Le Maroc abrite la 4ème édition du Sommet Humanitaire Panafricain    Brexit : Le projet d'accord « répond au vote des britanniques », soutient May    Italie : Salvini accueille 51 migrants en provenance du Niger    « We Could Be Heroes », le documentaire poignant de Hind Bensari primé au Canada    Debdou célèbre le patrimoine juif marocain    Les Ateliers de l'Atlas, nouveau programme d'aide au développement de talents du MENA    Une nouvelle liste du Patrimoine culturel national    L'urgence d'un Observatoire africain pour la sécurité routière    Le maire de Harhoura destitué de ses fonctions    "Les hommes meurent, mais ne tombent pas" bientôt à Rabat    Une enquête sur le recrutement de deux joueurs mineurs par l'AS Monaco    Paiement Mobile. 6 millions d'utilisateurs marocains en 2024    L'Algérie au pied du mur    Kénitra: Kromberg & Schubert investit 450 millions de dirhams et promet 3.000 emplois    Afrique du Sud : Un scandale à la sex-tape emporte le ministre de l'Intérieur    Ce précieux fluide devenu très rare    Nuit des galeries 2018 : Appel à candidature    Climat, coût du voyage, hôtels classés : Ce qui motive les Italiens à visiter le Maroc    Le Conseil de gouvernement reporte sa réunion    Hémodialyse : Seulement 36 centres créés en 6 ans    Assises nationales sur la protection sociale : Les recommandations des intervenants    Addis-Abeba: Le Maroc appuie la réforme institutionnelle de l'UA    Dès ce jeudi soir : Afriquia baisse ses prix pour la 2ème fois consécutive    L'accord de Skhirat: le seul cadre viable offrant une voie inclusive et durable vers la stabilisation de la Libye    GFi Informatique intègre Value Pass    Akhannouch : Un début prometteur pour la saison agricole    Arrestation de quatre personnes impliquées dans l'affaire : Saisie à Marrakech d'une importante quantité de drogue    Le Groupe Banque centrale populaire lance la 1ère édition de «Fintech Challenge»    Fiscalité des associations. Une profonde réforme s'impose    Treize bases de missiles non déclarées identifiées en Corée du Nord    "Le serviteur du Roi", cinquième tome des mémoires de Mohamed Seddik Maaninou    Entre le marteau du refoulement et l'enclume du déplacement    Limiter l'abandon scolaire à défaut de pouvoir l'éradiquer    Divers    C'en est trop !    La Ligue des nations, rapidement adoptée    D'Ifrane à Tokyo : Le VTT marocain en bonne voie pour se qualifier aux prochains Jeux olympiques d'été    WAC-Girard : Le divorce ?    Habib El Malki reçoit les membres de la commission des pétitions à la Chambre des représentants    Insolite : Une Lamborghini et un lionceau    Conférence sur l'architecture espagnole à l'Institut Cervantès de Rabat    Plaidoyer à Rabat pour la promotion des investissements étrangers dans le domaine cinématographique au Maroc    Stan Lee, légende de la bande dessinée, n'est plus    L'équipe nationale sacrée 3e au niveau mondial    Le pape François au Maroc les 30 et 31 mars 2019    L'art martial et la manière    Mondial 2022.. La main tendue de l'Iran    News    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Une certaine histoire des Juifs du Maroc», de Robert Assaraf Une présence millénaire Le Maroc espace d'évacuation pour l'Europe
Publié dans MarocHebdo le 20 - 05 - 2005

«Une certaine histoire des Juifs du Maroc», de Robert Assaraf
Une présence millénaire
Loubna Bernichi
Robert Assaraf. Le Maroc comptait 164.000 juifs.
Actuellement, seuls 3.000 juifs environ vivent dans le Royaume, sur une terre où leur présence est attestée depuis près de 2000 ans. Juste en 1960, le Maroc comptait 164.000 juifs. Un an plus tard, entre 1961 et 1964, plus de la moitié, soit 102.157, ont émigré pour Israël ou pour l'Europe et l'Amérique. Ce fut le plus grand exode connu de juifs marocains au cours de leur histoire millénaire. Dispersés dans les quatre coins du monde, les juifs originaires du Maroc restent très liés à leurs traditions culturelle et cultuelle ainsi qu'à la terre de leurs ancêtres et à ses souverains. Cependant, comment expliquer ce départ massif ?
C'est la question à laquelle répond Robert Assaraf, historien avéré et journaliste confirmé, dans son dernier ouvrage « Une certaine histoire des Juifs du Maroc», publié par Jean-Claude Gawsewitch, éditeur.
Ce document historique volumineux de 800 pages, écrit dans un style didactique, retrace, en effet, l'histoire des Juifs du Maroc de 1860 et la guerre hispano-marocaine à l'époque actuelle en passant par l'instauration des protectorats français et espagnol en 1912 et l'indépendance en 1956. Mêlant vérités historiques documentées et souvenirs personnels agrémentés de témoignages, Robert Assraf, Président de l'Union Mondiale du Judaïsme du Maroc, consacre de longs développements à l'attitude des différents souverains marocains envers les juifs.
C'est ainsi que feu Mohammed V prend la défense des Juifs contre le régime de Vichy alors que feu Hassan II dédie toute son énergie à la réconciliation des enfants d'Abraham et à la conclusion d'une paix juste et durable au Moyen-Orient, autant de faits qui inspirent l'action de l'actuel souverain, le Roi Mohammed VI.
« Une certaine Histoire des Juifs du Maroc » est aussi un témoignage de reconnaissance à un peuple, à un pays et à ses Rois.
Le Maroc espace d'évacuation pour l'Europe
Enseignant-chercheur à l'université Mohammed V, à Rabat, Abdelkrim Belguendouz est un spécialiste de l'immigration. Question qu'il a abordée sous de multiples aspects et dans plusieurs ouvrages. Dans son dernier livre, intitulé «Politique européenne de voisinage, barrage aux sudistes», il décortique la situation du Maroc par rapport aux mesures draconiennes prises par l'UE en matière d'immigration. «Le Maroc aurait-il vocation à être le sous-traitant sécuritaire de l'UE et à devenir ainsi le cul-de-sac de l'Afrique ?», s'interroge Belguendouz.
Avec l'évolution que connaît le problème de l'immigration, la position géo-stratégique du Maroc, longtemps chargée de louanges quasi-psalmodiques, devient un handicap. «Pour l'UE, rappelle l'auteur, le danger réside dans le fait que le Maroc est non seulement une porte de sortie pour l'Afrique, mais surtout une porte d'entrée pour l'Europe». Le projet d'accord entre le Maroc et l'UE sur «la réadmission des personnes en situation irrégulière», ferait du Maroc un camp de regroupement des expulsés et compliquerait singulièrement ses relations avec les pays sub-sahariens. Que nous offre l'UE en contrepartie de ce rôle ingrat? Pas grand chose, encore que M. Belguendouz conteste le principe même de ce rôle. Documenté et étayé par un argumentaire rigoureux, ce livre est un outil de travail incontournable sur un Maroc qui semble pris en tenailles entre le flux migratoire africain, en plus du sien, et ses rapports avec l'Union européenne.