Lutte contre la criminalité: La DGSN démonte les fake news    Suivez en direct le derby milanais: Ac Milan vs Inter    Tanjazz racheté par Jazzblanca    Remaniement ministériel: Mohammed VI reçoit El Othmani en audience    Meknès: arrestation de deux frères pour transfert de fonds à des combattants en Syrie et en Irak    Khalid Safir: "La fiscalité locale marocaine aux mêmes standards que dans d'autres pays"    La DGST rejette l'authenticité de deux documents qui lui sont attribués    Quasi-stagnation de l'indice des prix en août selon le HCP    Karina Sebti, nouvelle DG de Management de transition en France    Résultats financiers : Auto Hall tire son épingle du jeu en S1    Un atelier clandestin de fabrication de sacs plastiques démantelé à Mohammédia    10 millions d'écoliers, élèves et étudiants au Maroc    Japon: Pas de procès pour Ghosn avant avril 2020    BMCE Bank Of Africa dément les allégations fallacieuses de Maghreb Confidentiel et Afrique Intelligence    Mariage des mineures: Comment en venir à bout?    Brèves    Remaniement : le RNI reste dans le prochain gouvernement    Le Maroc participe à une grande opération de l'Interpol    Eclairage à Rabat sur les vertus de la médecine traditionnelle chinoise    Zidane face aux vents contraires après son pire naufrage au Real    Ligue Europa : Arsenal, Man United et Séville frappent d'entrée    Pour le Onze marocain, le chemin de Yaoundé passe en premier par Blida    Les dindes de Tnine Chtouka !    L'EMSI organise le 4ème Congrès international SysTol    Très chère 2M ! "La deuxième chaîne nous rassemble" Peut-être bien, mais à quel prix ?    Habib El Malki s'entretient avec le directeur du FNUAP pour la région arabe    Contrôle politique et autonomie des organismes publics    Divers    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Insolite : Plus de jours fériés    U2 en concert en Inde    Les incroyables révélations de Sinéad O'Connor    L'hologramme de Whitney partira en tournée en 2020    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Raja-Hilal Al Qods : Deux joueurs empêchés par Israël de jouer au Maroc    Il fait l'actu : Mohamed Karim Mounir, PDG de la BCP    Vidéos. L'Espagne célèbre la journée mondiale de la Paella    Alerte météo : Averses orageuses localement fortes avec chute de grêle et rafales à partir du vendredi dans plusieurs provinces    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie, une confrontation fratricide à Blida    Tarik Sektioui, nouvel entraîneur de la Renaissance sportive de Berkane    Le Festival Oasis 2019 comme si vous y étiez !    Premières Assises nationales du Développement humain    Statistiques du Haut-commissariat au plan (HCP)    L'Espagne s'achemine vers la tenue d'élections législatives anticipées…    Festival International du Film de Marrakech. Cap sur l'Australie !    DJ Nicola Cruz, l'explorateur de sons    Edito : Assises    Habib El Malki : La proclamation d'une Journée internationale de lutte contre l'islamophobie permettra de faire échec au discours de la haine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Noces d'argent
Publié dans MarocHebdo le 25 - 07 - 2003


Le festival culturel d'Assila fête ses 25 ans
Cette année, le festival d'Asilah fête son 25ème anniversaire. Un quart de siècle de création, d'art et de culture. Un réel espace de rencontre et de dialogue.
• Mohamed Benaïssa
Tout a commencé en 1978, quand Mohamed Benaïssa, ministre actuel des Affaires étrangères, avec son ami d'enfance, le peintre Mohamed Melehi, ont décidé de prendre leur ville natale en mains. Encouragés par des personnalités de la ville, ils ont lancé une opération de propreté avec la participation de onze artistes-peintres. L'idée initiale était de redonner aux murs de la vieille ville d'Assilah un cachet unique et original en dessinant de grandes fresques colorées. Ainsi, le concept du Moussem culturel international d'Assilah a été instauré. Chaque année, des toiles murales, fruits de l'inspiration des artistes-peintres ou des enfants zailachis (habitants d'Assila), se succèdent pour remplacer les anciennes, asséchées et flétries. Le mouvement estival des artistes-peintres continue depuis et, avec lui, les peintures apparaissent et disparaissent, laissant derrière des traces de vie et cédant la place à de nouvelles créations passagères.
Cité
Chaque année, durant la période du Moussem culturel international d'Assilah, le visiteur, ou l'habitant, va à la découverte des ateliers en plein air et accompagne pas à pas l'accomplissement des multiples dessins qui ornent la ville. Tout est revisité. Des murs des maisons aux portes en passant par les rebords des fenêtres. Un combat permanent contre la lugubre couleur de la chaux. Après le festival, la cité revêtit une robe aux couleurs du printemps. Assilah, ex-zeilis, petite ville au sud de Tanger, nichée dans une boucle de l'Atlantique, cité carthaginoise, romaine, portugaise en 1471, espagnole au XVIème siècle, résiste aux influences du temps. Ici, comme pour bon nombre de villes côtières, la mer règne en maître.
Les marées se suivent et façonnent, chaque jour, les remparts de l'ancienne Médina, bâtie aux abords de l'océan Atlantique.
Au centre-ville, une église catholique, construite par les Espagnols, est toujours en activité. Elle fait donc partie intégrante du patrimoine de la ville. Cette église représente un signe du respect et de la tolérance de l'esprit zaïlachi envers les pratiques religieuses du monde entier. Au cœur de l'ancienne Médina, un très beau centre culturel (Centre Hassan II) accueille, tous les ans, pendant le Festival culturel d'Asilah, un grand nombre d'artistes plasticiens et d'écrivains, célèbres dans le monde arabe et occidental. Pendant cette période de festivités, l'ancienne Medina ressemble alors à une immense galerie naturelle, ouverte sur le ciel, où les visiteurs se sentent à la fois spectateurs et acteurs dans la scène artistique.
Diversité
L'édition 2003 reconduit le concept initial qui a marqué les précédentes années, avec une attention particulière à la diversification du programme et à son ouverture sur de nouveaux sujets de débats, toujours d'actualités, et de nouvelles formes de la création: la littérature, la peinture, le théâtre et la musique. Cette année, le Moussem culturel d'Asilah est organisé du 3 au 20 août. Cette 25ème édition sera marquée par deux grands événements; la 18ème université d'été Al Mouâtamid Ibn Abbad et la 8ème édition du Forum culturel arabo-africain, ainsi que des expositions d'art et l'organisation du prix Buland Al Haïdari. Cinq thèmes ont été retenus pour la 18ème session de l'université d'été Al Moâtamid Ibn Abbad, c'est-à-dire L'Europe, "l'Amérique et l'Islam" (4-6 août), "Le patrimoine culturel immatériel: les enjeux, les problématiques et les pratiques" (7-9 août), "La coopération arabo-arabe et les organisations régionales arabes" (10-12 août), "La femme et le cinéma dans le monde arabe" (14-16 août) et "Le colloque des colloques" (18-20 août), en commémoration du jubilé du festival. La deuxième édition du prix Buland Al Haïdari pour les jeunes poètes arabes aura lieu, le 17 août, où un prix triennal sera décerné à un créateur, en guise de reconnaissance pour son œuvre, son originalité et pour son apport dans le dialogue des civilisations. En marge de ce festival, dont les soirées seront animées par des ensembles de chants et musiques de divers pays, Asilah connaîtra, comme à l'accoutumée, une intense activité en matière d'arts plastiques sous forme d'ateliers de gravure, de peinture, de sculpture et d'expositions au Palais de la culture et dans les espaces du centre Hassan II des rencontres internationales.
En somme, Assilah, avec son caractère singulier que ses habitants sauvegardent jalousement, offre à son visiteur une beauté exceptionnelle, un réel espace de rencontre et de dialogue. Un univers où toutes les origines du monde cohabitent ensemble avec harmonie et équilibre.