2è sommet marocain du pétrole et du gaz à Marrakech    Un mirage F-1 des FAR s'écrase en mission d'entraînement près de Taounat    RDC: Le Washington Post décortique les contradictions de la présidentielle    Le Raja de Casablanca bat l'Africain Stars de la Namibie    Etat des lieux : Le sexisme fait des ravages en France    Le renouvellement des élites doit toucher tous les domaines    Point de vue : Naissance du label «Morocco L'ghedd»    Shutdown: Trump attaque les démocrates qui refusent son offre de sortie de crise    Le pape invite les jeunes à prier en ligne avec l'application "Click to Pray"    Akhannouch met en avant le potentiel de la numérisation de l'agriculture marocaine    Coupe de la CAF : 3 clubs marocains dans un seul groupe !    Facturation électronique, aucune obligation en absence de l'ICE    Après Abidjan, le Festival "Afrique du Rire" fait escale à Marrakech    Youcef Drissi Anticonformiste, rebelle et décalé !    Rallier Auxerre à Bzou, le défi d'Abderrazak El Badaoui    Un symposium sur le management sportif à Agadir    Amzazi rencontre l'ambassadeur anglais    Sous le signe de l'excellence et de la diversité    Attaque israélienne à Damas : 4 soldats syriens morts    Pêche côtière et artisanale: Stagnation des débarquements en 2018    «France football»: Zyech 2e meilleur joueur maghrébin de l'année    Hamid Douieb : un retour aux racines…    Vidéo – Les images de la « super Lune » de sang    Classement «Times Higher Education» : L'Université Mohammed V en tête des universités marocaines    Brexit: Theresa May de retour dans l'arène du Parlement pour présenter son « plan B »    Londres ouvre la procédure pour les Européens souhaitant rester après le Brexit    Encadrement de proximité : L'ONCA lance «la contractualisation du Conseil agricole privé agréé»    Interview with Mr Adil Douiri, founder of Mutandis, following the company's very successful IPO    Edito : Partenaire fiable et utile    Casablanca : Un policier contraint d'utiliser son arme pour neutraliser un dangereux récidiviste    Un registre national des services médiatiques voit le jour    Daniel Salaverry : Les relations entre Rabat et Lima évoluent de manière constante    Lancement de la formation pour le programme Jeunes marocains ambassadeurs aux Nations unies    Divers    Rkia Derham reçue en audience par le Premier ministre indien    Sit-in à Rabbouni réclamant la traduction en justice des assassins de Omar Ould Anay    Tabac et alcool assurément dangereux    Il faut mettre fin à la stigmatisation des troubles mentaux    Liga : Le Real double Séville    Racisme : L'appel de Koulibaly rejeté    Le DHJ se renforce à 0 dirham    Habib El Malki a représenté S.M le Roi à la cérémonie d'investiture du nouveau président de Madagascar    Stefan Löfven, du soudeur syndicaliste au "socialo de droite"    La "success story" du groupe OCP sous les feux de la rampe à Dakar    La musique classique arabe s'invite en Chine    «Il est important de laisser des écrits lorsque l'on dépose des projets»    SM le Roi Mohammed VI reçoit Mme Federica Mogherini    «Il faut récupérer tout ce qui est consommé à travers le monde»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Une certaine histoire des Juifs du Maroc», de Robert Assaraf Une présence millénaire Le Maroc espace d'évacuation pour l'Europe
Publié dans MarocHebdo le 20 - 05 - 2005

«Une certaine histoire des Juifs du Maroc», de Robert Assaraf
Une présence millénaire
Loubna Bernichi
Robert Assaraf. Le Maroc comptait 164.000 juifs.
Actuellement, seuls 3.000 juifs environ vivent dans le Royaume, sur une terre où leur présence est attestée depuis près de 2000 ans. Juste en 1960, le Maroc comptait 164.000 juifs. Un an plus tard, entre 1961 et 1964, plus de la moitié, soit 102.157, ont émigré pour Israël ou pour l'Europe et l'Amérique. Ce fut le plus grand exode connu de juifs marocains au cours de leur histoire millénaire. Dispersés dans les quatre coins du monde, les juifs originaires du Maroc restent très liés à leurs traditions culturelle et cultuelle ainsi qu'à la terre de leurs ancêtres et à ses souverains. Cependant, comment expliquer ce départ massif ?
C'est la question à laquelle répond Robert Assaraf, historien avéré et journaliste confirmé, dans son dernier ouvrage « Une certaine histoire des Juifs du Maroc», publié par Jean-Claude Gawsewitch, éditeur.
Ce document historique volumineux de 800 pages, écrit dans un style didactique, retrace, en effet, l'histoire des Juifs du Maroc de 1860 et la guerre hispano-marocaine à l'époque actuelle en passant par l'instauration des protectorats français et espagnol en 1912 et l'indépendance en 1956. Mêlant vérités historiques documentées et souvenirs personnels agrémentés de témoignages, Robert Assraf, Président de l'Union Mondiale du Judaïsme du Maroc, consacre de longs développements à l'attitude des différents souverains marocains envers les juifs.
C'est ainsi que feu Mohammed V prend la défense des Juifs contre le régime de Vichy alors que feu Hassan II dédie toute son énergie à la réconciliation des enfants d'Abraham et à la conclusion d'une paix juste et durable au Moyen-Orient, autant de faits qui inspirent l'action de l'actuel souverain, le Roi Mohammed VI.
« Une certaine Histoire des Juifs du Maroc » est aussi un témoignage de reconnaissance à un peuple, à un pays et à ses Rois.
Le Maroc espace d'évacuation pour l'Europe
Enseignant-chercheur à l'université Mohammed V, à Rabat, Abdelkrim Belguendouz est un spécialiste de l'immigration. Question qu'il a abordée sous de multiples aspects et dans plusieurs ouvrages. Dans son dernier livre, intitulé «Politique européenne de voisinage, barrage aux sudistes», il décortique la situation du Maroc par rapport aux mesures draconiennes prises par l'UE en matière d'immigration. «Le Maroc aurait-il vocation à être le sous-traitant sécuritaire de l'UE et à devenir ainsi le cul-de-sac de l'Afrique ?», s'interroge Belguendouz.
Avec l'évolution que connaît le problème de l'immigration, la position géo-stratégique du Maroc, longtemps chargée de louanges quasi-psalmodiques, devient un handicap. «Pour l'UE, rappelle l'auteur, le danger réside dans le fait que le Maroc est non seulement une porte de sortie pour l'Afrique, mais surtout une porte d'entrée pour l'Europe». Le projet d'accord entre le Maroc et l'UE sur «la réadmission des personnes en situation irrégulière», ferait du Maroc un camp de regroupement des expulsés et compliquerait singulièrement ses relations avec les pays sub-sahariens. Que nous offre l'UE en contrepartie de ce rôle ingrat? Pas grand chose, encore que M. Belguendouz conteste le principe même de ce rôle. Documenté et étayé par un argumentaire rigoureux, ce livre est un outil de travail incontournable sur un Maroc qui semble pris en tenailles entre le flux migratoire africain, en plus du sien, et ses rapports avec l'Union européenne.