De nouveaux avantages pour les fonctionnaires de police    Plus de 30.000 tentatives d'immigration clandestine ont été mises en échec en 2019    La guerre contre l'Iran n'aura pas lieu    Liquidité bancaire: Léger creusement du déficit    Pourquoi le PAM est au bord de l'implosion    Episode 9 Jésus, une grande figure biblique du Coran: Marie de Nazareth    Enquête L'Economiste-Sunergia: «La musique est au cœur de l'acte social»    San Francisco relance le débat sur l'interdiction de la reconnaissance faciale    La CGEM explore les opportunités de coopération avec les partenaires institutionnels du Royaume    Le GAM dévoile sa Vision 2022    Le Groupe socialiste rappelle ses valeurs d'engagement, de responsabilité et de transparence concernant l'action gouvernementale    L'Everest pour la 23ème fois    Pas de cessez-le-feu en vue en Libye : Haftar reçu par Macron à Paris    La Chine exige de la sincérité des USA avant toute reprise des négociations sur le commerce    Insolite : Saints de glace    Les Ultras, plus que des supporters : Une mouvance identitaire    Face à l'EST, le WAC vise une troisième consécration continentale    Les vraies fausses raisons d'une démission    Les mots croisés et sudokus pour muscler le cerveau    Un galop d'essai pour se tester avant les examens du Bac    Divers    La politique sanitaire exposée en séance plénière de la Chambre des représentants    Ces tournages qui ont tourné au drame : The Dark Knight    Lancement du Programme de bourses d'excellence "AusAiducation by AUSIM"    Plongée depuis Dar Souiri dans le patrimoine musical légendaire des "Ghiwane"    Eléphants roses    Huawei ment sur sa collaboration avec le gouvernement chinois, affirme Pompeo    WAC-Espérance de Tunis. Les resquilleurs font flamber les prix des tickets    Hakim Ziyech bientôt avec le Real Madrid ?    CAN 2019 : Deux matchs amicaux en juin pour les Lions de l'Atlas    Services publics : La Cour des comptes compare le Maroc à l'Europe    2ème Festival Meknès du théâtre : Une édition dédiée au Prix Hassan El Mniai    Raja de Casablanca : Fabrice Ngoma s'engage pour une durée de 3 ans    Sport et Ramadan : Ce que recommandent les experts    2002: Les Lions de l'Atlas toujours éliminés au premier tour    Les produits alimentaires plus chers en avril    Argentine: L'ancienne présidente devant les juges…    La CGEM veut assurer les arrières du secteur privé    Constats chocs du PDG de la RAM    Guerre ouverte entre Trump et les démocrates, qui parlent de destitution    OCDE : Le Maroc prône une approche africaine inclusive et intégrée de la problématique du développement    Première année du baccalauréat : Les dates chamboulées    Tanger : Arrestation de trois individus en possession de plus de 8.000 comprimés psychotropes    Biodiversité. Quand les voyants sont au rouge    Le SG du PPS rencontre des représentants de syndicats des artistes    Le Maroc prend note, « avec regret », de la démission de Horst Köhler    Quelle Europe à nos portes ?    Célébration de la Journée mondiale de l'Afrique à Rabat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Noces d'argent
Publié dans MarocHebdo le 25 - 07 - 2003


Le festival culturel d'Assila fête ses 25 ans
Cette année, le festival d'Asilah fête son 25ème anniversaire. Un quart de siècle de création, d'art et de culture. Un réel espace de rencontre et de dialogue.
• Mohamed Benaïssa
Tout a commencé en 1978, quand Mohamed Benaïssa, ministre actuel des Affaires étrangères, avec son ami d'enfance, le peintre Mohamed Melehi, ont décidé de prendre leur ville natale en mains. Encouragés par des personnalités de la ville, ils ont lancé une opération de propreté avec la participation de onze artistes-peintres. L'idée initiale était de redonner aux murs de la vieille ville d'Assilah un cachet unique et original en dessinant de grandes fresques colorées. Ainsi, le concept du Moussem culturel international d'Assilah a été instauré. Chaque année, des toiles murales, fruits de l'inspiration des artistes-peintres ou des enfants zailachis (habitants d'Assila), se succèdent pour remplacer les anciennes, asséchées et flétries. Le mouvement estival des artistes-peintres continue depuis et, avec lui, les peintures apparaissent et disparaissent, laissant derrière des traces de vie et cédant la place à de nouvelles créations passagères.
Cité
Chaque année, durant la période du Moussem culturel international d'Assilah, le visiteur, ou l'habitant, va à la découverte des ateliers en plein air et accompagne pas à pas l'accomplissement des multiples dessins qui ornent la ville. Tout est revisité. Des murs des maisons aux portes en passant par les rebords des fenêtres. Un combat permanent contre la lugubre couleur de la chaux. Après le festival, la cité revêtit une robe aux couleurs du printemps. Assilah, ex-zeilis, petite ville au sud de Tanger, nichée dans une boucle de l'Atlantique, cité carthaginoise, romaine, portugaise en 1471, espagnole au XVIème siècle, résiste aux influences du temps. Ici, comme pour bon nombre de villes côtières, la mer règne en maître.
Les marées se suivent et façonnent, chaque jour, les remparts de l'ancienne Médina, bâtie aux abords de l'océan Atlantique.
Au centre-ville, une église catholique, construite par les Espagnols, est toujours en activité. Elle fait donc partie intégrante du patrimoine de la ville. Cette église représente un signe du respect et de la tolérance de l'esprit zaïlachi envers les pratiques religieuses du monde entier. Au cœur de l'ancienne Médina, un très beau centre culturel (Centre Hassan II) accueille, tous les ans, pendant le Festival culturel d'Asilah, un grand nombre d'artistes plasticiens et d'écrivains, célèbres dans le monde arabe et occidental. Pendant cette période de festivités, l'ancienne Medina ressemble alors à une immense galerie naturelle, ouverte sur le ciel, où les visiteurs se sentent à la fois spectateurs et acteurs dans la scène artistique.
Diversité
L'édition 2003 reconduit le concept initial qui a marqué les précédentes années, avec une attention particulière à la diversification du programme et à son ouverture sur de nouveaux sujets de débats, toujours d'actualités, et de nouvelles formes de la création: la littérature, la peinture, le théâtre et la musique. Cette année, le Moussem culturel d'Asilah est organisé du 3 au 20 août. Cette 25ème édition sera marquée par deux grands événements; la 18ème université d'été Al Mouâtamid Ibn Abbad et la 8ème édition du Forum culturel arabo-africain, ainsi que des expositions d'art et l'organisation du prix Buland Al Haïdari. Cinq thèmes ont été retenus pour la 18ème session de l'université d'été Al Moâtamid Ibn Abbad, c'est-à-dire L'Europe, "l'Amérique et l'Islam" (4-6 août), "Le patrimoine culturel immatériel: les enjeux, les problématiques et les pratiques" (7-9 août), "La coopération arabo-arabe et les organisations régionales arabes" (10-12 août), "La femme et le cinéma dans le monde arabe" (14-16 août) et "Le colloque des colloques" (18-20 août), en commémoration du jubilé du festival. La deuxième édition du prix Buland Al Haïdari pour les jeunes poètes arabes aura lieu, le 17 août, où un prix triennal sera décerné à un créateur, en guise de reconnaissance pour son œuvre, son originalité et pour son apport dans le dialogue des civilisations. En marge de ce festival, dont les soirées seront animées par des ensembles de chants et musiques de divers pays, Asilah connaîtra, comme à l'accoutumée, une intense activité en matière d'arts plastiques sous forme d'ateliers de gravure, de peinture, de sculpture et d'expositions au Palais de la culture et dans les espaces du centre Hassan II des rencontres internationales.
En somme, Assilah, avec son caractère singulier que ses habitants sauvegardent jalousement, offre à son visiteur une beauté exceptionnelle, un réel espace de rencontre et de dialogue. Un univers où toutes les origines du monde cohabitent ensemble avec harmonie et équilibre.