Temps généralement stable dans le pays, ce dimanche    Marrakech: interpellation d'un individu soupçonné d'homicide volontaire avec séquestration et mutilation    Transport aérien – hécatombe mondiale : 84 milliards de dollars de pertes et 1,2 milliards de passagers en moins    Covid-19 / Maroc : Quelques infos au sujet du foyer industriel de Safi    Sahara marocain: des experts dénoncent la propagande algéro-polisarienne    ONCF: un homme se jette sur les rails entre Témara et Rabat-Agdal    Le Maroc attend toujours la réponse d'Amnesty international (responsable)    Fraude au Bac: un candidat libre interpellé (DGSN)    Rapatriement des Marocains bloqués: arrivée d'un vol en provenance de Montréal    Coronavirus au Maroc : 534 cas en 24h, 13.822 au total    Accès à l'information : Le Parlement partage son fonds documentaire et ses archives avec le HCP    L'Egypte, le Soudan et l'Ethiopie reprennent les pourparlers sur un barrage contesté    Le Souverain félicite le Président américain à l'occasion de la fête de l'indépendance de son pays    Fête de l'indépendance des USA: Le Roi Mohammed VI félicite le président Trump    Temps chaud au Maroc: les villes concernées (Alerte météo)    Mohamed Amekraz, le ministre à la tête de la Caisse nationale de la sécurité sociale (CNSS), inéligible à ce poste    Ces 33 belles destinations sans visa pour les Marocains    Coronavirus : 146 nouveaux cas, 13.434 au total, samedi 4 juillet à 10h    Danemark : La Petite Sirène de Copenhague vandalisée et accusée de racisme    La terre a tremblé dans cette province du Maroc    En quarantaine à Agadir : 51 rapatriés victime d'intoxication    L'ex-PDG de Platinum Power rebondit mais...    Industrie culturelle: Les premières mesures avant la stratégie    Achraf Hakimi débarque à l'Inter Milan    "Night Walk" : Premier long métrage marocain distribué à Hollywood    Les stars de la musique appellent à sauver la scène britannique    Tom Hanks : Je ne sais pas quand est ce que je vais pouvoir reprendre mon travail    L'ANP et l'AFD renforcent leur partenariat pour un développement durable et compétitif des ports    L'ovalie nationale est plus que jamais sur la touche    L'EN de futsal se hisse au 24è rang mondial    L'ouverture des frontières espagnoles aux Marocains conditionnée par la réciprocité    Le Maroc demande officiellement à Amnesty International d'apporter la preuve de ses accusations    Exposé de Mohamed Benabdelkader sur le schéma directeur de la transformation digitale du système judiciaire    Les allégations algéro-polisariennes mises à nu devant le CDH    Les prix font un bond de 2,9% dans la métallurgie en mai    Les médias palestiniens se félicitent de l'initiative du Premier secrétaire de l'USFP    Macron nomme Jean Castex nouveau premier ministre    Premier League: Manchester City corrige Liverpool!    Quand les footballeurs marocains font le bonheur des clubs égyptiens    Liga: le Real Madrid creuse l'écart, Messi veut claquer la porte!    Très touchée par La pandémie l'Espagne revient a La vie    «L'art pour l'espoir»: 27 regards à l'ère de la pandémie    France: Jean Castex Premier ministre à la place d'Edouard Philippe    Un PJDiste ose : « Les Amazighs et les Juifs marocains d'Israël sont des traitres »    Remaniement : le Premier ministre français Édouard Philippe démissionne, son remplaçant désigné dans quelques heures    Le beau message de Bachir Abdou à Saad Lamjarred (PHOTO)    « Folle de lui » de TiiwTiiw & LACRIM enflamme la toile    Ali Essafi et Tala Hadid rejoignent l'Académie des Oscars    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ère de la discipline
Publié dans MarocHebdo le 16 - 04 - 2004

Omar Ferkhani, président de l'Ordre national des architectes
Omar Ferkhani ne mâche pas ses mots. Pour le président de l'Ordre national des architectes, le drame d'Al Hoceima trouve son origine dans "la siba" qui règne dans le secteur du bâtiment. Le jeune architecte plaide la réactivation du rôle disciplinaire de l'Ordre. Entretien.
Propos recueillis par
• Omar Ferkhani.
• Maroc Hebdo International : Comment réagissez-vous au projet de réforme des lois relatives à l'urbanisme et à l'habitat, récemment adopté par le Gouvernement?
- Omar Ferkhani : Ce texte représente une avancée remarquable dans le sens de la sécurité du citoyen. Il vient pallier une série des lacunes dans la législation en vigueur, lacunes mises en évidence par le séisme meurtrier d'Al Hoceima, le 24 février dernier.
• MHI : Croyez-vous que ces lacunes étaient à l'origine de la tragédie d'Al Hoceima
- Omar Ferkhani : Oui, dans la mesure où ce n'était pas le séisme qui avait tué les gens, mais l'effondrement de constructions bâties sans respect des règles de l'art les plus élémentaires. Les défaillances du dispositif réglementaire du secteur sont actuellement exploitées par des réseaux de type mafieux qui s'enrichissent au détriment de la sécurité des Marocains. Des milliers de constructions sont édifiées chaque année par des « tâcherons » irresponsables sans bénéficier de l'encadrement technique des professionnels. Pour comprendre la gravité du phénomène, il suffit d'imaginer des milliers d'opérations chirurgicales effectuées sans la surveillance de l'anesthésiste et du chirurgien.
Le projet de réforme élaboré par le ministère de l'Habitat vient, en effet, combler ces lacunes en définissant la responsabilité de chaque intervenant dans l'opération de construction et en prévoyant des sanctions sévères en cas de contravention.
• MHI : Le suivi des constructions, à travers la tenue d'un cahier des chantiers, prévu dans le nouveau texte, semble être un acquis majeur…
- Omar Ferkhani : Oui, jusqu'ici si l'on excepte les projets publics et quelques projets de particuliers, la plupart des constructions ne bénéficient d'un aucun suivi de chantier régulier. Des réseaux de complicité impliquant des élus, des agents d'autorité, des techniciens du secteur, des promoteurs… concourent pour court-circuiter la mission de suivi en se contentant de signatures de complaisance pour l'obtention de l'autorisation de construire. Les chantiers sont ainsi livrés à la cupidité et à l'ignorance d'irresponsables en dehors de tout professionnalisme. C'est l'absence de suivi et de contrôle des travaux par les professionnels qui explique l'effondrement d'Al Hoceima. Le drame était évitable
• MHI : Des architectes font-ils partie des réseaux mafieux que vous venez de mentionner ?
- Omar Ferkhani : Certains architectes, pas tous ni, d'ailleurs, la majorité d'entre eux. La nuance est de taille. L'Ordre des architectes avait, à maintes fois, dénoncé cette infime minorité du corps qui avait, hélas, terni le blason du métier. Une étude réalisée, en 1997, par notre Ordre donne l'ampleur du gâchis : 8% à peine des architectes de Casablanca signaient 63% des projets. Signatures pour la plupart de complaisance.
• MHI : Les architectes sont placés au cœur du nouveau dispositif juridique proposé. Etes-vous entièrement satisfaits?
- Omar Ferkhani : L'ordre national des architectes exprime son adhésion au projet d'amendement de la loi sur l'urbanisme et l'habitat. Mais, il tient toutefois à rappeler que, même dans le cadre réglementaire en vigueur, l'architecte occupe une place charnière, ce qui est normal et même banal dans un pays civilisé. L'Ordre reste pénalisé par le vide juridique qui, depuis 1993, date de la promulgation de la loi 16/89 régissant la profession, paralysait sa mission en l'empêchant d'accomplir son travail d'encadrement de l'exercice du métier. Il ne suffit pas de donner du pouvoir aux architectes.
Il faut s'assurer que ce pouvoir sera utilisé par les plus compétents et les plus vertueux d'entre eux. L'Ordre national des architectes en tant qu'organisation professionnelle régie par un Dahir a, seul, vocation à encadrer l'exercice du métier pour atteindre cet objectif. La réforme actuelle, malgré ses apports indéniables, serait incapable d'assurer la sécurité des citoyens sans activation du rôle incontournable de l'Ordre des architectes, particulièrement sur le plan disciplinaire.
• MHI : Etes-vous actuellement dans l'incapacité de sanctionner les architectes irrespectueux de la déontologie de votre métier ?
- Omar Ferkhani : le problème est plus complexe. Nous avons en fait la possibilité de prendre des sanctions disciplinaires contre les architectes indélicats. Mais ceux-ci recourent à la justice et gagnent systématiquement les procès et obtiennent l'invalidation des décisions de l'ordre.
• MHI : pourquoi ?
- Omar Ferkhani : La loi régissant notre métier, élaborée en 1989, stipule la présence d'un membre de la Chambre constitutionnelle lors des délibérations du conseil disciplinaire de l'Ordre. Cette chambre a été supprimée. Le Conseil constitutionnel qui l'a remplacée refuse de répondre à nos invitations en arguant que le texte de la loi 16/89 parle de Chambre constitutionnelle et non pas de Conseil constitutionnel.
Ce qui nous oblige à arrêter les sanctions en l'absence d'un membre d'une instance qui n'existe plus. Cela qui est systématiquement considéré par les tribunaux comme « vice de forme » rendant nulles et non-avenues nos mesures disciplinaires. D'où l'urgence d'une mise à jour de cette loi. Il suffit juste de changer quelques mots de ce texte ; de remplacer « membre de la Chambre constitutionnelle » par « membre du Conseil constitutionnel ».
• MHI : Ce n'est point sorcier. Avez-vous déjà saisi les autorités publiques de cette doléance ?
- Omar Ferkhani : nous n'avons eu de cesse, depuis dix ans, de rappeler sur tous les tons que l'Ordre national des Architectes représente un outil institutionnel de choix pour établir la discipline et contribuer de manière efficace, aux côtés des pouvoirs publics, à combattre les pratiques mafieuses. L'ordre avait également, depuis lors, remis au Secrétariat général du Gouvernement les propositions d'amendements de loi nécessaires pour pouvoir s'acquitter de sa mission disciplinaire. On attend toujours.
• MHI : Qu'entendez-vous faire maintenant ?
- Omar Ferkhani : L'ordre national des architectes, soucieux de la sécurité des Marocains, est déterminé à tout mettre en œuvre pour apporter sa contribution pour que la réforme en cours aboutisse réellement à professionnaliser l'acte de bâtir conformément aux directives contenues dans le discours important prononcé, le 25 mars à Al Hoceima, par SM le Roi Mohammed VI. Dans ce sens, l'Ordre prévoit plusieurs rencontres avec les élus de la nation dans les deux chambres du Parlement autour de cette grave problématique qui concerne la sécurité de nos concitoyens.