Les Emirats Arabes Unis ouvrent un consulat à Laâyoune    Volleyball: le message du roi Mohammed VI à Bouchra Hajij    Covid-19 : une étude britannique fait état d'une diminution rapide de l'immunité acquise chez les malades asymptomatiques    PLF 2021: l'opposition déplore « un manque d'audace »    Banques participatives: 7,7 MMDH de financements accordés à fin juin 2020    Un autre pays africain ouvre son consulat à Laâyoune    Prison de Tiflet: le chef de la cellule terroriste démantelée à Témara commet un meurtre    Crimes et violence au Maroc: 220.000 arrestations en 2020    FC Barcelone: Josep Maria Bartomeu démissionne    Le président de la FIFA testé positif au covid-19    Tourisme: quelle est la perception générale de la destination Maroc ? (Etude)    3988 nouveaux cas au Maroc: la répartition par régions    Aïd Al Mawlid: contrôles renforcés à Tanger    Magazine : F.C. Séville et Atalanta Bergame, deux clubs qui donnent des leçons gratuites    Ce que l'on sait sur l'assassinat d'un gardien de prison par «Moul triporteur»    Football : La Renaissance Sportive de Berkane sur le toit de l'Afrique    Le Maroc plaide à l'ONU pour un système multilatéral renouvelé et plus équitable    Habib El Malki reçoit son homologue libyen    Les fondements psychologiques de l'incorrection de Trump lors des débats présidentiels    Sektioui, brillante transition de la pelouse au banc    Bouchra Hajij élue présidente de la CAVB    Hausse de l' encours global des avoirs conservés par Maroclear en 2019    Maroc Telecom, "Top Performer RSE" pour la 7ème fois consécutive    Le Conseil supérieur des oulémas dénonce toute forme d'atteinte à la sacralité des religions    Journée du patrimoine audiovisuel, une "fenêtre sur le monde " au temps de la Covid19    Les révélations inattendues de Lara Fabian    "Eclat d' amour et des amours confinées " , nouveau recueil de Bouchra Fadel    Coronavirus au Maroc : le bilan bimensuel du ministère de la Santé    Intox au sujet de la forêt de Bouskoura : Les précisions du département des Eaux et Forêts    US Round Up du mardi 27 octobre – Elections américaines, Wall Street, La juge ACB, le Dakota du Sud    « Finding Agnes ». Le Maroc inspire les réalisateurs étrangers    Les signatures et approbation des marchés déléguées aux directeurs régionaux    Un 5ème Sela Park pour Aradei Capital    Port du masque : les autorités locales donnent des chiffres    Ce facteur augmenterait le risque de mourir du Covid-19    Dans un communiqué conjoint du PPS, PI et PAM    L'UEM annonce la tenue de son prochain congrès    La semaine mondiale de l'entrepreneuriat en sa 2è édition    Najlae Benmbarek: directrice de la diplomatie publique    Chili: La troisième mort de Pinochet    Khalid Ait Taleb : « Le taux d'occupation des lits dans les services de réanimation est passé de 5% au début de la pandémie à 31,3% aujourd'hui »    Hier, l'avenir était meilleur !    La vie est belle dans les yeux d'un homme qui aime le cinéma    Caricatures du prophète : Le « Conseil des sages musulmans » veut poursuivre Charlie Hebdo en justice    "La démondialisation", thème de la 9e édition des Dialogues Stratégiques    Aquaculture Coopération maroco-espagnole pour lancer des projets au niveau du littoral nord    Conférence : L'Afrique dans la pensée de Feu SM Hassan II sous le feu des projecteurs    « La Maroc artistique » vu par Bank Al-Maghrib    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des pertes humaines et des dégâts matériels estimés à dizaines de millions de dirhams. Le temps d'un match, Casablanca est à la merci des hooligans. La solution: Déplacer le complexe sportif. Arrêtons le massacre !
Publié dans MarocHebdo le 26 - 10 - 2007

Des pertes humaines et des dégâts matériels estimés à dizaines de millions de dirhams. Le temps d'un match, Casablanca est à la merci des hooligans. La solution: Déplacer le complexe sportif.
Arrêtons le massacre !
Un mort, 24 blessés , 27 arrestations, 120 bus cassés et le complexe sportif Mohammed V saccagé, tel est le lourd bilan du derby WAC-Raja du 21 octobre 2007, disputé dans le cadre des quarts de finale de la coupe du trône.
Le dispositif sécuritaire renforcé n'a pas empêché qu'une simple rencontre sportive tourne au drame.
Mais, qu'est-ce qu'un agent de sécurité avec son gourdin peut faire face à une horde hystérique dopée aux psychotropes? Imaginons qu'ils soient armés jusqu'aux dents, est-ce qu'ils tireraient sur des supporters désarmés mais impossibles à maîtriser?
Une vidéo amateur diffusée sur le forum de Greenboys (site des fans du Raja) révèle bien l'incapacité des auxiliaires à contenir l'agressivité des spectateurs. Elle montre un policier hagard, au milieu d'une vingtaine de jeunes aux allures menaçantes jouant à passe-passe avec un fumigène.
Sur les images transmises par la télévision, l'impuissance des policiers est aussi perceptible, surtout à la fin du match où les supporters du Raja, exaspérés par la victoire du Wydad, arrachent les sièges des gradins pour les jeter sur la pelouse.
Les pompiers ont au moins servi à quelque chose. Ils ont éteint les foyers de feux déclenchés sur la piste de l'athlétisme par des fumigènes, interdits dans les stades du monde entier et disponibles dans les marchés informels casablancais. À un certain moment du match, tout est gris. Impossible de distinguer les rouges des verts tant la fumée est dense. Les habitants des immeubles avoisinants du complexe ont cru que celui-ci a pris feu.
Dire que les autorités ont déployé plus de 2.000 agents, parmi eux, les meilleurs éléments de l'Institut royal de Police de Kénitra. Apparemment, la détermination des casseurs était plus forte.
Certes, les autorités ont arrêté une trentaine de personnes, dont une dizaine de mineurs, mais cela ressemble plus à une opération "poudre aux yeux" qu'à une opération ciblée.
L'enquête ouverte pour déterminer les responsables risque de prendre des mois voire des années. On se demande même si les photos floues prises par les caméras de surveillance, placées au sein du complexe Mohammed V, pourront être d'une grande utilité. En tous les cas, l'officier de police, interrogé par Planète Foot, émission sportive animée par Mourad El Moutawakil et Lino Bacco diffusée sur 2M, paraissait y croire dur comme fer. Sa déclaration mérite bien d'être mise en exergue. Le public sait, désormais, qu'il est filmé. Il ne lui reste plus qu'a sourire.
Le problème de la violence dans les stades n'est pas juste sécuritaire, mais nécessite une réflexion de fond par tous les acteurs concernés.
Les mesures prises par la Fédération royale marocaine de Football (FRMF) semblent plus comme des punitions que des solutions à ce phénomène de plus de en plus visible. La commission centrale de discipline de la FRMF a décidé, en effet, suite aux incidents survenus lors du derby, de priver le Raja et le WAC de Casablanca d'évoluer au complexe sportif Mohammed V et du soutien de leur public pour leurs deux prochains matches du championnat à domicile. Une décision inefficace puisqu'elle a montré ses limites. Les deux clubs casablancais ont déjà été condamnés à jouer à huis clos au complexe Moulay Abdellah à Rabat leurs derniers matchs du Groupement national de Football d'Elite (GNFE) lors de la saison 2005-2006 après des actes de vandalisme et de violences au complexe Mohammed V. Cela n'a pas tellement gêné leurs supporters puisqu'ils ont récidivé quelques mois plus tard.
Les clubs, quant à eux, frappés à la caisse, se contentent d'encaisser. Quand le complexe Mohammed V a fermé ses portes pour des travaux de rénovation en mai 2006, les responsables du Raja et du WAC ont crié au scandale en arguant la perte de 80% de leurs recettes et l'augmentation de 40% de leurs dépenses.
Maintenant que le stade, rénové à dix millions de dirhams, un budget lourd pour le contribuable, vient de subir d'importantes dégradations, il est à parier que le Conseil de la ville montera au créneau. Le directeur du complexe sportif Mohammed V, Farid El Mir, précise que plus de 230 chaises ont été arrachées, le tartan (piste d'athlétisme) endommagée et les installations sanitaires réservées au public détruites. Des dégâts estimés à des dizaines de milliers de dirhams. Mais, pas seulement. Les dommages dépassent les murs du terrain. Le groupement M'dina bus, société de gestion du transport urbain par bus, estime les pertes subies à 13 millions de dirhams. Encore plus que l'année 2006, où les préjudices causés par les comportements inciviques des supporters casablancais leur avaient coûté huit millions de dirhams.
Ces vandales ont pillé des commerces et des voitures tout en long du trajet menant du complexe Mohammed V au centre de la ville. Les véhicules de police n'ont pas non plus été épargnés.
Ceux qui se sont risqués à mettre le nez dehors après le match ont été victimes d'agressions verbales sinon physiques. Sans parler des tristes affrontements entre les supporters des deux équipes adverses. La colère de la défaite du Raja ne justifie pas à elle seule toute cette haine déversée sur la ville de Casablanca. Car, même en cas d'égalité entre les deux équipes, les fans auraient trouvé le moyen de se défouler. Et il n'est pas rare que les actes de vandalisme commencent avant le match.
Ce n'est pas pour rien qu'à chaque rencontre de football, le centre de Casablanca ressemble à une ville assiégée. Des policiers sont postés tous les cent mètres de ses grandes artères, la circulation est bloquée et les habitants sont apeurés. Le jeu en vaut-il la chandelle? Certainement pas celui des vingt-deux joueurs qui ont livré une prestation médiocre ce 21 octobre 2007. Des voix de plus en plus fortes s'élèvent pour la fermeture du complexe Mohammed V. Une solution radicale, mais nécessaire. Dommage. La ville sera privée d'une infrastructure sportive aussi importante. On attendra la construction du Grand Stade de Casablanca à Sidi Moumen. Celui de Bouskoura est oublié. Un autre projet tué à l'œuf.
Quoi qu'il en soit, il n'est plus admissible que la capitale économique soit étouffée par un match de foot. Le massacre a assez duré. Et qu'on arrête surtout de dire que l'ampleur de la violence des stades au Maroc est moindre par rapport à d'autres pays européens ou arabes. Faut-il attendre de compter les morts par dizaines pour attaquer le problème à la racine?
Que chacun prenne ses responsabilités. L'Angleterre a bien réussi à maîtriser ses hooligans. Vous me direz, c'est la Grande-Bretagne. Y a pas photo.