France: L'Elysée annonce plus de 4 mds d'euros de nouveaux investissements étrangers    Agroalimentaire. Un centre d'innovation en la matière lancé à Meknès    Alaa Squalli nommé directeur général du Sofitel Casablanca Tour Blanche    Covid-19 : mise en place d'un portail de relance des PME    Gaz de Larache : ce qui est prévu pour l'exploitation    Les Lions de l'Atlas en 8e de finale !    Ecartement de Ziyech: pourquoi c'est une bonne décision, selon Halilhodzic    Coronavirus : Un milliard de doses de vaccin livrés via le programme Covax (OMS)    Chasse aux profils pour l'éducation nationale    Hausse des cas au Maroc: affluence toujours en baisse vers les centres de vaccination    Dr Afif : la 3e dose du vaccin anti-covid protège "à plus de 90%" contre les formes graves de la maladie (vidéo)    Founders.ma, premier portail en ligne dédié à l'écosystème entrepreneurial de la région Marrakech-Safi    Après l'affaire Djokovic, Roland-Garros planche sur l'accueil des non vaccinés    Espagne : Albares très prudent sur le retour de l'ambassadrice du Maroc    France/Covid: le projet de loi instaurant le pass vaccinal adopté définitivement par le Parlement    Chine : à trois semaines des JO, les cas quotidiens de Covid-19 explosent    Fraude fiscale: d'anciens dirigeants et cadres de Wendel jugés à Paris    Banques: Le besoin en liquidité s'atténue à 64,8 MMDH en décembre 2021 (BAM)    Djokovic reviendra-t-il un jour en Australie ?    Maroc/Météo : Températures du jour en baisse sensible ce lundi 17 janvier    Une tempête hivernale « majeure » frappe l'est des Etats-Unis    Eruption et tsunami: gros dégâts aux Tonga, sans internet pour encore « deux semaines »    Poutine veut construire une liaison ferroviaire vers l'Arctique    Chercheurs: les personnes doublement vaccinées ont 20% moins de chance d'être réinfectées    Volkswagen va développer sa production de véhicules électriques en Chine    CAN : la Tunisie se rassure face à la Mauritanie (VIDEO)    CAN-2021 : l'Algérie s'incline face à la Guinée équatoriale    Après sa visite au Maroc, Staffan De Mistura face à la déraison du polisario    Maroc/France: Le Maroc et Israël sont les principales cibles du "Pegasus Project"    Les lois d'urgence sanitaire, deux ans de tempêtes au Parlement français    Casablanca : Un nouveau cimetière pour palier le manque d'espaces d'enterrement    Bilan de la puissante éruption volcanique et de l'effrayant tsunami dans le Pacifique    Sécurité en Europe : 18 scénarios US pour punir la Russie    Selon des activistes algériens, l'incendie dans l'entrepôt d'équipements militaires à Alger porte la signature de généraux    Le PPS s'active sur tous les plans pour leur rapatriement immédiat    Netflix : ces séries à ne pas manquer en janvier    Mali: décès à Bamako de l'ancien président Ibrahim Boubacar Keïta    José Manuel Albares satisfait de la coopération avec le Maroc en matière de canalisation des flux migratoires irréguliers    Coupe du Roi d'Espagne: Interrompu samedi, le derby sévillan se joue dimanche à huis clos    Open d'Australie: clap de fin pour le feuilleton Djokovic    Mehdi Bensaid reçoit la famille Megri après leur expulsion du domicile familial    L'Observatoire du travail gouvernemental dresse le bilan des 100 premiers jours de l'Exécutif    Bonne feuille : Jibril, il y a 42 ans...    L'Humeur : Le raï n'est pas non-algérien    Los Angeles: Des cambrioleurs dérobent un million $ en bijoux de la maison d'une actrice américaine    Magazine : Mohamed Jibril, la plume du perpétuel    Ricardo Bofill, l'architecte du Twin Center et de l'UM6P tire sa révérence    Covid-19: Report à la mi-mars du plus grand festival de BD de France    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La dure des durs
Publié dans MarocHebdo le 19 - 11 - 2004

Condoleeza Rice succède à Colin Powell au poste de secrétaire d'Etat
• Colin Powell et Condoleeza Rice.
Condoleeza est chic, élégante, elle serait belle si une moue de dédain ne s'affichait pas sur ses lèvres dès qu'elle ne se croit pas filmée.
Ce serait une femme attirante, si sa froideur ne révulsait pas. Elle est belle, elle est smart, elle a la peau mate des Africains du Sahel, elle pourrait rendre amoureux tous les téléspectateurs d'Irak ou de Palestine, mais il se dégage d'elle quelque chose de féroce.
Elle est arrivée à son poste grâce à son travail, mais elle s'y maintient en tenant le fouet dont les Américains menacent tout ce qui ne roule pas dans le bon sens, c'est-à-dire pour le plus grand bénéfice de la caste des hommes supérieurs qui sont en train de mettre le feu à la planète parce que toute la planète refuse la domination.
Sécurité
George W. Bush a nommé Condoleeza Rice pour succéder à Colin Powell au poste de secrétaire d'Etat. Ils n'ont pas la même image. Powell souffrait des choix brutaux du président. Condoleeza ne souffre de rien, tant qu'elle est l'ombre servile de George Bush.
Mme Rice était, jusqu'au 16 novembre dernier, conseillère du président Bush à la sécurité nationale. On dit qu'elle appartient au clan des faucons. Le 16 de ce mois, elle a bénéficié d'une promotion qui va lui donner l'occasion de mettre en valeur toutes ses qualités de dure parmi les durs et, surtout, de mettre en pratique ses idées indéracinables sur la suprématie des Etats-Unis dans le monde et l'idée très bigote qu'elle se fait du rôle de Dieu dans les actions de Gorge Bush. Les Palestiniens et les Irakiens ne s'en félicitent pas. Selon le président, "Condoleeza Rice est la personne qu'il faut pour répondre aux défis dans le Grand Moyen-Orient et de la résolution du conflit israélo-palestinien". Nul n'ignore qu'en guise de défis, il s'agit surtout de ceux que se lance l'Amérique avec des bombes et du messianisme.
Si Condoleeza est la personne qu'il faut, selon le plus faucon de tous les présidents américains, tous les pays guignés par les Etats-Unis vont avoir à apprendre à se tenir droit debout, les doigts sur la couture du pantalon.
Une nouvelle dame de fer est née.
Âgée d'une cinquantaine d'années, Mme Rice, deuxième membre de la communauté noire et deuxième femme à être nommée secrétaire d'Etat après Madeleine Albright est une inconditionnelle de la guerre comme panacée universelle.
Conservatrice rigide et résolue, elle a dirigé le Conseil national de sécurité pour coordonner les relations entre la Maison-Blanche, le département d'Etat, celui de la Défense, et les services de renseignement pendant quatre ans.
Mais à la différence d'autres proches collaborateurs proches du président américain, Condoleeza est aussi « une amie » qui passe ses week-ends et ses vacances avec le président dans son ranch du Texas. Elle est toujours célibataire. Cette Afro-Américaine n'a pas les mêmes idées que son prédécesseur.
Elle n'entend rien négocier, rien accorder, poursuivre la lutte tous azimuts contre le terrorisme. Cela n'engage pas les peuples agressés à l'espoir.
Les Américains ont gagné une porte-parole zélée de la guerre planétaire contre Ben Laden et ses adeptes. Les Palestiniens ont immédiatement réagi en «espérant» que le nouveau secrétaire d'Etat fasse pression sur Israël pour qu'il cesse de massacrer dans les camps de réfugiés; les Irakiens, par contre, se préparent à un durcissement brutal de l'armée américaine qui occupe l'Irak.
Renseignement
De nombreux commentaires et articles dans la presse américaine affirment que Mme Rice a, ces dernières années, souvent fait pencher la balance en faveur des « faucons », comme le secrétaire à la Défense, Donald Rumsfeld, ou le vice-président, Dick Cheney. Pendant ce temps, M. Powell est resté isolé sur l'Irak, il n'était pas d'accord avec la manière dont la guerre était conduite, mais il ne pouvait pas démissionner en pleine guerre. Il n'a pu le faire qu'après le succès de Bush aux présidentielles américaines. Condoleeza, par contre, s'est constamment tenue aux côtés de Bush depuis les attentats du 11 septembre 2001. Elle sera désormais plus près de lui encore, jusqu'au départ des marines et des GI's d'Irak.
Sa nomination a sonné le glas pour les colombes américaines: les faucons ont désormais la mainmise sur la politique internationale des Etas-Unis d'Amérique.