Couverture médicale et contribution de solidarité: Benchaâboun met les choses au clair    The Banker magazine : Attijariwafa bank, "meilleure banque au Maroc en 2020"    Le Conseil de gouvernement adopte deux projets de décret relatifs à la promulgation de mesures exceptionnelles au profit de certains employeurs adhérents à la CNSS    Mariage de raison    « Vaccination obligatoire au Maroc ». LCI l'a décidé    Pose de la première pierre du nouveau consulat général US à Casablanca    Stef Blok : Les actions du Maroc sont une réaction au blocage d'El Guerguarat par le Polisario    Vente de médicaments en ligne, fin de l'anarchie    L'action humanitaire du Maroc reconnue à travers son élection au Conseil d'administration du PAM    Evolution du coronavirus au Maroc : 3996 nouveaux cas, 372.620 au total, vendredi 4 décembre à 18 heures    Dr Moncef Slaoui : « Nous aurons assez de doses pour vacciner la totalité du monde d'ici la première moitié de 2022 » [Vidéo]    "Au Nom des miens " , une exposition de Hassan Bourkia    Parution du recueil poétique "Marrakech : Lieux de passage " d'Ahmed Islah    Les festivals artistiques virtuels, un excellent remède pour garder vive la flamme avec le public    Covid-19 : le Maroc, désormais, parmi les pays à taux de contamination modéré    L'ONEE désigné une nouvelle fois centre collaborateur de l'OMS    Unesco. Le Maroc soutient Audrey Azoulay pour un second mandat    Fès: décès du premier proviseur marocain du lycée Moulay Driss    Porté disparu à Midelt, un technicien de 2M retrouvé sain et sauf    Institut Cervantes : Le cycle du cinéma "Courts-métrages au féminin" en ligne du 7 au 30 décembre    Automobile: les ventes du neuf en baisse    Covid-19 : ce que l'on sait sur le vaccin qui sera administré au Maroc    CGEM-DGI : vers une réduction des litiges entre l'Administration et les entreprises    L'Intérieur dénonce les déclarations irresponsables visant des institutions sécuritaires nationales    Une enveloppe de 400 millions de dollars pour une riposte sociale à la Covid    Tout ce qu'il faut savoir sur la nouvelle cellule terroriste démantelée par le BCIJ à Tétouan (vidéos)    Le tourisme balnéaire au cœur du plan de relance du secteur à Dakhla Oued Eddahab    Décès de Aziz Abdelaziz Aïouch, 1er proviseur marocain du lycée Moulay Driss de Fès    Casablanca: décès suspect dans une clinique privée, la famille dénonce    Sahara marocain : ARTE dévoile au grand jour les fake news du « polisario »    Le film marocain «Much Loved» bientôt sur Netflix !    Personnes en situation de handicap : l'accès à l'éducation et l'intégration professionnelle au centre de deux conventions interministérielles    La rappeuse marocaine « Khtek » parmi les 100 femmes influentes dans le monde    Une nouvelle cellule terroriste démantelée à Tétouan    Coup de filet du BCIJ: démantèlement d'une cellule terroriste à Tétouan    La directrice de la comm' de la Maison Blanche jette l'éponge    Exclusif – Premières révélations sur l'opération anti-terroriste en cours à Tétouan (vidéo)    ONU : Le cannabis sort de la liste des drogues les plus dangereuses    Le Hassania d'Agadir tient ses AG le 15 décembre    Les prémices d' une saison prometteuse pour le CAYB    Décès de Mohammed Abarhoune    Ligue des champions : Paris revient, Chelsea déroule    Le Wydad fin prêt pour la reprise de la Botola    Le sport national en deuil : Saïd Bouhajeb n'est plus de ce monde !    Le Groupe arabe salue les efforts inlassables de SM le Roi pour la défense d'Al-Qods    Messaoud Bouhcine: «Les arts vivants sont en crise»    LOI DE FINANCES 2021 : UN BUDGET DE CONVALESCENCE    16 cas testés positifs au sein du MAS à la veille de la nouvelle saison : "Jouer football mais penser Covid-19 " !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Louisa Hanoun, dirigeante du Parti des Travailleurs, a déclaré que l'Algérie aurait importé du Maroc des oranges d'origine israélienne. Parcours d'une gauchiste qui n'a pas sa langue dans sa poche. La Marquise rouge d'Alger
Publié dans MarocHebdo le 23 - 11 - 2007

Louisa Hanoun, dirigeante du Parti des Travailleurs, a déclaré que l'Algérie aurait importé du Maroc des oranges d'origine israélienne. Parcours d'une gauchiste qui n'a pas sa langue dans sa poche.
La Marquise rouge d'Alger
Louisa Hanoun.
Louisa Hanoun, la tonitruante secrétaire générale du Parti des Travailleurs (PT) algérien, fait de nouveau parler d'elle.
Ses propos, tenus lors d'un meeting à Relizane à la mi-novembre 2007 et selon lesquels l'Algérie aurait importé des oranges israéliennes à partir du Maroc, ont provoqué une vive polémique dans le pays. C'est que l'Algérie officielle de Bouteflika nie toute relation, de quelque nature quelle soit avec l'Etat hébreu. Louisa Hanoun chercherait-elle à faire remarquer son parti en surfant sur la vague antisioniste, faute d'un programme solide à la veille des élections communales du 29 novembre? Quoi qu'il en soit, il semblerait définitivement qu'à 53 ans, cette grande brune au regard franc et déterminé n'a décidément pas froid aux yeux. Son parcours parle de lui-même.
A la surprise générale, admirée par ses compatriotes algériennes, saluée par la communauté internationale, le 8 avril 2004, cette native de Chefka (dans la wilaya de Jijel), a été la première femme dans le monde arabe à briguer la magistrature suprême. Et ce sous la bannière du PT, qu'elle dirige depuis 1989, année de la réforme constitutionnelle par laquelle le multipartisme a été instauré en Algérie. Peu impressionnée face aux ténors tels que le président sortant, Abdelaziz Bouteflika, ou encore Ali Benflis, ancien Premier ministre, Louisa Hanoun mènera corageusement sa campagne pour la présidence de la République et ne laissera pas tomber ses ambitions politiques, malgré ses résultats au scrutin (1% des voix, soit 101.630 électeurs).
Pas plus que ses positions radicalement opposées à celles de la majorité du microcosme politique algérien.
S'attirant les foudres des Islamistes, cette quinquagénaire élégante nourrie à l'idéologie trotskyste, critiquera farouchement la réforme «trop timide» du nouveau Code de la Famille, et son parti votera contre, le 14 mars 2005. «Obliger les femmes à avoir un tuteur est une humiliation», déclarera-t-elle à ce sujet. Dès lors, Louisa Hanoun, sera confirmée dans son statut de symbole de la femme algérienne battante.
Quelque temps plus tard, début avril 2006, elle se prononcera clairement, en direct d'un plateau télévisé d'Alger, contre l'option de l'indépendance du Sahara occidental, justifiant sa position par la nécessaire complémentarité des Etats maghrébins.
Parlant au nom de son parti, elle dénoncera le plan Baker, qui aurait conduit selon elle au morcellement de l'Afrique du Nord. Cette sortie médiatique avait alors soulevé un véritable tollé en Algérie. Certains n'avaient pas hésité à l'accuser de «lâche», de collabo et autre «vendue du makhzen marocain». Louisa Hanoun reviendra-t-elle sur ses propos? Il est fort à parier que non. La Marquise rouge, comme la surnomment quelques-uns, non sans une certaine ironie, a le courage de ses idées. Celle qui se définit elle-même comme «syndicaliste, ouvrière, socialiste et démocrate» et dont la formation est la 5ème force politique d'Algérie, sait pertinemment qu'elle a ses adeptes.
«Les ouvriers, les femmes et les marginaux», rétorqueront certains. Peu importe, Louisa Hanoun continue à militer pour une répartition plus égalitaire des richesses dans son pays. Et Dieu sait si l'Algérie n'en manque pas.... De richesses comme d'inégalités