Selon « Enjeux stratégiques », la communauté mondiale condamne fermement l'enrôlement d'enfants soldats par le polisario    Témara : Coup d'envoi d'un projet sur le renforcement des capacités des femmes    CAN. Lions de l'Atlas: Bounou de retour, Fajr et Hakimi toujours absents    Coronavirus/Maroc : 88 nouveaux cas admis en REA en 24H    Le Maroc réitère sa solidarité totale avec les Emirats Arabes Unis suite à l'attaque des Houthis contre Abou Dhabi    Climat : Des jeunes leaders marocains à l'honneur dans le cadre d'une campagne lancée par l'ONU    Mali: Un militaire français tué dans une attaque contre un camp de l'opération Barkhane à Gao    Essaouira : Le programme complémentaire de réhabilitation de Mogador, objet d'une visite ministérielle    Crise ukrainienne : Evacuation des familles du personnel de l'ambassade US en Ukraine    Images animées : Après 35 ans de gloire, le GIF est ringardisé    Italie: Berlusconi renonce à briguer la présidence    Alger au fond de l'isolement!    Cameroun: Au moins 16 morts dans un incendie "accidentel" dans une discothèque de Yaoundé    La femme marocaine traditionnelle à l'honneur    Omicron : Voici la partie du corps où le variant frappe en premier    Le Maroc, premier pays de destination de l'émigration française en Afrique    Eliminatoires Mondial Costa Rica : Les sélections féminines marocaine et sénégalaise font match nul    Club des Avocats au Maroc : Plainte déposée contre Hafid Derradji    Tayeb Hamdi : Le sous variant BA.2 d'Omicron nécessite plus de vigilance que d'inquiétude    Covid: Record quotidien d'infections en Russie pour le troisième jour consécutif    Le lac Aguelmam Azegza près de Khénifra accueille la 5e édition du «Ice Swim in Morocco»    Invité d'Info Soir, Rachid Benzine dit tout sur son nouveau livre « Voyage au bout de l'enfance » (Vidéo)    Températures prévues pour le lundi 24 janvier 2022    Casablanca : Le centre de santé Oum Keltoum-Al Walaa inauguré    Remontada spectaculaire des Rojiblancos face à Valence    BAM: Les indicateurs hebdomadaires en 5 points clés    Halilhodžić : le match contre la RD Congo, ce sera du 50-50    CAN 2021 : 12 cas positifs au Covid-19 dans la sélection des Comores    Covid-19: Pékin dépiste un quartier entier, à deux semaines des JO-2022    Covid-19: le sous variant BA.2 nécessite plus de vigilance que d'inquiétude (expert)    Togo. La charte des partis politiques change    Sahara marocain: le SG de l'ONU réaffirme la centralité du processus politique onusien    Magazine : Saïd Afifi, âme de déconstruction massive    L'Humeur : Quand échoppe trouve carouble à son battant    Open d'Australie: Nadal trop fort pour Mannarino (VIDEO)    Novak Djokovic veut jouer l'Open d'Australie en 2023    Les Etats arabes du Golfe cherchent à « restaurer la confiance » avec le Liban m    Une ONG américaine dénonce l'utilisation des enfants-soldats dans les camps de Tindouf    Législatives à Chypre-Nord sur fond de crise économique    Manger ou se chauffer ? Le choix cornélien de Britanniques face à l'envolée des prix    Maroc/Météo : temps assez froid et faibles pluies par endroits ce dimanche 23 janvier    Aéroport de Zagora : hausse de 180% du trafic passagers en 2021    La ville de Casablanca s'associe à la campagne "Informer les femmes, transformer les vies"    Sahara. Guterres: « Il est dans l'intérêt de tous de résoudre une fois pour toutes ce différend »    Le bureau du Cercle d'Amitié Maroc-Israël reçu par la présidente de la commune de Casablanca    L'humoriste Hamza Filali a célébré son mariage (VIDÉO)    The Voice : Le rappeur maroco-néerlandais Ali B accusé d'agressions sexuelles    Brésil: les défilés du carnaval de Rio de Janeiro reportés en avril pour cause de pandémie (officiel)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le Parlement espagnol a rejeté la proposition de loi sur la
reconnaissance de l'usage par l'armée espagnole de gaz toxiques dans sa guerre du Rif marocain. La polémique est ravivée. La déception rifaine
Publié dans MarocHebdo le 23 - 02 - 2007

Le Parlement espagnol a rejeté la proposition de loi sur la
reconnaissance de l'usage par l'armée espagnole de gaz toxiques dans sa guerre du Rif marocain. La polémique est ravivée.
La déception rifaine
Abdelkrim Al Khattabi.
Déception, incompréhension et amertume. Ilyas Omari, président de l'Association des victimes de gaz toxiques dans le Rif, ne cache pas son ressentiment. Et pour cause. La commission constitutionnelle du Congrès des députés espagnols (Cortès) a rejeté, mercredi 14 février 2007, une proposition de loi (datant du 21 août 2005) des indépendantistes catalans d'Esquerra Republicana de Catalunya (ERC), demandant à l'Espagne de reconnaître l'utilisation d'armes chimiques contre les populations civiles désarmées pendant la guerre du Rif , de 1921 à 1927. Et, partant, d'assumer les éventuelles compensations réclamées pour les dommages causés aux personnes et à leurs descendants. Peur d'un conflit diplomatique, prescription d'un prétendu crime contre l'humanité commis il y a 80 ans… chaque formation siégeant au Cortès y est allée de ses justifications.
Aux yeux d'Ilyas Omari, ce vote négatif est contraire aux conventions internationales et démontre tout simplement «que l'esprit de Franco domine encore la politique espagnole».
Alors, arrogance néo-colonialiste, mépris du pauvre, lâcheté, pingrerie? Pourtant, plusieurs éléments, et pas des moindres, plaident incontestablement en faveur des défenseurs de ce projet, démontrant que l'armée ibérique a véritablement utilisé des armes chimiques pour venir à bout de la résistance des tribus rifaines, alors sous le commandement de Abdelkrim Al Khattabi. Pertinent, et pour ne citer que lui, le livre de l'historien anglais, Sebastien Balfour. Abrazo Mortal (Etreinte mortelle), fruit de 4 années de recherche, montre où, comment, pourquoi et contre qui, témoignages et archives militaires à l'appui, l'armée espagnole utilisa dans le Rif du phosgène, du diphosgène, de la chloropicrine et de l'ypérite, un produit hautement toxique, plus connu sous le nom de gaz moutarde. Autant d'armes interdites par les traités internationaux, tels la convention de La Haye et le protocole de Genève.
«J'ai toujours été réfractaire à l'utilisation de gaz asphyxiants contre les indigènes, mais après ce qu'ils ont fait et pour leur conduite traîtresse et fallacieuse (à la bataille d'Anoual), je vais les employer avec une vraie délectation», aurait ainsi écrit dans un télégramme le général Dámaso Berenguer, haut commissaire espagnol à Tétouan, le 12 août 1921. Quatre ans après la cuisante défaite des bataillons ibériques à Anoual, le roi Alphonse XIII aurait affirmé à l'attaché militaire français à Madrid que «l'important est d'exterminer, comme on le fait avec les mauvaises bêtes, les Beni Ouriaguel et les tribus plus proches de Abdelkrim ». Selon les éléments recueillis par Balfour, les aéroplanes espagnols faisaient en sorte de bombarder les zones les plus peuplées par jours de grand rassemblement pour lancer leurs bombes fatales. Résultat: des milliers de villageois des massifs montagneux, hommes, femmes, enfants et vieillards confondus, périrent, devinrent aveugles ou eurent de graves brûlures au niveau des voies respiratoires. Le recours à ces armes chimiques expliquerait aujourd'hui le taux de cancer, notamment du larynx, anormalement élevé dans cette région du Maroc.
Les derniers témoins de cette sanglante guerre coloniale ne seront bientôt plus de ce monde. Leurs descendants, marqués pour longtemps par les cruelles séquelles d'une guerre qu'ils n'ont même pas connue, continueront à vivre avec cet atroce héritage. Combien parmi eux auront encore le courage de se battre? Ilyas Omari, qui croit dur comme fer en une cause qu'il défend ardemment depuis plusieurs années, lui, ne compte pas capituler à cause de cette première défaite. Fût-ce pour la mémoire des anciens. Et pour l'honneur des jeunes générations rifaines.