Bras de fer autour de Mellilia    La HACA sévit contre les dérapages : Carton rouge pour Radio Mars    Projet de loi organique sur la grève. L'impasse !    Procédure pénale. Aujjar livre sa copie    Sacré Maroc (12)    Habib El Malki invité à participer à la réunion de l'Assemblée parlementaire du Commonwealth    Le premier vice-président de la Chambre des conseillers décoré    Le Maroc primé à Libreville pour ses efforts en faveur de l'autonomisation de la femme    Maroc : 74% des ménages équipés en accès internet    Compact II : La CGEM et le MCA-Morocco main dans la main    Enquête L'Economiste-Sunergia/Petits équipements collectifs: Les chiffres montrent une nouvelle piste pour l'inclusion    Trésor: 4,6 milliards de DH de dividendes à fin juin    Al Omrane et le CNRST s'allient pour promouvoir la recherche en matière d'habitat    Commission des investissements : 9 projets à l'étude pour 5 MMDH    Hausse historique de 26,54% :Transport aérien : Plus de deux millions de passagers en juin    Les aviculteurs font leur bilan dans le cadre du Plan Maroc Vert    Trump se défend de tout racisme, silence des leaders républicains    Ursula von der Leyen verdit son discours pour convaincre le Parlement européen    La géopolitique du Maroc dans un nouvel ordre mondial en crise    L'Egypte expulse des supporters algériens après la demi-finale de la CAN    Au moins 180 morts de la mousson en Asie du Sud    Une délégation d'éminents hommes d'affaires africains en visite au Maroc    PSA augmente de 4,7% sa part de marché au Maroc    France. 282 personnes interpellées après la victoire de l'Algérie    L'organisation des Jeux Africains est un défi pour le Maroc, dixit Talbi Alami    Achraf Bencherki rejoint le Zamalek    La décision du TAS avant la fin du mois en cours    La FRMF dément la démission de Hervé Renard    Karaté. Le Maroc champion d'Afrique    L'Algérie mobilise 28 avions pour la finale    Un ancien footballeur sud-africain tué par balles    Football marocain : Les vraies questions à poser sur ce sport-passion    La loi-cadre de l'enseignement adoptée en commission parlementaire    Des braqueurs de camions sous les verrous    La plage Ba Kassem à Tanger hisse le Pavillon bleu pour la septième année consécutive    Lutte contre le sida en 2018: Ombres et lumière    Enquête L'Economiste-Sunergia/Petits équipements collectifs: A 33 contre 28, les jeux arrivent devant les espaces verts    Résultats du Bac: Nouveau record!    Le Groupe scolaire Jacques Chirac homologué    Rendez-vous, ce soir, avec l'éclipse lunaire    Fès : Plaidoyer pour la promotion de la diversité culturelle    Il était une fois Hassan Megri    L'actrice Lashana Lynch va devenir l'agent 007 mais James Bond reste un homme    De l'urgence d'un plan «Maroc Culture»    The «Morocco Corner» s'invite chez les Vikings    Vers la création d'une Caisse sociale pour les auteurs    Farid Chamekh : "Il faut s'inspirer de tout, sans plagier bien sûr"    Le Maroc, invité d'honneur de la Foire internationale du livre de Bruxelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Une certaine histoire des Juifs du Maroc», de Robert Assaraf Une présence millénaire Le Maroc espace d'évacuation pour l'Europe
Publié dans MarocHebdo le 20 - 05 - 2005

«Une certaine histoire des Juifs du Maroc», de Robert Assaraf
Une présence millénaire
Loubna Bernichi
Robert Assaraf. Le Maroc comptait 164.000 juifs.
Actuellement, seuls 3.000 juifs environ vivent dans le Royaume, sur une terre où leur présence est attestée depuis près de 2000 ans. Juste en 1960, le Maroc comptait 164.000 juifs. Un an plus tard, entre 1961 et 1964, plus de la moitié, soit 102.157, ont émigré pour Israël ou pour l'Europe et l'Amérique. Ce fut le plus grand exode connu de juifs marocains au cours de leur histoire millénaire. Dispersés dans les quatre coins du monde, les juifs originaires du Maroc restent très liés à leurs traditions culturelle et cultuelle ainsi qu'à la terre de leurs ancêtres et à ses souverains. Cependant, comment expliquer ce départ massif ?
C'est la question à laquelle répond Robert Assaraf, historien avéré et journaliste confirmé, dans son dernier ouvrage « Une certaine histoire des Juifs du Maroc», publié par Jean-Claude Gawsewitch, éditeur.
Ce document historique volumineux de 800 pages, écrit dans un style didactique, retrace, en effet, l'histoire des Juifs du Maroc de 1860 et la guerre hispano-marocaine à l'époque actuelle en passant par l'instauration des protectorats français et espagnol en 1912 et l'indépendance en 1956. Mêlant vérités historiques documentées et souvenirs personnels agrémentés de témoignages, Robert Assraf, Président de l'Union Mondiale du Judaïsme du Maroc, consacre de longs développements à l'attitude des différents souverains marocains envers les juifs.
C'est ainsi que feu Mohammed V prend la défense des Juifs contre le régime de Vichy alors que feu Hassan II dédie toute son énergie à la réconciliation des enfants d'Abraham et à la conclusion d'une paix juste et durable au Moyen-Orient, autant de faits qui inspirent l'action de l'actuel souverain, le Roi Mohammed VI.
« Une certaine Histoire des Juifs du Maroc » est aussi un témoignage de reconnaissance à un peuple, à un pays et à ses Rois.
Le Maroc espace d'évacuation pour l'Europe
Enseignant-chercheur à l'université Mohammed V, à Rabat, Abdelkrim Belguendouz est un spécialiste de l'immigration. Question qu'il a abordée sous de multiples aspects et dans plusieurs ouvrages. Dans son dernier livre, intitulé «Politique européenne de voisinage, barrage aux sudistes», il décortique la situation du Maroc par rapport aux mesures draconiennes prises par l'UE en matière d'immigration. «Le Maroc aurait-il vocation à être le sous-traitant sécuritaire de l'UE et à devenir ainsi le cul-de-sac de l'Afrique ?», s'interroge Belguendouz.
Avec l'évolution que connaît le problème de l'immigration, la position géo-stratégique du Maroc, longtemps chargée de louanges quasi-psalmodiques, devient un handicap. «Pour l'UE, rappelle l'auteur, le danger réside dans le fait que le Maroc est non seulement une porte de sortie pour l'Afrique, mais surtout une porte d'entrée pour l'Europe». Le projet d'accord entre le Maroc et l'UE sur «la réadmission des personnes en situation irrégulière», ferait du Maroc un camp de regroupement des expulsés et compliquerait singulièrement ses relations avec les pays sub-sahariens. Que nous offre l'UE en contrepartie de ce rôle ingrat? Pas grand chose, encore que M. Belguendouz conteste le principe même de ce rôle. Documenté et étayé par un argumentaire rigoureux, ce livre est un outil de travail incontournable sur un Maroc qui semble pris en tenailles entre le flux migratoire africain, en plus du sien, et ses rapports avec l'Union européenne.