Covid-19: Fin de la deuxième vague Omicron au Maroc (ministère)    Réforme de la santé : le gouvernement activera les ressorts la loi-cadre    Les enjeux de la visite annoncée de Yaïr Lapid au Maroc    ONU-Palestine : Appel pour une enquête sur le meurtre de trois Palestiniens    Brésil : "Monsieur l'agent, on n'a rien à manger"    CAF : Ce mercredi, lancement officiel de la '' Super League Africaine'' par Motsepe et Infantino    CAF/ CAN féminine : Le Maroc organisateur de la prochaine édition (2024)    Le Raja trouve des difficultés à se séparer de l'un de ses joueurs    Célébration de la « Journée du migrant » : Entre acquis et défis des temps futurs    Vague de chaleur attendue vendredi et samedi au Maroc    Vaccins contre le Covid: L'UE et Moderna anticipent les livraisons    L'Algérie et la Russie en exercices militaires près de la frontière avec le Maroc    Egypte : une nouvelle étudiante poignardée à mort par un camarade éconduit    Ukraine: La vente du cargo de céréales au Liban annulée    Bourse de Casablanca: Ouverture en légère hausse    Gravement malade, Brahim Ghali aurait été évacué à l'étranger    Tanger Med : Marhaba 2022 se déroule « dans de bonnes conditions », un pic attendu fin août    Cours des devises du mercredi 10 août 2022    USA: Comprendre la perquisition lundi au domicile de Donald Trump    Biden paraphe la ratification des adhésions de la Finlande et la Suède à l'Otan    Vidéo. Sebta: arrestation de 2 personnes à bord d'une embarcation avec 600 Kg de haschich    Journée nationale du migrant: Le CCME soutient les initiatives des Marocains du monde envers leurs régions    Réunion ce Mercredi pour Ziyech à Londres    Le détail des exportations marocaines au 1er semestre    Québec : La piste de meurtre privilégiée dans la mort d'un étudiant marocain    Ligue des Champions de la CAF : Le WAC et le Raja exemptés du premier tour préliminaire    Badr Banoun marque son premier but avec Qatar SC    Vahid : « J'y suis, je reste ! »    Hôpital: accord sur les rémunérations en retard des médecins    Charte de l'investissement, réforme de la santé, PLF 2023 : Les dossiers chauds de la rentrée parlementaire    Budget 2022 : En l'absence de sortie à l'international, le Trésor poursuit le recours au marché intérieur    Dari Couspate s'implante en Europe    La Marine Royale porte assistance à 23 marins pêcheurs au large de Casablanca    Lutte contre les incendies : Le Maroc se dote de trois nouvelles Canadair    Interview avec Rita Al Khayat : Pour créer, le cinéaste a besoin de la liberté intérieure    Histoire : Les archives des Cahiers d'El Jadida remises aux Archives du Maroc    La Zaouia Habria Derquaouia tient son 120ème moussem    Un film marocain sorti en 2016 continue de reçevoir des prix    Le monde a soif    Météo: les prévisions du mercredi 10 août    Accidents de la circulation: 12 morts et 2.210 blessés en une semaine    La revue de presse du mercredi 10 août    Pourquoi Hamid Chabat s'est absenté de la 1ère réunion de la Coalition pour la démocratie    PLF-2023 : Donner un nouvel élan à l'emploi    Les murales forcent l'admiration par leur esthétique    Maroc : La SNRT ouvre ses portes aux associations des Marocains du monde    Célébration de « Baba Achour »    Le moussem de Moulay Abdellah Amghar revient après deux ans de suspension    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Des pertes humaines et des dégâts matériels estimés à dizaines de millions de dirhams. Le temps d'un match, Casablanca est à la merci des hooligans. La solution: Déplacer le complexe sportif. Arrêtons le massacre !
Publié dans MarocHebdo le 26 - 10 - 2007

Des pertes humaines et des dégâts matériels estimés à dizaines de millions de dirhams. Le temps d'un match, Casablanca est à la merci des hooligans. La solution: Déplacer le complexe sportif.
Arrêtons le massacre !
Un mort, 24 blessés , 27 arrestations, 120 bus cassés et le complexe sportif Mohammed V saccagé, tel est le lourd bilan du derby WAC-Raja du 21 octobre 2007, disputé dans le cadre des quarts de finale de la coupe du trône.
Le dispositif sécuritaire renforcé n'a pas empêché qu'une simple rencontre sportive tourne au drame.
Mais, qu'est-ce qu'un agent de sécurité avec son gourdin peut faire face à une horde hystérique dopée aux psychotropes? Imaginons qu'ils soient armés jusqu'aux dents, est-ce qu'ils tireraient sur des supporters désarmés mais impossibles à maîtriser?
Une vidéo amateur diffusée sur le forum de Greenboys (site des fans du Raja) révèle bien l'incapacité des auxiliaires à contenir l'agressivité des spectateurs. Elle montre un policier hagard, au milieu d'une vingtaine de jeunes aux allures menaçantes jouant à passe-passe avec un fumigène.
Sur les images transmises par la télévision, l'impuissance des policiers est aussi perceptible, surtout à la fin du match où les supporters du Raja, exaspérés par la victoire du Wydad, arrachent les sièges des gradins pour les jeter sur la pelouse.
Les pompiers ont au moins servi à quelque chose. Ils ont éteint les foyers de feux déclenchés sur la piste de l'athlétisme par des fumigènes, interdits dans les stades du monde entier et disponibles dans les marchés informels casablancais. À un certain moment du match, tout est gris. Impossible de distinguer les rouges des verts tant la fumée est dense. Les habitants des immeubles avoisinants du complexe ont cru que celui-ci a pris feu.
Dire que les autorités ont déployé plus de 2.000 agents, parmi eux, les meilleurs éléments de l'Institut royal de Police de Kénitra. Apparemment, la détermination des casseurs était plus forte.
Certes, les autorités ont arrêté une trentaine de personnes, dont une dizaine de mineurs, mais cela ressemble plus à une opération "poudre aux yeux" qu'à une opération ciblée.
L'enquête ouverte pour déterminer les responsables risque de prendre des mois voire des années. On se demande même si les photos floues prises par les caméras de surveillance, placées au sein du complexe Mohammed V, pourront être d'une grande utilité. En tous les cas, l'officier de police, interrogé par Planète Foot, émission sportive animée par Mourad El Moutawakil et Lino Bacco diffusée sur 2M, paraissait y croire dur comme fer. Sa déclaration mérite bien d'être mise en exergue. Le public sait, désormais, qu'il est filmé. Il ne lui reste plus qu'a sourire.
Le problème de la violence dans les stades n'est pas juste sécuritaire, mais nécessite une réflexion de fond par tous les acteurs concernés.
Les mesures prises par la Fédération royale marocaine de Football (FRMF) semblent plus comme des punitions que des solutions à ce phénomène de plus de en plus visible. La commission centrale de discipline de la FRMF a décidé, en effet, suite aux incidents survenus lors du derby, de priver le Raja et le WAC de Casablanca d'évoluer au complexe sportif Mohammed V et du soutien de leur public pour leurs deux prochains matches du championnat à domicile. Une décision inefficace puisqu'elle a montré ses limites. Les deux clubs casablancais ont déjà été condamnés à jouer à huis clos au complexe Moulay Abdellah à Rabat leurs derniers matchs du Groupement national de Football d'Elite (GNFE) lors de la saison 2005-2006 après des actes de vandalisme et de violences au complexe Mohammed V. Cela n'a pas tellement gêné leurs supporters puisqu'ils ont récidivé quelques mois plus tard.
Les clubs, quant à eux, frappés à la caisse, se contentent d'encaisser. Quand le complexe Mohammed V a fermé ses portes pour des travaux de rénovation en mai 2006, les responsables du Raja et du WAC ont crié au scandale en arguant la perte de 80% de leurs recettes et l'augmentation de 40% de leurs dépenses.
Maintenant que le stade, rénové à dix millions de dirhams, un budget lourd pour le contribuable, vient de subir d'importantes dégradations, il est à parier que le Conseil de la ville montera au créneau. Le directeur du complexe sportif Mohammed V, Farid El Mir, précise que plus de 230 chaises ont été arrachées, le tartan (piste d'athlétisme) endommagée et les installations sanitaires réservées au public détruites. Des dégâts estimés à des dizaines de milliers de dirhams. Mais, pas seulement. Les dommages dépassent les murs du terrain. Le groupement M'dina bus, société de gestion du transport urbain par bus, estime les pertes subies à 13 millions de dirhams. Encore plus que l'année 2006, où les préjudices causés par les comportements inciviques des supporters casablancais leur avaient coûté huit millions de dirhams.
Ces vandales ont pillé des commerces et des voitures tout en long du trajet menant du complexe Mohammed V au centre de la ville. Les véhicules de police n'ont pas non plus été épargnés.
Ceux qui se sont risqués à mettre le nez dehors après le match ont été victimes d'agressions verbales sinon physiques. Sans parler des tristes affrontements entre les supporters des deux équipes adverses. La colère de la défaite du Raja ne justifie pas à elle seule toute cette haine déversée sur la ville de Casablanca. Car, même en cas d'égalité entre les deux équipes, les fans auraient trouvé le moyen de se défouler. Et il n'est pas rare que les actes de vandalisme commencent avant le match.
Ce n'est pas pour rien qu'à chaque rencontre de football, le centre de Casablanca ressemble à une ville assiégée. Des policiers sont postés tous les cent mètres de ses grandes artères, la circulation est bloquée et les habitants sont apeurés. Le jeu en vaut-il la chandelle? Certainement pas celui des vingt-deux joueurs qui ont livré une prestation médiocre ce 21 octobre 2007. Des voix de plus en plus fortes s'élèvent pour la fermeture du complexe Mohammed V. Une solution radicale, mais nécessaire. Dommage. La ville sera privée d'une infrastructure sportive aussi importante. On attendra la construction du Grand Stade de Casablanca à Sidi Moumen. Celui de Bouskoura est oublié. Un autre projet tué à l'œuf.
Quoi qu'il en soit, il n'est plus admissible que la capitale économique soit étouffée par un match de foot. Le massacre a assez duré. Et qu'on arrête surtout de dire que l'ampleur de la violence des stades au Maroc est moindre par rapport à d'autres pays européens ou arabes. Faut-il attendre de compter les morts par dizaines pour attaquer le problème à la racine?
Que chacun prenne ses responsabilités. L'Angleterre a bien réussi à maîtriser ses hooligans. Vous me direz, c'est la Grande-Bretagne. Y a pas photo.