L'Allemagne paie le prix de l'hypocrisie de l'Europe vis-à-vis du Maroc, écrit Bloomberg    France : l'affaire Lamjarred renvoyée aux assises pour viol    Kamal Lahlou réélu à l'unanimité à la tête de la FMM    Béni Mellal : un mort dans l'effondrement d'une maison    ZLECAF : les entreprises marocaines auront la possibilité d'importer des intrants à plus bas coût de différents pays africains    Coupe du Trône : Le SCCM, le RBM et le MAT en quarts de finale !    RCOZ: 50 candidats au poste d'entraîneur    Chelsea enfonce Liverpool, Everton et Tottenham au contact    Hakim Ziyech à la relance en Espagne ?    CAN U20 : La Tunisie accuse l'Ouganda d'avoir triché sur l'âge des joueurs !    Elections de la CAF : Lawson Hogban, une femme qui vise le Comité Exécutif de la CAF!    Sidi Slimane    Real Madrid: Benzema se confie au sujet de Cristiano Ronaldo    Le Maroc suspend ses vols avec l'Algérie et l'Egypte (PHOTO)    Covid-19 en Espagne: aucune manifestation pour le 8 mars à Madrid    En France, Khattari El-Haimer, responsable proche du polisario, mis en examen pour «subornation de témoin»    Rajesh Vaishnaw nommé ambassadeur de l'Inde au Maroc    Campagne de vaccination anti-covid : le Maroc fait mieux que la France, selon des intellectuels français    Faut-il arrêter l'alcool 40 jours avant Ramadan ? La réponse de cheikh Fizazi    Rabat: terrible accident sur la route côtière    Ouverture officielle du consulat général de Jordanie à Laâyoune    Naima Bouhmala rassure ses fans sur son état de santé (VIDEO)    Chtouka-Aït Baha Dans un commerce, un père de famille tente de violer une aide-commerçante    L'Institut culturel italien de Rabat promeut la culture de son pays dès ce mois    À Tindouf, deux détenus incarcérés au pénitencier Edhaibia fustigent des exactions contre les droits de l'homme    Taxe sur les terrains non bâtis: la nouvelle formule séduit, mais présente des limites    Nouveau projet «Yemoley et Yemoh école de la diversité»    «Moukarabat» enchaîne les publications    Une 5ème certification ISO pour l'Institut national d'hygiène    La grogne monte chez les bureaux de change    Devises vs Dirham: les cours de change de ce vendredi 5 mars    Accès à l'emploi : dur, dur pour les Marocaines !    Lois électorales : Dernière ligne droite au Parlement    Saisie de plus de 4 tonnes de chira à Asilah    Projet de loi sur l'usage du cannabis : Le débat ajourné    Un autre Marocain dans le viseur de Chelsea    Algérie : un médecin fustige le régime en place et s'indigne contre les défaillances du secteur de la santé    Edito : Sprint final    La Grèce évalue les dégâts après un séisme de magnitude 6,3    Participation de l'USS Dwight D.Eisenhower à un exercice maritime USA-Maroc    Quelles pourraient être les causes d' une guerre entre les Etats-Unis et la Chine ?    ElGrande Toto monte le son !    2ème édition du prix Brahim Akhiat pour la diversité culturelle    Le Maroc réitère au Caire sa ferme solidarité avec le peuple palestinien    Sahel : le Maroc considère les djihadistes comme un aimant pour les cellules locales    Salima Louafa, la romancière qui recèle la magie des mots sous l'étreinte de ses doigts    Adoption en commission d'un projet de loi organique relatif à la chambre des représentants    Trois films du Maroc et de Syrie remportent les Prix du Festival du cinéma de Oued-Noun    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Retour attendu À la recherche d'une identité La fête des images Fictions marocaines Poésie Théâtre Recueil Marathon Edition • Exposition • Jazz • Causerie • Parution
Publié dans MarocHebdo le 18 - 01 - 2002


Retour attendu
À la recherche d'une identité
La fête des images
Fictions marocaines
"Double je", nouvelle émission de Bernard Pivot
Retour attendu
Bernard Pivot revient avec un nouveau concept d'émissions culturelles. "Double je" est l'intitulé de ce nouveau produit télévisé dont le menu sera composé d'enquêtes et de reportages qui zooment sur le vécu d'écrivains ayant choisi de s'exprimer par le biais de la langue de Molière.
• Bernard Pivot.
Bernard Pivot, qui avait définitivement "fermé les guillemets" de l'émission culturelle "Bouillon de culture" le 29 juin dernier, revient à l'antenne de France 2 le dimanche 27 janvier en deuxième partie de soirée avec un nouveau produit télévisé: "Double je", un magazine sur des étrangers ayant choisi la culture française.
Il s'agira d'une émission d'enquête et de reportages "n'ayant plus rien à voir avec l'actualité des livres" mais visant à "raconter des aventures humaines", a expliqué Bernard Pivot lors d'une rencontre avec la presse de l'Hexagone.
Il a choisi de mettre en lumière dans chaque émission trois personnalités possédant une double culture, "un double je", que ce soit des écrivains, peintres, directeurs de galeries, créateurs de mode ou sommeliers. Il a précisé que c'est sur "l'insistance" de Marc Tessier, PDG de France télévision et de Michèle Cotta, directrice générale, qu'il revenait à l'antenne six mois après son départ.
Insistance
"Moi, je n'ai qu'un je. Et c'est par admiration pour ces gens qui ont eu le courage et l'intelligence de s'insérer dans une nouvelle culture, que le projet est né", a-t-il dit.
Bernard Pivot, qui a animé sa première émission littéraire télévisée "Ouvrez les guillemets" en 1973 recevra lors de sa première émission Su Zen, une jeune Chinoise de 19 ans, arrivée de Chine à 12 ans et qui vient d'obtenir son baccalauréat avec une mention très bien. Entre autres invités, M. Pivot fera aussi découvrir Georges-Arthur Goldschmidt, Allemand juif réfugié en France et devenu le traducteur de Peter Handke et de Kafka.
Coproduit par France 2 avec RFO et la chaîne francophone internationale TV5, ainsi qu'avec Equipage, ce magazine est réalisé en partenariat avec le ministère des Affaires étrangères et l'Organisation internationale de la francophonie (OIF). Il sera à l'antenne dans le monde entier la semaine suivant la diffusion sur France 2, lors de ses rediffusions sur TV5 et RFO.
Vert le haut de la page
Parution d'un ouvrage sur le cinéma marocain
À la recherche d'une identité
"Le cinéma marocain: réalité et perspectives" est le titre d'un livre en arabe que vient de publier Brahim Aït Hou aux éditions Al Forkane de Casablanca. Dans une note d'introduction, l'auteur soutient que l'idée centrale de cet ouvrage, qui se veut une contribution à l'édifice de la critique cinématographique au Maroc, est que le 7-ème Art au Maroc traverse bel et bien une crise structurelle.
Pour lui, cette crise n'est pas due au manque des potentialités prometteuses mais à leur mauvaise exploitation.
Efforts
Pour sortir donc de cette crise, l'auteur plaide pour une vision critique de la chose culturelle dans son ensemble.
L'ouvrage est une compilation d'articles qui revient notamment sur la critique cinématographique au Maroc, le problème du scénario, les particularités du cinéma berbérophone. L'ouvrage comprend aussi une série de lectures dans des films marocains, dont "La porte du ciel est ouverte" de Farida Belyazid, "À la recherche du mari de ma femme" de Mohamed Abderrahmane Tazi et "Mektoub" de Nabil Ayouch. "Le cinéma marocain: Réalité et perspectives" est le deuxième titre publié par Brahim Aït Hou après son livre intitulé "Lumières" sur la chanson marocaine paru en 1999.
Natif de Kelaat Mgouna en 1962, Brahim Aït Hou enseigne au centre régional de formation des instituteurs de Ouarzazate et il est, par ailleurs, membre de l'association des critiques du cinéma au Maroc.
Vert le haut de la page
Deuxième édition du Festival international du cinéma d'animation
La fête des images
Fidèle à sa vocation, la 2ème édition du Festival international du cinéma d'animation, qui se déroulera à Meknès du 1er au 7 février, demeure un espace d'ouverture, de rencontres et d'échanges.
La ville de Meknès abritera du 1-er au 7 février la deuxième édition du Festival international du cinéma d'animation. Initiée par l'institut français de la cité ismaïlienne, cette manifestation sera organisée en partenariat avec la communauté urbaine de Meknès et le service culturel de l'ambassade de France à Rabat. Cette édition du Festival du cinéma d'animation consacrera un hommage au réalisateur Michel Ocelot qui est considéré comme une référence en matière de cinéma d'animation en Europe.
Contes
Après des études artistiques, Michel Ocelot consacre toute sa carrière au cinéma d'animation et à des créations personnelles. Tous ses travaux, depuis ses débuts, sont basés sur ses propres scénarios et graphismes. Il est par ailleurs président de l'Association internationale du Film d'Animation (ASIFA).
Il se fait connaître par le grand public avec un premier long-métrage: "Kirikou et la sorcière", un conte africain. Ce succès lui a permis une nouvelle sortie: "Princes et Princesses", un montage d'anciens contes dans un théâtre d'ombres, bien accueilli aussi. Il travaille en ce moment sur un nouveau long-métrage, toujours un conte, qui se déroulera cette fois-ci au Maroc. Une sélection internationale étoffera la programmation de cette nouvelle édition. Au menu: "Kirikou et la sorcière", "Princes et princesses", "L'enfant au grelot", "Shrek", "Chicken run", "Final Fantasy", "les créatures de l'esprit" et "Le vieil homme et la mer". À l'instar de la première année, le Festival du cinéma d'animation permettra de découvrir les différentes techniques d'animation : la pâte à modeler, le dessin animé ou encore les images de synthèse. Par ailleurs, cette édition sera aussi l'occasion de présenter en avant-première "L'oiseau de l'Atlas", un court-métrage du réalisateur marocain Hamid Semlali. Né en 1950 à Kenitra, Hamid Semlali obtient un diplôme en Beaux Arts, "Education plastique", à Bagdad en Irak. Il entreprend ensuite des études en cinéma. Il revient au Maroc et devient professeur d'arts plastiques à Kenitra en 1978. En 1980, Hamid Semlali suit un stage dans des ateliers de production et de réalisation de films en dessins animés à l'Institut Kratki à Prague en ex-Tchécoslovaquie. Il quitte l'enseignement et fonde une société de production Atelier Al Aïn en 1985. Le réalisateur se lancera ainsi dans la production de films et de publicités. Hamid Semlali s'investit également dans la littérature jeunesse. Il a à son actif quelques soixante-dix titres de livres pour enfants, ce qui ne l'empêchera pas de faire des illustrations pour des écrivains marocains comme Ahmed Abdesslam Bekkali, Larbi Benjelloun ou encore Moulay Ali Skalli. Quant à la filmographie de Hamid Semlali, il est l'auteur d'une série de dessins animés: "Didi la poule" (1984), "Bobo le sauveur" (1988) et "Bobo et le fromage" (1990). Fidèle à sa vocation, le Festival international du cinéma d'animation demeure un espace d'ouverture, de rencontres et d'échanges.
Vert le haut de la page
Eclairages sur l'œuvre de Ramon Sender
Fictions marocaines
Le Maroc dans l'imaginaire de l'écrivain espagnol Ramon Sender sera au centre d'une conférence qui sera animée le 28 janvier à Rabat par José Carlos Mainer. Organisée par de l'institut Cervantès à l'occasion de la célébration du centenaire de Ramon Sender, cette rencontre aura lieu à partir de 10h00 au département d'espagnol de la faculté des Lettres- Université Mohammed V (10h00). Ramon Sender, écrivain espagnol (1902-1982) a signé en 1930 son premier roman "Iman, novela de la guerra de Marruecos". Un texte qui dénonce le scandale de la guerre coloniale. Ramon Sender, qui incarne l'exilé à la recherche d'un nouvel humanisme (il avait pris part à la guerre civile dans les rangs républicains avant de s'exiler aux Etats-Unis), est l'auteur notamment de "Sept dimanches rouges", "Le Roi et la Reine" et "Requiem pour un paysan espagnol". Ce dernier roman, longtemps censuré en Espagne, décrit, dans un style linéaire, l'assassinat d'un paysan par la phalange au début de la guerre civile.
Dénonciation
José Carlos Mainer, professeur de littérature espagnole à l'Université de Saragosse, a donné des cours et animé des conférences dans plusieurs universités étrangères, notamment en Allemagne, Autriche, Belgique, Cuba, Danemark, France, Grande-Bretagne, Hollande, Hongrie, Italie, Norvège, Pérou, Slovaquie, Suède et aux Etats-Unis. Conseiller de plusieurs revues littéraires comme "Bulletin hispanique", "Lettres de la péninsule", "Revue hispanique moderne", il est aussi codirecteur de "Espagne contemporaine". Le conférencier, officier de l'ordre des palmes académiques de France, est l'auteur de nombreux essais notamment sur Juan Valera, Miguel De Unamuno, Ramon Del Valle-Inclan et Carmen Martin Gaite. Il est aussi l'auteur de plusieurs articles littéraires et romans dont "Littérature et petite bourgeoisie en Espagne" (1971), "Régionalisme, bourgeoisie et culture" (1972) et "Le domptage de la chimère" (1987).
Vert le haut de la page
Poésie
Abdellatif Laabi sera l'hôte d'une soirée poétique, organisée en son honneur, le 19 janvier à Casablanca par la maison de la poésie au Maroc. Au programme de la rencontre, figurent une présentation de l'oeuvre poético-théâtrale "Le Soleil se meurt" par la troupe "Le théâtre d'aujourd'hui", des témoignages de Mostafa Nissabouri, Mohamed Chebaa et Abderrahmane Tankoul ainsi que le vernissage d'une exposition des oeuvres de Abdellatif Laabi. La soirée est prévue à 18h30 au complexe culturel Sidi Belyout).
Théâtre
"Fatna .. Ya Fatna" est le titre d'une pièce qui sera présentée par Masrah Alajial, le 22 janvier au théâtre Mohammed V à Rabat. Cette pièce dont la représentation est prévue à partir de 20h00 est écrite par Rachida Saber et mise en scène par Abdou El Mesnaoui.
Recueil
"La voix de la terre" est l'intitulé du nouveau recueil de poèmes du journaliste Mohamed Bellemou, qui vient de paraître sous l'égide de l'Union des Ecrivains du Maroc. Les poèmes du recueil couvrent la période 1985 à l'an 2000.
Marathon
La première saison culturelle de l'association marocaine des créatrices contemporaines sera organisée tout au long du mois de mars, sous la présidence d'honneur de Sa la Princesse Lalla Fatima Zohra. Au menu de cette manifestation, figure "Un marathon" artistique (2-19 mars) avec la participation d'une vingtaine d'artistes marocaines. Ce marathon dont le coup d'envoi sera donné à Asilah, s'arrêtera dans plusieurs zones rurales de la région. Des escales qui seront marquées par l'organisation de nombreux ateliers associant ces artistes aux créatrices rurales. La manifestation prévoit également une grande exposition d'art contemporain à Tanger, avec la participation d'artistes étrangères ainsi que deux débats sur le marathon artistique et sur l'art moderne et les défis de la mondialisation.
Edition
Le Maroc participe à la 34-ème édition de l'Expo du livre du Caire qui a débuté jeudi 17 janvier et se poursuivra jusqu'au 1er février. Plusieurs maisons d'édition marocaines prennent part à cette manifestation culturelle. Le département de la culture et de la communication disposera d'un stand où seront exposées ses publications et des ouvrages marocains contemporains.
• Exposition
La galerie Tilila à Casablanca abrite actuellement les œuvres du peintre Hassan Tamer. Intitulée "Spirales et Temps", cette exposition restera ouverte au public jusqu'au 15 février. Né à Casablanca, Hassan Tamer est lauréat de l'Ecole Supérieure des Beaux-Arts. Nouvellement créée, la galerie Tilila se veut un espace moderne ouvert aux talents de l'art avec une priorité pour les jeunes créateurs. Adresse : 4, rue de la Réunion-Bourgogne (derrière Lycée Lyauty).
• Jazz
L'Aéropostale, l'un des restaurants les mieux fréquentés à Casablanca, organisera du 21 au 30 janvier, sept soirées de jazz animées par Ahmet Gulbay, un des grands noms du jazz de la scène parisienne. Ce pianiste virtuose sera accompagné du contrebassiste français Christophe Levan.
• Causerie
Un débat sur la musique andalouse marocaine sera organisé le 19 janvier à l'institut Cervantès de Tanger. Placé sous le thème "musique andalouse marocaine : patrimoine commun", le débat mettra en présence des chercheurs marocains et espagnols, dont Mohamed Benchrifa, Manuel Cortes, Mahmoud Katat, Renaldo Fernandez Mansano et Malek Bennouna. Un concert, intitulé "Le paradis perdu", sera donné, en soirée à la salle des expositions de l'école espagnole Ramon Y Cajal
(19h30).
• Parution
L'architecte et photographe Souad Guennoun vient de publier un livre intitulé "L'ultime parcours de Jean Genet". Coédité par Tarik Editions et Paris Méditerranée, ce livre est composé d'entretiens et d'une cinquantaine de photographies en noir et blanc, portraits des témoins et images des lieux fréquentés par Jean Genet au Maroc, à Tanger, Rabat, Casablanca puis Larache où il a été enterré le 24 avril 1986. Jean Genet est né en 1910 à Paris, de parents inconnus. Dramaturge, romancier, il est un des grands écrivains contemporains. Il a mis sa plume au service de plusieurs causes, dont celles des Black Panthers, des travailleurs immigrés en France et des Palestiniens. Son dernier livre, Un captif amoureux, a été écrit au Maroc. "L'ultime parcours de Jean Genet", 72 pages, est en vente au prix de 85 Dirhams.