Sahara : le numéro 2 de la diplomatie japonaise réaffirme que son pays ne reconnaît pas la rasd    «Agadir Souss-Massa Aménagement» tient son conseil d'administration    CIFP : Les administrations publiques face au défi de la culture digitale    Face au virus, Taïwan mise sur des mascottes et une communication apaisée    Affaire «Hamza monbb»: Saida Charaf répond aux rumeurs    Rémi Bonhomme, nouveau directeur artistique du FIFM    Rabat désignée capitale africaine de la culture    Résultats financiers : Une année 2019 au vert pour Mutandis    Syrie : le régime de Damas reprend le contrôle de « près de 30 villages et localités » entourant la ville d'Alep    L'OPM et le Yacobson Ballet s'accordent pour «Le Lac des Cygnes»    Festival du film d'animation de Meknès : Bruno Coulais présidera le jury    Météo: ce qui est prévu à partir du mardi au Maroc    Mais quelle mouche a piqué El Moutaraji    «Le contexte réglementaire a de nouveau frappé avec la Lydec»    Le prétendu «intergroupe» du PE et les balivernes de l'APS    16ème journée de la Botola Pro D1 : Le Wydad rate le coche, la RSB refuse le cadeau gadiri et le MCO continue de presser    Sport équestre : Le concours national de saut d'obstacles s'invite à Béni Mellal    Coupe arabe Mohammed VI des clubs : L'OCS quitte la compétition la tête haute    Pros marocains d'Europe    Panique à bord d'un vol Oujda-Bruxelles (VIDEO)    Tramway de Rabat: le nombre de passagers depuis sa mise en service    La DTFE dévoile le classement 2019 des banques IVT les plus actives sur le marché des BDT    Maroc Telecom signe une bonne année 2019    Coupe Mohammed VI des clubs : le Raja s'incline en Egypte au match aller    Intelligence artificielle : l'UE va actualiser son logiciel    «Urgence climatique, les médias africains acteurs du changement»    Mohamed Benabdelkader inaugure le siège du tribunal de première instance de Tinghir    Etats-Unis: un « parrain de la désinformation » se joue des conservateurs    Le Burkina Faso décide d'ouvrir un consulat général à Dakhla    Le coronavirus pourrait avoir un impact négatif sur la croissance en 2020, selon le FMI    Huawei représente une menace pour l'Otan, selon Washington    SIEL 2020 : Près de 500 000 visiteurs, selon Abyaba    Le livre d'art n'a pas le vent en poupe!    L'Agence Bayt Mal Alqods Acharif sensibilise les élèves aux "Couleurs d'Al Aqsa" au SIEL    Al Jayl Al Akhdar projette l'agriculture marocaine en 2030    Le Maroc dans l'opinion publique espagnole : Imaginaire, préjugés et stéréotypes    La province de Midelt, ébranlée par deux secousses sismiques    De retour en Afrique du Sud, Miss Univers "inspire" les jeunes Noires    Deux romans de Loubna Serraj et Valérie Morales-Attias font escale au Salon du livre    Cameroun : 22 civils tués dans une nouvelle attaque    La terre a tremblé dans plusieurs villes du Maroc, des répliques attendues    Point de vue : Campagne «Sois jeune, sois civique !»    En Algérie, des milliers de personnes ont défilé à Kherrata, berceau de la contestation    Clôture de la 6ème édition du raid solidaire "Sahraouiya"    Aéroport Mohammed V : 4,75 kg de drogues extraits des intestins de six ressortissants ivoiriens    L'AS FAR sanctionnée de quatre matchs à huis clos    La police d'Agadir fait tomber un trafiquant de Chira    Un chauffe-eau défectueux fait 3 victimes à Fès    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tourisme : Taghazout reprise en main par les nationaux
Publié dans MarocHebdo le 01 - 07 - 2011

BALNEAIRE. L'Etat, à travers la CDG et la Société marocaine d'Ingénierie touristique (SMIT), poursuit sa stratégie de repositionnement des stations balnéaires du Plan Azur. Les travaux d'aménagement de Taghazout seront lancés courant juillet 2011.
“Fin 2012, la station Taghazout sera parachevée”, affirme Imad Barrakad, directeur général de la Société marocaine d'Ingénierie touristique (SMIT), bras armé du ministère du Tourisme en charge de l'aménagement touristique et des investissements. La SMIT a fait équipe avec la CDG pour le repositionnement et le parachèvement des stations balnéaires déjà lancées du Plan Azur 2010, et dont la réalisation a pris énormément de retards dus essentiellement aux retraits d'investisseurs étrangers et à la limite des capacités financières des repreneurs locaux.
Diversifier le risque Ainsi donc, Saïdia, Lixus et Taghazout seront accélérées en mettant en place un montage financier diversifié et une approche intégrée en vue de rendre ces destinations matures dans des délais assez courts. A Taghazout, les travaux d'aménagement et de construction seront lancés courant juillet Taghazout. La construction de la station sera parachevée fin 2012. 2011. Sept milliards de dirhams, c'est l'enveloppe nécessaire pour le développement global de la station.
L'ancien groupement ne pouvait pas à lui seul assurer cet investissement colossal. «Il a fallu que l'Etat pense à diversifier le risque en cherchant des investisseurs marocains plutôt qu'étrangers pour reprendre en main le développement de la station», confie Imad Barrakad. A vrai dire, le retrait de l'aménageur américain Colony Capital a fini par éveiller la conscience des responsables marocains qui se sont laissé convaincre que les investisseurs étrangers manquent soit de savoir-faire dans l'aménagement-développement, soit de fonds à injecter dans les projets, ou bien les deux. Ils se sont laissé persuader également qu'il faut désormais compter sur l'expertise locale.
Expertise locale Dans le cas de Taghazout, la grande expertise de la CDG dans l'aménagement est irréfutable, d'autant plus qu'il s'agit du premier groupe à investir dans le tourisme dans les années 60 du siècle écoulé. Il est aussi un partenaire financier de référence. La SMIT, en plus d'assainir les 650 ha du projet, a réussi à attirer de grandes chaînes hôtelières et tour-opérateurs internationaux vers la station. L'apport de ces deux institutions a été associé au savoir-faire de deux groupes privés, Alliances Développement et le consortium Sud Partners, du groupe Akwa.
Le premier est l'un des deux aménageurs- développeurs qui ont repris le flambeau du Plan Azur après le retrait des investisseurs étrangers, aux côtés du groupe Addoha. Quant au second, il a une grande connaissance locale puisqu'il est l'aménageur de la Marina d'Agadir. Le nouveau tour de table constitué est le suivant: CDG Développement (35%), la SMIT (30%), le Groupe Alliances Développement immobilier (20%) et le consortium Sud Partners (15%).
Ces partenaires gèrent désormais ce projet d'exception à travers la Société d'Aménagement et de Promotion de la Station de Taghazout créée le 14 septembre 2010, et dont le capital est de 100 millions de dirhams. En effet, Taghazout est une station d'exception. Ouverte officiellement en avril 2011, elle est l'unique station du Plan Azur où la composante hôtelière et touristique a pris le dessus sur celle immobilière. Imaginée par le cabinet américain WATG, leader dans la création des nouvelles destinations, la conception de la station de Taghazout adopte une philosophie axée sur le développement durable et le respect de l'environnement avec un golf prestigieux de 18 trous, signé le cabinet de renom Kyle Philips, économe en eau, et parfaitement intégré à son environnement, offrant des vues extraordinaires sur l'Océan Atlantique. C'est une station verte, où l'on a su valoriser la vie locale.
«La genèse du projet, c'est d'abord son positionnement. A Taghazout, la valorisation de la station passe par la valorisation de l'environnement local. On a commencé par s'intéresser à l'arganier, qui caractérise la région, par la création de corporations», conclut Imad Barrakad. Le parachèvement de cette station, prévue pour fin 2012, est tributaire de la mission de contrôle et de suivi de la SMIT, présente dans les conseils d'administration et de surveillance de la société d'aménagement. Une mission qui augure de la nouvelle approche de gouvernance de l'équipe de l'actuel ministre du Tourisme, Yassir Zenagui.