Voici le temps qu'il fera ce lundi    Pour les joueurs, un été intense avant une année dense    Idiotorial : L'ovalie a son virus    "Jemâa El Fna en live" Quand les artistes de la place subjuguent le public par des spectacles virtuels à distance    L'Oriental fashion show, une édition digitale inédite    Les Instituts Cervantès au Maroc lancent la seconde partie du cycle du cinéma en ligne "Clásicos contigo"    L'ambassadeur de Chine à Rabat salue l'initiative Royale en faveur des pays africains    La responsabilité de l'Algérie dans les violations des droits de l'Homme dans les camps de Tindouf établie à l'ONU    Le WAC et le Raja pas du tout tentés pas des matches au stade Père Jégo    Les marchands non financiers anticipent une diminution de leur activité    Rapatriement de 290 Marocains bloqués au Canada    Le Maroc accueillera le premier Canopy by Hilton en Afrique du Nord    Le Parlement et le HCP renforcent leur coopération    L'Algérie veut que se tienne des élections en Libye    Safi en quarantaine : Le spectre du reconfinement plane sur d'autres cités    Coronavirus dans le monde : zones reconfinées en Espagne, le Maroc enregistre son bilan le plus lourd depuis mars    Macron s'exprimera à l'occasion du 14 juillet, une première    Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil dans le meilleur des PJD    Fraude aux cotisations sociales : la scandaleuse vidéo d'Amekraz qui aggrave son cas    Chelsea, Manchester United et Arsenal victorieux    Rapatriement des Marocains bloqués en Turquie : 2 nouveaux vols et 230 citoyens transportés samedi    Castex et Macron mettent les «bouchées doubles»    Hong Kong: c entre Londres et Pékin    NordinAmrabat testé positif au Coronavirus !    Raja Jeddaoui, la star du 7e art arabe n'est plus    Phraséologie humaniste, Horreur impérialiste    Grosse chaleur du dimanche à mardi dans plusieurs provinces du Royaume    Coronavirus : la région de Marrakech-Safi est la plus touchée ce dimanche    Serie A: large succès de la Juventus et de l'AC Milan    Tarik Haddi, nouveau président de l'AMIC    Des ministres gaffeurs!    Nabil Benabdallah: «Se départir des velléités colonialistes»    L'ANP et l'AFD pour un développement durable et compétitif des ports    Casablanca: placé en garde à vue, il meurt après un malaise    La Fédération appelle à des assises nationales sur la presse et les médias    Covid-19 : l'actrice égyptienne Raja Al Jadawi n'est plus    Un organisme de l'ONU établit la responsabilité de l'Etat algérien dans les camps de Tindouf    Message du roi Mohammed VI au président de l'Algérie    Radouane Amine : « Nous défendons la thèse mettant l'humain au centre de tout modèle de développement »    Comment Royal Air Maroc se prépare à l'austérité    Ragaa El-Guiddawi emportée par le Coronavirus    Un organisme de l'ONU pointe la responsabilité du régime algérien dans les violations des droits de l'homme aux camps de Tindouf    PJD: le communiqué de la honte    Patriotisme fiscal : l'urgence d'un élan patriotique dans le domaine de l'impôt    Le trauma colonial algérien encore vivace, le président Tebboune réclame des excuses françaises    Fête de l'indépendance des USA: Le Roi Mohammed VI félicite le président Trump    Danemark : La Petite Sirène de Copenhague vandalisée et accusée de racisme    «L'art pour l'espoir»: 27 regards à l'ère de la pandémie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





4 rue des flamants Sans gîte, ni couvert Les vrais coupables "Je n'ai pas volé" Bruno Fectay
Publié dans MarocHebdo le 09 - 10 - 2003


4 rue des flamants
Le globe-trotter handicapé Kadiri sillonne le monde pour promouvoir Maroc 2010
Sans gîte, ni couvert
Après l'Afrique, l'Europe, l'Asie et l'Océanie, Driss Kadiri travers actuellement l'Amérique latine. En proie à des problèmes et contre-temps qui rebuteraient les plus tenaces des athlètes, sans parler du je-m'en-foutisme de certains.
• Driss Kadiri au Pérou.
Lorsque j'étais jeune, j'étais toujours plongé dans les livres et revues géographiques, surtout les magazines touristiques. J'aime travailler dans les hôtels et les agences de voyages.
J'aime aussi les contacts avec les touristes. Dès que j'ai eu l'âge adulte, j'ai pensé à faire le tour du monde à bicyclette, malgré mon handicap. Alors cette idée de rêve d'enfants est devenue une réalité. Pendant des décennies, on ne peut compter même pas une centaine de personnes qui ont fait le tour du monde à bicyclette, parcouru les 5 continents; parmi eux, moi-même. En plus, je suis handicapé.
J'ai commencé alors mon tour en 1994, j'ai fait le Nord de l'Afrique, l'Europe, l'Asie, et l'Australie. Cette première étape s'est achevée très bien, grâce au soutien par nos ambassades marocaines et surtout celles de l'Asie qui ont été à la hauteur. En mai 2002, j'ai entamé ma deuxième tournée vers le continent africain par l'océan atlantique, de la Mauritanie, Sénégal vers l'Afrique du Sud. Actuellement, je suis en tournée américaine. Ces deux continents sont pour moi très difficiles à cause des climats tropicaux, il y a les pluies de la mousson, ici en Amérique latine, surtout au Chili et au Pérou, les déserts et les hautes montagnes des Andes avec les Incas.
Amalgame
Alors, comme je suis handicapé, je ne peux pas rouler en vélo tout seul dans les déserts vides et les montagnes, je prendrai l'autocar pour les traversées dangereuses. Ici en Amérique latine, le Brésil, Uruguay, Argentine, Chili, on trouve un amalgame de races différentes et surtout les émigrants d'Europe de l'Ouest: Espagne, Italie, Portugal, et aussi des pays arabes comme les Libanais, Syriens et Palestiniens.
C'est au Pérou qu'on trouve des vrais habitants indiens "Incas" et des touristes étrangers venant de partout pour visiter la région des Indiens "MACHU PICCHU".
Prochaine étape, l'Equateur, la Colombie, le Venezuela, Panama, Costarica, le Nicaragua, le Honduras, El Salvador, le Guatemala, le Mexique, puis les USA et le Canada.
Ici en Amérique, je me sens seul, vraiment seul, plusieurs fois, je suis tombé malade, mais l'ambassade reste les mains croisées, aucun soutien, ni moral, ni financier; surtout le représentant du Royaume à Lima. Pendant 3 semaines je suis resté malade, personne des membres de l'ambassade n'est venu a mon secours. Chaque jour que Dieu fait, je suis obligé de chercher l'argent pour payer l'hôtel et les repas. Je suis devenu comme un fou. Si la plupart de nos ambassades me procurent l'hébergement, soit en me payant l'hôtel ou en contactant les autorités locales pour que je puisse séjourner dans les centres sportifs ou des handicapés.
Sauf cette ambassade de Lima, ni hébergement, ni repas, ni accueil, ni programme, ni contact avec les autorités, ni couverture médiatique, j'ai demandé plusieurs fois un peu d'argent à monsieur l'ambassadeur, il m'a répondu, "écoute, mon fils, dans l'aventure, il y a des avantages et des inconvénients", ce fut sa seule réponse, malgré le fax qu'ils ont reçu des Affaires étrangères, alors que, moi, je fais la propagande pour "Maroc 2010".o
Driss Kadiri, Pérou
Mohamed Lahbabi réagit à "Kamikazes à quatorze ans", du MHI 574
Les vrais coupables
Bravo, cher Monsieur Abdellatif Mansour j'ai lu votre article "Kamikazes à quatorze ans" paru dans le numéro de Maroc Hebdo International 574, du 3 octobre 2003.
C'est, à mon avis, le véritable procès dans l'affaire des trois fillettes, le procès des crimes qu'elles ont dû supporter pendant les 14 années de leur existence, le procès d'un milieu criminel à tous points de vue, social, économique, politique, idéologique. Ce procès devait aboutir à la condamnation des malheurs et injustices qui les ont frappées, et s'il y a eu maldonne, Imane, Sanaâ et leur compagne, doivent, et seront sûrement, à très brève échéance, pardonnées et graciées.
Ce qui est, à coup sûr, certain –et je dis cela avec beaucoup de peine et d'amertume, vous comprenez bien pourquoi,- c'est que les partis politiques marocains ont failli à leur tâche.
Le salut ne me semble plus venir de ces lamentables "représentants", comme d'ailleurs les derniers événements politiques l'ont amplement démontré. La situation est grave, très grave, mais pas désespérée: il est encore possible que ce lamentable 16 mai ne soit pas une terrible première représentation, mais seulement un avertissement.
L'espoir s'appelle, aujourd'hui, Sa Majesté Mohammed VI, Amir Al Mouminine, d'une part, et, d'autre part, le peuple marocain, ce peuple profondément musulman, sain dans son immense majorité, aspirant au progrès, à la modernité et à la démocratie.
Encore une fois, Bravo, cher Abdellatif Mansour, et merci.o
Le professeur Mohammed Lahbabi, l'un des fondateurs de l'UNFP en 1959, et depuis 1967 dirigeant du Parti au plus haut niveau jusqu'au sixième
congrès de 2001
Bruno Fectay nous écrit
"Je n'ai pas volé"
Cher Monsieur,
C'est avec consternation que je retrouve mon nom cité dans un de vos articles.
Nos météorites ont été officiellement exportées du Maroc, nous avons les autorisations d'export du ministère de l'énergie et des mines...
Nous considérons donc ces citations comme calomnieuses et allons vous intenter en justice si vous ne portez pas correction à vos articles. vous pourriez citer d'autres personnes qui, elles n'ont pas de preuves d'export: Mike Farmer (météorite lunaire d'un kilo), les frères Pellisson qui ont 500 Kg de météorites marocaines illégales, Alain Carion qui a des centaines de kilos de météorites du Maroc, etc. Nous attendons votre réaction avant de saisir l'avocat de notre société. Pour faire Valoir ce que de droit.
Bruno Fectay
Réponse: Nous remercions M. Fectay de lire MHI. Cependant, à bien relire, nulle part dans l'article en cause, il n'est dit que lesieur Fectay a volé une quelconque météorite, mais cela n'empêche pas, comme il le dit lui-même ci dessus, il y a des voleurs.
La rédaction