Tanger: Arrestation d'un ressortissant français d'origine algérienne pour son implication présumée dans le trafic international de drogue    France : Jean Yves Le Drian userait-il de son réseau pour défendre les intérêts de son fils ?    Compteur coronavirus : 424 nouveaux cas et 6 décès en 24H    Election des représentants de magistrats: Taux de participation de 50,42% à midi pour les Cours d'appel    Un chercheur serbe souligne le bien-fondé de l'appel à l'expulsion de la pseudo «rasd » de l'UA    Obligation de pass vaccinal : La CNDP se prononcera prochainement    Cannabis : Signature de quatre conventions pour le renforcement de la recherche scientifique    L'Arabie saoudite vise la neutralité carbone d'ici 2060    Covid-19 : Le CHU Ibn Sina dément le décès d'une étudiante à cause du vaccin    L'exercice conjoint bilatéral Pakistan-Maroc 2021 touche à sa fin (Vidéo)    Coronavirus : Le vaccin Pfizer efficace à 90% chez les 5-11 ans    Aérien. Le Maroc actualise la liste des pays de la liste B    Sahara marocain: La Jordanie réaffirme son soutien à l'autonomie dans le cadre de l'intégrité territoriale du Maroc    Afghanistan: L'état islamique revendique une attaque à l'origine de la panne de courant à Kaboul    En quoi la décision royale dérange le clan Aziz Akhennouch ?    Football féminin : Rencontre entre le président de la Fédération espagnole et Mme Khadija Ila, présidente de la Ligue nationale    Football : Assemblée générale ordinaire à distance de l'IRT    Meurtre du député britannique David Amess : le suspect sera jugé en mars 2022    Royal Air Maroc. Vols Casablanca-Montréal: ce qu'il faut savoir    Rendez-vous de L'Opinion : A bâtons rompus avec Habboub Cherkaoui (Vidéo)    Amical : L'Espagne bat le Maroc en match de préparation à la CAN féminine    Région. L'investissement au cœur des actions du CRI Marrakech-Safi    Selon le rapport "perspectives économiques régionales", du FMI, la reprise post-covid va se renforcer au Maroc    Le Maroc agit pour la stabilité politique en Libye    Faut-il continuer à s'endetter ?    Deuxième édition du Global Women Summit à Dakhla    Chambre des représentants : Séance plénière lundi prochain consacrée aux questions orales    A quoi joue la Russie?    Economie verte : Un nouveau chapitre s'écrit    Tanger-Tétouan-Al Hoceima en quête de nouvelles opportunités d'investissement    Elections 2021: Dépôt des comptes des campagnes électorales dans un délai de 60 jours à compter de la date de l'annonce officielle des résultats    Préparatifs de la journée africaine des droits d'auteur : La musique hassanie comme choix du BMDA    Suite à la suspension des vols avec le Royaume-Uni : L'ONMT déploie sa task force sur le World Travel Market    Ivan Rioufol : «Le régime algérien s'est épargné l'introspection, il en vient à voir la France comme un pays conquis»    Etats-Unis- Maroc : Inauguration d'une tour de descente en rappel en faveur des Forces Spéciales de la Marine Royale    [ Interview exclusive ] A bâtons rompus avec le patron du BCIJ    Rencontre de la Fondation Brensthurst-Oppenheimer avec «Bayt Dakira» à Essaouira : une symbiose spatio-temporelle    Don Bigg clash cash les rappeurs algériens    Célébration : La symbolique culturelle des fêtes religieuses    Philosophie : Alexandre Koyré, du monde clos à l'univers infini    Foulane Bouhssine lance son titre religieux «Habib Allah»    Saison 2021-2022 de Medi1TV : Une nouvelle programmation qui répond largement aux attentes du grand public    Mondial biennal : la FIFA convoque un sommet le 20 décembre    Succès de l'exposition artistique dédiée à Eugène Delacroix à Rabat    Rallye Aicha des Gazelles : Hajar Elbied et Malika Ajaha, grandes gagnantes à bord d'un Duster    Sauvetage de 213 migrants qui tentaient de rejoindre l'Angleterre    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    L'OCS accède à la première division    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La guerre aux chauffards
Publié dans MarocHebdo le 30 - 06 - 2006

Karim Ghellab, ministre de l'Equipement et des Transports
Propos recueillis par
Karim Ghellab. L'état des routes n'est pas en cause.
• Maroc Hebdo International: Les routes marocaines comptent parmi les plus meurtrières au monde. Quel est l'état des lieux?
- Karim Ghellab: Au cours de l'année 2005, nous avons enregistré des résultats positifs et concrets. C'est-à-dire, –7% du nombre de tués, -11% du nombre de blessés graves. Le nombre d'accidents aussi a légèrement baissé (-0,25%).Les cinq premiers mois de l'année 2006 ont enregistré une baisse de 6% par rapport à la même période de l'année précédente. Mais, surtout, si on compare ces résultats à la croissance qui était observée depuis 10 ans (de 4 à 5% par an), on constate un écart de 611 tués en moins. La même chose pour les blessés graves, qui ont enregistré une baisse de 1.500. Moralité, depuis 1996, nous avons eu une croissance de l'accidentologie. En 2004, nous avons stabilisé les chiffres. En 2005, nous avons commencé à baisser.Ces chiffres ne doivent surtout pas se traduire par un optimisme exagéré de la part du ministère.
• MHI: Avec la hausse du trafic routier en cette saison estivale,
que prévoit le ministère?
- Karim Ghellab: Multiplier les opérations de contrôle, notamment en matière de port de ceinture de sécurité, d'interdiction de l'utilisation du téléphone portable pendant la conduite, de respect des passages réservés aux motocycles, ainsi qu'au niveau de l'état mécanique des véhicules. Nous allons également renforcer le contrôle au niveau des gares routières pour la sécurité du transport des voyageurs. Nous serons intraitables avec les chauffards.
• MHI: Quel est le défi de votre département pour 2006?
- Karim Ghellab: Le défi pour 2006 est de conforter le début de la baisse observée en 2005. L'action phare sera l'entrée en vigueur du nouveau code de la circulation pour réformer le dispositif de sécurité. L'installation de 150 radars fixes dans toutes les grandes villes et les grands axes du Maroc. Ces radars photographient les véhicules en infraction et envoient l'infraction directement à l'adresse du véhicule.
• MHI: Quelles sont les réformes prévues pour mettre à niveau les centres de visite technique?
- Karim Ghellab: Nous avons engagé des réformes lourdes pour les centres de visite technique. La première étape, c'est la mise à niveau de ces centres par rapport au cahier des charges 1998. En un an, nous sommes passés d'une profession où aucun des 163 centres de visite technique ne respectait les clauses du cahier de charges à 80% qui le respectent aujourd'hui. Entre temps, nous avons fermé plus d'une soixantaine de centres et, au fur et à mesure qu'ils se réaménagent, on les autorise à rouvrir. Aujourd'hui, nous avons à peu près la moitié des centres ouverts qui sont autorisés pour les poids lourds et le transport public des voyageurs, et l'autre moitié qui se charge des véhicules légers. Un nouveau cahier des charges 2006 sera également établi.
• MHI: Comment vont fonctionner ces centres de visite technique?
- Karim Ghellab: Dans le cahier de charges 2006, les centres de visite technique seront obligatoirement reliés à un réseau. Pour cela, nous allons lancer un appel d'offres pour sélectionner deux opérateurs professionnels de centres de visite technique.
Ces derniers vont ouvrir plusieurs points de service au Maroc avec une image de marque commerciale et un lien informatique qui permet au centre de visite technique d'opérer sa vérification. Les informations constatées par le centre seront transmises au siège, qui vérifie automatiquement la conformité par rapport aux standards et donne le feu vert automatique. C'est un moyen de combattre la fraude observée dans ce secteur.
• MHI:Le vieillissement du parc automobile est l'une des principales causes des accidents de la route. Comment comptez-vous y remédier?
- Karim Ghellab: Le vieillissement n'est pas un problème en soi. En revanche, c'est l'état mécanique du parc qui pose problème. Avec le renforcement du contrôle systématique de l'état des véhicules, ils ne pourront plus circuler sans certificat. Par ailleurs, l'Etat incite certains professionnels, comme les transporteurs de marchandises, à renouveler leurs véhicules. Quelque 7.000 véhicules de 15 ans et plus bénéficieront d'une bourse de 120 millions de DH par an, prévue dans la loi de finances 2006.
Nous incitons ces propriétaires à céder leurs vieux véhicules avec des montants définis par la loi, qui peuvent aller jusqu'à 85.000Dh, en plus d'une orientation vers un crédit sur une longue durée qui leur permettront d'acquérir un véhicule neuf.
• MHI: L'état des routes au Maroc laisse également à désirer. Quelle est votre politique pour l'amélioration et la maintenance du circuit routier?
- Karim Ghellab: L'état des routes, contrairement à une idée répandue, contribue très peu à l'insécurité routière. Quand on analyse les statistiques, on trouve qu'il y a un pourcentage faible de véhicules qui ont eu un accident à cause de l'infrastructure routière. Le non-respect des règles de circulation intervient dans 80% des cas, l'état du véhicule intervient dans 30% des cas et, bien derrière, les infrastructures. La direction de la circulation routière mène plusieurs actions dans le cadre du Programme stratégique intégré d'urgence de sécurité routière: L'aménagement des carrefours, le dédoublement de certaines voies à très fort trafic, la signalisation verticale, horizontale…
• MHI: Quels sont les axes routiers les plus dangereux au Maroc?
- Karim Ghellab: La route d'El Jadida compte beaucoup d'accidents, celle de Marrakech aussi, plus précisemment la route entre Benguerir et Sidi Bouatmane, qui est une ligne droite. La section Marrakech-Agadir et Chichawa cumule beaucoup d'accidents. Il faut rappeler que, souvent, les accidents les plus meurtriers ont lieu sur une route droite, bien dégagée, et non sur les routes étroites, en mauvais état, sinueuses ou en montagne.
• MHI:Comment avance la construction des autoroutes au Maroc? La cadence annoncée de 160Km par an, sera t-elle maintenue?
-Karim Ghellab: La cadence sur laquelle nous nous positionnons entre 2005 et 2010 est une moyenne de 160km par an. Ce qui portera le réseau à un total de 1.420km.Les études et budgets pour mener ces opérations sont pratiquement mobilisés. La cadence des 160km par an concerne essentiellement l'autoroute Settat-Marrakech, El Jadida, Marrakech-Agadir, Fès-Oujda et les autoroutes dans le nord:Tétouan-Fnideq ainsi que l'accès à Oued Rmel. Tous ces travaux sont déjà lancés, sauf pour l'autoroute Fès-Oujda, qui va démarrer au début de l'année 2007 au plus tard. Quant à la finalisation de l'autoroute Casa-Marrakech, elle est maintenue pour fin décembre 2006.
• MHI: Dans un autre registre, l'accord de l'Open Sky et l'arrivée des compagnies low cost ne risque t-elle pas de porter préjudice à l'activité de la RAM?
- Karim Ghellab: L'Open Sky apportera une vivacité dans le transport aérien, mais, avant de lancer cette libéralisation du transport aérien, nous avions conduit une étude avec la Royal Air Maroc pour vérifier l'aptitude de la compagnie à supporter ce choc. Nous nous sommes rendu compte que le niveau de coût proposé par la RAM n'est pas très élevé par rapport aux standards internationaux des compagnies comparables. Il est même moins cher qu'Air France et Alitalia.
Mais, bien sûr, plus cher qu'une compagnie comme Ryan Air ou Easy Jet. Par conséquent, avec une action raisonnable de management et développement, la RAM pourra maintenir sa position de leader sur le marché.
• MHI: Mais la RAM aura forcément à baisser ses prix pour affronter la concurrence…
- Karim Ghellab: L'étude a identifié que la RAM n'est effectivement pas en mesure de lutter contre les offres à bas prix sur des villes point à point tel que Lyon-Marrakech ou Bruxelles-Agadir. C'est pour cela que la compagnie Atlas Blue a été créée pour contrer cette libéralisation. Avec la stabilité du coût proposé par la RAM et la réaction à la compétition chez Atlas Blue, nous pensons que la compagnie a tous les moyens de résister à la concurrence.o