Le HCP note une baisse de 0,1% de l'indice des prix à la consommation    Le poison du racisme fait trembler l'Allemagne    Bulletin météorologique spécial : de fortes rafales de vent, attendues ce week-end    Ce que pense Nouamane Lahlou de Dounia Batma et Saad Lamjarred (VIDEO)    Modèle de développement : La DG du FMI livre sa recette    La déconstruction d'un mythe    ONU : Omar Hilale briefe le Conseil de sécurité sur sa visite en RCA    Le coronavirus pourrait coûter jusqu'à 30 milliards de dollars au secteur aérien    Trump remplace le patron du renseignement après un briefing lié à la Russie    U.E: Les «villes libres» réclament des subventions…    Basket : le Maroc remporte un match amical face à l'Algérie    Transferts: Après Ziyech, Idrissi annoncé en Premier League?    L'Atalanta Bergame séduit l'Europe    Officiel: Badr Hari de retour sur le ring (VIDEO)    Taghazout Bay: la notion introuvable du développement    Coronavirus : le nombre de nouveaux cas en forte baisse, près de 900 nouvelles contaminations    Commission spéciale du modèle de développement : Chakib Benmoussa à l'écoute à Paris des Marocains du Monde    Wana retire sa plainte contre Maroc Telecom    Lancement à Hay Hassani d'une plateforme d'intégration économique dédiée aux jeunes    Education à la santé sexuelle et reproductive : Les Nations Unies appuient le ministère de l'éducation nationale    Economie nationale : 2020 devrait connaître un ralentissement    Voici le temps qu'il fera ce vendredi    Hicham Alaoui, paradoxes et prétéritions    Opacité financière: Le Maroc dans le rouge    Pourquoi Marrakech perd ses événements    Contemporary African Art Fair: à Marrakech, la culture reste «Capitale»    Divers sportifs    Achraf Hakimi et son retour au Real Madrid    Le Maroc constitue la première destination des exportations valenciennes en Afrique    Divers Economie    La Commission européenne salue les efforts du Royaume en matière de réformes fiscales    Entretiens maroco-mauritaniens sur les moyens de renforcer la coopération bilatérale    Appel à la consécration d'une justice citoyenne    Le cancer n'est pas une fatalité    Divers    L'OMDH-Casablanca sensibilise des élèves contre les dangers d'Internet    L'ambassadrice des Pays-Bas se félicite de l'intégration des MRE dans la société néérlandaise    Lancement de la deuxième édition du programme "Spin-off by PIS" dédié à l'entrepreneuriat des jeunes    La Commission de la programmation n'en fait qu'à sa tête    L'industrie du cinéma a été plus inclusive en 2019 que lors de la décennie précédente    Le CCM dévoile les jurys du 21ème Festival national du film de Tanger    L'espoir du rap Pop Smoke abattu chez lui    CSMD : Chakib Benmoussa initie à Paris une série de réunions d'écoute avec des Marocains du monde    Classement FIFA: Le Maroc se maintient à la 43ème position    «Archéologie de l'intime» à la Fondation Dar Bellarj de Marrakech    Ouverture officielle d'un consulat à Laâyoune    Les jurys du 21e Festival National du Film dévoilés!    Erdogan menace la Syrie de déclencher rapidement une opération à Idleb    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La loi du marché Un tournant décisif La récompense d'une équipe La menace venue de l'Est
Publié dans MarocHebdo le 23 - 01 - 2004

Inauguration de la ligne Lyon-Marrakech par la RAM
La loi du marché
Répondant à une forte demande des MRE et des touristes français, la RAM a ouvert une desserte directe Lyon-Marrakech. Près de 130.000 passagers sont attendus pour 2004.
• Mohamed Berrada.
La Royal Air Maroc (RAM) a inauguré le 15 janvier 2004 à Lyon une nouvelle desserte aérienne reliant la seconde métropole française à Marrakech. Lors d'une grande cérémonie, qui a réuni plus de 300 personnes représentant des médias, des tours opérateurs, les collectivités locales et la communauté marocaine, les responsables de la RAM ont mis en exergue l'importance du lancement de cette nouvelle ligne qui vient répondre à une demande effective des touristes français et de la communauté marocaine.
Chemin
Ont également pris part à cette manifestation, Redouane Reghay, directeur France de l'Office national marocain du tourisme (ONMT) et Omar Kenaani, consul général du Maroc à Lyon. Représentée par Abderrafie Zouiten, directeur général France de la RAM, Aziz Lamrani, directeur régional France-Centre-est, la compagnie a profité de cette occasion pour mettre en valeur le long chemin parcouru par la RAM et les efforts qu'elle déploie pour développer le marché émetteur français. Selon M. Lamrani, "Marrakech est aujourd'hui, devant Casablanca et Djerba, la première destination touristique au départ de l'aéroport Saint-Exupéry de Lyon". Pour la seule saison touristique 2003-2004, près de 130.000 passagers devraient emprunter cette nouvelle ligne.
C'est dire si cette nouvelle liaison impulsera une tendance haussière au trafic en provenance de cet aéroport international, dont une bonne partie sera assurée par la RAM. Durant l'année 2002-2003, environ 110 000 passagers embarqués à partir de l'aéroport Saint-Exupéry pour Marrakech, dont 62 % par la RAM.
Croissance
La confiance des dirigeants de la RAM est d'autant plus confortée par celle du directeur de l'aéroport lyonnais. Pour Bernard Chaffange, "le Maroc est aujourd'hui le seul pays du Maghreb à afficher des résultats en croissance".
Et les chiffres parlent d'eux-mêmes, le nombre de passagers à destination du Maroc a augmenté de 28,5% l'année dernière avec un volume de 178 854 passagers. La ville ocre a contribué à cette hausse avec la mise en place de 15000 sièges supplémentaires sur cette destination.
Desservie depuis le 18 novembre 2003 par deux vols en direct de Lyon, Marrakech verra la fréquence des dessertes renforcée avec la mise en place d'un vol supplémentaire, à partir du 7 février 2004. La RAM compte passer à la vitesse supérieure dès début avril prochain avec le doublement des fréquences sur la ligne Lyon-Marrakech tous les jours sauf le jeudi, en plus du vol quotidien.
En choisissant de renforcer sa présence sur le marché français en général, et lyonnais en particulier, la compagnie marocaine ne fait que suivre les desiderata du marché. La France représente 42,5 % de son trafic et connaît une croissance régulière et Lyon, en tant que région émettrice, a connu pour le seul mois de novembre 2003, une croissance de près de 23%.
Accord de prospection pétrolière dans la zone offshore de Rabat-Salé
Un tournant décisif
L'Office national de la recherche pétrolière (ONAREP) et la société malaisienne Petroliam National Berhad (Petronas) ont signé le 19 janvier 2004 un accord portant sur la prospection dans la zone offshore de Rabat-Salé haute mer, au large des côtes atlantiques. Cette convention signée pour l'ONAREP par Amina Benkhadra, directeur général et par Tan Sri Dato Sri Mohd Hassan Bin Marican, président et chef exécutif de la société Petronas, porte sur 8 permis couvrant une superficie de près de 14.000 km2.
Les permis octroyés par l'ONAREP sont d'une durée globale de 8 ans, répartie sur trois périodes distinctes. Au cours de la période de l'accord, la société Petronas se livrera à des travaux de géophysique et à un forage d'exploration, qui sera construit durant les trois dernières années de la durée des permis. En outre, la société a déjà entamé l'acquisition sismique en 2 dimensions de 200 kilomètres de la région concernée.
Renforcement
Présent lors de la cérémonie de signature, Mohamed Boutaleb, ministre de l'Energie et des Mines, a relevé l'intérêt de plus en plus grandissant des compagnies pétrolières pour l'offshore marocain en raison et des avancées technologies, et du cadre légal plus opportun. "Plusieurs études sismiques ont été réalisées. Les résultats sont encourageants. Les activités d'exploration dans notre pays, en particulier au niveau de l'offshore,se trouvent à un tournant décisif. Nous souhaitons que cette dynamique se maintienne et que cela conduira Incha Allah à une importante découverte", a ajouté M. Boutaleb.
Pour sa part, Mme Benkhadra a estimé que l'accord "marque un nouveau jalon important dans le renforcement de coopération que nos deux organisations ont pu établir en un court laps de temps, inhabituel dans l'industrie pétrolière".
La signature de cet accord porte ainsi à 13 le nombre d'accords pétroliers signés entre le Maroc et des sociétés étrangères, sans compter les 3 contrats de reconnaissance, qui concernent aussi bien l'offshore que l'onshore. Cet engouement des sociétés pétrolières internationales est loin de se tarir puisque l'ONAREP est en pourparlers pour la concession de zones de prospection dans la région du Gharb et au large des côtes du Sud entre Agadir et Tarfaya. Qualifiées d'avancées, les discussions entre les parties devraient aboutir prochainement.
Artco, première entreprise artisanale certifiée ISO 9001 V 2000
La récompense d'une équipe
Spécialisée dans le tissage de tapis pure laine, Artco fait de l'excellence du produit fini son crédo. La reconnaissance a suivi.
• Les dirigeants d'Artco.
Forte d'une expérience de plus de dix ans dans le domaine du tissage manuel de tapis pure laine, la société Art Contemporain du Tapis (Artco) est certifiée depuis juillet 2003 ISO 9001 version 2000. C'est le cabinet Moody Certification qui lui a attribué ce label, sur la base d'une accréditation du Comité français d'accréditation (COFRAC).
ARTCO devient ainsi la première entreprise artisanale marocaine à être certifiée. Lors d'un point de presse organisé le 18 décembre 2003 à Salé, où est basée la société, les responsables d'artco ont mis en exergue la volonté de l'entreprise de continuer sur cette voie de démarche qualité. Selon le responsable marketing de la société, «l'attribution de la certification illustre parfaitement notre volonté d'évoluer dans une démarche de progrès et de toujours mieux répondre aux attentes de nos clients. Elle représente également une référence internationale en matière de management de la qualité». Créée en 1992 par deux jeunes Marocains passionnés d'artisanat, Fouad El Bernoussi et Azzedine Krafess, Artco a, en raison de ses exigences, conquis des clients, et des plus exigeants. Son ingéniosité, sa capacité à s'adapter à la demande et ses produits sur mesure, lui ont permis de gagner l'estime de plusieurs donneurs d'ordre nationaux et internationaux.
Estime
Sa spécialisation dans les tapis en pure laine, certifiée par la marque Woolmark, est dictée par plusieurs motifs. Tout d'abord, la laine naturelle résiste avec grâce aux affres du temps, se régénérant en permanence, contrairement aux fibres synthétiques qui s'ébouriffent et se ternissent au fil des ans. La laine a également d'autres avantages comparativement à la fibre synthétique comme sa souplesse et sa résistance, sa capacité d'absorption de la pollution et son confort.
Au cours de ses dix années d'expérience dans ce domaine, Artco a développé un parc de matériel performant qui lui permet de concevoir sur ordinateur ses modèles et de créer à la demande les designs les plus fantaisistes. Ce n'est pas un hasard si Artco est en mesure aujourd'hui d'assurer à ses clients un produit de qualité et d'une valeur artistique élevée.
Avec une capacité de production de 2000 m2 par mois, et des débouchés aussi bien au Maroc qu'en France ou en Espagne, Artco se base sur un capital humain de 85 professionnels aguerris.
Maîtrise
Constamment sur la brèche, innovant pour répondre au moindre caprice des clients, ils illustrent la parfaite maîtrise de l'artisan, font preuve d'une grande capacité d'adaptation et donnent naissance à des créations aussi sophistiquées les unes que les autres. Bien que découlant d'une démarche qualité volontariste menée par les dirigeants de la société, la certification ISO 9001 version 2000, obtenue en juillet 2003, vient récompenser l'esprit d'équipe qui anime chaque action, et le professionnalisme des employés. Le fait d'avoir érigé la satisfaction du client en dogme incontournable a permis à la société d'être toujours à l'écoute du chaland.
Forte de cette première reconnaissance internationale de la qualité du produit artisanal marocain, Artco compte, dès 2004, mettre tous les atouts de son côté pour obtenir la certification Norme marocaine, délivrée par le ministère de l'Artisanat et de l'Economie sociale.
La céramique et le marbre marocains en danger
La menace venue de l'Est
L'invasion des produits chinois de marbre et de céramique ont mis à mal l'industrie marocaine des matériaux de construction. Commercialisés à des prix bien en-deçà de ceux du marché local, ces produits importés, légalement ou illégalement, font beaucoup de tort aux producteurs nationaux.
Ces derniers ont tiré la sonnette d'alarme lors d'un séminaire organisé le 15 janvier 2004 à Rabat par la Fédération national des industries des matériaux de construction et la Confédération générale des entreprises marocains.
Selon Hassan Chami, président de la CGEM, ces nouveaux concurrent recourent à des pratiques déloyales et condamnables comme le dumping et la sous-facturation, à l'origine des prix bas constatés. Et comme si le secteur n'avait pas pâti suffisamment de cette concurrence déloyale, les contrebandiers mettent aussi leur grain de sel dans cet engrenage déjà fort alambiqué. Si cette vision relève quelque peu d'un prisme corporatiste, celle de Giorgio Burzacchini, expert italien de la céramique, a l'avantage d'être plus objective, ce qui n'enlève rien à la pertinence d'analyse de M. Chami.
Dumping
D'après l'expert italien, le Maroc est devenu le marché d'écoulement du surplus de production de pays limitrophes comme l'Espagne, le Portugal et l'Italie. Et vu que le Maroc, avec la suppression progressive des barrières tarifaires, ne peut plus immuniser son marché contre l'entrée de ces produits sous peine de s'inscrire en porte-à-faux avec les règles de l'OMC, on en arrive à une situation qui est appelée à empirer.
En effet, les futurs accords de libre-échange vont renforcer cette menace qui pend au nez de nos industriels. Pour M Chami, il est urgent de penser aux mesures à mettre en place pour défendre les intérêts des secteurs nationaux.
Par ailleurs, et à en croire les résultats d'une étude diligentée par la Fédération des industries concernées, si les produits étrangers trouvent preneurs, c'est que le marché n'est pas couvert par l'industrie locale. Cette étude préconise d'augmenter la production de 37.000 tonnes à 100.000 tonnes, grâce à des investissements technologiques, une mise à niveau du secteur et à une charte qualité.
• Assises
Après Marrakech et Agadir, c'est au tour de Casablanca d'accueillir les 4èmes Assises du Tourisme du 12 au 13 février 2004. Pour cette édition, trois axes thématiques ont été retenus : le bilan des engagements pris pour le développement du tourisme au Maroc, 3 ans après le lancement de la vision 2010, l'évaluation des études et consultations menées par le gouvernement en vue de l'adoption d'une politique de libéralisation du transport aérien et enfin les futurs défis auxquels devra faire face le secteur touristique notamment en matière de financement et de conquête de nouveaux marchés.
• Anniversaire
L'agence Impact communication fête ses deux années d'existence de belle manière en lançant un site web institutionnel : www.impact.co.ma qui présente la philosophie de l'agence, son équipe et ses talents créatifs dans le domaine de la presse et de l'affichage. Impact communication gère les budgets de communication de plusieurs grandes sociétés de la place comme le CIH, KITEA, RAM Cargo, Sonasid, Samir, Arab Bank. Joyeux anniversaire.
• Festival
L'Ecole Nationale de Commerce et de Gestion de Settat organise le mercredi 11 février 2004 son second Festival en collaboration avec les grandes écoles de commerce Marocaines. Ce festival a pour objectif d'encourager les talents en organisant leur rencontre avec des artistes professionnels de grande renommée.
Ce sont ces artistes qui évalueront les potentialités des chanteurs, poètes et acteurs en herbe.
• Acquisition
A quelques jours de la tenue des Assises du Tourisme, Royal Air Maroc vient de recevoir un nouveau Boeing 737-800 de nouvelle génération, un deuxième devant arriver au milieu du mois de février prochain. En 2003, la compagnie aérienne a déjà reçu quatre avions (Deux Boeing 737-800 de nouvelle génération et deux Airbus A32-200) pour un montant de 200 millions USD. Ces acquisitions entrent dans le cadre du programme de renforcement et de modernisation de la flotte de Royal Air Maroc qui porte sur l'achat de 24 avions moyen-courrier sur la période 2002-2010, soit un investissement de l'ordre de 1,5 milliards dollars. L'acquisition de ce nouvel appareil vient soutenir le plan de développement du marché moyen-courrier de la compagnie aérienne, et notamment les dessertes point à point entre l'Europe et les différentes villes marocaines. Pour Mohamed Berrada, PDG de Royal Air Maroc, "l'acquisition de ce nouvel avion vient confirmer la confiance de la compagnie nationale dans le développement du Tourisme". Et d'ajouter, "en 2004, nous misons sur la relance par un programme de vols volontariste qui prévoit un investissement en offre en progression de 13% par rapport à 2003".
• Phosphates
L'Office national des Chemins de fer (ONCF) et l'Office chérifien des Phosphates (OCP), ont signé le 16 janvier 2004 un accord de partenariat portant sur le transport ferroviaire de phosphate pendant les dix prochaines années. Cet accord permettra aux deux partenaires d'avoir davantage de visibilité pour le développement de leurs activités respectives et de disposer d'un cadre à même de pouvoir saisir les opportunités qui se présenteront aux deux entreprises, souligne la même source. Il est à rappeler que l'OCP est le premier client de l'ONCF, avec un volume annuel de 26 millions de tonnes de phosphate et produits dérivés.
• Desserte
Air Europa, filiale du groupe Globalia a inauguré le 15 janvier 2004 sa nouvelle ligne régulière Madrid-Marrakech, qui se présente sous la forme d'un forfait vol et séjour de 4 jours au cours desquels le touriste pourra visiter les villes de Marrakech, Essaouira, Agadir et Taroudant. Le groupe Globalia commence ainsi à honorer les engagements auxquels il a souscrit le 19 novembre 2003 avec l'Etat marocain dans un accord de collaboration pour la promotion de la destination Maroc en Espagne. Selon les estimations du tour opérateur Globalia, près de 20.000 touristes espagnols devraient ainsi visiter le Maroc.
• Partenariat
Les ports de Nador et de Port-la-Nouvelle à Narbonne en France ont signé le 19 janvier 2003 un protocole d'accord pour d'intensifier leurs échanges. Les deux parties ont mis en relief le fait que ce protocole servira de plate-forme de promotion des deux places portuaires et de dynamisation des échanges entre les deux villes, voire entre les deux pays. Les deux parties ont également convenu d'échanger des informations dans les domaines portuaire, commercial et économique. Elles étudient également l'opportunité de la création d'une ligne maritime entre les deux ports qui éviterait bien de problèmes pour les céréaliers et faciliterait les opérations transit des MRE.
• Récompense
Un courtier marocain travaillant dans The City, la fameuse place financière londonienne, a reçu 480 millions de dirhams comme prime, qui équivaut au salaire de 1100 personnes. Cette récompense lui a été décerné en raison des centaines de millions de livres au profit de la banque d'investissement londonienne Goldman Sachs en 2003. Il devient ainsi l'une des 25 personnes les plus riches d'Angleterre.