Quelle réforme pour la fiscalité au Maroc?    Des solutions contre l'insatisfaction des troupes    Vladimir Poutine invite Kim Jong-un    Wafa Assurance signe un accord de rapprochement avec des compagnies au Cameroun    Brief d'avant match : Que peut-on attendre de la rencontre WAC-Mamelodi Sundowns    Maluma et Gims préparent un clip à Marrakech !    Ukraine : À peine élu, Zelensky pris entre deux feux    Les dispositions relatives à la protection sociale des artistes mises en oeuvre par le ministère    Un policier tire sur deux voleurs à Rabat    L'UE a accordé une protection à plus de 300 000 demandeurs d'asile en 2018    Badr Tahiri. ‘‘Une stratégie dédiée à la région s'impose''    Après freddy Mercury, Rami Malek passe au mode "Bond"    Jazzablanca 2019 accueillera Metronomy !    Afrique du Nord. Les pistes de promotion de l'emploi    Festival international de la culture Aissaoua : Retour sur les temps forts    Le Wydad assuré de jouer la Ligue des Champions 2019/2020    CAN 2019 : L'UAR veut maintenir les droits de retransmission télévisée à un niveau abordable    9è fête des journalistes sportifs marocains : Des journalistes honorés    Programme Moucharaka Mouwatina : Lancement d'un appel à propositions    Arrestation à Meknès de deux individus soupçonnés de possession et de trafic d'ecstasy    DGSN : Huit employées d'un centre d'appels non autorisé arrêtées à Khouribga    Khalid Naciri au Forum de la MAP    De Zemamra à Azemmour    Benabdallah: le PPS soutient totalement l'Initiative civile pour le Rif    ABL Aviation: faire de Casablanca un hub régional de l'Afrique    Santé scolaire: «Jeux Vidéo : Jouons sans en abuser»    Les hommes qu'il faut à la place qu'il faut    Irlande du Nord: Une renaissance de l'I.R.A.?    Ramadan et santé: Les précautions à prendre    Dialogue social : Nouvelles conditions des syndicats    Partenariat : La BEI et l'Amica renforcent leur coopération    Données: Facebook table sur une amende record de 3 à 5 milliards de dollars    Le pétrole dépasse 75 dollars pour la première fois depuis fin octobre    Dans l'ouest de la Libye, des anti-Haftar se battent contre un "nouveau Kadhafi"    Insolite : Navigateur non-voyant    Edito : Ordures    Limogeages en série en Algérie : Le PDG de Sonatrach congédié    La jeunesse marocaine discute du Maroc de demain    Mohamed Benabdelkader : Passer d'une gestion administrative des carrières à une gestion professionnelle basée sur les compétences    Pourquoi la Lune et le Soleil semblent avoir une taille similaire vus depuis la Terre    Campagne agricole: 80% du PIB hors aléas climatiques    Le Barça quasiment champion d'Espagne    Autopsie de l'équipe nationale par Hervé Renard    Coup d'envoi de la 46ème édition du Trophée Hassan II et de la 25ème Coupe Lalla Meryem de golf    Anders Holch Povlsen, un milliardaire très discret    Vers une protection effective du livre et des droits d'auteur    "La lune et Casablanca", une immersion dans les univers de l'art vidéo    Projection à Washington du long métrage franco-marocain "Tazzeka"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Une certaine histoire des Juifs du Maroc», de Robert Assaraf Une présence millénaire Le Maroc espace d'évacuation pour l'Europe
Publié dans MarocHebdo le 20 - 05 - 2005

«Une certaine histoire des Juifs du Maroc», de Robert Assaraf
Une présence millénaire
Loubna Bernichi
Robert Assaraf. Le Maroc comptait 164.000 juifs.
Actuellement, seuls 3.000 juifs environ vivent dans le Royaume, sur une terre où leur présence est attestée depuis près de 2000 ans. Juste en 1960, le Maroc comptait 164.000 juifs. Un an plus tard, entre 1961 et 1964, plus de la moitié, soit 102.157, ont émigré pour Israël ou pour l'Europe et l'Amérique. Ce fut le plus grand exode connu de juifs marocains au cours de leur histoire millénaire. Dispersés dans les quatre coins du monde, les juifs originaires du Maroc restent très liés à leurs traditions culturelle et cultuelle ainsi qu'à la terre de leurs ancêtres et à ses souverains. Cependant, comment expliquer ce départ massif ?
C'est la question à laquelle répond Robert Assaraf, historien avéré et journaliste confirmé, dans son dernier ouvrage « Une certaine histoire des Juifs du Maroc», publié par Jean-Claude Gawsewitch, éditeur.
Ce document historique volumineux de 800 pages, écrit dans un style didactique, retrace, en effet, l'histoire des Juifs du Maroc de 1860 et la guerre hispano-marocaine à l'époque actuelle en passant par l'instauration des protectorats français et espagnol en 1912 et l'indépendance en 1956. Mêlant vérités historiques documentées et souvenirs personnels agrémentés de témoignages, Robert Assraf, Président de l'Union Mondiale du Judaïsme du Maroc, consacre de longs développements à l'attitude des différents souverains marocains envers les juifs.
C'est ainsi que feu Mohammed V prend la défense des Juifs contre le régime de Vichy alors que feu Hassan II dédie toute son énergie à la réconciliation des enfants d'Abraham et à la conclusion d'une paix juste et durable au Moyen-Orient, autant de faits qui inspirent l'action de l'actuel souverain, le Roi Mohammed VI.
« Une certaine Histoire des Juifs du Maroc » est aussi un témoignage de reconnaissance à un peuple, à un pays et à ses Rois.
Le Maroc espace d'évacuation pour l'Europe
Enseignant-chercheur à l'université Mohammed V, à Rabat, Abdelkrim Belguendouz est un spécialiste de l'immigration. Question qu'il a abordée sous de multiples aspects et dans plusieurs ouvrages. Dans son dernier livre, intitulé «Politique européenne de voisinage, barrage aux sudistes», il décortique la situation du Maroc par rapport aux mesures draconiennes prises par l'UE en matière d'immigration. «Le Maroc aurait-il vocation à être le sous-traitant sécuritaire de l'UE et à devenir ainsi le cul-de-sac de l'Afrique ?», s'interroge Belguendouz.
Avec l'évolution que connaît le problème de l'immigration, la position géo-stratégique du Maroc, longtemps chargée de louanges quasi-psalmodiques, devient un handicap. «Pour l'UE, rappelle l'auteur, le danger réside dans le fait que le Maroc est non seulement une porte de sortie pour l'Afrique, mais surtout une porte d'entrée pour l'Europe». Le projet d'accord entre le Maroc et l'UE sur «la réadmission des personnes en situation irrégulière», ferait du Maroc un camp de regroupement des expulsés et compliquerait singulièrement ses relations avec les pays sub-sahariens. Que nous offre l'UE en contrepartie de ce rôle ingrat? Pas grand chose, encore que M. Belguendouz conteste le principe même de ce rôle. Documenté et étayé par un argumentaire rigoureux, ce livre est un outil de travail incontournable sur un Maroc qui semble pris en tenailles entre le flux migratoire africain, en plus du sien, et ses rapports avec l'Union européenne.