L'heure    Rencontre à Marrakech autour du judaïsme marocain    Spoliation foncière: Une classe politique française qui fait l'autruche!    Libye: Un grand soutien aux plans de l'ONU    Soins de santé primaires: Le personnel peu motivé    Oncologie: L'hôpital Cheikh Khalifa s'allie à l'Institut Curie    L'INDH met à niveau son logiciel    Des artistes pour sauver une école    Eliminatoires CAN-2019 : Le Maroc s'impose face au Cameroun    Ankara dit être en possession de preuves discréditant la version saoudienne    Pyongyang annonce avoir testé une arme tactique ultramoderne    Le Maroc et la Belgique renforcent leur coopération bilatérale    Les Croates assomment l'Espagne et peuvent rêver    LeBron James toujours plus haut    Coupe du Trône : A qui la première ?    La France, principal investisseur au Maroc entre 2010-2017    Stock Pralim certifié ISO 9001 version 2015    La saison agricole démarre dans des conditions favorables    Ces stars qui disent NON à la chirurgie esthétique ! Marion Cotillard    Divers    2ème campagne de prévention et de prise en charge de l'hydatidose    Le Premier secrétaire reçoit une délégation de l'Organisation de solidarité afro-asiatique    Le Maroc à l'honneur au Festival du cinéma méditerranéen de Bruxelles    La Galerie H met l'artisanat et le design vintage à l'honneur    Parler de la guerre au féminin, l'ambition de la réalisatrice Eva Husson    Incendie en Californie : Plus de 600 personnes portées disparues, Trump sur le terrain samedi    El Othmani : GMT+1, les protestations spontanées des élèves contre sont «compréhensibles»    Jets de piment et de fournitures de bureau au parlement sri-lankais    Rabat: Remise de certificats et trophées aux lauréats du Cycle international de formation en diplomatie    Facebook lance une « cour d'appel » pour contenus controversés    El Othmani en Ethiopie pour un sommet extraordinaire de l'UA    Brexit : Theresa May réconfortée par des soutiens de poids dans son gouvernement    LGV : Entre 149 et 224 dhs pour Casablanca-Tanger    11 personnes inculpées dans le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi    L'OM recrute !    Benatia : Gagner pour ne pas jouer la survie au Malawi    Lo Celso restera sûrement à Betis    Finale de la Coupe du Trône / WAF-RSB : Qui aura le dernier mot ?    Le groupe OCP reçoit la médaille d'or HSE à Pékin    La Chambre des représentants approuve la première partie du PLF 2019    L'Afrique et le Maghreb ont leur TGV !    Spotify : Le service de streaming musical arrive au Maroc    Mohammed VI-B bientôt dans l'espace    Un show pour valoriser les inventeurs arabes    Bachir Demnati: Un oublié de l'histoire de l'art au Maroc    Fayez al-Sarraj fustige l'hypocrisie européenne sur les migrants    Driss Lachguar reçoit une délégation de l'OSPAA    L'écrivain El Miloudi Chaghmoum va à la rencontre des prisonniers de Kénitra    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ancien élève du collège royal, Karim Ramzi semblait destiné à tout sauf à une carrière de photographe professionnel. Le fabuleux destin de Karim Ramzi
Publié dans MarocHebdo le 14 - 01 - 2005

Ancien élève du collège royal, Karim Ramzi semblait destiné à tout sauf à une carrière de photographe professionnel.
Le fabuleux destin de Karim Ramzi
• Karim Ramzi
Né à Marrakech en 1961, dans une famille de diplomates, Karim Ramzi débute son parcours atypique au collège Royal de Rabat où il évolue dans la même promotion que SM le Roi Mohammed VI, Hassan Aourid et Fouad Ali El Himma, Mohamed Yassine Mansouri, Fadel Benyaiche et autre Mohamed Rochdi Chraïbi. Son bac en poche, il s'envole vers Ottawa, au Canada, pour y décrocher un diplôme en sciences politiques et en communications. Entre temps, Karim travaille pour le compte de la radio marocaine en tant que correspondant au Canada. De correspondances en reportages, le jeune homme se découvre un réel penchant pour le dur métier du journalisme. Arrivé au terme de sa formation en sciences politiques et en communications, il décide de s'inscrire à l'université de Carleton pour y suivre des cours de journalisme. Jusque-là, rien d'anormal, le jeune Karim s'intéresse certes à la photo. Mais il ne s'éloigne pas pour autant de ce qui devait être sa vocation et semble cheminer comme ses aînés vers une carrière politique. Tout bascule le jour où il fait une rencontre impromptue, celle de Yussuf Karsh, l'un des maîtres du portrait.
• Karim (cerclé) fréquente le collège royal avec SM Mohammed VI, Hassan Aourid et Ali El Himma, Yassine Mansouri, Fadel Benyaiche et autre Rochdi Chraïbi.
«À l'époque, j'assurais une émission hebdomadaire pour la radio marocaine, à partir des studios de Radio-Canada qui étaient situés à l'hôtel Laurier. Il se trouve que Karsh logeait à la même adresse où il avait installé son studio. Un jour, nous nous sommes croisés. C'était dans un ascenseur. Etant un fan de son œuvre, le courant est très bien passé». Depuis lors, les deux hommes se rencontrent assidûment, notamment dans le studio de Karsh. Il n'en faut pas plus pour déclencher le déclic, ce fameux déclic qui a réorienté tant de vies, leur faisant prendre des virages insoupçonnables. Karim Ramzi découvre sa voie, il ne la quittera plus.
Au lieu d'opter pour la voie académique, Karim Ramzi préfère cette fois-ci relever le défi de l'apprentissage sur le tas. Et, paradoxalement, c'est dans ce domaine, où il n'a pas de diplômes, qu'il excellera le plus. Autodidacte accompli, il dévore les ouvrages spécialisés, étudie les travaux d'Avedon, Pen ou Steichen, des monstres sacrés de la photo de mode et du portrait. Bref, Karim accumule les connaissances pour maîtriser les ficelles de son nouveau métier, de sa passion. Car c'est bien d'une passion qu'il s'agit et l'apprenti photographe ne ménage aucun effort pour gravir les échelons de son art. «Au début c'était lent et difficile. Il fallait maîtriser les techniques de toute la chaîne photo, de la prise de vue à l'objet fini. En développant et en tirant mes propres photos, je ne cessais d'apprendre, de découvrir», se rappelle-t-il. Et il apprend vite, très vite.
Après un séjour à New York, en Arabie Saoudite et à Casablanca Karim Ramzi déménage à Paris, la capitale mondiale de la mode. Dans la ville lumière, l'artiste recouvre cette sérénité d'esprit si propice à la création.
Très inspiré, il y étale toute l'étendue de son talent de photographe et se forge rapidement un nom dans le milieu très select des photographes de mode et de portrait. Par ses images gorgées de magie, où la psychologie et l'improvisation l'emportent souvent sur la technique, il immortalise nombre de personnages, d'illustres inconnus mais aussi et surtout des gens mondialement célèbres. C'est ainsi qu'il compte parmi ses faits d'armes les portraits des familles royales du Maroc, de l'Arabie Saoudite et de la Jordanie.
Dans le milieu du show-biz où ses portraits sont très prisés, ses clients se nomment : Youssou N'dour, Spike Lee, Chris Eubank, Mélanie Doutey, Doc Gynéco…
Entre autres. Aujourd'hui, ce globe-trotter infatigable continue à silloner le monde. Tout récemment, il s'est lancé dans une tournée mondiale, une sorte de rétrospective de son œuvre qui a rencontré un franc succès dans plusieurs pays. Il écrit aussi des livres et anime des conférences toujours courues. Il a mis au point son site web www.karimramzi.com. S'il n'éprouve aucun regret quant à son choix de vie, il reste pleinement conscient de la chance qui est sienne: celle d'avoir réussi le pari de faire de sa passion son unique gagne pain. «Aujourd'hui, si j'ai la chance de vivre de mon art, qui est ma seule ressource financière, je le dois surtout à ma décision de m'installer à l'étranger. Au Maroc, où la photographie n'est ni protégée, ni enseignée et encore moins comprise et respectée, une telle vie m'aurait été impossible», conclut-il sur un clin d'œil à ses confrères marocains.