter les verrous Don japonais au Maroc Culture de la paix Créativité chez les prisonniers
Publié dans MarocHebdo le 06 - 04 - 2001


Zoom rassemblé par Abdellatif El Azizi
La Fédération des CCISM invite l'Administration des douanes
Protestation de l'ASPAM contre les services de contrôle espagnols
Session de formation au profit des institutrices des écoles coraniques
Journées d'études à Taza de la Ligue Braille du Maroc
Don japonais au Maroc
Culture de la paix
Créativité chez les prisonniers
La Fédération des CCISM invite l'Administration des douanes
Les bons arbitrages
La Chambre de Commerce, d'Industrie et de Services
a invité, le 22 mars 2001 à Mohammedia, Abderrazak
Mossadeq, le directeur général de l'Administration
des douanes pour une "réunion d'information
sur les procédures douanières".
• Abderrazak Mossadeq,
L'administration des douanes a fait beaucoup de progrès en matière d'assouplissement et d'allègement des procédures douanières. M. Mossadeq explique la nouvelle philosophie où le contrôle reste indispensable : "Notre objectif n'est pas la réduction des délais, mais que chacun fasse bien son travail et dans la célérité. S'il faut passer du temps à contrôler un conteneur, alors il faut le faire".
Du côté des opérateurs économiques, la concurrence est désormais rude et, pour y faire face, il n'y a plus de temps à perdre avec les tracasseries administratives.
Rappelons que lors de la première assemblée générale de l'année 2001 de la Fédération des Chambres de Commerce et d'Industrie qui s'est tenue les 16 et 17 mars 2001à Errachidia en présence du ministre du Commerce et de l'Industrie, la plupart des recommandations allaient dans ce sens. Les membres de l'assemblée ont ainsi approuvé le compte financier transitoire ainsi que le programme d'action pour 2001.
Proposition
Ce fut également l'occasion pour les présidents des CCIS de tirer la sonnette d'alarme face à des ressources qui s'amenuisent de plus en plus alors que les activités et les demandes s'accroissent. Le gouvernement est interpellé pour trouver des solutions pour que les chambres puissent jouer pleinement leur rôle de levier économique local et national. Il a été ainsi proposé la création d'un compte spécial dans le budget de l'exercice 2002 destiné justement à financer la mise en œuvre d'infrastructures régionales ou nationales comme cela se fait ailleurs.
Pour cela, la réforme du statut des CCIS, qui est finalisé, devrait d'abord quitter le secrétariat général du gouvernement pour voir le jour.
Au cours de cette rencontre, a été également débattu le projet de loi relatif aux CFE (Centre de Formalités des Entreprises), sorte de guichet unique chargé de boucler en 48 heures les formalités à la place des investisseurs et qui va permettre aux entrepreneurs d'être débarrassés de la corvée des formalités administratives qui seront consignées sur un seul document.
Vert le haut de la page
Protestation de l'ASPAM contre les services de contrôle espagnols
Refoulement prémédité
L'Association des producteurs et exportateurs d'agrumes du Maroc (ASPAM) s'en est vigoureusement pris au refoulement par les services de contrôle espagnols du port d'Almeria, de trois cargaisons d'oranges tardives du Maroc.
Dans son communiqué, l'ASPAM parle de représailles déguisées, conséquences directes du non renouvellement de l'accord de pêche entre le Maroc et l'Union européenne. Du côté espagnol, on avance que les services chargés du contrôle sanitaire des produits importés ont dû arrêter la cargaison car le "calibre des oranges marocaines est non conforme aux normes".
Pour l'ASPAM "les marchandises en question ont subi au départ du port de Nador tous les contrôles réglementaires conformes à la législation de l'UE, en ce qui concerne les normes sanitaires, le calibrage, la coloration, le pourcentage de jus, précisant qu'une partie des oranges incriminées a été d'ailleurs expédiée dans des emballages en plastique importés directement d'Espagne".
L'association a saisi le gouvernement marocain pour qu'il intervienne auprès des autorités espagnoles et des
instances communautaires pour avoir la garantie que les produits marocains transitent par l'Espagne dans les meilleures conditions. Tandis que les négociations sur la pêche piétinent, les lobbies espagnols mettent la pression pour amener les Marocains à de meilleurs sentiments. Les principales victimes de ce bras de fer restent les immigrés marocains en Espagne.
Vert le haut de la page
Session de formation au profit des institutrices des écoles coraniques
L'éducation classique à jour
Une session de formation a été organisée la semaine dernière à Fès au profit des institutrices des écoles coraniques de l'Association Zaouya Al Khadra pour l'éducation et la culture.
Menée de concert par l'association, le ministère de l'Education nationale, l'ISESCO et l'UNESCO, l'initiative vise à assurer la formation et l'encadrement pédagogique des 60 institutrices devant dispenser aux enfants des écoles coraniques de la Médina (créées par l'association) la manière de mémorisation et de récitation du Coran.
La Zaouya Al Khadra pour l'éducation et la culture, qui s'est constituée en association en 1997, est née du désir de contribuer à la formation de l'élite intellectuelle et politique du pays tout en cultivant une identité arabo-musulmane qui préserve les valeurs sacrées du pays. La réhabilitation des écoles coraniques occupe dans ce cadre une place importante. Le projet rentre dans le cadre du programme national d'éducation informelle.
Modernisation
L'action de l'association concerne en particulier les enfants en âge pré-scolaire de la Médina puisque 2.000 enfants ont été inscrits dans ces écoles. Cette session de formation se propose de familiariser les éducatrices avec les techniques et méthodes pédagogiques modernes pour une modernisation effective des écoles coraniques.
La formation, et surtout l'épanouissement des enfants en milieu pré-scolaire et leur préparation à une meilleure scolarisation, ne peuvent plus faire l'économie de ces quelques années d'enseignement précoce. Les écoles coraniques ou msid qui ont souvent fait l'objet des critiques les plus féroces des "bouffeurs de fqihs" ont contribué tant bien que mal, surtout dans le milieu rural, à la lutte contre l'analphabétisme et au renforcement de l'éducation civique et religieuse des enfants.
Intervenant dans ce cadre, Allal Sinaceur, le conseiller du Souverain qui fait le déplacement pour assister au lancement de cette session, a notamment insisté sur le facteur psychologique dans tout épanouissement de l'enfant.
Vert le haut de la page
Journées d'études à Taza de la Ligue Braille du Maroc
Faire sauter les verrous
De nombreux instituts pour non-voyants ont participé les 29 et 30 mars à Taza aux troisièmes journées d'études organisées par la Ligue braille du Maroc sous le thème "Education, formation et qualification des non-voyants". L'occasion de débattre des blocages qui entravant la scolarisation, la formation et l'intégration des handicapés visuels. La plupart des participants, venus de Témara, Salé, Fès, Meknès, Béni-Mellal et Taza et d'autres villes, se sont élevés contre l'archaïsme des outils didactiques qui sont toujours en usage pour l'éducation des non-voyants, dont la fameuse méthode braille, l'insuffisance des programmes et méthodes d'enseignement et leur inadaptation à la situation des handicapés visuels. Au menu, d'autre griefs comme l'absence de bibliothèques sonores et en braille et des journaux et revues pour non-voyants, le manque de salles et espaces pour les activités de loisirs, d'éducation physique et de sports et l'absence des matières d'enseignement scientifique.
Contribution
Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), il y aurait 180 millions de non-voyants dont 60 % en Afrique, en Chine et en Inde. Pour l'OMS, qui a lancé avec le concours d'ONG internationales, un programme concerté d'action mondiale vision 2020, la cécité n'est pas toujours inexorable. En effet, 80 % de cas de cécité dans le monde peuvent être évités. Notamment ceux dus à la cataracte dont souffrent plus de 50 % de non-voyants sur la planète.
En conclusion les recommandations ont porté sur la nécessité de rendre obligatoire la scolarisation d'enfants non-voyants et malvoyants et de généraliser l'enseignement pour les handicapés visuels dans la perspective de leur intégration.
Vert le haut de la page
Don japonais au Maroc
Le ministre de l'Equipement, M. Bouamour Taghouane, et l'ambassadeur du Japon au Maroc, M. Hiromi Sato, ont présidé, vendredi 30 mars 2001à Rabat, la cérémonie
de signature pour un don de 429 millions de yens, (ce qui équivaut à environ 38 millions de DH) qui a été offert par le gouvernement japonais au Maroc. Le don est destiné à la réalisation d'un projet d'approvisionnement en eau potable des populations rurales au Sud du Maroc, dans le cadre de la 3ème phase du PAGER. Ce n'est pas la première fois que les Japonais avancent de l'argent pour
aider les populations rurales à accéder à l'eau potable. Notamment
par le biais de dons gérés par l'ONEP.
Vert le haut de la page
Culture de la paix
Les deuxièmes journées culturelles de l'enfant auront lieu du 6 au 8 avril courant à Fès. Organisée par la section de Fès de la Ligue Marocaine de protection de l'enfance, cette manifestation se tient sous le signe de la paix. Pour une culture de la paix et le rejet de la violence sous toutes ses formes. Pour les enfants , ce sera l'occasion de s'initier à ces notions ainsi qu'aux dangers des maladies sexuellement transmissibles.
Un apprentissage qui se fera dans la joie et la douceur puisque le programme est riche en chants, concours et prix offerts aux plus méritants.
Pour Mme Zahra Benchekroun, la présidente de l'association, "il s'agit
là d'un moment privilégié pour ces enfants issus de milieux défavorisés de se retrouver, de communiquer entre eux mais également pour nous autres éducateurs de les sensibiliser à des questions aussi essentielles
que la paix " .
Vert le haut de la page
Créativité chez les prisonniers
La semaine des taulards. Les détenus de la prison d'Errachidia ont une
semaine pour s'éclater.
Une semaine artistique du 28 mars au 4 avril où les prisonniers exposent leurs créations. L'exposition rassemble une série de tableaux en aquarelle
ou sur toile, des ouvrages de tresses ainsi que des travaux de plomberie
et électricité. Une semaine printanière marquée par la présentation de plusieurs productions artistiques a été conçue par les prisonniers dans une région tristement célèbre par ses bagnes secrets. Comme quoi le génie
n'a pas peur de l'ombre.
Vert le haut de la page