Destinées aux non-Ramédistes opérant dans le secteur informel : Les déclarations démarrent dès vendredi à 8h du matin    Lire, voir, écouter…méditer    45.000 points de vente contrôlés entre les 1er mars et 8 avril : 1057 infractions constatées sur les prix et la qualité des produits alimentaires    Mettre de côté les différends et faire prévaloir les intérêts suprêmes de la Nation    L'ambassadeur Hilale nommé facilitateur du processus de renforcement    L'Inter Milan sérieux prétendant pour recruter Messi?    Fureur de vaincre!    Un démenti catégorique de son ambassade à Rabat : L'Espagne n'a pas réquisitionné des médicaments exportés vers le Maroc    La CGEM et l'IFC s'allient en faveur des startups marocaines    Coronavirus : 1.346 cas de contaminations, l'inquiétude grandit    Confinement : La Radio en vedette    Frais de scolarité : le bras de fer écoles privées/parents d'élèves    Pétrole: conférence décisive des pays producteurs    «Guelsso f Dar»: nouveau single de Bouchra    Le bilan s'alourdit, le monde à la recherche de réponses concertées    L'ancien président Rafael Correa condamné pour corruption…    HCP: Décélération de la demande intérieure au premier trimestre 2020    Outre les dons de ses membres, la FMSAR contribue au Fonds Covid-19    Le groupe Avis Locafinance apporte son soutien aux professionnels de la santé    Mini-remaniement en plein état d'urgence sanitaire    Les universités diffusent des cours à la radio    Rentrée parlementaire: Les textes prioritaires    Lorie donne de surprenants conseils pour supporter le confinement en couple    Lancement à Al Hoceima du Festival de la créativité à distance    Rejouer ou pas, le foot italien se déchire    Le Crédit Agricole du Maroc accompagne les Ramedistes pour faire aboutir le dispositif de soutien aux populations vulnérables    Lévinas, le visage, l'humanité    La SERMP se réorganise pour la fabrication de respirateurs 100% marocains    S.M le Roi reçoit Saaid Amzazi et Othman El Firdaous    Driss Lachguar, lors de la rencontre virtuelle organisée par la Fondation Lafqui Titouani    L'enseignement à distance à l'ère du coronavirus    Vibrant hommage aux professionnels de santé    L'Europe ne s'entend pas sur la riposte économique à l'épidémie    La pandémie du Covid- 19 vue par deux économistes    Appel de la présidence du Ministère public à l'application stricte des dispositions sur le port du masque    Les confessions de Benatia sur son passage à l'AS Rome    A l'heure de la pandémie, la Pologne adopte le vote par correspondance…    Un concours à distance pour dénicher les jeunes talents de Taroudant et Tata    Confinement : l'Institut du monde arabe se virtualise et lance #LImaALaMaison    Une œuvre conçue en plein confinement : «Guelssou feddar», un nouveau single de la chanteuse Bouchra    L'engouement culturel à l'ère du confinement    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Football : Les clubs marocains dans le flou total    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Si la présence de la Mauritanie aux négociations entre le Maroc Polisario peut se justifier, celle de l'Algérie n'a aucun sens.
Car le problème, c'est justement l'Algérie. Que cherche Alger?
Publié dans MarocHebdo le 22 - 06 - 2007

Si la présence de la Mauritanie aux négociations entre le Maroc Polisario peut se justifier, celle de l'Algérie n'a aucun sens.
Car le problème, c'est justement l'Algérie.
Que cherche Alger?
Le soutien algérien à la thèse du Polisario «est devenu une énigme peu explicable par la légalité internationale que l'Algérie défend». Ce n'est pas une publication marocaine qui fait ce constat, mais un journal algérien, Le Quotidien d'Oran. Les témoignages réconfortants qui viennent de l'autre camp sont les meilleurs, dit un vieux proverbe arabe. C'est précisément le cas.
Comment faut-il prendre cet aveu si proche d'une vérité têtue, dans un pays où la presse indépendante, à peine naissante, souffre encore de la culture du parti hégémonique et de tous les anachronismes qui vont avec? Avec prudence, évidemment. Mais ce sursaut de parler-vrai vient, néanmoins, à point nommé. À savoir au moment où s'ouvraient, les 18 et 19 juin 2007, dans la banlieue new-yorkaise, des négociations directes entre le Maroc et le Polisario. En présence de la Mauritanie et de… l'Algérie.
Deux questions viennent d'emblée à l'esprit: Négocier quoi? Et pourquoi la présence pesante de l'Algérie, même si celle de la Mauritanie se justifie à plus d'un égard?
Un rappel pour commencer. Ces négociations ont été voulues, supervisées et organisées par les Nations Unies. Elles se sont déroulées sous la conduite de Peter Van Walsum, représentant personnel du secrétaire général de l'ONU pour le Sahara. Le dernier du nom, après une procession d'illustres prédécesseurs aguerris, tout au long de la trentaine d'années que ce conflit dure et perdure. Le Maroc s'y est préparé. Il était temps, pourrait-on dire. On lui a souvent reproché de ne pas fournir d'alternative aux gesticulations séparatistes du Polisario. C'est fait. Le plan d'autonomie élargie pour nos provinces sahariennes tient lieu de proposition de "solution politique" négociée, pacifique et soumise à une appréciation concertée par les parties prenantes à ce litige trentenaire. Des émissaires officiels ont sillonné le monde pour expliquer l'offre marocaine adaptée à la spécificité de cette région sans, pour autant, attenter à l'intégrité territoriale du Maroc et à sa souveraineté nationale. Les membres permanents du Conseil de sécurité et ses "intermittents" tournants ont été sensibilisés quant à la nature pernicieuse de ce dossier et à la pertinence de l'initiative marocaine. Malgré l'édulcoration par les canaux convenus de l'information, sur un sujet aussi sensible, les échos ont été plutôt compréhensifs.
Abdelaziz Bouteflika et Mohamed Abdelaziz.
Dans les salons feutrés de l'esplanade gazonnée de la résidence Greentree, à Long Island, où se déroule cette prise de langue aux allures de dernière chance, la meilleure des diplomaties marocaines ne pouvait donner que ce qu'elle a. La construction d'un avenir régional commun au mieux des intérêts bien compris des cinq pays du Maghreb. Dans cet espace de négociation, toutes les formes de coopération économiquement développantes et humainement porteuses sont possibles. À l'exclusion de la cession d'une partie du territoire national pour qu'y soit installé un crypto-Etat croupion. Les jeux et les enjeux sont donc clairs, malgré les méandres, parfois troublants, de la diplomatie.
Ceci étant dit; et l'Algérie dans tout cela? L'Algérie est au cœur du problème. Le pouvoir d'Alger en a été le maître d'œuvre, l'instigateur, l'entreteneur et le premier pourvoyeur en encadrement et en gazo-dollars.
Il a été suffisamment écrit que la question du Sahara est une création algérienne, depuis Houari Boumediène, au début des années 1970, jusqu'à son ancien lieutenant, aujourd'hui au pouvoir, Abdelaziz Bouteflika. C'est désormais connu, encore faut-il le rappeler, "Le Sahara -disait le tombeur de Ahmed Ben Bella en 1965- c'est un cailloux dans la botte du Maroc". Difficile d'être plus négatif dans les rapports entre Etats voisins. Houari Boumediène avait l'excuse du contexte, de la guerre froide et du mur de Berlin pas encore tombé. Trente ans après, son ex-poulain y est toujours. Cela paraît surréaliste, mais c'est ainsi. Ce qui n'empêche pas d'essayer de comprendre. Alors, allons-y!
Quels sont les ressorts de la position algérienne sur la question du Sahara? Quels en sont les slogans de façade et les motivations profondes?
L'Algérie brandit, comme un épouvantail rédhibitoire, le principe de "l'autodétermination des peuples" et de "l'achèvement de la décolonisation". Quel peuple à autodéterminer et quelle décolonisation à parachever?
À moins que l'on brûle les annales historiques de la région, pour en faire un autodafé amnésiant, les Sahraouis sont marocains et le Sahara est partie intégrante du Maroc. Le pouvoir algérien sait, pertinemment, que le Maroc ne peut se concevoir sans ses provinces sahariennes.
Tout comme Sebta et Melilia, les deux présides du nord, encore sous occupation espagnole -comme l'était le Sahara- sont toujours revendiqués au nom du fil inaltérable de l'histoire humaine et de la logique immuable de la géographie. Si l'on admet ces données, somme doute faciles à intégrer, comment rendre intelligible l'acharnement algérien à empêcher une issue raisonnable et réaliste de la question du Sahara? Le chroniqueur du Quotidien d'Oran, tout comme nous-mêmes, ne comprend pas. Il évacue l'alibi de la décolonisation, le besoin d'une ouverture sur l'Atlantique et les richesses minières, réelles ou supposées, que recèlerait le sous-sol du Sahara. Il en arrive à retenir une seule hypothèse: "l'affaiblissement territorial du voisin". Réflexion bien menée. Car, c'est de cela, effectivement, qu'il s'agit. Mais pourquoi affaiblir le Maroc, en voulant l'amputer d'une partie de son territoire? Pour quel objectif? C'est à partir de cette interrogation que l'on s'enfonce dans un irrationnel dangereux, érigé en raison d'Etat. Forte de ses cinquante milliards de dollars en revenus d'hydrocarbures, l'Algérie ne s'est jamais départie de son rêve de super-puissance régionale, voire continentale. Un fantasme hégémonique en décalage total avec les réalités actuelles. Par les temps qui courent très vite vers la mondialisation, la tendance irrésistible est au regroupement et au dépassement des frontières.
En principe et dans les faits, la question du Sahara devrait être soluble dans cette dynamique. À condition que l'Algérie de Boumediène et de Bouteflika s'y inscrive. Pour le présent et pour l'avenir.