Maroc. La SFI engagée pour stimuler la reprise économique    ONEE/BEI : un nouvel accord de financement de 37,5 millions d'euros    La CGEM élue membre du Conseil d'administration de l'Organisation Internationale du Travail    Brésil: le ministre de l'Environnement annonce sa démission    Dossier Hakimi: l'Inter Milan rejette les offres de Chelsea et du PSG    Covid-19: le Chili a vacciné 80% de la population cible    Prévisions météorologiques pour la journée du jeudi 24 juin 2021    Environ 48% des migrants exercent une activité professionnelle    L'Espagne inquiète du développement agricole au Sahara marocain    IFC va appuyer la mise en œuvre du Fonds Mohammed VI    Sahara Marocain: Quand John Bolton s'emmêle les pinceaux    Commémoration du 80ème anniversaire de l'agression de l'Allemagne nazie contre l'URSS.    L'ex-président Mohamed Ould Abdel Aziz écroué    Washington demande le retrait des forces étrangères    Politique. Le nomadisme n'est que la conséquence de la crise    L'Angleterre bat la République tchèque et s'adjuge la 1re place    Hakan Calhanoglu s'engage avec l'Inter Milan    Les Suns s'imposent sur un dunk à la dernière seconde    Sahara marocain : le plan d'autonomie, seule option pour une solution définitive    Bangkok : remise d'une décoration Royale à l'ex-ambassadeur de Thaïlande au Maroc    Maroc/Covid-19: le bilan de ce samedi 29 mai    HCP: La sécurité au Maroc attire les migrants    Ouverture des candidatures pour l'édition 2021    Oujda : première exposition individuelle de l'artiste peintre Fatiha Rabhi    Le 42e moussem d'Asilah, une manifestation pluridisciplinaire d'envergure    Paysage après le Covid...    Netflix : Steven Spielberg signe un contrat réaliser une série de films    LMN'ART : Débarquement immédiat !    Enseignement: la rentrée scolaire 2021/2022 fixée au 3 septembre    Maroc : les listes A et B mises à jour au moins deux fois par mois    Le variant Delta sème la terreur dans le monde    Les baisses des prix des billets coûteront 4,5 MMDH à l'état    Un autre Charles de Foucauld est parmi nous    PND : réunion consultative entre les partis représentés au Parlement et la CSMD    Banques: le besoin de liquidité se creuse à 72,6 milliards de DH en mai    Les Marines chantent la Marocanité du Sahara    Commerce électronique : QNET remporte trois trophées à l'échelle mondiale    À Genève, l'intégrité territoriale du Maroc plus que jamais appuyée    Maroc. Les greniers de Souss-Massa pourraient être les premières banques au monde    Trafic des armes à feu : l'administration Biden instaure des unités spécialisées dans certaines villes    Coupe arabe U20 : Djibouti – Maroc, les Lionceaux pour confirmer    SM Caen : Yacine Bammou se prépare pour son retour    Liverpool, un joyaux britannique sur le point de disparaître du patrimoine de l'Unesco    Le rallye-raid aura son championnat du monde en 2022    Le stage de Saint-Etienne au Maroc annulé    La CGEM élue membre du Conseil d'administration de l'OIT    Ismaïl Haniyeh, le leader du Hamas, chez le PJD    Démantèlement d'une cellule terroriste affiliée à l' »Etat islamique » s'activant dans la région de Marrakech-Safi (BCIJ)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





“Le PJD n'est pas derrière la décision royale”
Publié dans MarocHebdo le 30 - 01 - 2009

•Abdelilah Benkirane répond au 1er ministre au sujet de l'aide à Gaza
Abdelilah Benkirane soutient n'avoir jamais insinué que son parti a été derrière la décision royale de créer un compte spécial pour aider les victimes de Gaza. Entretien.
Abdelilah Benkirane. “Cette polémique n'avait pas lieu d'être.”
Maroc Hebdo International: Le communiqué du Premier ministre au sujet du compte bancaire de solidarité avec Gaza est très dur à votre égard. Il vous accuse, même sans vous nommer, d'exploiter à des fins politiciennes la cause palestinienne…
Abdelilah Benkirane: J'ai effectivement lu le communiqué-mise au point du Premier ministre où il souligne entre autres que «les prises de position royales, notoirement connues en la matière, procèdent, dans tous les cas et en toutes circonstances, d'une volonté royale sincère. Elles sont mues par des motivations purement humanitaires, loin de toute influence externe ou d'éphémères considérations conjoncturelles.»
Ou encore que «le Premier ministre a noté que certains milieux politiques ont récemment colporté des propos donnant à penser que certaines parties seraient à l'origine des hautes décisions royales exprimant la constante solidarité de principe du Royaume à l'égard du peuple palestinien frère, et visant à atténuer ses souffrances à la suite de la dernière agression israélienne contre la Bande de Gaza.» Je peux vous dire que, sur le fond, je ne me sens pas vraiment concerné, étant donné que le communiqué de la primature répond précisément à ce qu'a écrit le journal Al Massae et non à mes propres déclarations.
Quelles ont été alors vos déclarations?
Abdelilah Benkirane: Comme je l'ai clairement expliqué dans une lettre envoyée au Premier ministre, mardi 27 janvier 2009, je n'ai jamais dit que le Parti de la Justice et du Développement a été derrière la décision royale de créer un compte spécial d'aide aux Palestiniens victimes de l'agression israélienne sur Gaza.
En fait, au cours d'une rencontre avec les habitants de Hay Mohammadi, à Casablanca, organisée samedi 24 janvier 2009 par la section locale du PJD, j'ai fait une intervention de plus de deux heures. J'ai dit, entre autres, que, concernant Gaza, nous n'avions pas fait grand-chose et que les actions du PJD ont été menées dans le cadre de la concertation avec les autres composantes de la société marocaine. Et que peut-être la décision royale a été prise suite à notre suggestion dans ce sens au Premier ministre.
Bien entendu, j'ai utilisé le conditionnel et les précautions d'usage. Mais le journaliste du quotidien Al Massae a servi aux lecteurs sa propre version, donnant lieu à toute cette polémique.
Avez-vous envoyé une mise au point au journal Al Massae?
Abdelilah Benkirane: Oui, mais malheureusement, le mal était déjà fait. D'autant plus que la mise au point n'a pas été publiée comme le veulent les règles régissant la profession.
Vous avez également envoyé une lettre au Premier ministre suite à son communiqué…
Abdelilah Benkirane: Effectivement, je lui ai envoyé une lettre pour mettre les points sur les i. D'abord pour lui dire que l'article d'Al Massae n'engage que son auteur et pour lui expliquer le contexte de ma déclaration sur le compte de solidarité avec Gaza. Je lui ai rappelé que nous l'avions saisi par écrit pour lui demander l'ouverture d'un compte bancaire pour venir en aide aux victimes de l'agression israélienne. Nous n'avons pas eu de réponse directe de la part du Premier ministre, mais, le jour de l'ouverture du congrès de l'Istiqlal, il a annoncé la décision royale. Mais que l'on soit clair, le PJD n'est pas derrière la décision royale.
D'aucuns parlent d'un nouveau bras de fer entre le palais et le PJD…
Abdelilah Benkirane: Ecoutez, les Marocains sont monarchistes et le PJD l'est par essence et ne changera pas de position. Ensuite, jamais nous ne mettrons en équation les décisions et les initiatives du Souverain, et jamais nous ne tenterons de mettre à notre profit ses initiatives et ses décisions. Ce sont des décisions dont tout Marocain ne peut qu'être fier. Quant au bras de fer, il n'est que dans l'imaginaire de certains. Et je regrette amèrement cette polémique, qui n'avait pas lieu d'être. D'autant plus que le soutien à la Palestine ne se prête pas à la surenchère